Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1379 - Pelouse calaminaire de Koul

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Kelmis
Cantonnements DNF :Eupen
Surface :0.41 ha
Coordonnées :X Lambert : 265939 - Y Lambert : 157273
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le site se trouve au coeur de la localité de Kelmis-La Calamine qui est située dans la vallée de la Gueule, à deux pas de la frontière allemande. Il est constitué d'une petite pelouse calaminaire qui représente l'un des derniers témoins intacts de la 'Vieille Montagne' dont les riches filons de zinc et de plomb furent exploités dès le 13ème siècle. A l'heure actuelle, on peut y admirer une végétation très particulière formée par des espèces végétales qui ne poussent que sur les terrains 'empoisonnés', naturellement comme c'est le cas ici, ou artificiellement (par exemple à Plombières). Parmi ces espèces, on peut citer notamment la violette calaminaire (Viola calaminaria) et le gazon d'Olympe calaminaire (Armeria maritima subsp. halleri). Cet habitat d'intérêt communautaire n'est présent chez nous que dans quelques rares sites de l'est du territoire wallon. Après un avenir très incertain, la pelouse de La Calamine bénéficie enfin, depuis 1995, d'un statut de protection officiel.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F6 - Entre-Vesdre-et-Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Kelmis (La Calamine)0.41 haKELMIS-LA CALAMINELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Eupen0.41 haMalmédy

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune de Kelmis (La Calamine).

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Conservateur de la réserve Ardenne et Gaume : Didier BONNI, rue de la Source, 22, 4850 Plombières.
Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement d'Eupen 1, Haasstrasse 7, 4700 Eupen (Tél. : 087/85.90.20 - Fax: 087/55.71.70).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
370Réserve naturelle de la Vieille Montagne0,41 ha

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
E1.26Pelouses calcaires mésophiles et méso-xérophiles

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Plantes - Plantes supérieures
Armeria maritima subsp.halleri2002AJ. Duvigneaud et al.
Avenula pratensis2002AJ. Duvigneaud et al.
Festuca ovina subsp.guestfalica2002AJ. Duvigneaud et al.
Minuartia verna var.hercynica2002AJ. Duvigneaud et al.
Silene vulgaris subsp.vulgaris var.humilis2002AJ. Duvigneaud et al.
Thlaspi caerulescens subsp.calaminare2002AJ. Duvigneaud et al.
Viola calaminaria2002AJ. Duvigneaud et al.

Commentaires sur la faune

Données à compléter.

Commentaires sur la flore

La florule des terrains calaminaires est très bien représentée : Armeria maritima subsp. halleri, Festuca ovina subsp. guestfalica, Minuartia verna var. hercynica,
Silene vulgaris subsp. vulgaris var. humilis, Thlaspi caerulescens subsp. calaminare, Viola calaminaria.
Autre espèce très intéressante : Avenula pratensis.

Espèces exotiques

Alnus incana,

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'une petite pelouse calaminaire et de sa remarquable flore associée.

Menaces

Aucune menace pour l'instant. Le site est très exigu !

Recommandations

Alnus incana, Fallopia sachalinensis, Rhus typhina.

Plan de gestion

Un plan de gestion a été rédigé (BONNI & SCHYNS, 1999). Il vise principalement à
- assurer le maintien des six métallophytes absolus présents dans les limites de la réserve naturelle ;
- augmenter la diversité floristique et la surface occupée par les espèces calaminaires et les espèces pseudo-métallophytes.
Les travaux prévus peuvent se résumer comme suit :
- abattage des arbres (bouleaux, épicéas, aulnes) qui portent ombrage à la pelouse, ainsi que des échappés de jardin (Rhus typhina,...) ;
- limitation de l'envahissement de la rénouée de Sakhaline (Fallopia sachalinensis) ;
- fauchage annuel de la friche à fromental, afin d'en limiter l'extension au détriment de la pelouse calaminaire, tout en y favorisant la diversité végétale ;
- étrépage de certaines zones, en particulier dans la friche à fromental, favorisant l'installation des espèces calaminaires.
Un suivi scientifique est prévu sous la forme de quatre carrés permanents qui seront mis en place dans la friche à fromental, qui permettront d'évaluer l'effet des gestions sur le tapis herbacé.
Des relevés entomologiques, et plus particulièrement lépidoptérologiques, seront effectués à l'avenir.

