Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Rechercher une espèce animale ou végétale

openclose Par taxon

openclose Autres critères

ou Vernaculaire
Scientifique
Présentation des résultats : Illustré
Liste
Avec statut légal

Résultat de la recherche : 81 espèces trouvées

Nom françaisNom latinOrigineStatut en WallonieListe rougeTendanceLégislation
Martes foinaOrindigèneRereproductionLCnon menacéeEXextensionLégislation existante

Antropophile, ce mustélidé de taille moyenne fréquente avant tout les zones urbanisées, jusqu'à l'intérieur des villes. Souvent peu appréciée pour ses courses effrénées dans les greniers et pour les crottiers qu'elle y laisse, la fouine joue pourtant un rôle important dans la régulation des populations de micromammifères. Elle occupe également les parcs, vergers, tas de bois, vieilles granges, cabanes, haies, carrières abandonnées, ... On peut aussi la rencontrer en forêt, le plus souvent à proximité des lisières.

Genetta genettaEcéchappéAcaccidentelRarareNEnon évaluéLégislation existante

La longue queue annelée de la genette ainsi que son pelage moucheté de noir caractérisent ce carnivore au premier coup d'oeil. Seules de rares observations ont été faites en un peu moins d'un siècle en Belgique. Elles pourraient être le fruit d'animaux échappés de captivité.
Sources : Libois, 2006.

Cricetus cricetusOrindigèneRereproductionCRen situation critiqueRGrégressionLégislation existante

Morphologie : Gros rongeur de 20 à 30 cm de long, massif pouvant peser jusqu'à 500 g. Queue courte (3 à 6 cm). Dos roux, taches blanc sale sur la gorge et derrière les pattes antérieures; ventre noir.
Distribution : Relictuelle, confinée à l'est et au sud de la zone limoneuse.
Ecologie : Vastes étendues cultivées. Hiberne dans un terrier où il amasse des provisions. Les terriers sont de préférence creusés dans des sols dont la couche superficielle contient de 5 à 10 % d'argile et de 20 à 30 % de limon et où la médiane de la fraction sableuse (M50) est de 180µ.
Sources : Libois (1997).

Myotis myotisOrindigèneHihivernant
Rereproduction
ENen dangerRGrégressionLégislation existante
Grand murin

Le grand murin chasse en glanant de gros insectes (souvent des coléoptères) directement sur le sol. C'est pourquoi il préfère les forets sans sous-étage ni végétation au sol et les prairies récemment fauchées. Avec son ventre blanc pur, sa grande taille, ses oreilles assez longues et son apsect de "sac à patates", on ne peut pas le louper dans les gîtes d'hiver. Les colonies occupent généralement de grands volumes sous les combles. Les terrains de chasse sont parfois fort éloignés du gîte (20 km n'est pas rare).

Rhinolophus ferrumequinumOrindigèneHihivernant
Rereproduction
CRen situation critiqueRGrégressionLégislation existante
Grand rhinolophe

Le grand rhinolophe, joyau de nos grottes, y hiberne tout l'hiver, choisissant pour cela les zones les plus chaudes et les plus calmes. Son nez en forme de fer à cheval et son sonar à 80 kHz le rendent difficile à confondre. Il installe sa colonie de reproduction dans un emplacement bien chaud, d'où les jeunes de l'année partent chasser les bousiers et insectes coprophages dans les praires avoisinantes.

Nyctalus lasiopterusOrindigèneAcaccidentelDDdonnées déficientesDDdonnées déficientesLégislation existante

La grande noctule est la plus grande des chauves-souris européennes. Elle n'a pas encore été observée en Wallonie.

