Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Rechercher une espèce animale ou végétale

openclose Par taxon

openclose Autres critères

ou Vernaculaire
Scientifique
Présentation des résultats : Illustré
Liste
Avec statut légal

Résultat de la recherche : 695 espèces trouvées

Nom françaisNom latinOrigineStatut en WallonieListe rougeTendanceLégislation
Sympetrum sanguineumOrindigèneRereproductionLCnon menacéeNEnon évaluéAucune réglementation
Sympétrum rouge sang

Le sympétrum sanguin se rencontre dans la plus grande partie de l'Europe. Commun dans notre pays, il est actuellement non menacé. L'espèce recherche des eaux stagnantes, souvent avec des niveaux d'eau fluctuants et des zones atterries bien ensoleillées. Le Sympétrum sanguin vole essentiellement de la mi-juin à la fin septembre.

Sympetrum vulgatumOrindigèneRereproductionNTquasi menacéeNEnon évaluéAucune réglementation
Sympétrum vulgaire

On rencontre ce Symeptrum de l'ouest de l'Europe au centre de la Sibérie. Assez commun en Belgique, son statut est actuellement non menacé. On le rencontre de la fin juin au mois de septembre au-dessus de tout type de plan d'eau.

Sympetrum depressiusculumOrindigèneExéteintDDdonnées déficientesREéteinte régionalementAucune réglementation
Sympétrum à corps déprimé

Sympétrum reconnaissable par son abdomen légèrement aplati, de couleur jaune-orange sur les côtés et rouge garni de marques noires en forme de goutte ou de triangle sur le dessus. Attention de ne pas le confondre avec Sympetrum sanguineum (Sympétrum sanguin). On le retrouve en Europe centrale et orientale ainsi que dans le Bénélux, France, Allemagne, nord de l'Italie. Rare en Belgique, on le retrouve uniquement en Campine. Son statut en Flandre est vulnérable et son statut en Wallonie ne peut-être évalué vu l'absence de données. L'espèce recherche des plans d'eau se réchauffant rapidement avec de vastes zones marécageuses peu profondes. Sa période de vol s'étale entre la fin mai et la mi-septembre avec un pic en août.

Sympetrum striolatumOrindigèneRereproductionLCnon menacéeNEnon évaluéAucune réglementation
Sympétrum à côté strié

Le Sympétrum strié est répandu dans pratiquement toute l'Europe. C'est une espèce commune dans notre pays. L'espèce est non menacée, on la retrouve sur tous les types de milieux aquatiques stagnants. Elle possède une forte capacité d'expansion car les individus immatures effectuent souvent de grands déplacements. Sa période de vol s'étale entre la mi-juin et la fin octobre.

Sympetrum fonscolombiiOrindigèneAcaccidentel
Mimigrateur
NEnon évaluéNEnon évaluéAucune réglementation
Sympétrum à nervures rouges

En Europe, sa distribution comprend la région méditerranéenne, le sud-est mais reste plus rare dans la partie centrale du continent. Visiteur exceptionnel dans les années 90, il est maintenant régulièrement observé un peu partout en Belgique. Colonisateur récent, son statut ne peut cependant être évalué. L'espèce recherche les plans d'eau chauds et peu profonds avec une végétation rivulaire peu développée. En fonction des conditions climatiques, l'espèce vole de mai à la mi-octobre, deux pics d'apparition pouvant être détectés : un premier au début de l'été et un second à la fin de l'été.

Eptesicus serotinusOrindigèneHihivernant
Rereproduction
DDdonnées déficientesDDdonnées déficientesLégislation existante
Sérotine commune

La sérotine commune est une espèce anthropophile assez courrante en Wallonie. Elle installe généralement sa colonie dans la sous-toiture d'un bâtiment, où elle peut également passer l'hiver. Assez grande, elle se nourrit souvent en plein ciel, tirant profit des émergences de hannetons ou des insectes attirés par les lampadaires.

Argynnis paphiaOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation
Tabac d'Espagne

Ce grand papillon des forêts claires et des lisières se développe sur les Violettes. Il est surtout présent en Fagne-Famenne-Calestienne, mais peut être observé dans les autres régions.

Tadorna tadornaOrindigèneRereproduction
Hihivernant
Mimigrateur
NTquasi menacéeLégislation existante

Surtout observé à la côte, le Tadorne de Belon, qui a la particularité de nicher dans des cavités dans le sol (tel que des terriers de lapin), a fait son apparition comme nicheur en Wallonie en 1974. Présent en région limoneuse, il y occupe actuellement principalement des talus artificiels à substrat meuble.

