Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

2679 - Bois de Tihange et de Neuville

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Huy
Cantonnements DNF :Liège
Surface : ha
Coordonnées :X Lambert : 215520 - Y Lambert : 135000
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Les bois de Tihange et de Neuville s'étendent sur le versant droit de la vallée de la Meuse, à l'est de Huy. Couvrant plus de 400 hectares, à une altitude variant de 80 à 270 m, ce massif forestier typique de l' «Ardenne» condruzienne, est composé de chênaies mélangées, de hêtraies et de diverses plantations résineuses, essentiellement sur des grès et des schistes du Gedinnien. Les quelques petits cours d'eau qui le traverse sont bordés de forêts rivulaires de type frênaie-aulnaie. Une liaison routière entre la vallée et le plateau du Condroz, dont la réalisation a débuté dans les années 2000, a créé une ouverture dans sa traversée forestière et a entrainé la création de friches annexes qui ont été colonisés localement par une flore et une faune intéressantes. Plusieurs espèces d'oiseaux rares au niveau régional y sont observées, comme l'alouette lulu (Lullula arborea), la pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) et le tarier pâtre (Saxicola rubicola), ainsi qu'un grand nombre de lépidoptères et d'hyménoptères peu communs.

Carto

Régions naturelles

  • F2 - Condroz ardennais

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
TihangeHUYLIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
LiègeLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Propriétaire(s)

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Oui  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Carduelis cannabinaOuiNonNicheur2012J.-S. Rousseau-Piot, J.-Y. Baugnée
Certhia familiarisOuiNonNicheur (> 2 couples)2012J.-S. Rousseau-Piot
Ciconia nigraOuiOuiNicheur très probable2012J.-S. Rousseau-Piot
Columba oenasOuiNonNicheur2012J.-S. Rousseau-Piot, J.-Y. Baugnée
Dendrocopos mediusOuiNonNicheurJ.-S. Rousseau-Piot
Dryocopus martiusOuiNonNicheur2012J.-S. Rousseau-Piot, R. Cors
Lanius collurioOuiNonNicheur (2 couples)2012J.-S. Rousseau-Piot
Lullula arboreaOuiOuiNicheur (1 couple)2012J.-S. Rousseau-Piot et al.
Saxicola rubicolaOuiNonNicheur (4 couples)2012J.-S. Rousseau-Piot
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Natrix natrixOuiOui2012J.-S. Rousseau-Piot
Zootoca viviparaOuiNon2012J.-S. Rousseau-Piot, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon2012J.-S. Rousseau-Piot
Argynnis paphiaNonNon2012J.-S. Rousseau-Piot
Boloria euphrosyneOuiOui2012J.-S. Rousseau-Piot
Callophrys rubiNonNon2012J.-Y. Baugnée
Carcharodus alceaeNonNon2012J.-S. Rousseau-Piot
Carterocephalus palaemonNonNon2012J.-S. Rousseau-Piot
Cyaniris semiargusNonNon2012J.-S. Rousseau-Piot
Erynnis tagesNonNon2012J.-S. Rousseau-Piot
Melanargia galatheaNonNon2012J.-S. Rousseau-Piot, J.-Y. Baugnée
Pyrgus malvaeNonOui2012J.-S. Rousseau-Piot
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria2012J.-S. Rousseau-Piot
Zygaena viciae2012J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Libellules
Cordulegaster bidentataOuiOui2012J.-S. Rousseau-Piot
Sympecma fuscaOuiOui2009R. Cors
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Oedipoda caerulescens2012J.-S. Rousseau-Piot, J.-Y. Baugnée
Tetrix tenuicornis2012J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena pandellei2012J.-Y. Baugnée
Anthidium oblongatum2012J.-Y. Baugnée
Anthidium punctatum2012 J.-Y. Baugnée
Anthophora retusa2012J.-S. Rousseau-Piot
Chrysura trimaculata2012J.-Y. Baugnée
Holopyga generosa2012J.-Y. Baugnée
Macropis fulvipes2012J.-Y. Baugnée
Melecta luctuosa2012J.-S. Rousseau-Piot
Osmia aurulenta2012J.-Y. Baugnée
Osmia bicolor2012J.-S. Rousseau-Piot
Trachusa byssina2012J.-Y. Baugnée
Plantes - Plantes supérieures
Rosa rubiginosa2012J.-Y. Baugnée
Thalictrum flavum2012J.-S. Rousseau-Piot, J.-Y. Baugnée
Valerianella carinata2012J.-S. Rousseau-Piot, J.-Y. Baugnée

