Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Murin à oreilles échancrées, Vespertilion à oreilles échancrées
Anglais : Geoffroy's Bat
Allemand : Wimperfledermaus
Néerlandais : Ingekorven vleermuis
Espagnol : Murciélago Ratonero Pardo
Groupe biologique :Animaux / Vertébrés / Mammifères / Chauves-souris

Intro

Synthèse

Le murin à oreilles échancrées a un pelage très laineux, roussâtre sur le dos et beige / blanc sâle sur le ventre, qui lui donne un aspect de "chien mouillé" très caractéristique en hiver. C'est un spécialiste du glanage des mouches dans les étables, mais il se nourrit également en forêt. Les colonies occupent de grands combles (abbaye, château, grande maison) ou des étables, fenils ou bâtiments agricoles.

Description morphologique

Cette chauve-souris, de taille moyenne, a un pelage à l'aspect laineux. Son dos est brun à roussâtre, son ventre gris jaunâtre. Les femelles sont semblables aux mâles, mais un peu plus grosses. Certains individus (1 sur 20 environ) sont mélaniques, càd que leur pelage et leur peau sont nettement plus foncés que le reste de la population.

Longueur tête et corps: 41-53 mm
Longueur avant-bras: 36-42 mm
Longueur oreilles: 14-17 mm
Envergure: 220-245 mm
Poids: 7-15 g.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • LCN 1973 : Annexe 2a

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2a du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est intégralement protégée (espèce strictement protégées en vertu de l'annexe IVa de la Directive 92/43/CEE et de l'annexe II de la Convention de Berne). Cette protection implique l'interdiction :

    • 1° de capturer et de mettre à mort intentionnellement de spécimens de ces espèces dans la nature ;
    • 2° de perturber intentionnellement ces espèces, notamment durant la période de reproduction, de dépendance, d'hibernation et de migration ;
    • 3° de détruire ou de ramasser intentionnellement dans la nature ou de détenir des oeufs de ces espèces ;
    • 4° de détériorer ou de détruire les sites de reproduction, les aires de repos ou tout habitat naturel où vivent ces espèces à un des stades de leur cycle biologique ;
    • 5° de naturaliser, de collectionner ou de vendre les spécimens qui seraient trouvés blessés, malades ou morts ;
    • 6° de détenir, transporter, échanger, vendre ou acheter, offrir aux fins de vente ou d'échange, céder à titre gratuit les spécimens de ces espèces prélevés dans la nature, y compris les animaux naturalisés, à l'exception de ceux qui auraient été prélevés légalement avant la date d'entrée en vigueur de la présente disposition ainsi qu'à l'exception de celles de ces opérations qui sont constitutives d'une importation, d'une exportation ou d'un transit d'espèces animales non indigènes et de leurs dépouilles ;
    • 7° d'exposer dans des lieux publics les spécimens.

    Les interdictions visées aux points 1°, 2°, 5°, 6° et 7° de l'alinéa précédent s'appliquent à tous les stades de la vie des espèces animales visées par le présent article, y compris les oeufs, nids ou parties de ceux-ci ou des spécimens.

    Les Articles 5 et 5bis définissent les modalités de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales. Voir l'AGW du 20 novembre 2003 relatif à l'octroi de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales (M.B. 20.01.2004).

  • LCN 1973 : Annexe 9

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 9 du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 25) que cette espèce est une des espèces de référence pour la définition de sites Natura2000.

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Berne - Annexe 2

    Convention de Berne , annexe 2 : Sont notamment interdits : a) toute forme de capture intentionnelle, de détention et de mise à mort intentionnelle; b) la détérioration ou la destruction intentionnelles des sites de reproduction ou des aires de repos; c) la perturbation intentionnelle de la faune sauvage, notamment durant la période de reproduction, de dépendance et d'hibernation, pour autant que la perturbation ait un effet significatif eu égard aux objectifs de la présente Convention; d) la destruction ou le ramassage intentionnels des oeufs dans nature ou leur détention, même vides; e) la détention et le commerce interne de ces animaux, vivants ou morts, y compris des animaux naturalisés, et de toute partie ou de tout produit, facilement identifiables, obtenus à partir de l'animal, lorsque cette mesure contribue à l'efficacité des dispositions de cet article.

