Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

2194 - Marais de la Platinerie

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :la Platinerie à Bonnert
Communes :Arlon, Attert
Cantonnements DNF :Arlon
Surface :22.87 ha
Coordonnées :X Lambert : 255201 - Y Lambert : 46196
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le marais de la Platinerie est localisé en Lorraine belge, au nord du village de Bonnert et à deux pas de la frontière avec le Grand-Duché de Luxembourg. La partie centrale est occupée par un marais alcalin de très grand intérêt botanique où s'épanouissent quelques uns des joyaux de notre flore, comme le troscart des marais (Triglochin palustre), une curieuse monocotylédone dont il subsiste moins de dix stations wallonnes, ou encore la linaigrette à feuilles larges (Eriophorum latifolium), qui n'existe plus qu'en de rares endroits de Lorraine. Le site renferme également des prairies humides traversées par des ruisseaux et des fossés, des prés de fauche, des pâtures ainsi que des parties embroussaillées et boisées, auxquels s'ajoute un petit plan d'eau près de l'ancien moulin et une mare à utriculaire en selle (Utricularia vulgaris). La faune demeure méconnue mais l'on y signale la présence d'au moins 6 espèces d'amphibiens, dont le crapaud accoucheur (Alytes obstetricans). Malgré ses multiples richesses, le marais de la Platinerie est totalement dépourvu de statut de protection!

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M0 - Lorraine belge

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Bonnert18.66 haARLONLUXEMBOURG
Guirsch4.19 haARLONLUXEMBOURG
Tontelange0.03 haATTERTLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Arlon22.87 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

A compléter

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

A compléter

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Lanius collurioOuiNonNicheur2015R. Dujardin
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNon1999O. Matgen
Bufo bufoOuiNon2010P. Verté
Lissotriton helveticusOuiNon1999O. Matgen
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2006O. Matgen, E. Graitson
Rana temporariaOuiNonReproduction2010P. Verté
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Zootoca viviparaOuiNon2006E. Graitson
Plantes - Plantes supérieures
Carex appropinquata2011P. Verté
Carex lepidocarpa2011P. Frankard, L.-M. Delescaille, P. Verté
Carex paniculata2010P. Verté
Carex rostrata2011P. Frankard, L.-M. Delescaille
Crepis paludosa2011P. Verté
Dactylorhiza majalis2011P. Frankard, L.-M. Delescaille, P. Verté
Epipactis palustris2011P. Frankard, L.-M. Delescaille
Eriophorum angustifolium2011P. Frankard, L.-M. Delescaille
Eriophorum latifolium2011P. Verté
Geum rivale2010P. Verté
Menyanthes trifoliata2011P. Frankard, L.-M. Delescaille, P. Verté
Saxifraga granulata2011P. Frankard, L.-M. Delescaille, P. Verté
Scrophularia umbrosa2011P. Frankard, L.-M. Delescaille
Succisa pratensis2011P. Frankard, L.-M. Delescaille, P. Verté
Triglochin palustre2011P. Frankard, L.-M. Delescaille, P. Verté
Utricularia vulgaris2011P. Frankard, L.-M. Delescaille
Plantes - Mousses - Bryophytes
Campylium stellatum2011J.-M. Couvreur
Tomentypnum nitens2011J.-M. Couvreur

