Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

16 - Bois d'Erpent et Bois Wanchalle

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Réserve d'Erpent et Loyers
Communes :Namur
Cantonnements DNF :Namur
Surface :147.26 ha
Coordonnées :X Lambert : 188863 - Y Lambert : 127282
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Ce massif forestier est situé entre les localités d'Erpent et de Lives, à cheval sur le plateau du Condroz namurois et le versant de la vallée de la Meuse. Etabli sur les schistes et les grès du Houiller, il renferme surtout des groupements acidophiles. Sur les plateaux, c'est la chênaie à bouleau et molinie qui s'installe. Sur les pentes fraîches, ce sont la chênaie ou la chênaie-hêtraie à luzule des bois et la chênaie à charme. Les versants ensoleillés et secs sont couverts par la chênaie à Leucobryum glaucum, une mousse qui forme des coussinets bleuâtres caractéristiques. Sur les plaquages limoneux se développent des bois de type chênaie-frênaie au sous-bois luxuriant couvert de fougères et d'espèces herbacées des sols riches et frais. Les ruisselets qui entaillent les versants sont bordés par une frênaie-aulnaie fragmentaire où poussent la rare laîche maigre (Carex strigosa) et la dorine à feuilles opposées (Chrysosplenium oppositifolium). Une succession de petites pièces d'eau jalonnent le cours du ruisseau d'Erpent. Certaines hébergent des plantes aquatiques comme le potamot nageant (Potamogeton natans), le nénuphar blanc (Nymphaea alba), ou sont entourées de roselières, de mégaphorbiaies, de cariçaies voire de saulaies. Des essences peu courantes ont été plantées dans le parc. La faune locale est très variée et est assurée d'une tranquilité salutaire.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F0 - Condroz

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Erpent74.93 haNAMURNAMUR
Loyers72.33 haNAMURNAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Namur147.26 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
12Réserve de Erpent et Loyers147,26 ha

Biotopes

Commentaires sur les biotopes

44.913
33.1
52.211

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Martes foinaOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Mustela ermineaOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Putorius putoriusNonNonL. De Montpellier de Vedrin
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Accipiter nisusOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Alcedo atthisOuiNonNicheurL. De Montpellier de Vedrin
Buteo buteoOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Dendrocopos minorOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Dryocopus martiusOuiNonNicheur possibleFautsch (2001)
Falco tinnunculusOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Picus viridisOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Scolopax rusticolaNonNonFautsch (2001)
Strix alucoOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Bufo bufoOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Lissotriton helveticusOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Rana esculentaL. De Montpellier de Vedrin
Rana temporariaOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Salamandra salamandraOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Triturus cristatusOuiOuiL. De Montpellier de Vedrin
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNonL. De Montpellier de Vedrin
Plantes - Plantes supérieures
Carex lepidocarpaG.-H. Parent
Centaurium erythraeaJ. Saintenoy-Simon
Eleocharis acicularisJ. Saintenoy-Simon
Epipactis helleborineJ. Saintenoy-Simon
Listera ovataJ. Saintenoy-Simon
Myriophyllum spicatumJ. Saintenoy-Simon
Nymphaea albaJ. Saintenoy-Simon
Plantes - Mousses
Leucobryum glaucumJ. Saintenoy-Simon

Commentaires sur la faune

Mammifères :
Sus scrofa, Capreolus capreolus, Vulpes vulpes, Martes foina, Mustela putorius, M. erminea, Oryctolagus europaeus, Talpa europaea, Pipistrellus pipistrellus, Sciurus vulgaris, Eliomys quercinus, divers campagnols et Ondata zibethica.

Oiseaux :
Ardea cinerea, Anas platyrhynchos, Anas cf. querquedula, Gallinula chloropus, Buteo buteo, Accipiter nisus, Falco tinnunculus, Scolopax rusticola, Strix aluco, Alcedo athis, Garrulus glandarius, Cuculus canorus, Columba palumbus, Streptopelia decaocto, Picus viridis, Dendrocopos major, D. minor, Corvus corone, Motacilla cinerea, Erithacus rubecula, Turdus merula, T. philomelos, T. pilaris, T. viscivorus, Sylvia atricapilla, Phylloscopus trochilius, P. sibilatrix, P. collybita, Pica pica, Troglodytes troglodytes, Fringilla coelebs, Parus major, P. palustris, P. coeruleus, Aegithalos caudatus, Pyrrhula pyrrhula, etc.

Batraciens et reptiles :
Salamandra terrestris, Triturus helveticus, Triturus alpestris, Bufo bufo, Alytes obstetricans, Rana temporaria, R. esculenta, Anguis fragilis.

Lépidoptères :
Inachis io, Vanessa antiopa (?), Papilio machaon.

Commentaires sur la flore

Espèces remarquables pour la région : Scutellaria galericulata, Carex strigosa, C. lepidocarpa.

Espèces exotiques

Elodea canadensis, Quercus rubra

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un intéressant massif forestier conduzien et conservation de sa faune et de sa flore.

Menaces

Les bois des plateaux ont beaucoup souffert des tempêtes du début de 1990 et du débardage indispensable qui a suivi.
Le ruisseau d'Erpent, qui traverse la réserve, est actuellement fortement pollué du fait des rejets d'eaux usées par les villages proches.

Recommandations

Etude botanique et faunistique complète du site souhaitable.

Plan de gestion

La gestion est assurée par le propriétaire. D'une manière générale, elle est tournée vers une sylviculture intégrée.
Quelques conseils pour une gestion écologique de certains biotopes ont été formulés récemment par FAUTSCH (2001).

Accès du public

Propriété privée dont l'accès est strictement interdit.

