Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1717 - Ile aux Corsaires

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Liège
Cantonnements DNF :Liège
Surface :2.56 ha
Coordonnées :X Lambert : 237891 - Y Lambert : 145389
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

L'Ile aux Corsaires est située au sud de l'agglomération liègeoise, blottie entre l'Ourthe et le Canal de l'Ourthe. Elle est constituée d'un ancien terril de scories métallifères qui fut exploité au cours des deux derniers siècles pour la construction de routes. Seule la pointe orientale est aujourd'hui classée comme réserve naturelle. On y rencontre une pelouse calaminaire dominée par la violette calaminaire (Viola calaminaria) associée à d'autres espèces typiques de ce type de milieu. Quoique relativement pauvre, la faune est toutefois caractérisée par plusieurs espèces intéressantes comme le petit nacré (Issoria lathonia), le criquet à ailes bleues (Oedipoda caerulescens), ou encore la casside azurée (Cassida azurea).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F5 - Condroz central et oriental

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Angleur2.56 haLIEGELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège2.56 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
460Ile aux Corsaires2,56 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Carcharodus alceaeNonNon1 ex.2008P. Hauteclair
Issoria lathoniaOuiNon> 10 ex.2013BDivers obs.
Polyommatus semiargusNonNonDisparu ?Demande d'agrément (2006)
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Aristotelia brizella2013J.-Y. Baugnée
Lobesia littoralis2013J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Libellules
Gomphus vulgatissimusOuiOui2008P. Hauteclair
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Cassida azurea2 ex.2007P. Hauteclair
Coccinella quinquepunctata2007P. Wegnez
Coccinella undecimpunctata2007P. Hauteclair
Dorcus parallelipipedus2005P. Hauteclair
Hippodamia variegata2007P. Hauteclair
Subcoccinella vigintiquatuorpunctataAbondante2013P. Hauteclair
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Gomphocerippus rufus2005Demande d'agrément (2006)
Myrmeleotettix maculatus2005Demande d'agrément (2006)
Oedipoda caerulescens2013Divers obs.
Omocestus rufipes2005Demande d'agrément (2006)
Phaneroptera falcata2005Demande d'agrément (2006)
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Colletes cunicularius2013P. Hauteclair, N. Vereecken, J.-Y. Baugnée
Colletes hederae2013J.-Y. Baugnée
Sphecodes albilabris2013P. Hauteclair, N. Vereecken, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hémiptères
Prostemma guttula2006Dethier (2006)
Plantes - Plantes supérieures
Armeria maritima subsp. halleri2013ADemande d'agrément (2006)
Asparagus officinalis2005Demande d'agrément (2006)
Epipactis helleborine2013Demande d'agrément (2006)
Festuca ovina subsp. guestfalica2 petites plages2007P. Hauteclair
Silene vulgaris subsp. vulgaris var. humilis2013ADemande d'agrément (2006)
Thlaspi caerulescens subsp. calaminare2013ADemande d'agrément (2006)
Viola calaminaria2013ADemande d'agrément (2006)
Plantes - Mousses
Scopelophila cataractae2005Demande d'agrément (2006)
Mycètes - Lichens
Stereocaulon nanodes2005ADemande d'agrément (2006)

Commentaires sur la faune

Lépidoptères rhopalocères (données divers. obs., 2000-2013): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Carcharodus alceae, Colias crocea, Inachis io, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Lycaena phlaeas, Papilio machaon, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Polyommatus semiargus, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Orthoptères (données divers obs., 2000-2013): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Conocephalus fuscus, Gomphocerippus rufus, Myrmeleotettix maculatus, Oedipoda caerulescens, Omocestus rufipes, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Tettigonia viridissima.

Coléoptères (données Pays des Terrils - P. Hauteclair, 2006-2007; J.-Y. Baugnée 2010-2013): Adalia bipunctata, Adalia decempunctata, Agelastica alni, Brumus quadripustulatus, Calvia decemguttata, Calvia quatuordecimguttata, Cantharis livida, Chrysomela vigintipunctata, Cicindela campestris, Coccinella quinquepunctata, Coccinella septempunctata, Coccinella undecimpunctata, Crepidodera aurata, Cryptocephalus ocellatus, Dorcus parallelipipedus, Galeruca tanaceti, Halyzia sedecimpunctata, Harmonia axyridis, Hippodamia variegata, Malachius bipustulatus, Oedemera nobilis, Oenopia conglobata, Phyllopertha horticola, Plagiodera versicolor, Propylea quatuordecimpunctata, Psyllobora vigintiduopunctata, Stenoria analis, Subcoccinella vigintiquatuorpunctata.