Commentaires sur la faune

Données à compléter.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données P. Verté 2010-2011; P. Frankard et L.-M. Delescaille 2011): Aegopodium podagraria, Ajuga reptans, Alnus glutinosa, Anemone nemorosa, Angelica sylvestris, Anthoxanthum odoratum, Arrhenatherum elatius, Avenula pubescens, Bellis perennis, Briza media, Bromus hordeaceus, Caltha palustris, Cardamine amara, Cardamine pratensis, Carex acutiformis, Carex appropinquata, Carex demissa, Carex disticha, Carex flacca, Carex lepidocarpa, Carex nigra, Carex pallescens, Carex panicea, Carex paniculata, Carex rostrata, Centaurea jacea subsp. nigra, Cerastium fontanum, Chrysosplenium oppositifolium, Circaea lutetiana, Cirsium oleraceum, Cirsium palustre, Corylus avellana, Crepis paludosa, Cynosurus cristatus, Dactylis glomerata, Dactylorhiza majalis, Deschampsia cespitosa, Elodea canadensis, Epilobium hirsutum, Epilobium palustre, Epilobium parviflorum, Epipactis palustris, Equisetum fluviatile, Eriophorum angustifolium, Eriophorum latifolium, Eupatorium cannabinum, Festuca pratensis, Festuca rubra, Filipendula ulmaria, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium uliginosum, Geranium robertianum, Geum rivale,Glechoma hederacea, Holcus lanatus, Humulus lupulus, Hypericum maculatum, Impatiens noli-tangere, Iris pseudacorus, Juncus articulatus, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus inflexus, Lathyrus pratensis, Leucanthemum vulgare, Lolium multiflorum, Lonicera nitida, Lotus pedunculatus, Lupinus polyphyllus, Luzula campestris, Luzula multiflora, Lychnis flos-cuculi, Lysimachia nummularia, Lysimachia vulgaris, Medicago lupulina, Mentha aquatica, Mentha arvensis, Menyanthes trifoliata, Myosotis scorpioides, Myosoton aquaticum, Persicaria amphibia, Petasites hybridus, Phalaris arundinacea, Phleum pratense, Phragmites australis, Plantago lanceolata, Poa annua, Poa trivialis, Potamogeton natans, Potentilla erecta, Primula elatior, Primula veris, Prunus padus, Ranunculus acris, Ranunculus ficaria, Ranunculus repens, Rhinanthus minor, Rumex acetosa, Rumex obtusifolius, Sambucus nigra, Scirpus sylvaticus, Scrophularia umbrosa, Senecio jacobaea, Senecio ovatus, Solanum dulcamara, Sorbus aucuparia, Stachys sylvatica, Stellaria graminea, Succisa pratensis, Trifolium campestre, Trifolium dubium, Trifolium pratense, Trifolium repens, Triglochin palustre, Typha latifolia, Urtica dioica, Utricularia vulgaris, Valeriana dioica, Valeriana repens, Veronica chamaedrys, Viburnum opulus, Vicia cracca.

Espèces exotiques

Plantes: Elodea canadensis, Lonicera nitida, Lupinus polyphyllus.

Animaux: Branta canadensis.

Conservation

Objectifs de conservation

A compléter

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

A compléter

Description biologique

Données historiques

Le marais de la Platinerie s'est fait connaître des botanistes dès la fin du 19ème siècle, à l'occasion de la découverte, par E. Lemoine, d'une cypéracée nouvelle pour le territoire belge: Carex davalliana, ou laîche de Davall. A l'époque, LEMOINE (1890) écrivait, dans son compte-rendu de l'herborisation de la Société Botanique de Belgique, que l'espèce était répandue dans les prairies de La Platinerie en de nombreuses et fortes touffes mâles et femelles. Il y signale d'autres plantes peu banales comme Geum rivale et Gymnadenia conopsea, ainsi que divers bryophytes rares. Il ajoute encore la trouvaille de Carex hostiana (= hornschuchiana) par Feltgen et Crépin.

Dans l'étang du moulin, LEMOINE (1890) note la présence d'un peuplement important de Schoenoplectus lacustris, tandis que sur le revers humide de la colline qui lui fait face, il relève trois espèces rares de la lande humide: Drosera rotundifolia, Lycopodium inundatum et Trichophorum cespitosum. En outre, il est frappé par l'extrême abondance de Genista pilosa sur les collines sableuses de la Platinerie, mentionnant également l'existence de l'astéracée Helichrysum arenarium.

En 1910 puis 1912, A. Verhulst entreprit d'étudier plus en détail cette station de Carex davalliana, située entre le moulin de Bonnert (ou de la Platinerie) et celui de Gruber plus à l'est (VERHULST, 1912).

Il estime que Carex davalliana y occupe un espace d'un à deux ares, dans les parties basses de la prairie. Outre cette espèce, il note dans ce marais Warnstorfia fluitans (sub Hypnum fluitans), Carex pulicaris, Valeriana dioica, Lotus pedunculatus, Carex paniculata, Eriophorum latifolium, Menyanthes trifoliata, Crepis paludosa, Senecio aquaticus, Leontodon hispidus, Carex panicea, Hieracium lactucella (sub H. auricula), etc. Il constate en outre l'absence complète de sphaignes.