Accès du public

Accès interdit sans accord du conservateur. Des visites guidées sont organisées occasionnellement. La superficie très limitée du site et sa grande fragilité ne se prêtent guère à de fréquentes visites !

Détails

Description physique

La région de La Calamine appartient au synclinorium de Herve qui renferme, entre Liège et la frontière allemande, les gisements de plomb et de zinc les plus importants de Belgique.

Le gisement de l'Altenberg (Vieille Montagne) constitue un amas de contact formé à la tête d'un synclinal qui s'oriente vers le sud-ouest. Cet amas s'est formé dans le calcaire dolomitique de la base du Tournaisien, au contact du Famennien, au niveau d'une faille radiale orientée sud-est/nord-ouest et recoupant le synclinal. Il se présente comme un massif oblong de 500 m de longueur et de 100 m de largeur. Cette masse se compose de deux gîtes séparés par une masse dolomitique jusqu'à une profondeur de 28 m. Le gîte nord atteint sa plus grande profondeur à - 36 m, le gîte sud à - 115 m. L'amas est constitué essentiellement d'un mélange de carbonates et de silicates de zinc (calamine).

De faible superficie, la pelouse témoin de La Calamine est aujourd'hui enclavée par des propriétés privées ainsi que par un parc communal qui occupe la plus grande partie de l'ancienne excavation remblayée.

Le site correspond à la catégorie des gîtes calaminaires primaires. Il est l'un des rares à avoir échappé aux activités industrielles, les affleurements étant toujours parfaitement en place. Il s'étend sur l'épaulement sud-est du gîte nord, à l'extrémité méridionale de l'ancienne excavation, et a échappé aux déversements de terres et de déblais qui ont servi au nivellement du parc communal. Ce dernier domine actuellement la réserve naturelle par un talus très raide et instable, qui a été boisé.

Description biologique

La végétation du site a été étudiée récemment par DUVIGNEAUD et al. (1993). D'après ces auteurs, on peut y reconnaître les formations suivantes :
1- une pelouse à Festuca ovina subsp. guestfalica et Viola calaminaria (Violetum calaminariae Schwickerath, 1931). Cette pelouse calaminaire est caractérisée par l'importance des espèces métallophytes. Sur les sols les plus fortements contaminés par le zinc, seuls les métallophytes absolus sont présents et le tapis végétal y est souvent très ouvert et bas, avec abondance de lichens (Cladonia rangiformis, e.a.) et de bryophytes. À d'autres endroits, une variante à faciès plus dense apparaît avec quelques espèces de pelouse calcicole comme Pimpinella saxifraga, Campanula rotundifolia,...
2- une pelouse calaminaire à Avenula pratensis et Thlaspi caerulescens subsp. calaminare. Physionomiquement et floristiquement proche des pelouses calcicoles mésophiles (Mesobromion), elle est dominée par Avenula pratensis qui forme ici des touradons et côtoye Avenula pubescens, Campanula rotundifolia,... D'autres espèces calaminaires sont présentes, notamment Festuca ovina subsp. guestfalica.
3- une friche à Arrhenatherum elatius. Cette vegétation est liée à la nature du substrat (remblais) mais pourrait correspondre localement au stade sénil de la pelouse calaminaire. La graminée, très nettement dominante, est accompagnée de Galium mollugo, Carex spicata, Vicia sepium,... Ici, les métallophytes se font rares à cause de la hauteur et de la densité du tapis herbacé.
4- un groupement nitrophile de lisière caractérisé par Urtica dioica, Sambucus nigra, Epilobium angustifolium,...
5- un groupement hygrophile très localisé avec Deschampsia cespitosa, Eupatorium cannabinum, ...
6- une recolonisation préforestière avec Clematis vitalba, Betula pendula, Salix caprea,...
7- une flore non indigène rassemblant des espèces soit plantées (Alnus incana) soit échappées des jardins (Rhus typhina, Fallopia sachalinensis,...).
La faune du site n'a pas encore fait l'objet d'études. HENDERICKX & VETS (2005) ont signalé une population mixte des pseudoscorpions Neobisium simile et Neobisium sylvaticum, cette dernière espèce étant nouvelle pour la Belgique où elle se trouve à la limite nord-ouest de son aire de distribution.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