Hyménoptères (Pays des Terrils - J.-M. Michalowski, N. Vereecken, 2006-2008; J.-Y. Baugnée 2012-2013): Ammophila sabulosa, Andrena cineraria, Andrena clarckella, Andrena flavipes, Andrena fulva, Andrena haemorrhoa, Anthophora plumipes, Auplopus carbonarius, Bombus pascuorum, Ceratina cyanea, Cerceris rybyensis, Colletes cunicularius, Colletes daviesanus, Colletes hederae, Eumenes papillarius, Gorytes quinquecincta, Hylaeus signatus, Lasioglossum morio, Lasioglossum calceatum, Megachile willughbiella, Melitta haemorrhoidale, Nomada fabriciana, Nomada fucata, Nomada lathburiana, Nomada panzeri, Odynerus spinipes, Osmia cornuta, Philanthus triangulum, Polistes dominulus, Sphecodes albilabris, Sphecodes monilicornis, Vespa crabro.

Hémiptères (données Pays des Terrils - P. Hauteclair et M. Dethier, 2006-2007): Aelia acuminata, Anthocoris nemorum, Cercopis vulnerata, Corizus hyoscyami, Eurydema oleracea, Himacerus apterus, Himacerus mirmicoides, Kleidocerys resedae, Miris striatus, Pentatoma rufipes, Phytocoris varipes, Palomena prasina, Prostemma guttula, Pyrrhocoris apterus, Rhopalus parumpunctatus, Stenodema calcarata, Stenodema laevigata.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données E. Graitson, J. Lambinon, P. Hauteclair, 2000-2008): Acer platanoides, Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Aegopodium podagraria, Aesculus hippocastanum, Agrostis capillaris, Agrostis stolonifera, Ailanthus altissima, Alliaria petiolata, Allium schoenoprasum, Armeria maritima var. halleri, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Asparagus officinalis, Aster lanceolata var. tradescantii, Atriplex patula, Bellis perennis, Betula pendula, Bidens tripartita, Brachypodium sylvaticum, Bromus sterilis, Buddleja davidii, Calamagrostis epigejos, Calystegia sepium, Campanula persicifolia, Campanula rotundifolia, Campanula trachelium, Capsella bursa-pastoris, Cardamine hirsuta, Carex hirta, Carex pendula, Carex remota, Carex spicata, Carex sylvatica, Castanea sativa, Cerastium fontanum subsp. vulgare, Chaenorrhinum minus, Chaerophyllum temulum, Chelidonium majus, Chenopodium album, Cirsium vulgare, Clematis vitalba, Conyza canadensis, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Crepis capillaris, Dactylis glomerata, Daucus carota, Deschampsia cespitosa, Dryopteris filix-mas, Echium vulgare, Elymus repens, Epipactis helleborine, Equisetum arvense, Eupatorium cannabinum, Euphorbia esula, Fagus sylvatica (+ var. purpurea), Fallopia japonica, Festuca arundinacea, Festuca ovina subsp. guestfalica, Festuca rubra subsp. commutata, Forsythia sp., Frangula alnus, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit, Galinsoga parviflora, Galium aparine, Galium mollugo, Geranium robertianum, Glechoma hederacea, Hedera helix, Heracleum sphondylium, Hieracium lachenalii, Hieracium sabaudum, Holcus lanatus, Humulus lupulus, Hyacinthoides x massartiana, Hypericum perforatum, Ilex aquifolium, Iris sp., Laburnum anagyroides, Lactuca serriola, Lamium purpureum, Lathyrus latifolius, Leontodon autumnalis, Leucanthemum vulgare, Ligustrum ovalifolium, Ligustrum vulgare, Linaria vulgaris, Lotus corniculatus, Mahonia aquifolium, Malus sylvestris subsp. mitis, Malva neglecta, Malva pusilla, Malva sylvestris, Matricaria maritima subsp. inodora, Medicago lupulina, Melilotus albus, Melilotus officinalis, Mentha piperata, Mercurialis annua, Mycelis muralis, Papaver dubium, Papaver rhoeas, Picris hieracioides, Poa annua, Poa nemoralis, Poa pratensis, Persicaria maculosa (= P. persicaria), Plantago lanceolata, Plantago major, Polygonatum multiflorum, Polygonum aviculare, Populus tremula, Potentilla reptans, Prunus avium, Prunus padus, Ptelea trifoliata, Quercus petraea, Quercus robur, Ranunculus acris, Ranunculus bulbosus, Ranunculus ficaria, Ranunculus repens, Reseda lutea, Reseda luteola, Robinia pseudoacacia, Rubus sp., Rumex acetosa, Rumex obtusifolius, Salix caprea, Sambucus nigra, Saponaria officinalis, Scrophularia nodosa, Senecio inaequidens, Senecio vulgaris, Senecio viscosus, Silene vulgaris subsp. vulgaris var. humilis, Solanum dulcamara, Solanum nigrum, Sonchus asper, Sonchus arvensis, Sonchus oleraceus, Sorbus aucuparia, Stachys palustris, Stachys sylvatica, Stellaria media, Stellaria nemorum, Symphoricarpos albus, Symphytum officinale, Taraxacum sp., Taxus baccata, Thlaspi caerulescens subsp. calaminare, Tilia cordata, Tilia x europaea, Torilis japonica, Trifolium dubium, Trifolium pratense, Trifolium repens, Tussilago farfara, Urtica dioica, Valerianella locusta, Verbascum nigrum, Verbena officinalis, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia sativa subsp. segetalis, Viola calaminaria.