Plus haut dans la prairie, au niveau de suintements sur marnes de l'Hettangien, il précise que les espèces dominantes sont Cirsium palustre et Pedicularis palustris, et qu'au-delà de ces suintements pullule Rhinanthus minor.

Vers les collines (ou «dunes») sableuses, la végétation «tourne à la bruyère humide», selon les mots de VERHULST, avec la dominance de Calluna vulgaris, accompagnée de Pedicularis sylvatica, Potentilla erecta, Nardus stricta, Juncus squarrosus, ... Aira praecox et Galium saxatile y apparaissent aux endroits secs tandis que des sphaignes colonisent les parties les plus fraîches. Carex flava (s.l.), Carex hostiana et Carex panicea complètent ce cortège au niveau de suintements.

Enfin, dans le ruisseau, VERHULST recense Sparganium erectum (dominant), Callitriche «aquatica», Ranunculus aquatilis et Glyceria fluitans.

Le site fut encore prospecté le 1er juin 1968 à l'occasion de l'herborisation générale de la Société royale de Botanique de Belgique. PARENT (1969), dans son compte rendu, écrit au sujet de cette prairie humide: «il est presque miraculeux qu'elle ait échappé à l'enrésinement, au drainage, au piétinement par le bétail, à l'apport d'engrais». Il note que la station de Carex davalliana, toujours présente, n'occupe cependant plus qu'une surface restreinte par rapport à l'époque de Lemoine. Parmi les espèces non notées par Verhulst figurent notamment Carex diandra, pourtant abondant, et Carex acutiformis, dominant. Sont observés également Carex paniculata, Carex lepidocarpa, Carex pulicaris, Carex disticha, Carex nigra, Eriophorum angustifolium, Eriophorum latifolium, Rhinanthus minor (dont une forme à dents violettes), ainsi que de nombreux pieds d'Ophioglossum vulgatum et Triglochin palustris.

Situation actuelle (2010-2015)

A partir des années 1970, le marais de la Platinerie semble avoir été délaissé des botanistes et son évolution ne semble guère avoir été documentée depuis lors.

Ce site privé, dépourvu de tout statut de protection (il a notamment été oublié lors de la mise en place du réseau Natura 2000), a été «redécouvert» en 2010 et plusieurs prospections ont été effectuées depuis par des agents du DEMNA (P. Verté, P. Frankard, L.-M. Delescaille pour les plantes supérieures, et J.-M. Couvreur pour les bryophytes).

La partie centrale est toujours occupée par le marais alcalin qui conserve un très grand intérêt botanique: en effet, malgré la disparition de la laîche de Davall (la dernière mention daterait de 1986 - G.H. Parent), d'autres joyaux de notre flore s'y épanouissent comme Triglochin palustre, Eriophorum latifolium, Carex appropinquata, Parnassia palustris, Epipactis palustris, aux côtés de Menyanthes trifoliata, Succisa pratensis, Potentilla erecta, Eriophorum angustifolium, Carex rostrata, Carex panicea, Carex lepidocarpa, Carex demissa, Carex flacca, Rhinanthus minor, etc. Cette zone renferme encore deux bryophytes typiques de cet habitat (et déjà mentionnées précédemment), Tomentypnum nitens et Campylium stellatum, en forte régression en Région wallonne (SOTIAUX et VANDERPOORTEN, 2015). On y observe par ailleurs l'espèce caractéristique des tufs calcaires Palustriella commutata s.l., non signalée par les auteurs anciens.