La localité de Kelmis (La Calamine) apparaît pour la première fois dans un document daté du 19 mars 1280 ayant appartenu à l'ancienne abbaye cistercienne d'Altenkamp et conservé au dépôt principal des Archives de l'Etat à Düsseldorf. Ce toponyme, qui désigne un endroit où l'on trouve de la calamine ('kelme' en germanique), témoigne vraisemblablement que ce minerai était déjà exploité à cette époque dans la localité.
L'extraction industrielle du minerai a eu lieu entre 1837 et 1884 dans les gîtes nord et sud, livrant ainsi 614.631 tonnes de roches à calamine et 640.485 tonnes de terres calaminaires. De 1884 à 1902, près de 160.000 tonnes de terres provenant d'anciens remblais ont encore été traitées.
Après l'arrêt définitif de l'exploitation par la S.A. de la Vieille Montagne en 1951, celle-ci mis en vente ses terrains de La Calamine, qui furent acquis en majeure partie par la firme Xhonneux, de Welkenraedt. Cette firme exploita pendant quelques années le crassier de scories issus de l'usine à oxyde de zinc, tandis que les terrains situés le long de la voirie communale étaient vendus à des particuliers qui y ont construit leur habitation. Par la suite, la firme Xhonneux vendit ses propriétés, notamment à la société E.S. Eupen qui y installera un atelier de construction électrique.
L'idée d'une réserve naturelle à La Calamine remonte aux années 1950 quand Serge Jacquemart, alors administrateur d'Ardenne et Gaume, effectua les démarches auprès de la firme Xhonneux afin de permettre la protection de cette pelouse calaminaire. Par la suite, c'est Firmin Pauquet et Pierre Staner, alors président de l'association, qui participèrent aux négociations auprès de la firme E.S. Eupen. Toutefois, seul un accord verbal fut conclu si bien que la réserve naturelle ne fut jamais reconnue officiellement.
Ce n'est que depuis le 26 juin 1995, avec la signature d'un contrat de bail, que le site, bénéficie enfin d'un statut de protection officiel pour une période de 29 ans.