Espèces exotiques

Plantes: Ailanthus altissima, Aster lanceolata var. tradescantii, Buddleja davidii, Conyza canadensis, Fallopia japonica, Galinsoga parviflora, Laburnum anagyroides, Lathyrus latifolius, Ligustrum ovalifolium, Mahonia aquifolium, Mentha piperita piperita, Ptelea trifoliata, Robinia pseudoacacia, Senecio inaequidens, Symphoricarpos albus.

Animaux: Harmonia axyridis.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'une des rares pelouses calaminaires de la région liégeoise.

Menaces

Le plan de gestion de la réserve (voir notamment ANONYME 2006 et 2007) a comme objectif principal la protection de la pelouse calaminaire existante, voire son extension, notamment par la pose de clôtures et de caillebotis. Il vise par le même la protection des espèces liées à ce biotope particulier et rare: les différentes plantes calaminaires représentées sur le site ainsi que le papillon Issoria lathonia, le criquet Oedipoda caerulescens.

Le plan de gestion prévoit également la limitation des espèces invasives par arrachage et coupes successives.

En automne 2005, une petite falaise a été dégagée au pied de laquelle se développait une friche rudérale diversifiée. Depuis novembre 2006, cette zone a été remodelée par des dépôts de terre calaminaire provenant de l'usine d'Umicore, en vue de la reconstitution d'une nouvelle pelouse métallifère.

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Des infrastructures d'accueil et des panneaux d'information sont installés en périphérie du site. Un caillebotis a été aménagé à l'intérieur de l'enclos.

Détails

Description physique

S'inscrivant en pleine zone urbaine, l'Ile aux Corsaires est comprise entre l'Ourthe (au nord) et le Canal de l'Ourthe (au sud), juste en aval du point de confluence avec la Vesdre. La partie occidentale de l'île est occupée notamment par un complexe commercial.

La réserve naturelle proprement dite est située à la pointe orientale de l'île. Elle repose sur des alluvions modernes surmontés de remblais. Depuis la surface, on rencontre la stratification suivante:

- les remblais, d'une épaisseur moyenne de 6-8 m, sont constitués de sables variés de rouge, brun foncé ou noir, des scories de fonderie, des cendrées, et des fragments rocheux divers;

- les limons fluviatiles, d'une épaisseur de 0 à 2 m, sont plus ou moins sableux et présents en couche discontinue;

- les sables et graviers fluviatiles, présents en couches de 4 à 8 m d'épaisseur; cette formation renferme la nappe alluviale de l'Ourthe, qui est alimentée surtout par les eaux de la rivière et qui est drainée par le bief en aval du barrage des Grosses Battes;

- le lit primaire, est constitué de roches de la formation du Namurien (Carbonifère supérieur) représentée par des schistes, grès, veinette de charbon et nodules calcaires. Il peut accueillir des nappes de fissures.

Le terrain mis en réserve occupe la base d'un ancien terril calaminaire exploité au cours des deux derniers siècles pour la construction de routes. Il est aujourd'hui entièrement clôturé. Le talus dominant l'Ourthe, au nord de la réserve, présente également une nature calaminaire.

