Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

108 - Eben-Ezer

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Bassenge
Cantonnements DNF :Liège
Surface :25.43 ha
Coordonnées :X Lambert : 239835 - Y Lambert : 163605
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Ce long coteau est situé en Hesbaye orientale, entre les villages de Wonck, à l'ouest, et d'Eben, au nord-est. D'exposition sud, il domine la rive gauche du Geer, petit cours d'eau qui a creusé le massif crayeux de la Montagne Saint-Pierre, avant de se jeter dans la Meuse à Eben-Emael. Le site présentait jadis un intérêt botanique et entomologique exceptionnel, avant l'ouverture de plusieurs carrières qui a entrainé la destruction de plusieurs habitats remarquables, en particulier des pelouses calcicoles très riches. Aujourd'hui abandonnées, ces carrières sont colonisées par une végétation qui demeure par endroits intéressante. On y observe notamment plusieurs espèces d'orchidées. La reproduction du crapaud calamite (Bufo calamita) a été notée récemment dans une des carrières désaffectées, celles-ci accueillant également, dans leurs parties souterraines, quelques chauves-souris en hibernation. Bien qu'amoindrie, la diversité entomologique s'exprime cependant encore pour certains groupes tels que les papillons de jour.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • D3 - Hesbaye sèche

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Ében-Émael3.9 haBASSENGELIEGE
Wonck21.53 haBASSENGELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège25.43 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
97Eben-Ezer25,43 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Myotis mystacinus / brandtiiHibernation2007GT Plecotus (J.-L. Gathoye)
Myotis daubentoniiOuiOuiHibernation2007GT Plecotus (J.-L. Gathoye)
Myotis nattereriOuiOuiHibernation2007GT Plecotus (J.-L. Gathoye)
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo calamitaOuiOuiReproduction2008A. Laudelout
Lissotriton vulgarisOuiNon2008S. Delaitte
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Callophrys rubiNonNonmax. 4 ex.2009Observations.be
Erynnis tagesNonNonmax. 9 ex.2009Observations.be
Melitaea cinxiaOuiNonmax. 5 ex.2011Observations.be
Invertébrés - Insectes - Libellules
Sympecma fusca2 ex.2010J.-Y. Baugnée, Q. Smits
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Lucanus cervusOuiOui1990J.-L. Gathoye
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Oedipoda caerulescensPlusieurs exemplaires2010J.-Y. Baugnée
Tetrix tenuicornis1 ex.2010J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Halictus scabiosae2010J.-Y. Baugnée
Sphecodes albilabris1 ex.2010J.-Y. Baugnée
Plantes - Plantes supérieures
Anthyllis vulneraria2010J.-Y. Baugnée
Dactylorhiza fuchsii
Dactylorhiza majalis
Ononis repens
Ononis spinosa2010J.-Y. Baugnée et al.
Ophrys apifera
Rosa tomentosa1 pied2010J.-Y. Baugnée

Commentaires sur la faune

Mammifères (données Observations.be 2009-2012): Martes foina, Talpa europaea.

Reptiles (données Observations.be 2009-2012): Anguis fragilis.

Amphibiens (données A. Laudelout 2008; S. Delaitte 2008): Bufo calamita, Lissotriton vulgaris.

Lépidoptères rhopalocères (données Observations.be 2009-2012; OFFH 2010): Aphantopus hyperantus, Callophrys rubi, Celastrina argiolus, Colias croceus, Erynnis tages, Inachis io, Leptidea sinapis, Maniola jurtina, Melitaea cinxia, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris rapae, Pieris rapae, Plebeius agestis, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Orthoptères (données Observations.be 2009, J.-Y. Baugnée 2010): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Conocephalus fuscus, Oedipoda caerulescens, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Tetrix tenuicornis, Tettigonia viridissima.

Mollusques (données Observations.be 2009, J.-Y. Baugnée 2010): Cepaea nemoralis, Cernuella neglecta, Clausilia dubia, Discus rotundatus, Helicella itala, Helix pomatia, Merdigera obscura, Monacha cantiana, Monacha cartusiana, Oxychilus draparnaudi, Pupilla muscorum, Sphyradium doliolum.

Commentaires sur la flore

Données à compléter.

Espèces exotiques

Plantes: Buddleja davidii, Conyza canadensis, Erigeron annuus, Oenothera glazioviana, Oenothera deflexa, Senecio inaequidens, Setaria verticillata var. verticillata.