Biblio

, 1983, Etude sur les populations d'Agrostis tenuis Sibth : variation morphologique et écotypes édaphiques., Oecologia Plant., 4 : 83-95.
, 1999, Demande d'agrément pour la réserve naturelle de La Calamine., Ardenne et Gaume, 27 pp.
, 1983, Les gisements plombo-zincifères de l'est de la Belgique., Chroniques de la Recherche minière, 470 : 3-24.
, 1993, Atlas des gisements plombo-zincifères du synclinorium de Verviers (Est de la Belgique)., Mémoires explicatifs des Cartes géologiques et minières de Belgique, 33 : 1-483.
, 1979, La vallée du Lontzenerbach à Hergenrath (province de Liège, Belgique)., Bulletin de la Commission Royale des Monuments et Sites, 8 : 217-231.
, 1976, Les critères d'appréciation de la valeur biologique d'un site. Exemple du versant gauche de la vallée de la Vesdre à Ninane et Chaudfontaine (province de Liège)., Natura Mosana, 29 (3): 102-117.
, 1993, Une réserve naturelle d'Ardenne et Gaume : la pelouse calaminaire située au sud du parc communal de Kelmis-La Calamine (anciennement Moresnet-Neutre)., Parcs nationaux, 48 : 66-76.
, 1976, Violetea calaminariae R. Tx. 1961. Lehre. J. Cramer., Prodrome des Groupements végétaux d'Europe, 3 : 132 pp.
, 1993, Apport de la botanique dans la stratégie de réhabilitation des sites contaminés par les métaux lourds., Thèse de doctorat, Faculté des Sciences agronomiques, Gembloux, 158 pp.
, 1988, Importance de l'exportation des éléments nutritifs dans le problème de la gestion de la lande de Streupas à Angleur (Liège, Belgique)., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 121: 55-68.
, 2006, Inventaire et caractérisation des sites calaminaires en Région wallonne, Natura Mosana, 58 (2005): 83-124.
, 2005, Neobisium sylvaticum (C.L. Koch) (Arachnida, Pseudoscorpiones), een nieuwe pseudoschorpioen voor de Belgische fauna., Entomo-Info, 16 (1) : 26.
, 2005, L'archipel calaminaire entre Liège et Aix-la-Chapelle., Parcs et Réserves, 60 (3) : 28-31.
, 1991, Gestion des sols contaminés par les métaux lourds (synthèse bibliographique)., Annales de Gembloux, 97 : 235-276.
, 1958, Contribution à l'écologie des haldes calaminaires. I. Colonisation d'un milieu neuf., Bulletin de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, 34, 28 pp.
, 1984, Etude écologique des effets sur le couvert végétal de l'industrie du zinc à Prayon (Trooz)., Mémoire de licence, Université de Liège, 298 pp.
, 1964, La flore et la végétation des terrains calaminaires de la Wallonie septentrionale et de la Rhénanie aixoise. Types chorologiques et groupes écologiques., Natura Mosana, 16 : 113-130.
, 1968, Note sur un indice de tolérance au zinc chez des populations d'Armeria maritima (Mill.) Willd., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 102: 5-11.
, 1967, Des Galmeibergbau und die Zinkmetallurgie im Bereich des ehemaligen Herzogtums Limburg mit besonderer Berücksichtigung des Altenberger Grubenfeldes., Geschichtliches Eupen, 1 : 57-66.
, 1990, Eine Darstellung des Altenberges aus dem Jahre 1843., Im Göhltal, 47 : 72-79.
, 1958, Hundert Jahre Pfarre Kelmiz 1858/1958., Markus, Eupen, 32 pp.
, 1960, Le territoire contesté de Moresnet, dit Moresnet neutre. Notes historiques sur son statut, sa législation et son administration., Bulletin de la Société vierviétoise d'Archéologie et d'Histoire, 47 : 55-154.
, 1970, L'exploitation de la Vieille Montagne au XVIIe siècle., Bulletin de la Société d'Histoire et d'Archéologie du Plateau de Herve, 10 : 62 pp.
, 1966, Naukeurige en gedenwaardige Reysen van E. Brown. Eine Beschreibung des Altenberges aus dem Jahre 1673., Heem, Halle, 1966 (1) : 31.
, 1973, Contribution à l'étude phytosociologique et génécologique de la végétation des sites métallifères., Université Libre de Bruxelles, Faculté des Sciences, Laboratoire de Botanique systématique et d'Ecologie et Laboratoire de Génétique des plantes supérieures, 4 + 137 pp.
, 1979, Etude écologique et génétique de la végétation des sites métallifères., Thèse de Doctorat, Université Libre de Bruxelles, 274 pp.
, 1975, La dynamique de la végétation de quelques sites métallifères dans les régions d'Eupen et d'Aix-la-Chapelle en relation avec les facteurs édaphiques., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 108: 273-286.

Divers

Sources

Convention A&G

Répondants de l'information

Ardenne et Gaume asbl, Rue des Croisiers, 8, 5000 Namur.
SAINTENOY-SIMON (1994).