Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1945 - Bois de la Rochette

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Fort de Chaudfontaine
Communes :Chaudfontaine
Cantonnements DNF :Liège
Surface :64.62 ha
Coordonnées :X Lambert : 240363 - Y Lambert : 142941
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

S'étendant sur plus de 100 hectares, le Bois de la Rochette s'étend au sud-est de Liège, sur la commune de Chaudfontaine. en rive droite de la Vesdre à environ 3 km en amont de la confluence avec l'Ourthe. Sur le plateau et la partie orientale, la végétation dominante est constituée de chênaies et chênaies-boulaies acidophiles à sous-bois de callune et myrtilles. On peut également y admirer un ancien fort construit en 1888 et actuellement exploité comme parc de loisirs. Le versant dominant la vallée, d'exposition sud, montre des étendues herbeuses dominées par la molinie et ponctuées d'arbres et d'arbustes colonisateurs. Il fut exposé jadis aux fumées des usines de Prayon, expliquant la présence ici et là d'une flore calaminaire, certes relativement appauvrie en comparaison avec d'autres sites proches. Demeurant peu étudiée, la faune locale comprend diverses espèces intéressantes, comme le lézard des murailles (Podarcis muralis) qui occupe ici un milieu original, le petit nacré (Issoria lathonia), papillon lié particulièrement à la violette calaminaire, ou encore la coccinelle noire (Exochomus nigromaculatus) et la coccinelle des bruyères (Chilocorus bipustulatus), deux coléoptères étroitement associés aux landes et milieux annexes.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F0 - Condroz

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Chaudfontaine63.42 haCHAUDFONTAINELIEGE
Vaux-sous-Chèvremont1.2 haCHAUDFONTAINELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège64.62 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Anthus trivialisOuiNon2011J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2013E. Graitson, R. Cors
Natrix natrixOuiOui1999E. Graitson
Podarcis muralisOuiNonAbondant sur le versant2015E. Graitson et al.
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Issoria lathoniaOuiNon
Melanargia galatheaNonNon
Nymphalis polychlorosNonNon2012D. Kever
Polyommatus semiargusNonNon
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Eupithecia nanata2011J.-Y. Baugnée
Pachycnemia hippocastanaria2011J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Chilocorus bipustulatus2011J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Exochomus nigromaculatus2011J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Hyperaspis campestris2011J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Lucanus cervusOuiOui2013R. Cors
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Myrmeleotettix maculatus2011J.-Y. Baugnée
Omocestus rufipes2011J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hémiptères
Elasmucha ferrugata2011J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Odontoscelis fuliginosa1995M. Dethier
Palomena viridissima1995M. Dethier
Rhynocoris annulatus2013R. Cors
Stagonomus bipunctatus2011J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Tinicephalus hortulanus1995M. Dethier
Invertébrés - Araignées
Atypus affinis2011J.-Y. Baugnée
Plantes - Plantes supérieures
Asplenium septentrionale2013L. Bailly, R. Cors
Galeopsis segetum2006L. Bailly
Hieracium glaucinum2006L. Bailly
Silene nutansAbondante2015Divers obs.
Thlaspi caerulescens subsp. calaminare2011J.-Y. Baugnée, E. Bisteau
Viola calaminaria

Commentaires sur la faune

Oiseaux (données J.-Y. Baugnée 2011): Anthus trivialis, Columba palumbus, Dendrocopos major, Parus caeruleus, Picus viridis, Scolopax rusticola, Sitta europaea.

Reptiles (données E. Graitson 2000-1014; J.-Y. Baugnée 2011; R. Cors 2013): Anguis fragilis, Natrix natrix, Podarcis muralis.