Conservation

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

La gestion était assurée par le propriétaire, suivant les conseils de M. Tihon, a l'époque conservateur de plusieurs réserves de la Montagne-Saint-Pierre. Actuellement, aucune gestion particulière n'y semble menée.

Accès du public

Propriété privée d'accès interdit

Détails

Description physique

Le site est situé sur la rive gauche du Geer à l'emplacement de carrières de silex actuellement abandonnées et en voie de recolonisation par des pelouses sèches (sur déblais de marne) et des fourrés.

Description biologique

Ce coteau sec présentait jadis un très grand intérêt biologique, mais la majeure partie a été perdu suite à l'exploitation des carrières. C'est ainsi que PETIT et RAMEAU (1978) écrivaient: "Nous ne citerons que pour mémoire le coteau situé sur la rive gauche du Geer entre Wonck et Eben. "Pachlaw" et "Croqué-Thier" y représentaient il y a à peine deux décennies, deux sites parmi les meilleurs de la région pour certaines espèces botaniques et entomologiques. On en trouvera un aperçu dans la publication n°7 de la Commission belgo-néerlandaise pour la protection de la Montagne-Saint-Pierre, pp. 125-129, (MARECHAL et PETIT, 1963). Hélas ! Les craintes formulées à cette époque ne se sont que trop durement réalisées. En quelques années, les exploitations de silex ont éventré ce magnifique coteau, ensevelissant sous les déblais de marne, les plantes les plus rares, les colonies d'Apidés et de Sphégidés et tant d'autres sujets d'études et de recherches passionnants. Maigre consolation : les propriétaires de ces carrières, l'exploitation terminée, leur ont accordé la destination de réserve naturelle actuellement gérée par les RNOB (NDLR : actuellement le site est une réserve naturelle 'du propriétaire'). Espérons qu'à la longue, ces affleurements de marne et de tuffeau se recoloniseront et qu'ils hébergeront à nouveau une flore et une entomofaune dignes d'intérêt".

Des relevés rapides effectués le 5 juillet 1991 sur des terrasses aux abords de la Tour d'Eben-Ezer, ont permis d'observer des arrhénathéraies calcicoles (Arrhenatherion) et des pelouses du type Mesobrometum (Mesobromion).

L'arrhénathéraie calcicole observée sur des déchets d'épinçage et sur des marnes rapportées rassemble : Arrhenatherum elatius, Brachypodium pinnatum, Holcus lanatus, Trisetum flavescens, Lotus corniculatus, Leucanthemum vulgare, Knautia arvensis, Origanum vulgare, Picris hieracioides, Vicia cracca, Hieracium sabaudum, Cruciata laevipes, Lathyrus pratensis, Plantago lanceolata, Agrimonia eupatoria, Astragalus glycyphyllos, Potentilla reptans, Crepis biennis, Rumex acetosa, Senecio jacobaea, Pimpinella major, Helianthemum nummularium, Tanacetum vulgare, Artemisia vulgaris, Melilotus alba, Dactylorhiza majalis, Dactylorhiza fuchsii,... Quelques espèces des lieux humides traduisent la présence de sols rétentifs en eau, établis sur la marne : Symphytum officinale, Eupatorium cannabinum, Filipendula ulmaria,... Un début de recolonisation forestière est entamé par Salix caprea, Crataegus monogyna, Cornus sanguinea, Viburnum opulus,...

La pelouse du Mesobromion regroupe Brachypodium pinnatum, Trisetum flavescens, Avenula pubescens, Centaurea scabiosa, Silene vulgaris, Agrimonia eupatoria, Lathyrus pratensis, Medicago lupulina, Knautia arvensis, Sanguisorba minor, Linum catharticum, Origanum vulgare, Galium verum, Inula conyzae, Ononis repens, Ophrys apifera,...

Les données faunistiques sont pour la plupart assez anciennes (années 1970-1990) et mériteraient d'être actualisées.

Les mammifères recensés à cette époque, principalement par Charles TIHON, sont le renard roux (Vulpes vulpes), le blaireau (Meles meles), l'hermine (Mustela erminea), la belette (M. nivalis), la fouine (Martes foina), l'écureuil roux (Sciurus vulgaris), le lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus), le lièvre commun (Lepus europaeus), le hérisson (Erinaceus europaeus), le lérot (Eliomys quercinus),...

Les carrières souterraines hébergent quelques chauves-souris durant la période hivernale qui sont recensées régulièrement par les collaborateurs du groupe de travail Plecotus.

