Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Rechercher une espèce animale ou végétale

openclose Par taxon

openclose Autres critères

ou Vernaculaire
Scientifique
Présentation des résultats : Illustré
Liste
Avec statut légal

Résultat de la recherche : 81 espèces trouvées

Nom françaisNom latinOrigineStatut en WallonieListe rougeTendanceLégislation
Vespertilio murinusOrindigèneIrirrégulierDDdonnées déficientesDDdonnées déficientesLégislation existante
Sérotine bicolore

La sérotine bicolore est observée de manière occasionnelle en Wallonie (maximum quelques données par an et principalement en automne), il s'agit vraissemblablement d'individus erratiques ou en migration. La Wallonie est en effet la limite d'aire de répartition pour cette espèce. Son pelage bicolore (poils plus foncés à la base et plus clairs à l'extrémité) est caractéristique, de même que son tragus en forme de champignon.

Pipistrellus pygmaeusOrindigèneHihivernant
Rereproduction
DDdonnées déficientesDDdonnées déficientesLégislation existante
Pipistrelle pygmée

Espèce très récemment singularisée de la pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus), principalement sur base de la fréquence de ses cris d'écholocation (fréquence terminale à 55 kHz). Seules quelques données de cette espèce sont actuellement disponibles en Wallonie, mais une recherche systématique devrait permettre d'améliorer nos connaissances sur sa répartition.

Myotis sp.NEnon évaluéLégislation existante

9 espèces de Myotis sont présents en Wallonie, présentant tous un tragus allongé et un ventre plus clair que le dos. Il n'est pas rare que les identifications restent au niveau du genre pour les Myotis, nottament lors des inventaires au détecteur l'ultrasons. En effet, le sonar des Myotis est assez similaire entre espèces et variable en fonction des conditions, rendant l'identification souvent difficile voire impossible.

Nyctalus sp.NEnon évaluéLégislation existante

2 espèces de noctules sont présentes en Wallonie : la noctule commune (Nyctalus noctula) et la noctule de Leisler (Nyctalus leisleri). Toutes deux établissent leurs gîtes en forêt dans une cavité d'arbre et peuvent parcourir d'assez grandes distances entre l'été et l'hiver.

Eptesicus nilssoniiOrindigènePonon observé mais possibleDDdonnées déficientesDDdonnées déficientesLégislation existante

La présence de la sérotine de Nilsson en Wallonie reste à prouver, bien qu'elle soit présente au Grand Duché du Luxembourg, dans l'Eifel allemand et ait été signalée dans la vallée de la Lesse par un naturaliste tchèque. Son pelage aux reflets argentés est un des signes caractéristiques de cette espèce.

Myotis alcathoeOrindigèneAcaccidentelDDdonnées déficientesDDdonnées déficientesLégislation existante
Murin d'Alcathoe

Le murin d'Alcathoe est une des dernières espèces de chauve-souris découvertes en Belgique. Cette petite espèce est inféodée aux forêts humides et aux massifs boisés peu ou pas gérés. Sa morphologie est assez semblable à celle du murin à moustaches et du murin de Brandt.

Myotis myotisOrindigèneHihivernant
Rereproduction
ENen dangerRGrégressionLégislation existante
Grand murin

Le grand murin chasse en glanant de gros insectes (souvent des coléoptères) directement sur le sol. C'est pourquoi il préfère les forets sans sous-étage ni végétation au sol et les prairies récemment fauchées. Avec son ventre blanc pur, sa grande taille, ses oreilles assez longues et son apsect de "sac à patates", on ne peut pas le louper dans les gîtes d'hiver. Les colonies occupent généralement de grands volumes sous les combles. Les terrains de chasse sont parfois fort éloignés du gîte (20 km n'est pas rare).

Myotis dasycnemeOrindigèneHihivernant
Mimigrateur
ENen dangerRGrégressionLégislation existante
Murin des marais

Jusqu'à preuve du contraire, le murin des marais n'est présent qu'en hiver dans notre région. Il chasse en été au-dessus des cours d'eau lents, des canaux et des grands plans d'eau de Flandre et des Pays-Bas mais vient hiberner dans les souterrains en Wallonie. Il capture des insectes posés à la surface de l'eau grâce à ses grands pieds.

Myotis daubentoniiOrindigèneHihivernant
Rereproduction
LCnon menacéeEXextensionLégislation existante
Murin de Daubenton

Le murin de daubenton est une des espèces les plus fréquemment observées en hiver dans les milieux souterrains. Inféodée aux milieux aquatiques, elle capture des insectes à la surface de l'eau (rivières, étangs...) à l'aide de ses grands pieds. Elle installe son gîte d'été soit dans un arbre creux, soit dans un pont, à proximité immédiate de ses terrains de chasse.