Hémiptères (données M. Dethier, 1995-1997; J.-Y. Baugnée, 2011; R. Cors, 2013): Acompocoris alpinus, Adelphocoris quadripunctatus, Aelia acuminata, Alydus calcarus, Anthocoris confusus, Anthocoris nemoralis, Anthocoris nemorum, Apolygus lucorum, Aradus depressus, Arma custos, Arytaina genistae, Beosus maritimus, Capsus ater, Coreus marginatus, Coriomerus denticulatus, Corizus hyoscyami, Cyllecoris histrionius, Deraeocoris annulipes, Deraeocoris lutescens, Deraeocoris ruber, Dictyla echii, Dicyphus globulifer, Dolycoris baccarum, Elasmostethus interstinctus, Elasmucha ferrugata, Elasmucha fieberi, Elasmucha grisea, Eupelix cuspidata, Eurydema oleracea, Eurygaster testudinaria, Eysarcoris aeneus, Gargara genistae, Gastrodes grossipes, Goniagnathus brevis, Graphosoma lineatum, Heterocordylus tibialis, Heterogaster urticae, Heterotoma planicornis, Himacerus apterus, Himacerus mirmicoides, Holcostethus strictus vernalis, Kleidocerys ericae, Kleidocerys resedae, Leptopterna ferrugata, Lopus decolor, Lygus pratensis, Lygus rugulipennis, Miris striatus, Mocydiopsis sp., Monalocoris filicis, Myrmus miriformis, Nabis ericetorum, Nabis ferus, Nabis limbatus, Nabis rugosus, Neottiglossa pusilla, Notostira elongata, Odontoscelis fuliginosa, Orthops kalmii, Orthotylus ericetorum, Orthotylus marginalis, Palomena prasina, Palomena viridissima, Pentatoma rufipes, Peritrechus geniculatus, Phytocoris ulmi, Piezodorus lituratus, Pilophorus cinnamopterus, Pilophorus perplexus, Pithanus maerkelii, Plagiognathus arbustorum, Psammotettix confinis, Pyrrhocoris apterus, Rhaphigaster nebulosa, Rhopalus parumpunctatus, Rhopalus subrufus, Rhynocoris annulatus, Sciocoris cursitans, Scolopostethus affinis, Scolopostethus decoratus, Scolopostethus grandis, Stagonomus bipunctatus pusillus, Stenodema calcarata, Stenodema laevigata, Stenotus binotatus, Temnostethus pusillus, Thamnotettix dilutior, Tinicephalus hortulanus, Trioza remota, Wagneripteryx germari, Zygina rubrovittata, Zyginidia scutellaris.

Coléoptères (données M. Dethier, 1995-1997; J.-Y. Baugnée, 2011; R. Cors, 2013): Adalia decempunctata, Agriotes obscurus, Agriotes pallidulus, Agriotes pilosellus, Anatis ocellata, Athous haemorrhoidalis, Bradycellus harpalinus, Bruchidius villosus, Brumus quadripustulatus, Calvia decemguttata, Calvia quatuordecimguttata, Chilocorus bipustulatus, Coccinella quinquepunctata, Coccinella septempunctata, Dorcus parallelipipedus, Exapion fuscirostre, Exochomus nigromaculatus, Gonioctena olivacea, Halyzia sedecimguttata, Harmonia axyridis, Harmonia quadripunctata, Hyperaspis campestris, Limonius (= Cidnopus) minutus, Limonius (= Pheletes) aeneoniger, Lochmaea suturalis, Lucanus cervus, Micrelus ericae, Ocypus olens, Propylea quatuordecimpunctata, Prosternon tessellatum, Psyllobora vigintiduopunctata, Rhagonycha fulva, Rhyzobius chrysomeloides, Scymnus suturalis, Strophosoma capitatum, Subcoccinella vigintiquatuorpunctata, Tytthaspis sedecimpunctata.

Hyménoptères (données M. Dethier, 1995-1997; J.-Y. Baugnée, 2011): Ancistrocerus nigricornis, Ancistrocerus trifasciatus, Andrena fuscipes, Andricus curvator, Andricus foecundatrix, Andricus inflator, Andricus solitarius, Arachnospila anceps, Auplopus carbonarius, Bombus pascuorum, Cryptocheilus notatus, Cynips disticha, Cynips longiventris, Cynips quercusfolii, Fenusa pumila, Mellinus arvensis, Neuroterus albipes, Neuroterus anthracinus, Neuroterus quercusbaccarum, Pediaspis aceris, Priocnemis gracilis, Priocnemis hyalinata, Priocnemis pusilla, Sphecodes ephippius, Vespa crabro, Vespula vulgaris.

Diptères (données M. Dethier, 1995-1997; J.-Y. Baugnée 2011): Acanthiophilus helianthi, Dasineura pteridis, Dasineura serotina, Dioctria hyalipennis, Dysmachus trigonus, Ensina sonchi, Eristalis tenax, Helophilus pendulus, Machimus arthriticus, Macrodiplosis pustularis, Macrodiplosis roboris, Massalongia ruber, Phytomyza crassiseta, Platycheirus albimanus, Sericomyia silentis, Sphenella marginata, Syritta pipiens, Tolmerus atricapillus, Tolmerus cingulatus.