Détails

Description physique

Le site se trouve sur les schistes et les grès houillers du Bassin de Namur. Il comporte un plateau en pente douce vers le sud-est. Ce plateau est profondément entaillé par les ruisseaux et ruisselets qui se jettent dans le ruisseau d'Erpent, affluent de la rive droite de la Meuse. Sur le plateau on peut observer des dépôts de terrasse tout à fait caractéristiques.
Des placages limoneux existent çà et là. L'est du site est formé de champs. L'ouest est pratiquement complètement boisé, mais présente le long du ruisseau d'Erpent, des prairies, des vergers et des pièces d'eau. Le site est traversé par l'autoroute E 411.

Description biologique

Sur les plateaux sont établies des plantations de résineux (Pinus sylvestris, Picea abies,...). D'autre part, de nombreuses essences d'arbres ou d'arbustes ont été introduites qui ajoutent au site un incontestable intérêt en tant qu'arboretum. Citons parmi ces essences : Cedrus atlanticus, Quercus palustris, Liquidambar styraciflua, Quercus rubra, Metasequoia glyptostroboides, Cryptomeria japonica, Liriodendron tulipifera, Acer negundo, Picea orientalis, Pseudotsuga menziesii, Taxodium distichum, Sequoiadendron giganteum, Abies grandis, A. nobilis, Tsuga heterophylla, Juglans nigra, Tilia tomentosa, Fagus sylvatica cv. atropunicea, etc.
D'après SOUGNEZ (1975) et des observations effectuées en août 1985 et en mai 1990, on peut distinguer par ailleurs :
- Sur les plateaux, en grande partie plantés, de vastes étendues de Pteridium aquilinum et de Rubus sp. d'où émergent quelques pieds de Convallaria majalis; des chênaies à bouleau envahies par Molinia caerulea, des chênaies-frênaies plus mésotrophes, riches en fougères (Athryrium filix-femina, Dryopteris filix-mas, D. carthusiana, D. dilatata) et en Milium effusum, Senecio ovatus, Brachypodium sylvaticum, ...
- Sur les pentes faibles, de belles frênaies également très envahies par des fougères (cf. supra) et qui rassemblent des plantes des sols riches et frais comme Lamium galeobdolon subsp. montanum, Myosotis sylvatica, Cardamine pratensis, Circaea lutetiana, Glechoma hederacea, Valerianana repens, Geum urbanum, Veronica montana, V. chamaedrys, Primula veris, etc. Urtica dioica et Poa trivialis y sont toujours présents. Une strate sous-arbustive, parfois importante y est dominée par Ribes rubrum.
- Sur les pentes abruptes :
* des chênaies à charme très fermées où seuls quelques Oxalis acetosella et Athyrium filix-femina se développent et qui, sur les colluvions de bas de pente, s'enrichissent en Lamium galeobdolon subsp. montanum, Polygonatum multiflorum, Geranium robertianum,...
* des chênaies et chênaies-hêtraies à Luzula sylvatica, groupement caractéristique des versants siliceux du Pays Meusien. Lonicera periclymenum, Vaccinium myrtillus, Deschampsia flexuosa y sont abondants. Blechnum spicant s'y installe parfois.
* des fragments de chênaies à Leucobryum glaucum.
- Dans les étroites plaines alluviales qui longent les ruisselets, des aulnaies fragmentaires où Chrysosplenium oppositifolium tapisse le sol, piqué de Cardamine pratensis, C. flexuosa, de divers nitrophytes et de quelques pieds du rare Carex strigosa. Sont présents également Viburnum opulus, Solanum dulcamara, Ribes rubrum.
- Dans les chemins et sur les voies de débardage, on note : Rumex sanguineus, Ranunculus flammula, Potentilla erecta, Carex remota, Prunella vulgaris, Juncus effusus, ...

- Dans le fond de la vallée du ruisseau d'Erpent, une succession de petites pièces d'eau dont certaines sont asséchées et comportent une végétation typique des atterrissements. Dans l'eau libre flotte Potamogeton natans et Nymphaea alba subsp. occidentalis. Les vases portent des espèces du Bidention comme Ranunculus sceleratus. Les espèces du Phragmition : Phragmites australis, Typha latifolia, Iris pseudacorus, Scirpus sylvaticus, Sparganium erectum contribuent à l'atterrissement. Ils sont accompagnés des hélophytes propres à ce type de milieu comme Epilobium hirsutum, Lythrum salicaria, Lycopus europaeus, ... Des fragments de cariçaies à Carex disticha sont à signaler également. Les buttes sont occupées par des filipendulaies et les diguettes sont colonisées par des plantes des prairies humides parmi lesquelles Lychnis flos-cuculi. Des saulaies à Salix caprea, S. cinerea, S. x multinervis occupent partiellement les vases.
PARENT (1980) a observé également Carex lepidocarpa ('étang en forêt'), très rare dans la région, ainsi que Myriophyllum spicatum, Poa chaixii, Sedum telephium subsp. telephium (naturalisé), Ranunculus aquatilis, ...
La vallée du ruisseau d'Erpent montre des prairies, quelques vieux vergers, des rideaux de saules blancs, des haies d'aubépine qui sont autant de refuges pour les oiseaux. Notons que le propriétaire a creusé dans les bois de petites mares où ont été introduites diverses plantes. Citons Schoenoplectus lacustris, Sparganium emersum, Sagittaria sagittifolia, Elodea canadensis, Ceratophyllum demersum, etc. Une station de Eleocharis acicularis pourrait cependant être indigène.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Sur la carte de Ferraris, le massif boisé était dèjà présent au 18ème siècle.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

J. SAINTENOY-SIMON / L. de montepellier de vedrin /