Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1028 - Vallon de la Cemenne - étang du Bois de la Ville

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Minières - étang de Florennes - ruisseau de la Semenne / Grand Etang
Communes :Florennes
Cantonnements DNF :Philippeville
Surface : ha
Coordonnées :X Lambert : 165693 - Y Lambert : 106848
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Le vallon de la Cemenne est localisé dans le Condroz de l'Entre-Sambre-et-Meuse au nord de Florennes. Prenant source sur le plateau cultivé au nord du Bois du Richa, cette petite rivière s'écoule constamment vers l'ouest en direction de Morialmé où elle se jette dans la Thyria, affluent de l'Eau d'Heure. Tout au long de ses cinq kilomètres, la Cemenne reçoit de multiples ruisselets et traverse successivement le sud du Bois du Prince, le Bois de la Ville puis une zone plus bocagère à partir du hameau des Minières. Le nom de ce dernier témoigne des anciennes activités extractrices de type artisanal qui ont eu lieu ici durant plusieurs siècles. La vingtaine de pièces d'eau qui parsèment le vallon correspondent d'ailleurs pour la plupart à des fosses inondées. Ainsi, l'étang principal, celui du Bois de la Ville, est une ancienne mine de fer qui est devenu une zone humide très intéressante. Ce plan d'eau de 4 ha à niveau variable abrite une association végétale assez exceptionnelle liée aux vases exondées et caractérisée par deux petites plantes pionnières rares que sont la littorelle (Littorella uniflora) et la limoselle (Limosella aquatica). Du point de vue faunistique, l'ensemble du vallon présente un grand intérêt notamment pour les amphibiens et l'avifaune. Hélas, si l'étang du Bois de la Ville fut un temps érigé en réserve scientifique par Ardenne et Gaume, le site est actuellement dépourvu de statut réel de protection et n'a pas été intégré au réseau Natura 2000.

Carto

Régions naturelles

  • F3 - Condroz occidental

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Florennes12.14 haFLORENNESNAMUR
Morialmé2.52 haFLORENNESNAMUR
Saint-Aubin6.75 haFLORENNESNAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Philippeville21.41 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
371Réserve scientifique de l'Etang du Bois de la Ville21,41 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNon2020L. Wargé
Myotis daubentoniiOuiOui2010M. Corroy
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNon2020Divers obs.
Cuculus canorusOuiOui2020Divers obs.
Dendrocopos mediusOuiNon2020Divers obs.
Oriolus oriolusOuiOui2020Divers obs.
Pernis apivorusOuiNonNicheur2020Divers obs.
Phylloscopus trochilusOuiNon2020L. Wargé
Podiceps cristatusOuiNon1-2 couples nicheurs1997A. Remacle
Tringa ochropusOuiNonHalte migr.2019L. Wargé
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNon2019A. Delcour
Bufo bufoOuiNon2020Divers obs.
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2020Divers obs.
Lissotriton helveticusOuiNon2020Divers obs.
Lissotriton vulgarisOuiNon2020Divers obs.
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2020A. Remacle, L. Wargé
Triturus cristatusOuiOui2020M. Gonze
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Limenitis camillaNonNon2020L. Wargé
Plantes - Plantes supérieures
Alopecurus aequalis1998A. Remacle
Asplenium scolopendrium2020L. Wargé
Hyacinthoides non-scripta2006IPRFW
Limosella aquatica1995AJ. Duvigneaud et al.
Littorella uniflora1997ADivers obs.
Oenanthe aquatica1997A. Remacle
Rumex maritimus2018O. Roberfroid
Rumex palustris1997Martin et al. (1999)

Commentaires sur la faune

A compléter

Commentaires sur la flore

A compléter

Espèces exotiques

Plantes: Lemna minuta.

Animaux: Alopochen aegyptiaca, Harmonia axyridis, Orconectes limosus.

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'un étang caractérisé par un battement du niveau de l'eau en cours d'année ayant comme conséquence l'apparition d'une végétation de vase d'un grand intérêt phytosociologique: groupement à Littorella uniflora et groupement pionnier à Riccia cavernosa.

Menaces

Forte fréquentation par les pêcheurs et les enfants, pouvant entraîner le piétinement de la végétation, les zones les plus intéressantes étant cependant peu accessibles.
Eutrophisation des eaux de l'étang suite à l'activité halieutique.
Influence négative de l'utilisation de la pièce d'eau comme étang de pêche sur le peuplement en odonates et en amphibiens.

Recommandations

Il serait indiqué de mettre en place à l'entrée de l'étang, vers la rue du Quartier du Bois de la Ville, un panneau d'information sur l'intérêt du site pour la flore, intérêt qui a justifié son récent statut de réserve naturelle.