Commentaires sur la faune

Oiseaux (données R. Cors, 2009; J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Buteo buteo, Carduelis cannabina, Certhia familiaris, Ciconia nigra, Columba oenas, Dendrocopos medius, Dryocopus martius, Lanius collurio, Lullula arborea, Falco tinnunculus, Lanius collurio, Phylloscopus collybita, Picus viridis, Saxicola rubicola, Sitta europaea, Sylvia communis, Turdus merula.

Reptiles (données J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Natrix natrix, Zootoca vivipara.

Acariens (données J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Aceria fraxinivora, Aceria galiobia.

Coléoptères (données R. Cors 2011; J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Agapanthia cardui, Agapanthia villosoviridescens, Agrilus angustulus, Agrilus biguttatus, Anthaxia nitidula, Anthaxia quadripunctata, Anthaxia salicis, Aphanisticus elongatus, Bruchidius ater (= villosus), Bruchidius imbricornis, Bruchidius varius, Bruchus affinis, Bruchus loti, Callidium violaceum, Calvia quatuordecimguttata, Cassida denticollis, Cetonia aurata, Cicindela campestris, Coccinella quinquepunctata, Coccinella septempunctata, Cryptocephalus bipunctatus, Cryptocephalus moraei, Cryptocephalus ocellatus, Cryptocephalus vittatus, Dorcus parallelipipedus, Galeruca tanaceti, Harmonia axyridis, Hippodamia variegata, Malachius bipustulatus, Nanophyes marmoratus, Oberea oculata, Oedemera lurida, Oedemera nobilis, Phytoecia cylindrica, Plagionotus arcuatus, Psyllobora vigintiduopunctata, Rhopalapion longirostre, Rutpela maculata, Scymnus suturalis, Stenurella melanura, Stenurella nigra, Trachys scrobiculatus, Trichius fasciatus, Tytthaspis sedecimpunctata.

Diptères (données J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Agromyza idaeiana, Campiglossa malaris, Campiglossa misella, Chloromyia formosa, Chorisops tibialis, Coremacera marginata, Dasineura trifolii, Dasineura urticae, Dichetophora obliterata, Eristalis tenax, Hemipenthes morio, Jaapiella veronicae, Melanostoma mellinum, Noeeta pupillata, Oxyna parietina, Pachygaster atra, Paragus haemorrhous, Phytomyza origani, Rhagoletis alternata, Rhopalomyia ptarmicae, Rivellia syngenesiae, Sicus ferrugineus, Sphaerophoria scripta, Sphenella marginata, Tephritis separata, Terellia ruficauda, Terellia winthemi, Trypetoptera punctulata, Urophora cardui, Xyphosia miliaria.