Parmi les oiseaux, on a signalé différents rapaces nocturnes comme la chouette hulotte (Strix aluco), la chevêche d'Athena (Athene noctua), l'effraye des clochers (Tyto alba), le hibou moyen-duc (Asio otus), et diurnes tels que le faucon crécerelle (Falco tinnunculus), l'épervier d'Europe (Accipiter nisus), la buse variable (Buteo buteo), et diverses autres espèces comme le pic vert (Picus viridis), le pic épeiche (Dendrocopos major), le pic épeichette ((Dendrocopos minor), le pic noir (Dryocopus martius), le rougequeue noir (Phoenicurus ochruros), le rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos), la grive musicienne (Turdus philomelos), le coucou gris (Cuculus canorus), le gobemouche gris (Muscicapa striata), le loriot d'Europe (Oriolus oriolus), la mésange à longue queue (Aegithalos caudatus), la mésange nonnette (Parus palustris) le grimpereau des jardins (Certhia familiaris), etc.

Le site héberge une population de crapaud calamite (Bufo calamita) dont les pontes ont été observées récemment dans la petite carrière de Romont (données du groupe de travail Aves-Rainne).

Sur le plan entomologique, le site présentait jadis, avant l'exploitation du coteau par les carriers, un très grand intérêt pour les hyménoptères, bien étudiés à l'époque par Jacques PETIT. Aucun inventaire détaillé n'a été réalisé depuis.

Monument naturel

Le site est établi à l'endroit des carrières de silex désaffectées. Dans les galeries de la carrière ont été trouvés des oursins, des bélemnites, des dents de requins, des tortues géantes et des Mosasaurus giganteus.

Monument historique

On ne peut parler du site d'Eben-Ezer sans évoquer l'étrange Tour qui y fut édifiée. Elle domine la vallée du Geer et a été construite entièrement en silex par le propriétaire. Elle abritait le Musée du Silex. C'est un monument allégorique édifié 'pour mettre en volume tout ce qui est écrit dans l'Apocalypse'. C'est ainsi que sa section est carrée, de douze mètres de côté, suivant le plan de la Jérusalem céleste. Elle rappelle aussi les tours médiévales car elle comporte des tourelles circulaires aux quatre angles, des fenêtres étroites, des créneaux, des merlons. Les faces sont orientées suivant les points cardinaux. Elle comporte 7 niveaux. Le plus profond mène à d'anciennes galeries de la carrière où furent trouvés entre autres des fossiles de Mosasaurus. Le niveau le plus élevé est couronné par de gigantesques statues (en silex !) des quatre évangélistes (TIHON, 1974, Fondation Roi Baudouin 1987).

Histoire du site

Sur la carte de Ferraris, le site était occupé au XVIIIe siècle par des cultures.

Biblio

, 1987, La mémoire des Pierres. A la découverte du patrimoine architectural en Wallonie et à Bruxelles., Crédit Communal, 304 pp.
, 1976, Eben-Ezer: architecture symbolique., Annales du XLIVe Congrès de la Fédération des Cercles d'Archéologie et d'Histoire de Belgique.
, 1975, Observations et captures en 1973 et 1974 dans l'est de la Belgique., Bull. Cercle Lépidopt. Belg., 4 : 10-13.
, 1969, De Aculeaten van de St.-Pietersberg, met inbegrip van Louwberg en Jekerdal., Ent. Bericht Amst., 29 : 224-240.
, 1963, Botanique et Entomologie. In: La vallée du Geer. Esquisse générale, géographie, géologie, histoire, archéologie, botanique, entomologie., Publications de la Commission scientifique belgo-néerlandaise pour la Protection de la Montagne Saint-Pierre, 7: 89-132.
, 1939, Les richesses entomologiques de la Montagne Saint-Pierre., Bulletin et Annales de la Société entomologique de Belgique, 79: 331-346.
, 1970, La Montagne Saint-Pierre, sa faune et sa flore., Les Naturalistes belges, 51 : 395-426.
, 1978, La vallée du Bas Geer. Prolongement des richesses naturelles de la Montagne Saint-Pierre., Les Naturalistes belges, 59: 2-25.
, 1980, Architecture symbolique. Un exemple: Eben-Ezer., Institut supérieur d'architecture de la Ville de Liège. Année académique, 1979-1980.
, 1974, Les réserves naturelles d'Eben-Emael., RNOB, 21 : 39-44.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994)

Date de la dernière modification de la fiche

2012-11-30