Description biologique

La réserve naturelle de l'Ile aux Corsaires renferme quatre habitats principaux déterminés par la charge métallifère du substrat et par l'importance de la recolonisation forestière (voir ANONYME, 2006 et HAUTECLAIR, 2007).

1. - la pelouse calaminaire de l'ordre du Violetalia calaminariae (alliance du Thlaspion calaminarii). Ce groupement, en expansion maximale sur le plateau, est représenté par des métallophytes strictes comme Viola calaminaria, Silene vulgaris subsp. vulgaris var. humilis, Thlaspi caerulescens subsp. calaminare, Armeria maritima var. halleri, accompagnées par le lichen Stereocaulon nanodes et la mousse Scolelophyla cataractae. Il comprend aussi diverses plantes dites pseudo-métallophytes, c'est-à-dire qui se développent aussi bien sur sols métallifères que sur des substrats non contaminés: Rumex acetosa, Agrostis capillaris, Festuca rubra subsp. commutata, Arrhenatherum elatius, Campanula rotundifolia, ... On observe en outre des espèces 'métallo-tolérantes' qui s'installent dans les zones les moins contaminées : Clematis vitalba, Tussilago farfara, Mercurialis annua, Asparagus officinalis, Rubus sp., Betula pendula, Acer pseudoplatanus, Humulus lupulus, Fallopia japonica, ...

2. - la friche rudérale de l'ordre du Chenopodietea. Cette végétation herbacée s'intalle surtout en périphérie du site ou le substrat a perdu son caractère métallifère en raison de dépôts variés de terres et de la disparition des scories suite à leur exploitation. La flore est diversifiée mais comprend des espèces banales : Chenopodium album, Artemisia vulgaris, Achillea millefolium, Daucus carota, Senecio vulgaris, Plantago lanceolata, Plantago major, Urtica dioica, Mercurialis annua, Trifolium pratense, Linaria vulgaris, Arrhenatherum elatius, Hypericum perforatum, Mentha piperata, Verbena officinalis, Medicago lupulina, Matricaria maritima subsp. inodora, Sonchus arvensis, Capsella bursa-pastoris, Saponaria officinalis, Reseda lutea, Symphytum officinale, Lathyrus latifolius, Leontodon autumnalis, Persicaria maculosa (= Polygonum persicaria), Calystegia sepium, Poa annua, Polygonum aviculare, Chaenorrhinum minus, etc. On y rencontre diverses adventices ou invasives comme Conyza canadensis, Senecio inaequidens, Galinsoga quadriradiata (= ciliata), Malva pusilla, ... Quelques espèces calaminaires (Silene vulgaris subsp. vulgaris var. humilis et Armeria maritima var. halleri surtout) s'y retrouvent également, au niveau de poches métallifères. La recolonisation forestière est annoncée par les arbustes comme Betula pendula, Salix caprea, Buddleja davidii, etc.

3. - un boisement rudéral à robinier. Occupant la partie occidentale de l'Ile aux Corsaires, ce bois est installé sur des substrats peu métallifères; la strate arborée est dominée par Robinia pseudoacacia, une espèce d'origine nord-américaine naturalisée chez nous. On observe aussi plus ponctuellement Acer pseudoplatanus, Aesculus hippocastanum, Castanea sativa, Corylus avellana, Fraxinus excelsior, Sambucus nigra, Betula pendula, Fagus sylvatica, Quercus robur, Ilex aquifolium, Taxus baccata (planté). Dans le sous-bois, on note deux 'lianes', Clematis vitalba et Humulus lupulus, ainsi que diverses herbacées dont Urtica dioica, Chelidonium majus, Epipactis helleborine, Stachys sylvatica, Brachypodium sylvaticum, Ranunculus repens, Solanum dulcamara, Scrophularia nodosa, Carex pendula, Dryopteris filix-mas, Alliaria petiolata, etc. Par endroits, certaines espèces invasives sont présentes et pourraient poser problème à l'avenir: il s'agit surtout de Fallopia japonica, Buddleja davidii et, dans une moindre mesure, Mahonia aquifolium et Aster lanceolata var. tradescantii. Comme dans la friche rudérale, les espèces calaminaires peuvent être ponctuellement représentées.