Hémiptères (données R. Cors 2009; J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Adelphocoris seticornis, Aelia acuminata, Amblytylus nasutus, Anthocoris confusus, Anthocoris sarothamni, Aphrophora alni, Arytaina genistae, Arytainilla spartiophila, Atractotomus mali, Camptozygum aequale, Capsus ater, Cardiastethus fasciiventris, Carpocoris purpureipennis, Cercopis vulnerata, Chamaepsylla hartigii, Charagochilus gyllenhalii, Cicadella viridis, Cixius cunicularius, Closterotomus fulvomaculatus, Coptosoma scutellatum, Coreus marginatus, Criocoris crassicornis, Cryptosiphum artemisiae, Cymus melanocephalus, Deraeocoris cordiger, Deraeocoris flavilinea, Deraeocoris ruber, Dictyla humuli, Dicyphus errans, Dicyphus globulifer, Europiella artemisiae, Eurydema dominula, Eurydema oleracea, Eurygaster testudinaria, Evacanthus interruptus, Gargara genistae, Ischnodemus sabuleti, Kleidocerys resedae, Lygus gemellatus, Megaloceroea recticornis, Megalocoleus tanaceti, Neoaliturus fenestratus, Notostira elongata, Orius niger, Orthocephalus coriaceus, Orthotylus concolor, Palomena prasina, Pentatoma rufipes, Peritrechus geniculatus, Phoenicocoris modestus, Phoenicocoris obscurellus, Philaenus spumarius, Piezodorus lituratus, Plagiognathus arbustorum, Psyllopsis fraxini, Psyllopsis fraxinicola, Pterotmetus staphyliniformis, Rhopalus subrufus, Rhynocoris annulatus, Stenotus binotatus, Stictopleurus abutilon, Tingis ampliata, Tingis crispata, Trigonocranus emmeae.

Hyménoptères (données J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Ammophila sabulosa, Ancistrocerus nigricornis, Andrena florea, Andrena lathyri, Andrena pandellei, Anthidium manicatum, Anthidium oblongatum, Anthidium punctatum, Bethylus nitidus, Bombus bohemicus, Bombus hypnorum, Bombus terrestris, Cerceris quinquefasciatus, Chelostoma distinctum, Chelostoma rapunculi, Chrysura trimaculata, Crabro peltarius, Diplolepis rosae, Epyris niger, Fenella nigrita, Halictus rubicundus, Holopyga generosa, Hoplitis adunca, Hylaeus confusus, Hylaeus styriacus, Lindenius albilabris, Macropis fulvipes, Megachile centuncularis, Megachile ericetorum, Megachile willughbiella, Odynerus spinipes, Osmia aurulenta, Passaloecus singularis, Polistes dominulus, Pontania proxima, Tachysphex unicolor, Trachysa byssina, Vespa crabro.

Lépidoptères (données J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Acronicta rumicis, Adela violella, Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Apatura iris, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Arctia caja, Argynnis paphia, Autographa gamma, Boloria euphrosyne, Bucculatrix nigricomella, Bucculatrix noltei, Callophrys rubi, Calophasia lunula, Carcharodus alceae, Carterocephalus palaemon, Celastrina argiolus, Celypha lacunana, Chrysoteuchia culmella, Coenonympha pamphilus, Coleophora peribenanderi, Colias croceus, Crambus perlella, Cyaniris semiargus, Cydia cf cosmophorana, Dichrorampha petiverella, Ematurga atomaria, Epirrhoe alternata, Erynnis tages, Euspilapteryx auroguttella, Gonepteryx rhamni, Grapholita compositella, Inachis io, Lasiommata megera, Leptidea cf sinapis, Leucoptera lotella, Leucospilapteryx omissella, Limenitis camilla, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Mompha langiella, Mompha raschkiella, Ochlodes sylvanus, Oncocera semirubella, Papilio machaon, Pararge aegeria, Parectopa ononidis, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Plebeius agestis, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pseudopanthera macularia, Pterophorus pentadactyla, Pyrgus malvae, Pyronia tithonus, Shargacucullia verbasci, Thymelicus lineola, Thymelicus sylvestris, Tyria jacobaeae, Vanessa atalanta, Vanessa cardui, Zygaena filipendulae, Zygaena viciae.

Mécoptères (données J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Panorpa vulgaris.

Névroptères (données J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Chrysopa perla, Psectra diptera.