Mustela ermineaOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéLégislation existante
Hermine

Petit mustélidé au pelage changeant suivant les saisons, l'hermine habite des milieux très variés mais principalement ouverts, là où elle pourra trouver sa proie de prédilection : le campagnol terrestre. On la rencontre ainsi dans les champs cultivés, prairies, haies, jardins, landes et tourbières, marais et lisières forestières mais elle évite en général l'intérieur des massifs boisés de même que les grandes étendues cultivées. Pour établir son gîte, elle choisira des pierriers, éboulis, vieux murets, tas de bois, voire les berges de cours d'eau. Sources : Libois (2006)

Erinaceus europaeusOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéLégislation existante
Hérisson d'Europe

Morphologie : Dos, flancs et dessus de la tête recouverts de piquants de 2 à 3 cm de long, de 2 mm de diamètre, rigides et résistants, flexibles à leur base, annelés de noir et blanc. Ventre et pattes couverts de longs poils raides et brunâtres. Se roule en boule et hérisse ses piquants en cas de danger. Museau pointu.Taille: 18-35 cm + 2 à 5 cm de queue; mâle plus grand que la femelle. Poids: très variable selon l'âge, la santé de l'animal, la saison (hiberne), la quantité de nourriture disponible: 300 à 2200 g.
Distribution : Partout.
Ecologie : Milieux ouverts avec végétation basse, comme les prairies buissonneuses ou les lisières forestières, champs, vergers, terrains vagues, bords des routes, jardins, parcs, même en zone urbaine. Le grand nombre de hérissons se faisant écraser sur les routes montre qu'il vit de préférence près des villages et des petites villes. Semble moins abondant dans les grandes étendues cultivées, les milieux humides, les vastes massifs forestiers, les plantations d'épicéas. Il est toutefois présent dans des milieux assez pauvres, tels que ceux du plateau des Hautes Fagnes.
Sources : Libois (1997).

Oryctolagus cuniculusOrindigèneRereproductionNTquasi menacéeSTstabilitéLégislation existante

Morphologie : Taille d'un petit lapin domestique; oreilles longues, jamais marquées de noir. Pattes postérieures assez longues. Dos, flancs et dessus de la tête brun gris, poitrine grise et ventre blanc. Queue courte. Taille: 35 à 45 cm. Poids: de 1 à 2 kg. Creuse un terrier. A la naissance, les lapereaux sont très petits, nus et aveugles. Ils sont mis bas dans un nid, au fond du terrier.
Distribution : Partout, sauf en Ardenne où il est plus rare et localisé.
Ecologie : Milieux avec couvert buissonneux bien développé: lisières forestières, ronciers, friches arbustives, anciennes carrières ou sablières. Trouve aussi refuge dans des talus boisés. Se nourrit dans les champs et les prairies, à proximité desquels les terriers sont établis.
Sources : Libois (1997).

Lepus europaeusOrindigèneRereproductionLCnon menacéeRGrégressionLégislation existante
Lièvre brun

Glis glisOrindigèneRereproductionRarareSTstabilitéLégislation existante
Loir gris

Morphologie : Dos et flancs gris chinchilla uniforme, joues et ventre blancs, mince cercle noir autour de l'oeil queue longue, très touffue, à la manière de celle de l'écureuil; poids de 80 à 250 grammes.
Distribution : Strictement limitée à la Gaume. Est en limite de son aire vers le nord-ouest.
Ecologie : Forêt caducifoliée, hêtraie ou chênaie. Vit aussi dans les parcs, les vergers, les ourlets forestiers et peut rentrer dans les cabanes ou les maisons forestières.
Sources : Libois (1997).

Canis lupusOrindigèneExéteintREéteinte régionalementREéteinte régionalementLégislation existante
Loup

Anciennement, le loup était un prédateur naturel de nos régions. Voici plus d'un siècle, suite à une persécution acharnée, il a disparu de notre pays. Aujourd'hui, des populations subsistent surtout en Europe du sud et de l'Est, et son retour dans nos contrées est possible.

Lutra lutraOrindigènePonon observé mais possibleCRen situation critiqueRGrégressionLégislation existante
Loutre d'europe

La loutre est une espèce emblématique devenue particulièrement rare en Région wallonne. La qualité et la continuité des habitats disponibles le long des cours d'eau ainsi que la présence de proies sont essentielles à sa préservation. Une reconnexion avec des populations venant de France ou d'Allemagne est imaginable, à terme, mais nécessite l'aménagement de corridors écologiques pour favoriser l'espèce.

Un projet LIFE impliquant la Belgique et le Luxembourg a visé la restauration des habitats de la loutre entre 2005 et 2011 (www.loutres.be).