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

L'étang est loué à une société de pêche locale (Les Pêcheurs à la ligne de Florennes et environs) par bail daté du 1 juillet 1996 pour une période de 10 ans.
La chasse au gibier d'eau est également pratiquée et ne semble pas avoir d'impact important sur le site.

Détails

Description physique

Ce site localisé à 2,5 km au nord de Florennes, était initialement limité à l'étang du Bois de la Ville mais a été étendu à l'ensemble du vallon du ruisseau de la Cemenne afin d'inclure les nombreuses mares qui parsèment l'endroit, qu'elles soient en forêt ou en prairie.

La Cemenne prend source sur le plateau agricole au nord du Bois du Richa, au lieu-dit Campagne de Pottia, à 285 m d'altitude. Cette petite rivière condruzienne s'écoule ensuite constamment vers l'ouest en direction de Morialmé où elle se jette dans la Thyria, affluent de l'Eau d'Heure. Sur son parcours de 5 km, elle reçoit de multiples ruisselets et traverse successivement le sud du Bois du Prince, le Bois de la Ville puis une zone plus bocagère à partir du hameau des Minières. Ce toponyme témoigne des anciennes activités extractrices de type artisanal qui ont eu lieu dans ce secteur durant plusieurs siècles: mines de fer, argilières, extraction de silex, etc.

L'étang du Bois de la Ville a été décrit en détail par A. Remacle dans le cadre de l'inventaire des carrières désaffectées de Wallonie (état en 1997): cet étang de pêche est localisé à 2 km au NNW de Florennes et à 1,5 km à l'est de Morialmé au lieu-dit Minières, dans le bois de la Ville. On y a extrait de la limonite (hydroxyde de fer amorphe), et ce depuis au moins l'époque gallo-romaine (GILLARD, 1971). Deux anciennes usines étaient installées à proximité immédiate de l'étang: une verrerie et une faïencerie. L'étang, qui résulte de l'inondation d'une ancienne mine de fer, se caractérise par une exondation partielle des berges en pente douce (en particulier au niveau des côtés sud et ouest) à la fin de l'été et en automne. Etang de pêche fréquenté en saison de façon intensive, il est bordé d'un grand nombre de cabanons et de pontons installés à plusieurs niveaux, ce qui confère au site, à cette époque de l'année, un aspect surprenant et peu esthétique. La pièce d'eau est limitée par des talus éboulés, de hauteur variable selon le niveau d'eau (4-5 m maximum fin octobre 1996, époque à laquelle le niveau était fort bas). Elle est entourée d'arbres, sauf sur une partie du côté nord. Elle forme vers l'est, juste en contrebas de la SAPAD, un diverticule aux rives assez pentues où la roche en place affleure çà et là et où la zone de battance est peu importante. Vers l'est, une masse rocheuse arborée émerge de l'étang (calcaire tournaisien attribué à la formation de Waulsort). Au NW, l'étang se prolonge par deux (ou trois?) chenaux parallèles par où s'évacue le trop-plein de l'étang vers un ruisseau. En automne 1996, le niveau d'eau était plus bas qu'à l'automme 1997; en octobre, la partie méridionale était ainsi exondée. Les berges sont accessibles partout en empruntant de petits sentiers partant de la rive nord (où se trouve l'entrée officielle) et de la rive ouest. Un sentier mène entre les chenaux à la pointe NW de la pièce d'eau (zone surtout prospectée personnellement). Cet étang jouxte vers le nord le quartier du Bois de la Ville en partie occupé par une population défavorisée (au nord de la pièce d'eau). A la bordure est se trouve la SAPAD "Société d'aide et de protection aux animaux en détresse" (aboiements continuels très gênants pour le voisinage). A l'ouest, pâtures avec traces d'anciennes excavations et petites pièces d'eau (Na/535/32 et 35); au sud et à l'est, parcelles boisées et terrains agricoles. Deux anciennes voies ferrées passent à faible distance au nord et au sud de l'étang, se rejoignant 600 m à l'est de celui-ci.

Le vallon de la Cemenne s'inscrit dans une région au relief légèrement ondulé et au paysage marqué par l'alternance des bois, des cultures et des prairies avec des noyaux d'habitat essentiellement de type rural.

Du point de vue biogéographique, le site se trouve en région continentale et dans le district phytogéographique mosan.