Odonates (données R. Cors 2009-2011; J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Aeshna cyanea, Anax imperator, Coenagrion puella, Cordulegaster bidentata, Enallagma cyathigerum, Gomphus pulchellus, Libellula depressa, Orthetrum cancellatum, Sympecma fusca, Sympetrum striolatum.

Orthoptères (données R. Cors 2009; J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Conocephalus fuscus, Leptophyes punctatissima, Nemobius sylvestris, Oedipoda caerulescens, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Tetrix tenuicornis, Tettigonia viridissima.

Gastéropodes (données J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Cepaea nemoralis, Fruticicola fruticum, Helix pomatia, Monacha cantiana, Succinea putris, Trochulus hispidus.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données J.-S. Rousseau-Piot et J.-Y. Baugnée, 2012): Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Achillea ptarmica, Agrostis capillaris, Agrostis stolonifera, Ajuga reptans, Alcea rosea, Alliaria petiolata, Allium vineale, Arenaria serpyllifolia, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Barbarea vulgaris, Betula pendula, Betula pubescens, Briza media, Bryonia dioica, Buddleja davidii, Calamagrostis epigejos, Calluna vulgaris, Calystegia sepium, Campanula rapunculus, Campanula trachelium, Cardamine hirsuta, Carduus crispus, Carex caryophyllea, Carex cuprina, Carex hirta, Carex remota, Carex spicata, Centaurea jacea, Cerastium fontanum, Cerastium tomentosum, Chaenorrhinum minus, Chelidonium majus, Cirsium arvense, Cirsium vulgare, Convallaria majalis, Conyza canadensis, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Crepis biennis, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Daucus carota, Digitalis purpurea, Dipsacus fullonum, Dryopteris filix-mas, Echium vulgare, Epilobium angustifolium, Epilobium ciliatum, Epilobium hirsutum, Epilobium parviflorum, Erigeron annuus, Erophila verna, Eupatorium cannabinum, Euphorbia amygdaloides, Euphorbia esula, Euphorbia lathyris, Fallopia japonica, Festuca pratensis, Filipendula ulmaria, Fraxinus excelsior, Galega officinalis, Galium odoratum, Galium mollugo, Geranium dissectum, Geranium pyrenaicum, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Heracleum sphondylium, Hieracium bauhinii, Hieracium pilosella, Holcus lanatus, Humulus lupulus, Hypericum hirsutum, Hypericum perforatum, Hypericum pulchrum, Hypericum tetrapterum, Hypochaeris radicata, Iris pseudacorus, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus inflexus, Juncus tenuis, Knautia arvensis, Knautia arvensis, Lamium album, Lamium maculatum, Lapsana communis, Larix decidua, Lathyrus latifolius, Lathyrus pratensis, Lathyrus sylvestris, Lavatera cretica, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Lolium perenne, Lotus corniculatus, Lotus pedunculatus, Luzula campestris, Lychnis flos-cuculi, Lysimachia nummularia, Lysimachia vulgaris, Lythrum salicaria, Malva moschata, Matricaria maritima subsp. inodora, Medicago lupulina, Medicago sativa, Melampyrum pratense, Melilotus albus, Melilotus officinalis, Melissa officinalis, Mentha aquatica, Mentha suaveolens, Mespilus germanica, Molinia caerulea, Mycelis muralis, Myosotis arvensis, Myosoton aquaticum, Nuphar lutea, Odontites vernus, Onobrychis viciifolia, Origanum vulgare, Papaver rhoeas, Persicaria amphibia, Persicaria bistorta, Phalaris arundinacea, Phleum pratense, Phragmites australis, Picris hieracioides, Pimpinella major, Pinus sylvestris, Plantago lanceolata, Plantago major, Plantago media, Poa annua, Poa compressa, Poa trivialis, Polemonium coeruleum, Populus tremula, Potentilla anserina, Potentilla reptans, Prunella vulgaris, Prunus avium, Prunus spinosa, Pulicaria dysenterica, Quercus robur, Ranunculus acris, Ranunculus bulbosus, Ranunculus repens, Reseda lutea, Reseda luteola, Rhus typhina, Robinia pseudoacacia, Rosa rubiginosa, Rosa rugosa, Rubus sp., Rumex conglomeratus, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Salix alba, Salix caprea, Salix purpurea, Sambucus nigra, Sambucus racemosa, Saxifraga granulata, Scrophularia auriculata, Scrophularia nodosa, Securigera varia, Senecio erucifolius, Senecio inaequidens, Senecio jacobaea, Silene dioica, Silene latifolia subsp. alba, Silene vulgaris, Solanum dulcamara, Solidago canadensis, Sonchus asper, Sonchus oleraceus, Spiraea sp., Stachys officinalis, Stachys palustris, Stachys sylvatica, Symphytum officinale, Tanacetum vulgare, Teucrium scorodonia, Thalictrum flavum, Torilis japonica, Tragopogon pratensis, Trifolium campestre, Trifolium hybridum, Trifolium pratense, Trifolium repens, Tussilago farfara, Urtica dioica, Vaccinium myrtillus, Valeriana repens, Valerianella carinata, Verbascum nigrum, Verbascum thapsus, Verbena officinalis, Veronica chamaedrys, Veronica officinalis, Veronica serpyllifolia, Viburnum opulus, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia sativa, Vicia sepium, Viola riviniana, Viscum album, Vulpia myuros.