Lépidoptères (données M. Dethier et E. Walravens, 1995-1997; J.-Y. Baugnée 2011): Aglais urticae, Agriphila tristella, Anarta myrtilli, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Argynnis paphia, Atemelia torquatella, Bucculatrix ainsliella, Bucculatrix demaryella, Bucculatrix frangutella, Bucculatrx ulmella, Calliteara pudibunda, Celastrina argiolus, Coenonympha pamphilus, Coleophora alticolella, Coleophora cf flavipennella, Coleophora ibipennella, Coleophora kuehnella, Ectoedemia albifasciella, Ectoedemia occultella, Eilema caniola, Eupithecia nanata, Euspilapteryx auroguttella, Gonepteryx rhamni, Gymnoscelis rufifasciata, Gypsonoma dealbana, Inachis io, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Leucoptera spartifoliella, Limenitis camilla, Lycaena phlaeas, Macaria liturata, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Pachycnemia hippocastanaria, Papilio machaon, Pararge aegeria, Phyllonorycter harrisella, Phyllonorycter sp., Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polyommatus icarus, Polyommatus semiargus, Pyronia tithonus, Retinia resinella, Stigmella aceris, Stigmella basiguttella, Stigmella continuella, Stigmella cf ruficapitella, Stigmella sakhalinella, Stigmella speciosa, Thymelicus sylvestris, Tischeria dodonaea, Tischeria ekebladella, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Orthoptères (données M. Dethier et E. Walravens, 1995-1997; J.-Y. Baugnée 2011): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Conocephalus fuscus, Leptophyes punctatissima, Meconema thalassinum, Myrmeleotettix maculatus, Nemobius sylvestris, Omocestus rufipes, Omocestus viridulus, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Tetrix undulata, Tettigonia viridissima.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données à compléter): Acer campestre, Acer pseudoplatanus, Agrostis capillaris, Angelica sylvestris, Anthoxanthum odoratum, Arenaria serpyllifolia, Asplenium septentrionale, Betula pendula, Betula pubescens, Brachypodium sylvaticum, Calluna vulgaris, Campanula rapunculus, Carpinus betulus, Castanea sativa, Cirsium arvense, Clematis vitalba, Cytisus scoparius, Dryopteris filix-mas, Epipactis helleborine, Fagus sylvatica, Festuca rubra subsp. commutata, Frangula alnus, Fraxinus excelsior, Galeopsis segetum, Hieracium glaucinum, Hieracium murorum, Hieracium umbellatum, Hypericum humifusum, Hypericum perforatum, Hypochaeris radicata, Inula conyzae, Juncus conglomeratus, Juncus tenuis, Lotus corniculatus, Luzula multiflora, Molinia caerulea, Picris hieracioides, Pinus sylvestris, Poa nemoralis, Polypodium interjectum, Pteridium aquilinum, Quercus petraea, Quercus robur, Quercus rubra, Rumex acetosa, Rumex acetosella, Senecio inaequidens, Taraxacum sp., Teucrium scorodonia, Thlaspi caerulescens subsp. calaminare, Trifolium medium, Trifolium pratense, Vaccinium myrtillus, Veronica officinalis, Viola calaminaria, Viola riviniana.

Espèces exotiques

Plantes: Amelanchier sp., Buddleja davidii, Castanea sativa, Juncus tenuis, Mahonia aquifolium, Picea abies, Quercus rubra, Senecio inaequidens.

Animaux: Harmonia axyridis.

Conservation

Objectifs de conservation

A compléter

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

A compléter

Description biologique

La flore et la végétation du Bois de la Rochette ne semblent pas avoir fait l'objet, jusqu'ici, d'une étude détaillée. GRAITSON (2006, p. 98), dans son inventaire des sites calaminaires de Wallonie, a décrit brièvement l'endroit: «A Chaudfontaine, un versant exposé au sud de la vallée de la Vesdre est occupé par une lande à Calluna vulgaris, Molinia caerulea et Agrostis capillaris, dont l'origine est tertiaire. Elle est en cours de recolonisation par les chênes et les bouleaux. La pensée et le tabouret calaminaires sont présents, mais très localisés et en régression»

Notons que la cartographie précise des habitats n'est disponible que pour une petite partie du site, correspondant aux landes sèches situées sur le haut du versant (seul secteur repris dans le site Natura 2000 BE33016).