Les prairies humides environnantes comportent une flore particulièrement diversifiée: Crepis paludosa, Primula elatior, Primula veris, Juncus articulatus, Lathyrus pratensis, Lotus pedunculatus, Luzula multiflora, Valeriana repens, Lysimachia vulgaris, Rumex acetosa, Ranunculus acris, Ranunculus repens, Trifolium pratense, Poa trivialis, Plantago lanceolata, Holcus lanatus, Anthoxanthum odoratum, Arrhenatherum elatius, Trifolium repens, Lysimachia nummularia, Mentha aquatica, Caltha palustris, Cardamine pratensis, Carex acutiformis, Carex disticha, Carex flacca, Cerastium fontanum, Epilobium parviflorum, Myosotis scorpioides, Equisetum fluviatile, Festuca pratensis, Festuca rubra, Filipendula ulmaria, Epipactis palustris, Stellaria graminea, Luzula campestris, Centaurea jacea subsp. nigra, Veronica chamaedrys, etc. S'y ajoutent divers éléments de bas-marais comme Valeriana dioica, Lotus pedunculatus, Carex nigra, Galium uliginosum, Epilobium palustre, etc.

Au bord du Scherbach, quelques fragments de pré humide montrent Ajuga reptans, Crepis paludosa, Angelica sylvestris, Briza media, Carex paniculata, Carex rostrata, Cirsium oleraceum, Cirsium palustre, Filipendula ulmaria, Cynosurus cristatus, Avenula pubescens, Phragmites australis, Scrophularia umbrosa, Vicia cracca, Menyanthes trifoliata, ... Plusieurs de ces plantes se rencontrent également sous aulnaie marécageuse, avec en plus Anemone nemorosa, Lychnis flos-cuculi, Mentha arvensis, Hypericum maculatum, Cardamine amara, Petasites hybridus et quelques autres espèces hygrophiles.

Un relevé effectué dans une clairière pâturée au sein d'une aulnaie comporte Crepis paludosa, Geranium robertianum, Galium aparine, Galeopsis tetrahit, Filipendula ulmaria, Eupatorium cannabinum, Holcus lanatus, Dactylis glomerata, Hypericum maculatum, Cirsium palustre, Cirsium oleraceum, Carex acutiformis, Avenula pubescens, Arrhenatherum elatius, Deschampsia cespitosa, Phleum pratense, Urtica dioica, Stachys sylvatica, Senecio jacobaea, Glechoma hederacea, Rumex obtusifolius, Persicaria amphibia, Myosoton aquaticum, Lysimachia vulgaris, Leucanthemum vulgare, Lathyrus pratensis, Juncus conglomeratus, Impatiens noli-tangere, Iris pseudacorus, Scirpus sylvaticus, etc.

Dans une ancienne peupleraie mise à blanc poussent notamment Solanum dulcamara, Prunus padus, Sambucus nigra, Senecio ovatus, Valeriana repens, Viburnum opulus, Alnus glutinosa, Angelica sylvestris, Carex lepidocarpa, Carex pallescens, Carex panicea, Cirsium palustre, Corylus avellana, Epilobium hirsutum, Eupatorium cannabinum, Filipendula ulmaria, Humulus lupulus, Juncus articulatus, Juncus effusus, Phragmites australis, Sorbus aucuparia. L'arbuste Lonicera nitida, échappé de jardin, est également présent.

A l'est du marais se trouve une petite mare dans laquelle s'épanouit une population d'Utricularia vulgaris, plante aquatique «carnivore» devenue très rare en Wallonie, aux côtés d'Equisetum fluviatile, Potamogeton natans, Carex paniculata, Typha latifolia et l'exotique Elodea canadensis.

Certains fossés forestiers hébergent des peuplements de Chrysosplenium oppositifolium.

L'étang de l'ancien moulin, situé dans l'ouest du site, comporte quelques herbiers de Potamogeton natans, des cariçaies à Carex acutiformis et Carex rostrata, ainsi que divers hélophytes comme Iris pseudacorus, Lychnis flos-cuculi, Phalaris arundinacea, Solanum dulcamara, etc. Son étude mériterait d'être complétée par de nouveaux relevés. PARENT (1973) mentionnait son intérêt pour la faune paludicole.

Les «dunes» sableuses et les landes évoquées par les auteurs du 19ème siècle ont disparu des environs depuis longtemps, et avec elles les espèces remarquables qui y étaient liées.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A compléter

Divers

Sources

PBEPT 2007

OFFH

Répondants de l'information

OFFH

Date de la dernière modification de la fiche

2017-01-12