Espèces exotiques

Plantes (2012): Alcea rosea, Buddleja davidii, Cerastium tomentosum, Conyza canadensis, Epilobium ciliatum, Hieracium bauhinii, Lavatera cretica, Melissa officinalis, Nigella sp., Polemonium coeruleum, Robinia pseudoacacia, Rosa rugosa, Senecio inaequidens, Solidago canadensis, Spiraea sp.

Animaux (2012): Harmonia axyridis.

Conservation

Détails

Description physique

Le massif forestier constitué par les bois de Tihange et de Neuville est situé sur le versant droit de la vallée de la Meuse, à l'est de la ville de Huy.

Il s'inscrit dans une partie particulière du Condroz, dite "Ardenne condruzienne" telle que définie par DELVAUX et GALOUX (1962) mais aussi dénommée, plus correctement, le "Condroz ardennais". Ce territoire au relief accusé, coupé par des vallons profonds et reposant sur des roches acides (schistes, grès, ...), présente en effet diverses caractéristiques écologiques que l'on trouve en Ardenne, notamment sur le plan floristique. Le socle géologique est constitué en majeure partie par des roches paléozoïques mises en place lors du plissement hercynien. Le fond de la vallée de la Meuse est occupé par des alluvions quaternaires qui recouvrent en grande partie des schistes micacés et des schistes plus ou moins argileux du Silurien, lesquels n'apparaissent qu'à la base du versant. En progressant sur le versant condruzien, on traverse plusieurs autres couches géologiques, successivement le Gedinnien (poudingue d'Ombret), le Siegenien inférieur (grès du bois d'Ausse), le Siegenien moyen (schistes, psammites et grès d'Acoz), le Siegenien supérieur (grès de Wépion et schistes).

L'écart altitudinal est assez conséquent. Ainsi, de la vallée, située à une altitude de 70 m au niveau de Neuville-sous-Huy, on passe à environ 230 m sur le plateau condruzien, aux alentours du hameau des Neuf Bonniers.

Le bois de Neuville est séparé du bois de Tihange par le vallon du ruisseau de Maurissart, affluent direct de la Meuse. Le massif forestier est traversé par plusieurs autres petits cours d'eau, dont le Ry de Mer, le ruisseau du Fond du Paradis, etc.

En raison de son relief et de ses sols peu productifs, le massif a gardé une grande partie de son intégrité et a échappé à l'urbanisation et aux aménagements divers. Il est traversé par une petite route qui permet de joindre la vallée au plateau, entre Neuville-sous-Huy et Les Gottes.

