Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Perdrix grise (Perdix perdix)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Perdrix grise
Groupe biologique :Animaux / Vertébrés / Oiseaux / Gallinacés

Intro

Synthèse

La perdrix grise occupe essentiellement les cultures des régions limoneuse, sablo-limoneuse et d'une partie du Condroz. La modernisation et l'intensification de l'agriculture, qui a entrainé une raréfaction des ressources en nourriture et des zones de refuges, a engendré une très forte diminution des populations depuis les années 1970. En 2014, le nombre de perdrix prélevées aux 100 hectares, dans la zone la plus propice à l'espèce, est passé au tiers de ce qu'il était à la fin des années 1990.

Description morphologique

Assez ronde avec une queue très courte. Face orangée, cou et poitrine gris. Dos brun à motifs noirs. Les mâles et parfois les femelles, ont une grosse tache foncée sur le ventre, en forme de « fer à cheval ».

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • Aucune réglementation

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • AGW 24/03/2016 : Petit gibier chasse ouverte 2016-2021

    Le texte de cet Arrêté fixe les dates d'ouverture, de fermeture et de suspension de la chasse du 1er juillet 2016 au 30 juin 2021. Il est accessible sur le site Wallex .

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Berne - Annexe 3

    Convention de Berne, annexe 3 : Toute exploitation de la faune sauvage énumérée à l'annexe III est réglementée de manière à maintenir l'existence de ces populations hors de danger. Ces mesures comprennent notamment: a) l'institution de périodes de fermeture et/ou d'autres mesures réglementaires d'exploitation; b) l'interdiction temporaire ou locale de l'exploitation, s'il y a lieu, afin de permettre aux populations existantes de retrouver un niveau satisfaisant; c) la réglementation, s'il y a lieu, de la vente, de la détention, du transport ou de l'offre aux fins de vente des animaux sauvages, vivants ou morts.

Directives européennes

  • CEE/79/409 - Annexe 2.1

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2 de la Directive CEE/79/409 comme pouvant être chassée dans l'ensemble des Etats membres.

  • CEE/79/409 - Annexe 3.1

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 3 de la Directive CEE/79/409 comme pouvant faire l'objet de vente, de transport ou de détention en vue de la vente qu'il s'agisse d'oiseaux vivants, morts, ou de toutes parties identifiables de ceux-çi.

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Flandre, Bruxelles, Wallonie

Sources :Aves; INBO; Natuurpunt; O. Dupont, Brussels birding.

Statut de présence :Hi : hivernant, Re : reproduction

Sources :Aves

Indigenat :Or : indigène

Sources :Aves

Type de distribution :Re : répandue

Sources :Aves

Distribution en Europe :

La répartition des oiseaux nichant en Europe est visible sur Atlas EBCC (1997)

Distribution en Belgique :

Idem Vlavico (1989), Atlas national 1973-77, Aves

Distribution en Wallonie :

La répartition des oiseaux nichant en Wallonie est visible sur la carte ci-dessous.

Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

Cette espèce occupe les zones cultivées ouvertes, avec haies, chemins creux, jachères et autres éléments qui lui offrent protection et nourriture. Elle est sédentaire et se nourrit de graines et d'invertébrés.

Statut

Tendance

Tendance :NE : non évalué
Méthode d'estimation :

Recensements printaniers des couples et mâles territoriaux sur des surfaces échantillon.

Sources :Aves; GT Petit gibier de la FSAGx.

Liste Rouge

Espèce menacée :Oui
Statut :VU : vulnérable
Sources :Liste rouge 2010 des oiseaux nicheurs de Wallonie (Atlas des oiseaux nicheurs de Wallonie, Aves).

Espèce invasive

Liste :NE

Protection

Commentaires :

Seule une faible minorité des couples se trouvent dans les ZPS.

Sources :Aves

Stratégie de conservation

Stratégie de conservation :

Favoriser le taux de survie des adultes et le succès de la reproduction.

Améliorer la capacité d'accueil de l'habitat en développant les zones de refuge, d'alimentation et de reproduction, sur au moins 3 % de la surface des territoires, à large échelle géographique (plusieurs milliers d'hectares).

Réduire l'impact des facteurs de mortalité naturels (prédation due au renard en particulier) et des facteurs de mortalité anthropiques (produits phytosanitaires provoquant intoxications et ruptures de chaînes alimentaires ; machinisme agricole provoquant mortalités en période de nidification ; pression de chasse ; ...).

Principale source : www.oncfs.gouv.fr

Biblio

Divers

Auteurs

Robin Gailly, Aves