  • Accord Chauve-Souris

Directives européennes

  • CE/92/43 - Annexe 2

    Directive Faune-Flore-Habitat, annexe 2 : espèce dont l'habitat doit être protégé.

  • CE/92/43 - Annexe 4

    Directive Faune-Flore-Habitat, annexe 4 : espèce strictement protégée, la capture et la mise à mort intentionnelle est interdite tout comme la perturbation des phases critiques du cycle vital et la destruction de leurs aires de repos et de leurs sites de reproduction.

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Wallonie, Bruxelles, Flandre

Sources :Verkem et al. 2003 – DEMNA 2011

Statut de présence :Hi : hivernant, Re : reproduction
Indigenat :Or : indigène
Type de distribution :NE : non évalué
Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

Régime alimentaire : Une étude détaillée du régime alimentaire de ce murin en Wallonie a montré une prédation très importante d'araignées et de mouches piqueuses du bétail (Kervyn T., Godin M.-C., Jocqué R., Grootaert P. & Libois R. (2012) – Web-building spiders and blood-feeding flies as prey of the notch-eared bat (Myotis emarginatus). Belg. J. Zool., 142 (1) : 59-67.)

Comportement de recherche de nourriture : glanage du feuillage (foliage gleaning)

Habitat de reproduction : Les colonies connues se trouvent majoritairement dans des combles de bâtiments ; parfois elles occupent des caves chaudes, voire des étables. Les gîtes sont occupés durant des décennies si elles ne sont pas perturbées.

L'accès peut se faire en vol direct ou par reptation.

Terrain de chasse : Il exploite les vallées alluviales, les forêts de feuillus entrecoupées de milieux humides, les bocages, les vergers, les zones habitées, les parcs et jardins. Outre ces milieux naturles, ce murin attrape également les mouches piqueuses à l'intérieur des étables.

Il peut aller chasser jusqu'à 10 km du gîte.

Habitat d'hivernage : Plutôt frileuse, elle va établir ses quartiers d'hiver dans des sites souterrains naturels (grottes) ou artificiels (mines, galeries, glacières, tunnels, …) où la température ambiante est stable et se situe entre 7 et 11°C. Le degré hygrométrique doit être proche de la saturation. L'accès peut se faire en vol direct ou par reptation.

Sa fidélité au gîte est très grande.

Statut

Tendance

Tendance :ST : stabilité
Méthode d'estimation :

Comparaison des populations hibernantes en Région wallonne entre les périodes 1939-1952 et 1995-2008

Sources :Kervyn T., Lamotte S., Nyssen P. & Verschuren J. (2009) - Major decline of bat abundance and diversity during the last 50 years in southern Belgium. Belg. J. Zool., 139 (2) : 124-132.

Liste Rouge

Espèce menacée :Oui
Statut :EN : en danger
Sources :LAMOTTE S (2007). Les chauves-souris dans les milieux souterrains en Wallonie. Région wallonne, Direction Générale des Ressources Naturelles et de l'Environnement, Division Nature et Forêts, Travaux, 29 : 272 p. http://environnement.wallonie.be/publi/dnf/travaux_29_2007.pdf

Espèce invasive

Liste :non

Stratégie de conservation

Stratégie de conservation :

L'espèce fait l'objet d'actions de conservation visant principalement à :

- protéger et aménager les gîtes de reproduction occupés par l'espèce

- préserver ou restaurer, si nécessaire, des biotopes appropriés (vallées alluviales, forêts de feuillus, bocages, vergers) dans un rayon de quelques km autour des colonies de reproduction

- aménager des gîtes potentiels d'estivage

- mettre sous statut de protection et aménager les gîtes d'hivernage occupés par l'espèce

Biblio

Divers

Auteurs

Thierry Kervyn, Pierrette Nyssen, Sandrine Lamotte, Jean-Louis Gathoye

Date de mise à jour / relecture de la fiche

17/02/2011