Un projet de liaison routière plus important est toutefois né dans les années 1980. Prévu au départ à quatre bandes, le projet a été réduit à deux bandes, suite aux recommandations environnementales. Un premier tronçon de cette route Tihange-Tinlot (N684) a été réalisé vers 2004, d'une longueur inférieure à 3 km (sur les 8,2 km prévus). Il part du rond point situé au sud-est de la centrale nucléaire de Tihange pour rejoindre l'angle droit que faisait la rue des neuf Bonniers dans le bois de Neuville. Le tronçon est assez sinueux et son creusement a mis à nu des affleurements rocheux. A ce niveau, les talus sont souvent très pentus et sont instables par endroits. Des remblais ont été amassés localement, de part et d'autre de la route.

Description biologique

L'ensemble forestier constitué par les bois de Tihange et de Neuville présente une grande valeur écologique et une diversité remarquable d'habitats liée à la variété des couches géologiques et à la topographie particulière du massif. De plus il abrite de nombreuses espèces animales et végétales intéressantes dont certaines sont même assez exceptionnelles pour le Condroz.

Une description partielle est fournie dans deux études relatives au tracé de la liaison routière entre Tihange et Strée et menées respectivement en 1983 par le GIREA et en 2011 par l'aCREA-ULg. Jusqu'à présent, seuls 2,3 km de la route ont été réalisés (sur les 8,2 km prévus), entre Tihange et le hameau des Neufs Bonniers, ce tronçon n'étant pas encore ouvert au trafic.

L'étude de l'aCREA, qui actualise celle de 1983, mentionne, au niveau du tracé de la route et sur 100 m de part et d'autre:

1. Des prairies mésophiles améliorées, avec Lolium perenne, Festuca sp., Trifolium repens, Poa pratensis, Ranunculus repens, Plantago lanceolata, Plantago major, Bellis perennis, Cardamine pratensis, etc.

2. Des friches rudérales nitrophiles à Urtica dioica, Aegopodium podagraria, Artemisia vulgaris, Cirsium arvense, etc.

3. Des fourrés, résultant souvent de l'évolution naturelle de haies, avec entre autre Crataegus monogyna, Prunus spinosa, Rubus sp., Corylus avellana, Cornus sanguinea.

4. Des chênaies acidophiles à Quercus robur, Quercus petraea, Betula pubescens, Fagus sylvatica, Carpinus betulus, Ilex aquifolium, Deschampsia flexuosa, Pteridium aquilinum, Vaccinium myrtillus, etc.

5. Une hêtraie acidophile, pure, sur le versant gauche du ruisseau de Maurissart

6. Des chênaies-frênaies neutroclines, abritant Anemone nemorosa, Ranunculus ficaria, Acer pseudoplatanus, Alnus glutinosa, Viburnum opulus, etc.

7. Des chênaies-charmaies calcicoles, surtout représentées comme taillis, avec Acer campestre, Ligustrum vulgare, Euonymus europaeus, Clematis vitalba, Fraxinus excelsior, etc.

8. Des aulnaies-frênaies de sources et de ruisseaux, représentées le long des deux principaux cours d'eau du massif, le ruisseau de Maurissart et le Ry de Mer, et abritant Chrysosplenium oppositifolium, Deschampsia cespitosa, Carex remota, Athyrium filix-femina, etc.

9. Des plantations de conifères, surtout Picea abies et Abies grandis, mais aussi Pinus sylvestris

10. Des plans d'eau, dont trois étangs situés dans la partie aval du ruisseau de Maurissart, au nord du tracé de la nouvelle route, ainsi qu'une mare didactique à la sortie du bois des Neuf Bonniers

11. Des alignements d'arbres et des haies.

Le 26 juin 2012, une visite effectuée conjointement par le DEMNA (Y. Barbier et J.-Y. Baugnée), le DNF ainsi que J.-S. Rousseau-Piot (Natagora), a permis de préciser la végétation de certaines zones situées au niveau de la liaison routière, dans sa partie déjà réalisée. La construction de celle-ci, débutée en 2004, a entrainé une trouée importante dans sa traversée du massif forestier, la mise à nu d'affleurements rocheux et la création d'habitats liés au réseau routier (friches, éboulis artificiels, etc.).