Le chemin qui emprunte le bas du Bois de la Rochette montre des talus rocheux dignes d'intérêt. Ces affleurements bien éclairés accueillent en effet plusieurs plantes rares telles que l'épervière précoce (Hieracium glaucinum), la doradille septentrionale (Asplenium septentrionale), le tabouret calaminaire (Thlaspi caerulescens subsp. calaminare) ou encore le galéopsis des moissons (Galeopsis segetum) (obs. L. Bailly).

Une population de lézard des murailles (Podarcis muralis) y est plus particulièrement cantonnée (GRAITSON, 2000).

L'entomofaune du Bois de la Rochette est d'un grand intérêt et comprend diverses espèces patrimoniales. Cependant, les données restent fragmentaires et les seuls inventaires quelque peu systématiques menés à ce jour sont dus à M. Dethier qui, de 1995 à 1997, a répertorié 26 espèces de papillons de jour, 12 espèces d'orthoptères et 62 espèces d'hétéroptères -ou punaises- terrestres, outre divers autres insectes notés plus occasionnellement (DETHIER, 2001).

Observé en 2013, le lucane cerf-volant (Lucanus cervus) est l'un des insectes les plus spectaculaires du site, où il se cantonne dans les zones forestières du flanc ouest et nord. Ce coléoptère d'intérêt communautaire, dont la longueur peut dépasser les 5 cm, est bien présent dans la basse vallée de la Vesdre qui accueille l'un des principaux noyaux de population en Wallonie.

Les landes à callunes hébergent une faunule remarquable regroupant des espèces spécialisées, parmi lesquelles figurent deux coccinelles légalement protégées en Région wallonne: la coccinelle noire (Exochomus nigromaculatus) et la coccinelle des bruyères (Chilocorus bipustulatus). A noter que ces deux espèces n'ont pas été signalées par DETHIER (2001).

Monument naturel

A compléter

Monument historique

Fort de Chaudfontaine, datant de 1888 (http://users.skynet.be/jchoet/fort/chaudfontaine.htm), actuellement exploité comme parc de loisirs.

Histoire du site

Le site a connu une occupation ancienne et maintes vicissitudes au cours des derniers siècles. Il regroupe deux monuments historiques remarquables.

D'une part, le fort de Chaudfontaine, situé sur le plateau du Bois de la Rochette. Construit de 1888 à 1892, il fait partie de la ceinture défensive de Liège, constituée de douze forts établis à la fin du 19ème siècle pour la défense de la ville, à l'initiative du général Brialmont. Après avoir été bombardé par l'armée allemande en 1940, le fort est abandonné. Depuis les années 1980, une société de tir y occupe les casemates. Le site est par ailleurs aménagé et exploité par une société qui propose des parcours aventures.

D'autre part, le château de la Rochette, qui a appartenu jusqu'au 17ème siècle à la famille d'Arberg de Vallengin. A la Révolution française, la seigneurie de la Rochette se trouve classée parmi les biens nationaux. Après la mort du dernier propriétaire, le comte Charles-Alexandre d'Arberg, qui fut aussi évêque d'Ypres, le château et ses dépendances sont mis aux enchères publiques en septembre 1815. La propriété est adjugée à Conrard-Joseph-Hubert Grisard, domicilié à Liège. Plusieurs fermes faisaient partie du domaine: la ferme de la Rochette ou ferme d'Embas, la ferme Sur le Bois ou ferme du Haras, la ferme de la Béole, ainsi que des bâtiments industriels importants. Il fut incendié en 1922 mais immédiatement reconstruit dans son style par William Grisard de la Rochette. Ne répondant plus aux nécessités de la vie actuelle, il fut remplacé en 1970 par une demeure plus confortable et mieux adaptée.

L'aspect actuel de "savane" qui caractérise plusieurs collines de la région de Chaudfontaine et de Trooz, est le témoin des activités industrielles passées. Une usine métallurgique spécialisée dans le traitement de métaux non ferreux (zinc notamment), dite "Nouvelle-Montagne", fut installée à Prayon au début du 19ème siècle. Pendant des décennies, les cheminées ont rejeté des fumées riches en particules métalliques et en oxydes acides dont les retombées ont eu pour conséquence la destruction du couvert forestier initial et l'apparition d'une végétation herbacée éparse constituée de plantes supportant les sols contaminés. Depuis l'arrêt des rejets, la forêt reprend lentement ses droits mais les arbres qui se développent sur ces terrains sont souvent tortueux et de petite taille.

Divers

Sources

Natagora - Rainne

Répondants de l'information

Natagora - Rainne

Date de la dernière modification de la fiche

2015-11-18