Tinca tincaOrindigèneHihivernant
Rereproduction
LCnon menacéeNEnon évaluéLégislation existante
Tanche

Saxicola rubetraOrindigèneRereproduction
Mimigrateur
CRen situation critiqueLégislation existante

Le Tarier des prés a connu un très fort déclin ces dernières décennies, si bien qu'il est devenu un nicheur rare et relativement localisé dans l'est du territoire. Cette diminution de sa zone de distribution est principalement causée par l'intensification des pratiques agricoles, qui cause la disparition des prairies de fauche extensives que cet oiseau affectionne. En période de migration, il peut être observé en halte sur l'ensemble du territoire.

Saxicola rubicolaOrindigèneHihivernant
Rereproduction
Mimigrateur
LCnon menacéeEXextensionLégislation existante

Le Tarier pâtre est un insectivore assez commun que l'on retrouve surtout en Ardenne, en Fagne-Famenne et en Lorraine. Il se place souvent en évidence sur un perchoir pour chasser les insectes. Ces dernières décennies, les tendances évolutives étaient totalement opposées suivant les régions : les effectifs ont très fortement chuté dans la région limoneuse, suite à l'intensification de l'agriculture, alors qu'ils ont connu une augmentation considérable en Ardenne, grâce à l'apparition de nombreuses coupes forestières.

Carduelis spinusOrindigèneRereproduction
Hihivernant
Mimigrateur
LCnon menacéeLégislation existante

Le Tarin des aulnes est surtout observé sur notre territoire durant l'hiver. Il se rencontre alors le plus souvent en bandes dans les aulnes et les bouleaux. Suite à la plantation massive de conifères, le Tarin s'est installé en Wallonie pour nicher. Ses effectifs sont fort variables d'une année à l'autre en fonction des fructifications d'épicéas. Les meilleurs années, il peut occuper pratiquement toute l'Ardenne.

Talpa europaeaOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Fourrure entièrement noire, à l'aspect velouté. Corps cylindrique, pattes antérieures transformées en "pelles". Oreilles sans pavillon externe; yeux minuscules; museau nu, rose. Queue courte. Poids allant de 50 à 100 g.
Distribution : Partout.
Ecologie : Dans tous les milieux, depuis la forêt la plus dense aux champs cultivés. Evite cependant les sols mal drainés (tourbières) ou trop minces (sur rochers).
Sources : Libois (1997).

Satyrium acaciaeOrindigèneExéteintREéteinte régionalementREéteinte régionalementLégislation existante
Thécla de l'Amarel

Cette espèce fut très ponctuellement observée en Gaume avant les années '70. Elle atteignait alors sa limite nord de répartition. L'espèce, qui recherche les pelouses calcaires à jeunes prunelliers, est présente de l'autre côté de la frontière française.

Satyrium w-albumOrindigèneRereproductionLCnon menacéeEXextensionLégislation existante
Thécla de l'Orme

Ce papillon orné d'un W blanc sur le revers des ailes est rare en Wallonie. Sa dépendance par rapport à l'Orme l'a rendu particulièrement vulnérable dans le passé. Aujourd'hui, il serait stable localement, voire en légère extension (meilleur effort d'échantillonnage?).

Satyrium ilicisOrindigèneRereproductionCRen situation critiqueRGrégressionAucune réglementation
Thécla de l'yeuse

Cette espèce rare en léger déclin occupe surtout la Fagne-Famenne-Calestienne et la Lorraine. Elle y fréquente surtout les lisières et clairières ensoleillées à la recherche de Chênes.

Callophrys rubiOrindigèneRereproductionNTquasi menacéeRGrégressionAucune réglementation
Thécla de la ronce

Cette espèce est assez rare dans toutes les régions sauf en Fagne-Famenne-Calestienne où elle est commune. Elle se reproduit dans des trouées forestières, prairies bocagères, landes, friches... sur une gamme de plantes-hôtes assez large.

Thecla betulaeOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation
Thécla du bouleau

Ce superbe thécla est potentiellement présent dans toutes les régions, mais reste très discret et rare. Il se reproduit prioritairement sur le Prunellier, contrairement à ce que suggère son nom.

Neozephyrus quercusOrindigèneRereproductionNTquasi menacéeRGrégressionAucune réglementation
Thécla du chêne

Cette espèce est assez rare et en léger déclin. Cependant, sa présence pourrait être sous-estimée en raison de sa grande discrétion. Elle est liée aux Chênes.

Satyrium spiniOrindigèneRereproductionDDdonnées déficientesDDdonnées déficientesLégislation existante
Thécla du prunellier

Ce papillon, qui a toujours été très rare et localisé en Wallonie, est peut-être éteint. Il affectionne les milieux buissonnants ensoleillés riches en Nerpruns.