4. - un boisement pionnier calaminaire. S'étendant sur le plateau entre des fourrés à Buddleja et le bois à robinier, ce petit bois est constitué surtout par Betula pendula et Robinia pseudoacacia. Il renferme aussi Tilia cordata, Quercus robur, Fagus sylvatica, Aesculus hippocastanum, etc. Dans le sous-bois la strate herbacée est peu développée et on note la présence de nombreuses plages nues. La flore comprend à la fois des métallophytes mais surtout Thlaspi caerulescens subsp. calaminare (lequel semble mieux supporter l'ombrage que les autres espèces calaminaires), et des pseudo-métallophytes comme Campanula rotundifolia, Arrhenatherum elatius, Rumex acetosa, Agrostis capillaris, ainsi que Epipactis helleborine, Asparagus officinalis, Clematis vitalba, Ligustrum vulgare, etc.

Deux petites plages de Festuca ovina subsp. guestfalica ont été découverte sur le site en 2007; il s'agit de la première mention de cette graminée dans la région d'Angleur (HAUTECLAIR, 2007).

Notons que la pelouse calaminaire se rencontre également sur le talus dominant l'Ourthe, au nord du site, ainsi que sur les abords du Canal de l'Ourthe, au sud de la réserve.

La faune présente une diversité moyenne, ce qui s'explique notamment par l'exiguité du site, mais celui-ci renferme diverses espèces très intéressantes. Parmi l'entomofaune, plusieurs groupes ont été inventoriés à ce jour, plus particulièrement les Lépidoptères rhopalocères (16 spp.), les Orthoptères (12 spp.) et les Coléoptères Coccinellidae (13 spp.).

Parmi les Lépidoptères, l'espèce phare est assurément le petit nacré (Issoria lathonia), dont la chenille se nourrit essentiellement de la violette calaminaire. Une petite population (une dizaine d'individus est observée annuellement) est installée sur l'Ile aux Corsaires. Il s'agit d'une espèce d'intérêt patrimonial en Région wallonne et ses principales populations se localisent actuellement sur les terrains calaminaires liégeois. Une autre espèce peu commune, le demi-argus (Polyommatus semiargus) est également signalé sur le site mais aucune observation n'a eu lieu au cours des dernières années, ce qui laisse craindre sa disparition locale.

Deux espèces de microlépidoptères spécialisées se reproduisent sur le site, à savoir Lobesia littoralis (Tortricidae) et Aristotelia brizella (Gelechiidae), dont les chenilles se développent aux dépens du gazon d'Olympe, et qui ne sont donc pas connues en dehors de quelques rares sites calaminaires liégeois. C'est par ailleurs au bord de l'Ile aux Corsaires que Caloptilia fidella (Gracillariidae), espèce mineuse des feuilles de houblon, fut noté pour la première fois en Belgique (BAUGNEE & DE PRINS, 2010).

L'orthoptère le plus remarquable est l'oedipode à ailes bleues (Oedipoda caerulescens). Ce criquet légalement protégé en Wallonie a une distribution assez localisée mais est souvent présent sur des biotopes anthropiques comme les terris, les aires de triage, etc. D'autres espèces intéressantes d'orthoptères méritent d'être mentionnées: Myrmeleotettix maculatus, Phaneroptera falcata (espèce en expansion), Gomphocerippus rufus (également en expansion relative), Omocestus rufipes.

Chez les coccinelles, il faut mentionner Subcoccinella vigintiquatuorpunctata qui se développe aux dépens de diverses Caryophyllacées, dont le silène calaminaire, ainsi que Coccinella undecimpunctata, espèce de plaine fréquente dans le nord et le centre du pays mais rare au sud de la Meuse (HAUTECLAIR, 2007).

Un Coléoptère très rare en Belgique, Cassida azurea, a été découvert en 2007 au pied du silène calaminaire. Cette espèce thermophile également liée surtout à Silene vulgaris n'était connue que par quelques anciennes captures et de rares observations récentes dans le district mosan et en Lorraine.

Une punaise peu banale, Prostemma guttula, a également été rencontrée sur l'Ile aux Corsaires (DETHIER, 2006). Montrant une distribution très localisée en Belgique, ce prédateur terricole affectionne les endroits chauds et secs bien éclairés où abondent ses proies habituelles, d'autres punaises!

La proximité de l'Ourthe explique l'observation régulière d'odonates sur le site de l'Ile aux Corsaires, en particulier Calopteryx splendens, Calopteryx virgo, Gomphus pulchellus, beaucoup plus rarement aussi Gomphus vulgatissimus, Onychogomphus forcipatus et Erythromma lindenii.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Le site, d'origine anthropique, était initialement un terril de scories issu de l'activité métallurgique de l'usine des Mines et Fonderies de la Vieille Montagne, aujourd'hui UMICORE. Ce terril atteignant plusieurs dizaines de mètres d'épaisseur fut exploité pendant les deux derniers siècles pour la construction de routes. En 1925, il présentait déjà la topographie actuelle, soit un vaste plateau à la base du terril aujourd'hui disparu. Depuis cette date, le plateau est à l'état d'abandon tandis que divers dépôts exogènes ont eu lieu, en periphérie du site.