Description biologique

Le vallon du ruisseau de la Cemenne, au nord de Florennes, regroupe une vingtaine de mares et deux étangs éparpillés sur quasiment 4 km entre la route N98 et le village de Morialmé. Plusieurs de ces pièces d'eau correspondent à des fosses d'extraction d'argile ou de silex inondées ou même d'anciennes mines de fer. La plupart sont entourées de boisements feuillus, mais quelques mares se trouvent en situation éclairée, au milieu de prairies.

La partie initiale et centrale du site est constituée par l'étang du Bois de la Ville, plan d'eau eutrophe à niveau variable de 4 ha qui est sans doute le plus intéressant de la région de Florennes du point de vue phytosociologique.

Les relevés floristiques réalisés à la fin du 20ème siècle (par ex. Duvigneaud & Saintenoy-Simon, 1996; Martin et al., 1999), il y a donc près de 30 ans, ont permis d'y déterminer la présence de trois groupements végétaux assez exceptionnels en Wallonie et liés aux vases exondées:
- une colonisation initiale sur les vases humides par des hépatiques et bryophytes, en particulier par Riccia cavernosa, espèce rare en Belgique, et Aphanorhegma patens, espèce méconnue.
- un groupement du Nanocyperion caractérisé par l'abondance occasionnelle de Limosella aquatica accompagné de Rorippa palustris, Gnaphalium uliginosum et de spécimens chétifs de Chenopodium rubrum var. humile.
- un groupement du Littorellion, exceptionnel en Wallonie, colonisant les plages soumises aux inondations de courte durée, dominé par Littorella uniflora et renfermant plus ponctuellement des espèces telles que Potentilla anserina, Rumex palustris, Gnaphalium uliginosum, Mentha arvensis, etc.
On notre en outre :
-un groupement à Persicaria amphibia abritant aussi quelques pieds de Gnaphalium uliginosum et de Callitriche sp.
- un groupement mixte du Bidention et du Lolio-Potentillon avec Bidens tripartita, Persicaria lapathifolia, Mentha arvensis, Potentilla anserina, Alopecurus aequalis, Eleocharis palustris, Mentha arvensis, Plantago major, Rumex maritimus, etc.
- un groupement plus nettement dominé par Eleocharis palustris renfermant aussi Mentha arvensis et Bidens tripartita.
- une frange d'hélophytes constituée de Iris pseudacorus, Lycopus europaeus, Phalaris arundinacea, Sparganium erectum, Rumex palustris, Eleocharis palustris, Juncus effusus, etc.
- une cariçaie à Carex acutiformis.

L'étang est limité par l'ourlet forestier. Des peupliers sont présents à hauteur des canaux d'évacuation avec à leurs pieds une flore nitrophile banale (Urtica dioica,...). Il est à noter qu'en raison de l'action néfaste des poissons, les hydrophytes sont pratiquement absents des eaux de l'étang (à l'exception de Persicaria amphibia et très localement de Callitriche sp. et Ranunculus subg. Batrachium).

Le transect résumé ci-dessus, sans Limosella aquatica cependant (seulement quelques plantes repérées en 1995) a été observé par A. Remacle en automne 1996 et 1997 dans la zone des chenaux (diverticule NW). Les espèces suivantes ont été notées à cette occasion: Persicaria lapathifolia, P. hydropiper, P. amphibium, Rumex maritimus, Rorippa palustris, Potentilla anserina, Filipendula ulmaria, Trifolium repens (abondant), Solanum dulcamara, Myosotis scorpioides, Mentha sp., Stachys palustris, Scutellaria galericulata, Littorella uniflora (tapis d'au moins 10 m2 + 5 m2 + autres petites plages), Bidens tripartita (abondant), Achillea ptarmica, Gnaphalium uliginosum, Sparganium erectum subsp. neglectum, Eleocharis palustris, Phalaris arundinacea, Iris pseudacorus (plusieurs plages).

En dehors de l'étang du Bois de la Ville, aucune étude n'est disponible pour l'ensemble du vallon de la Cemenne et il serait souhaitable d'actualiser les données existantes.

Monument naturel

Intérêt géologique: paléokarst noyé dans le synclinal de Morialmé (le site est représenté sur la couverture de la notice explicative de la carte géologique de 1994 (planchette 53/5-6).

Monument historique

A compléter

Histoire du site

On y a extrait de la limonite jusqu'en 1852. Il existe à proximité une ancienne verrerie ainsi qu'une faïencerie.
Aujourd'hui, l'étang est exploité pour la pêche. Depuis 1996, une partie du site est devenu réserve d'Ardenne et Gaume.

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)
Collaboration : J.-P. JACOB (AVES) et P. MARTIN (Amicale de Floristique Européenne).

Date de la dernière modification de la fiche

2022-11-06