Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Rechercher une espèce animale ou végétale

openclose Par taxon

openclose Autres critères

ou Vernaculaire
Scientifique
Présentation des résultats : Illustré
Liste
Avec statut légal

Résultat de la recherche : 359 espèces trouvées

Nom françaisNom latinOrigineStatut en WallonieListe rougeTendanceLégislation
Larus cachinnansOrindigèneHihivernant
Mimigrateur
NEnon évaluéLégislation existante

Ce goéland est très semblable au Goéland argenté et n'a que très récemment été élevé au rang d'espèce. Il niche de la Mer Noire à la Mer Caspienne et dans l'est du Kazakhstan, mais est régulièrement observé en petit nombre sur notre territoire, principalement en hiver.

Larus glaucoidesOrindigèneAcaccidentelNEnon évaluéLégislation existante

Le Goéland à ailes blanches provient du Groenland. En Wallonie, les très rares observations ont lieu en hiver.

Corvus coraxRiréintroduitHihivernant
Rereproduction
VUvulnérableNEnon évaluéLégislation existante

Le Grand Corbeau a disparu de Wallonie au début du 20e siècle mais a été réintroduit avec succès dans les années 1970. Aujourd'hui, il continue son expansion progressive et occupe une bonne partie de l'Ardenne, de la Lorraine et de la Famenne.

Phalacrocorax carboOrindigèneRereproduction
Hihivernant
Mimigrateur
LCnon menacéeLégislation existante

Après avoir été éradiqué de Belgique, le Grand Cormoran a recommencé à nicher en Wallonie début des années 1990. Bien que les colonies soient peu nombreuses, cette espèce est aujourd'hui facilement observée, surtout durant l'hiver, dans les zones poissonneuses.

Charadrius hiaticulaOrindigèneMimigrateurNEnon évaluéLégislation existante

Le Grand Gravelot est un limicole que l'on retrouve surtout dans les zones côtières. En Wallonie, il peut être observé en période de migration sur des vasières.

Stercorarius skuaOrindigèneAcaccidentelNEnon évaluéLégislation existante

Espèce pélagique très rarement observée en Wallonie.

Tetrao urogallusOrindigèneExéteintREéteinte régionalementNEnon évaluéLégislation existante

Le Grand Tétras est un habitant des vielles forêts du nord de l'Europe et des régions montagneuses. Son déclin est sévère en Europe occidentale et dans le centre du continent. Il aurait disparu de Wallonie dans le courant du 19e siècle. La chasse et les pertes et altérations de son habitat furent les principaux facteurs entrainant sa disparition.

Bubo buboOrindigèneHihivernant
Rereproduction
VUvulnérableNEnon évaluéLégislation existante

Le Grand-duc d'Europe est le plus grand rapace nocturne. Suite aux persécutions qu'il subissait, il a fini par disparaître de Wallonie dans le courant de la première moitié du 20e siècle. Grâce à un vaste programme de réintroduction commencé en 1960 en Allemagne, il a réapparu en Wallonie en 1982 et a progressivement recolonisé le territoire. Il est maintenant bien installé sur bon nombre de parois rocheuses.

Otis tardaOrindigèneAcaccidentelNEnon évaluéLégislation existante

Cet oiseau des grandes plaines est tout à fait exceptionnel en Wallonie. La dernière mention en Wallonie date de 1979.

Charadrius alexandrinusOrindigèneMimigrateurNEnon évaluéLégislation existante

Cet oiseau niche sur les côtes, principalement autour de la Méditerranée. Il s'aventure très rarement à l'intérieur des terres et est donc très rare en Wallonie.

Certhia familiarisOrindigèneHihivernant
Rereproduction
LCnon menacéeLégislation existante

Avant les années 1980, le Grimpereau des bois n'occupait que les hêtraies à luzule et les plantations âgées d'épicéas d'Ardenne ou de Lorraine. Il a ensuite élargi sa niche écologique et occupe maintenant divers types de milieux forestiers. Ses effectifs ont ainsi triplés en l'espace de 30 ans. Aujourd'hui l'espèce est bien présente en Lorraine, en Ardenne et en Famenne, et continue son expansion vers le nord du territoire.

Certhia brachydactylaOrindigèneHihivernant
Rereproduction
LCnon menacéeLégislation existante

Le Grimpereau des jardins est un nicheur commun et répandu dans toute la Wallonie. Cette espèce forestière est discrète. Elle peut parfois être observée se nourrissant sur les troncs d'arbres, mais est bien plus souvent entendue que vue.

Zoothera sibiricaOrindigèneAcaccidentelNEnon évaluéLégislation existante

Espèce nichant dans la taïga sibérienne. Les deux dernières mentions de cette espèce en Wallonie date du début du 20e siècle.

Zoothera daumaOrindigèneAcaccidentelNEnon évaluéLégislation existante

Cette grande grive niche en Asie. La dernière mention de l'espèce en Wallonie date du début du 20e siècle.

Turdus viscivorusOrindigèneMimigrateur
Hihivernant
Rereproduction
LCnon menacéeLégislation existante

La Grive draine est un nicheur commun répandu dans toute la Wallonie. Elle s'observe le plus souvent chantant au sommet d'un grand arbre ou se nourrissant au sol. Elle est fort farouche et ne tarde pas à s'envoler vers les arbres.

Turdus pilarisOrindigèneRereproduction
Hihivernant
Mimigrateur
NTquasi menacéeLégislation existante

La Grive litorne est surtout observée sur notre territoire durant l'hiver, souvent en grandes bandes, dans les prairies et les haies. Elle a niché pour la première fois en Wallonie en 1967 et s'est rapidement étendue pour atteindre des effectifs maximum dans les années 1980. Elle a ensuite connu un déclin sévère, dont les causes sont encore inconnues, qui se poursuit encore aujourd'hui.

Turdus iliacusOrindigèneHihivernant
Mimigrateur
NEnon évaluéLégislation existante

Cette grive niche dans le nord de l'Europe et peut être observée sur notre territoire d'octobre à mars. Parfois en grands groupes, elle fréquente les prairies, les haies et les milieux boisés.

Turdus philomelosOrindigèneRereproduction
Hihivernant
Mimigrateur
LCnon menacéeLégislation existante

La Grive musicienne est un nicheur commun répandu dans toute la Wallonie. On l'entend surtout tôt le matin et tard le soir. En hiver, la plupart des oiseaux quittent notre territoire pour migrer vers le sud de l'Europe.

Turdus obscurusOrindigèneAcaccidentelNEnon évaluéLégislation existante

Cette grive niche dans la taïga sibérienne. Les deux dernières mentions de cette espèce en Wallonie datent du début du 20e siècle.

Turdus ruficollisOrindigèneAcaccidentelNEnon évaluéLégislation existante

Il existe deux sous-espèce de cette grive asiatique. Celle déjà observée en Wallonie niche dans la taïga sibérienne jusqu'au versant occidental de l'Oural. Elle est tout à fait exceptionnelle sur notre territoire.