Lynx lynxOrindigènePonon observé mais possibleREéteinte régionalementDDdonnées déficientesLégislation existante

Le lynx est le plus grand prédateur sauvage présent en Région wallonne. Il est réapparu de façon claire mais très sporadique depuis une vingtaine d'années dans l'est du pays, à proximité des frontières allemande et hollandaise. Prédateur spécialisé du chevreuil, il pourrait contribuer à la gestion de cette espèce dont les populations ont largement progressé au cours des dernières décennies. Néanmoins, les observations de lynx restent très rares et l'origine des individus signalés est difficile à établir.

Eliomys quercinusOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéLégislation existante
Lérot

Morphologie : Dos et flancs brun-gris, parfois mêlés de roux, joues et ventre blancs, queue longue, très velue, munie à son extrémité de poils plus longs, blancs et noirs formant un plumet terminal; poids de 40 à 120 grammes.
Distribution : Pratiquement limitée au domaine de la chênaie atlantique. La rareté du lérot en Ardenne s'explique peut-être par le climat estival un peu frais et trop humide de cette région.
Ecologie : Très varié pour autant qu'il dispose d'abris (blocs rocheux, ruines, grenier, végétation épaisse), il peut se trouver dans les parcs, jardins, haies, milieux boisés. Hiberne éventuellement dans les grottes ou dans les dépendances des maisons.
Sources : Libois (1997).

Martes martesOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéLégislation existante

La martre est un mustélidé typiquement forestier. Son agilité lui permet, entre autres, de chasser les écureuils ou les oiseaux dans les houppiers avec une aisance déconcertante. Si elle ressemble physiquement à la fouine, elle s'en distingue néanmoins par de nombreux critères.

Elle est régulière au sud du pays, là où les massifs forestiers sont bien développés.

Ovis gmelini musimon x Ovis sp.InintroduitRereproductionSTstabilitéLégislation existante
Mouflon méditerranéen

Morphologie : Mammifère de la taille d'un mouton. Hauteur au garrot de 60 à 80 cm, poids de 25 à 55 kg. Pelage brun chocolat avec une selle blanche chez le mâle. Cornes annelées courbées vers l'arrière nettement plus développées chez le mâle que chez la femelle.
Distribution : Très localisé, en fonction des introductions et des décisions d'éradication (Nassogne, région liégoise).
Sources : Libois (1997).

Apodemus sylvaticusOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Dos fauve à gris, ventre blanc grisâtre, petite tache pectorale fauve, queue nue, à peu près aussi longue que lon longueur tête+corps, pavillons des oreilles grands couverts de poils très courts, grand yeux, poids allant le plus souvent de 15 à 25 grammes. Tous les milieux boisés ou pourvus d'une végétation ligneuse (landes à éricacées), alentours des habitations, ruines, zones rocheuses, vergers, ahies, parcs, ... Evite les milieux à végétation trop rase.
Distribution : Partout.
Ecologie : Tous les milieux boisés ou pourvus d'une végétation ligneuse (landes à éricacées), alentours des habitations, ruines, zones rocheuses, vergers, ahies, parcs, ... Evite les milieux à végétation trop rase.
Sources : Libois (1997).

Apodemus flavicollisOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Dos fauve, ventre blanc pur, tache pectorale fauve formant généralement un collier complet, queue nue, aussi longue que la longueur tête+corps; pavillons des oreilles couverts de poils très courts, grands yeux; poids allant le plus souvent de 20 à 35 grammes. Sa distinction avec le mulot sylvestre n'est pas toujours facile et requiert parfois l'utilisation soit de fonctions descriminantes s'appliquent à des mensurations crâniennes, soit d'une électrophorèse enzymatique. .
Distribution : Limitée à la Gaume, à l'Ardenne, à la Famenne, à une partie du Condroz et aux forêts de la région des Fourons.
Ecologie : Principalement la forêt feuillue, mais aussi landes à éricacées, plantations d'épicéas.
Sources : Libois (1997).

Myotis alcathoeOrindigèneAcaccidentelDDdonnées déficientesDDdonnées déficientesLégislation existante
Murin d'Alcathoe

Le murin d'Alcathoe est une des dernières espèces de chauve-souris découvertes en Belgique. Cette petite espèce est inféodée aux forêts humides et aux massifs boisés peu ou pas gérés. Sa morphologie est assez semblable à celle du murin à moustaches et du murin de Brandt.