De la route nationale N90 jusqu'à l'extrémité de la rue de Neuville, la route est bordée de talus fleuris qui accueillent notamment le demi-deuil (Melanargia galathea), deux couples de tarier pâtre (Saxicola rubicola) et un couple de pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), ces deux oiseaux étant fort peu communs dans la région.

Une grande friche située à gauche du tronçon de la liaison routière Tihange-Strée, à l'extrémité de la rue de la Neuville, présente une remarquable diversité topographique et hygrométrique. De plus, sa richesse floristique est assez étonnante, avec plus de 160 espèces recensées le 26 juin 2012. Dans les parties humides, elle montre :

- des roselières sèches à Phragmites australis, Phalaris arundinacea, Scrophularia auriculata, Lysimachia vulgaris, Lythrum salicaria...

- des éléments de prairie humide à Achillea ptarmica, Thalictrum flavum, Pulicaria dysenterica, etc.

- de petites cariçaies à Carex cuprina et jonchaies à Juncus inflexus,

- de petites flaques et ornières temporaires,

- des fourrés et de petits saules pionniers.

Les parties plus sèches renferment notamment:

- des friches rudérales à Solidago canadensis, Erigeron annuus, Tanacetum vulgare, etc.,

- très localement, des décombres à Urtica dioica, Lathyrus latifolius, Melissa officinalis, Solanum dulcamara, ...

- des friches richement fleuries à Arrhenatherum elatius, Holcus lanatus, Lathyrus pratensis, Lotus corniculatus, Leucanthemum vulgare, Tanacetum vulgare, Vicia cracca, Rubus spp., Trifolium pratense, Trifolium repens, Crepis biennis, Tussilago farfara, Knautia arvensis, Campanula rapunculus, Senecio erucifolius, Heracleum sphondylium, Torilis japonica, etc.

- des pelouses ouvertes à Poa compressa, Trifolium campestre, Arenaria serpyllifolia, Echium vulgare, etc., cantonnées sur les sols damés et les chemins.

Une partie surélevée, constituée vraisemblablement de matériaux issus du creusement de la tranchée routière, montre une friche plus ou moins ouverte, sur sol caillouteux, ainsi que des fourrés de Cytisus scoparius, et est délimitée au sud et à l'ouest par des éboulis et des talus escarpés.

Sur le plan botanique, la friche ne renferme pas d'espèces protégées, mais on y observe toutefois deux plantes figurant sur la liste rouge wallonne (SAINTENOY-SIMON et al. 2006) : le pigamon jaune (Thalictrum flavum) et la valérianelle carénée (Valerianella carinata). La présence du pigamon est particulièrement intéressante, car l'espèce est devenue très rare dans la vallée de la Meuse en aval de Namur. Une trentaine de plantes ont été notées dans la partie nord de la friche (laquelle ne se situe pas dans la plaine alluviale mosane mais bien sur le versant du Condroz ardennais). Cette friche se caractérise par sa richesse en Fabacées, qui offrent des ressources alimentaires pour nombre d'abeilles sauvages et papillons de jour. On peut citer notamment Lathyrus sylvestris, particulièrement abondante par endroits, ainsi que Galega officinalis et Coronilla varia, deux espèces peu communes en Wallonie mais bien naturalisées ici.

