Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Sympétrum à corps déprimé (Sympetrum depressiusculum)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Sympétrum à corps déprimé
Néerlandais : Kempense heidelibel
Anglais : Spotted Darter
Allemand : Sumpf Heidelibelle
Groupe biologique :Animaux / Invertébrés / Insectes / Libellules / Anisoptères

Intro

Synthèse

Sympétrum reconnaissable par son abdomen légèrement aplati, de couleur jaune-orange sur les côtés et rouge garni de marques noires en forme de goutte ou de triangle sur le dessus. Attention de ne pas le confondre avec Sympetrum sanguineum (Sympétrum sanguin). On le retrouve en Europe centrale et orientale ainsi que dans le Bénélux, France, Allemagne, nord de l'Italie. Rare en Belgique, on le retrouve uniquement en Campine. Son statut en Flandre est vulnérable et son statut en Wallonie ne peut-être évalué vu l'absence de données. L'espèce recherche des plans d'eau se réchauffant rapidement avec de vastes zones marécageuses peu profondes. Sa période de vol s'étale entre la fin mai et la mi-septembre avec un pic en août.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • Aucune réglementation

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Aucune réglementation

Directives européennes

  • Aucune réglementation

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Wallonie, Flandre

Sources :Goffart et al. 2006

Statut de présence :Ex : éteint

Sources :Goffart et al. 2006

Indigenat :Or : indigène

Sources :Goffart et al. 2006

Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

Sympetrum depressiusculum montre, en Campine, une préférence pour les «vennen» ou les plans d'eau mésotrophes présentant de vastes zones marécageuses peu profondes à végétation émergente assez clairsemée et des milieux périphériques à structure diversifiée. L'apport d'eau riche en calcaire provenant du canal Albert dans les systèmes d'irrigation et de wateringue de la région a été vraisemblablement favorable à l'espèce et a contribué à accroître ses effectifs. Une faible hauteur d'eau, un recouvrement végétal lâche et une situation abritée et chaude permettent un réchauffement rapide de l'eau au printemps, condition propice au développement des larves de ce Sympétrum. Les adultes utilisent les petites landes et milieux humides à proximité de l'eau comme terrains de chasse.

Geert De Knijf et Philippe Goffart in Goffart et al. 2006

Statut

Tendance

Informations en cours de validation

Liste Rouge

Espèce menacée :Non
Statut :DD : données déficientes
Sources :Goffart & al., 2006

Espèce invasive

Informations en cours de validation

Divers

Auteurs

Grégory Motte