Myotis emarginatusOrindigèneHihivernant
Rereproduction
ENen dangerSTstabilitéLégislation existante
Murin à oreilles échancrées

Le murin à oreilles échancrées a un pelage très laineux, roussâtre sur le dos et beige / blanc sâle sur le ventre, qui lui donne un aspect de "chien mouillé" très caractéristique en hiver. C'est un spécialiste du glanage des mouches dans les étables, mais il se nourrit également en forêt. Les colonies occupent de grands combles (abbaye, château, grande maison) ou des étables, fenils ou bâtiments agricoles.

Myotis mystacinusOrindigèneHihivernant
Rereproduction
LCnon menacéeEXextensionLégislation existante
Murin à moustaches

Cette toute petite chauve-souris est une des espèces les plus courantes en milieu souterrain en hiver, elle est présente dans toute la Wallonie. Elle est reconnaissable à son masque noir, à sa petite taille et ses petites oreilles.

Myotis brandtiiOrindigèneHihivernant
Rereproduction
LCnon menacéeDDdonnées déficientesLégislation existante
Murin de Brandt

Le murin de Brandt est un espèce difficile à identifier vu sa grande ressemblance avec le murin à moustaches. Les données hivernales de ces deux espèces sont toujours traitées ensemble, ce qui rend difficile l'évaluation de l'état des populations et la distribution de chacune d'elles.

Myotis nattereriOrindigèneHihivernant
Rereproduction
ENen dangerDDdonnées déficientesLégislation existante
Murin de Natterer

Le murin de Natterer est une espèce glaneuse, capturant grâce à ses assez grandes oreilles des insectes posés sur le feuillage. Il est reconnaissable en hiver à son ventre blanc immaculé et à ses oreilles assez longues, recourbées "en pointe de ski". En été, il choisit souvent un trou d'arbre pour y établir son gîte.

Myotis bechsteiniiOrindigèneHihivernant
Rereproduction
DDdonnées déficientesDDdonnées déficientesLégislation existante
Murin de Bechstein

Le murin de bechstein est une espèce typiquement forestière. Il installe sa colonie de reproduction dans un trou d'arbre (vivant de préférence) dans les anciennes forêts claires où il chasse souvent au sol. Avec ses grandes oreilles, cette espèce est assez facile à reconnaître en hiver, bien qu'il ait la réputation de se cacher souvent de petites anfractuosités.

Plecotus sp.NEnon évaluéNEnon évaluéLégislation existante

2 espèces d'oreillard sont présentes en Wallonie : l'oreillard gris (Plecotus austriacus) et l'oreillard roux (Plecotus auritus). Ces deux espèces se nourrissent en glanant d'insectes posés au sol ou dans les arbres. Ils chassent en général à l'écoute passive, utilisant très peu l'écholocation, grâce à leurs énormes oreilles qui les rendent très reconnaissables.

Pipistrellus sp.NEnon évaluéNEnon évaluéLégislation existante

3 espèces de pipistrelles vivent en Wallonie : la pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus), la pipistrelle de Nathusius (Pipistrellus nathusii) et la pipistrelle pygmée (Pipistrellus pygmaeus).

Pipistrellus pipistrellusOrindigèneHihivernant
Rereproduction
LCnon menacéeDDdonnées déficientesLégislation existante
Pipistrelle commune

La pipistrelle commune est l'espèce la plus courante en Wallonie : il y a au moins une colonie dans chaque village. Elle se loge généralement dans les sous-toitures des maisons mais peut occuper d'autres gîtes dans ou près des bâtiments. Elle chasse les moustiques en plein vol, dans les jardins, dans les villes et les villages, au-dessus des plans d'eau (exploitant alors l'espace entre 2 et 5 m au-dessus de la surface de l'eau), virevolte autour des lampadaires, ... En hiver, elle fréquente très peu les sites souterrains, préférant rester dans les sous-toitures.

Pipistrellus nathusiiOrindigèneHihivernant
Rereproduction
Mimigrateur
DDdonnées déficientesDDdonnées déficientesLégislation existante
Pipistrelle de Nathusius

La pipistrelle de Nathusius occupe généralement une cavité d'arbre. Cette espèce migratrice est souvent contactée en fin d'été en Wallonie, durant la migration automnale. Avec sa petite taille, son pelage brun foncé (tant sur le ventre que sur le dos), sa peau noire, elle ressemble fort à la pipistrelle commune.

Pipistrellus kuhliiOrindigèneAcaccidentelDDdonnées déficientesDDdonnées déficientesLégislation existante

La présence de cette espèce plutôt méridionale est confirmée depuis 2012 en Région bruxelloise. La présence de la pipistrelle de Kuhl en Wallonie n'est pas encore prouvée.

Mustela nivalisOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéLégislation existante

Le plus petit carnivore de notre faune sauvage est la belette. Son menu se compose principalement de petits campagnols. Son corps fusiforme muni d'une courte queue est coloré de brun-roux sur le dos et de blanc sur le ventre. Elle habite des habitats très variés ce qui implique qu'on la rencontre à peu près partout en Belgique.

Sources : Libois (2006)