Concernant la faune, on signale la présence du demi-argus (Polyommatus semiargus), de l'hespérie de la mauve (Pyrgus malvae), du point de Hongrie (Erynnis tages), de la locustelle tachetée (Locustella naevia) et de l'alouette lulu (Lullula arborea) (obs. J.-S. Rousseau-Piot). Dans les années 2000, cette friche hébergeait également le crapaud calamite (Bufo calamita) et sa présence actuelle ne paraît pas exclue (comm. A. Laudelout). En outre, le 26 juin 2012, plusieurs hyménoptères intéressants ont été observés plus particulièrement sur l'éboulis exposé au sud qui délimite la partie surélevée: c'est le cas de l'abeille hélicicole Osmia aurulenta et de son coucou Chrysura trimaculata, ainsi qu'une autre abeille peu commune, Anthidium oblongatum.

En gravissant le versant condruzien, en contrebas de la route, on abouti à un talus rocailleux issu de l'aménagement du passage du ruisseau de Maurissart. Cette zone, en cours de colonisation végétale, héberge notamment un arbuste protégé, le rosier rouillé (Rosa rubiginosa), de même qu'une touffe isolée de silène enflé (Silene vulgaris), espèce plutôt calcicole. La pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) niche aux alentours et on y signale aussi la cétoine dorée (Cetonia aurata), le lézard vivipare (Zootoca vivipara) ainsi que trois papillons intéressants: l'hespérie de la mauve (Pyrgus malvae), le point de Hongrie (Erynnis tages) et l'échiquier (Carterocephalus palaemon). La présence de cette dernière espèce est remarquable car aucune population n'est actuellement connue au niveau du sillon mosan!

Les bords de la route sont constitués d'un substrat qui est resté assez pauvre. Ils ont fait l'objet d'un semis "Ecosem" après la construction de la route. Ils présentent une diversité floristique intéressante, avec de nombreuses espèces en fleur et accueillent des espèces animales intéressantes comme le demi-deuil (Melanargia galathea), le tarier pâtre (Saxicola rubicola) et la pie-grièche écorcheur.

Les talus rocheux résultant du creusement de la route à travers les couches géologiques du primaire sont très fortement pentus. Des problèmes de stabilité sont apparus au cours du temps et nécessiteront des aménagements spécifiques imposés pour raisons de sécurité. Ils sont exposés généralement vers le sud et offrent des conditions extrêmes pour les plantes et les animaux. Notons que le bord droit de la route (en montant) a été gabionné sur une longueur assez importante. Sur le plan botanique, on y observe une flore plutôt acidophile, dont des fragments de landes à Calluna vulgaris.

Plus haut sur le versant, un peu avant la fin du tronçon de route réalisé, se trouve un remblai particulièrement intéressant. C'est à cet endroit qu'a été découverte, au printemps 2012, une abeille sauvage très rare, Melecta luctuosa (obs. J.-S. Rousseau-Piot, détermination confirmée par P. Rasmont). Il s'agit d'une abeille parasite qui agit comme le coucou en pondant ses œufs dans les nids d'autres abeilles solitaires. L'hôte parasité est habituellement une espèce d'anthophore, souvent Anthophora retusa, espèce assez rare en Wallonie et qui est également présente sur la zone.

L'endroit s'avère également très favorable à d'autres groupes d'insectes. Parmi les papillons, le grand collier argenté (Boloria euphrosyne), l'échiquier (Carterocephalus palaemon), l'hespérie de la mauve (Pyrgus malvae) y sont notés, la présence de la première espèce étant exceptionnelle pour le Condroz! On y observé aussi le criquet à ailes bleues (Oedipoda caerulescens), l'abeille hélicicole Osmia bicolor (celle-ci nidifiant notamment dans les coquilles de l'escargot de Bourgogne), de même que la couleuvre à collier (Natrix natrix).

Biblio

Divers

Répondants de l'information

Y. BARBIER et J.-Y. BAUGNEE (SPW/DGARNE/DEMNA/DNE/OFFH, Avenue Maréchal Juin, 23, B-5030 Gembloux).

J.-S. ROUSSEAU-PIOT (NATAGORA asbl).

Date de la dernière modification de la fiche

2012-07-30