Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

Tout sur les espèces

Ce portail biodiversité présente les informations sur la biodiversité en Wallonie. Il donne un accès large et privilégié aux informations sur l'écologie des espèces, leur répartition, leur tendances, mais aussi sur des inventaires biologiques de sites ou de régions particulières. Ces informations sur la biodiversité en Wallonie seront complétées et mises à jour au fur et à mesure de l'état des connaissances et du développement du portail.

Euphydryas auriniaMyotis_bechsteinii_JLG_03.jpgsalamandre_tkinet_0478.jpgcordulegaster_boltoniiCFa0709Deulin7298a.jpgtruite arc-en-ciel.jpgCervus elaphus 04lezard_murailles_vio.JPG

Un suivi organisé et pérenne

Dès 1989 furent lancés des programmes d'inventaire et de surveillance de la biodiversité, pour des raisons

  1. scientifiques (améliorer les connaissances sur le patrimoine naturel et évaluer son évolution)

  2. légales, le décret du 12/02/1987 obligeant à élaborer un rapport annuel sur l'état de l'environnement wallon

Ces programmes appelés dans un premier temps "Surveillance de l'état de l'environnement wallon par les indicateurs biologiques" (SURWAL), puis "Inventaire et de Surveillance de la Biodiversité" (ISB) avaient des buts bien clairs :

  1. Mettre en évidence certaines tendances et évolutions générales de l'environnement wallon en tirant parti du caractère " bioindicateur " des groupes suivis (Surveillance de l'état de l'environnement (SURWAL))
  2. Fournir une image actuelle la plus précise possible de la situation des espèces en région wallonne, identifier les plus menacées ainsi que les sites qui les abritent (Inventaire de la biodiversité (ISB partim))
  3. Dégager les tendances évolutives des populations, en particulier celles des espèces les plus menacées (Surveillance de la biodiversité (ISB partim))
  4. Préserver les populations en sursis et, si possible, favoriser leur redéploiement (Elaboration de stratégies de conservation (ISB partim))

Alors que la logique "inventaire" implique des prospections très larges de façon à inventorier un maximum de sites, l'approche "surveillance" se base plutôt sur des relevés ciblés et récurrents sur un réseau de stations d'échantillonnage.

Ces deux programmes ont permis d'accumuler au fil des ans une somme d'informations considérable sur

  1. les papillons de jour
  2. les libellules
  3. les oiseaux
  4. les amphibiens
  5. les reptiles
  6. les mammifères ("non volants")
  7. les chauves-souris
  8. les poissons

D'autres groupes ne bénéficient pas d'inventaires systématiques, mais sont particulièrement bien suivis par des groupes de bénévoles passionnés. C'est notamment le cas des coccinelles (suivi par le groupe de travail Coccinula) ou des fourmis (voir l'atlas).

Les bioindicateurs, ces sentinelles naturelles

En Wallonie, le choix des groupes biologiques pouvant bénéficier d'un suivi méthodique s'opère sur base de 3 critères.  Ces groupes doivent

  1. susciter un intérêt important de la part des naturalistes, de manière à permettre la récolte de nombreuses informations

  2. présenter un nombre d'espèces relativement réduit pour faciliter le travail d'inventaire et de suivi

  3. être sensibles et réactifs aux modifications de la qualité des milieux

  4. par le biais de leur protection, servir à protéger de nombreux autres groupes biologiques

Bilan global : voir les publications de l'Etat de l'environnement wallon

Tableau de bord 2010 :

Voir aussi le Rapport analytique 2006-2007 (chapitre 12) et les différentes archives disponibles .