En 2006, une convention de gestion entre UMICORE et les Réserves Naturelles RNOB a permis la création de la réserve naturelle de l'Ile aux Corsaires, visant à la préservation de la flore calaminaire locale (HAUTECLAIR, 2007).

Biblio

, 2006, Réserve naturelle de l'Ile aux Corsaires (Liège)., Réserves Naturelles RNOB, dossier de demande d'agrément, 41 pp.
, 2007, Site de l'Ile aux Corsaires. Bilan des relevés biologiques., Pays des Terrils, Natagora asbl et Commune de Saint-Nicolas, 33 pp.
, 2010, Caloptilia fidella (Lepidoptera: Gracillariidae), a new leafminer to the Belgian fauna., Phegea 38 (2): 71-73.
, 2003, Ecogéographie et conservation des populations de Viola calaminaria (DC.) en Région wallonne., Mémoire de fin d'études, Laboratoire d'Ecologie, Facultés universitaires des Sciences agronomiques de Gembloux, 107 pp.
, 2002, Angleur : Ile aux Corsaires - Canal de l'Ourthe. , UMICORE, rapport non publié, 2 pp.
, 2009, L'Ile aux Corsaires et ses trésors naturels., La nature à Liège, Natagora asbl, 24 pp.
, 2005, Le Canal de l'Ourthe à Liège (Angleur)., Liège, rapport non publié, 4 pp.
, 2006, A propos de l'Hétéroptère Nabidae Prostemma guttula (Fabricius, 1787)., Notes fauniques de Gembloux, 59 : 220-.
, 1998, Hétéroptères remarquables pour la faune belge., Natura Mosana, 51 (4) : 75-86.
, 2001, Effectifs des populations, répartition et statut du petit nacré, Issoria lathonia L., sur les terrains calaminaires du bassin de la Vesdre (province de Liège, Belgique) (Lepidoptera : Nymphalidae)., Linneana Belgica, 18 (2) : 87-92.
, 1999, Les sites calaminaires de l'est de la Belgique, milieu de vie du papillon Issoria lathonia., Les Cahiers des Réserves Naturelles, 13 : 15-18.
, 1995, Issoria lathonia L.: exigences écologiques en terrain calaminaire., Revue Verviétoise d'Histoire Naturelle, 52/1 : 13-14.
, 1998, Le Petit Nacré (Issoria lathonia) sur les terrains calaminaires de l'est de la Belgique : données nouvelles sur l'écologie, l'éthologie et la chorologie de l'espèce. Réflexions sur la gestion des sites calaminaires et l'impact des lapins., Natura Mosana, 51 : 12-24.
, 2006, Inventaire et caractérisation des sites calaminaires en Région wallonne, Natura Mosana, 58 (2005): 83-124.
, 2002, La faune des Lépidoptères rhopalocères et des Orthoptères des pelouses sèches de la partie inférieure du bassin de la Vesdre (province de Liège, Belgique), Natura Mosana, 55 (2): 25-40.
, 2005, Intérêt et particularités des haldes calaminaires wallonnes pour l'entomofaune : le cas des Lépidoptères Rhopalocères et des Orthoptères., Notes fauniques de Gembloux, 57 : 49-57.
, 2007, L'Ile aux Corsaires, un intéressant site calaminaire aux portes de Liège (Belgique). Aperçu et mise à jour de sa biodiversité., Natura Mosana, 60 (3): 65-84.
, 1959, Excursion du samedi 6 juin 1959 sur les terrains calaminaires d'Angleur., Natura Mosana, 12 : 34.
, 1964, Stereocaulon nanodes Tuck. en Wallonie et en Rhénanie., Lejeunia, N.S., 27 : 1-8.
, 2003, Evalutation appropriée des incidences du projet "Réhabilitation du site UMICORE" Ile aux Corsaires. Conservation des Habitats définis dans la directive 92/43/CEE., Liège, 46 pp.

Divers

Sources

OFFH
RNOB
RESNAT

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB-NATAGORA

Date de la dernière modification de la fiche

2013-09-18