Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

2454 - Terril du Pansery

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Soumagne
Cantonnements DNF :Liège
Surface :4.24 ha
Coordonnées :X Lambert : 245132 - Y Lambert : 146689
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

Le petit site de Pansery est situé en entre-Vesdre-et-Meuse, dans la commune de Soumagne, et s'intègre dans le projet Interreg Pays des Terrils. Il est essentiellement occupé par des plantations d'essences exotiques, et l'ensemble des boisements en place présentent une homogénéité trop importante que pour favoriser l'installation d'une flore et d'une faune remarquables. Néanmois, le site de Pansery mérite qu'on lui prête attention car il offre un potentiel d'accueil important, pour autant qu'une gestion appropriée soit mise en place. De plus, il constitue un site refuge pour le blaireau (Meles meles), dont deux familles ont été recensées en 2006. En ce qui concerne les autres espèces d'intérêt présentes sur le site, on retiendra notamment le faucon hobereau (Falco subbuteo) et la grenouille rousse (Rana temporaria).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F6 - Entre-Vesdre-et-Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Micheroux4.24 haSOUMAGNELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège4.24 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
G1.6Hêtraies
G1.C2Peuplements de chênes exotiques
G1.C3Peuplements de robinier

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNon2 familles (au moins)2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Falco subbuteoOuiNon1 couple2006Natagora - Interreg Pays des Terrils
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Rana temporariaOuiNon10 ind.2006Natagora - Interreg Pays des Terrils

Commentaires sur la faune

Herpétofaune (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006):
Rana temporaria.

Avifaune (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006):
Corbeau freux, Faucon hobereau, Fauvette à tête noire, Grimpereau des jardins, Merle noir, Mésange bleue, Mésange charbonnière, Mésange nonnette, Pic épeiche, Pic vert, Pie bavarde, Pigeon ramier, Pinson des arbres, Pouillot véloce, Rougegorge familier, Sittelle torchepot, Troglodyte mignon, Verdier d'Europe.

Papillons (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006):
Aphantopus hyperantus, Maniola jurtina, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris rapae, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta.

Orthoptères (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006):
Chortippus biguttulus, Chortippus brunneus, Chortippus parallelus.

Coccinelles (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006):
Calvia decimguttata, Calvia quatuordecimguttata, Coccinella septempunctata, Halyzia sedecimguttata, Harmonia axyridis, Propyllea quatuordecimpunctata.

Autres (données Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006):
24 espèces de mousse. Installation du blaireau (au moins deux familles). Chenilles de cucullie de la scrofulaire (Cucullia scrophulariae). Fréquentation par le renard et le chevreuil.

Commentaires sur la flore

Acer pseudoplatanus, Aesculus hippocastanum, Alliaria petiolata, Allium ursinum, Betula pendula, Brachypodium sylvaticum, Calystegia sepium, Carpinus betulus, Castanea sativa, Chaerophyllum temulum, Chelidonium majus, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Dactylis glomerata, Deschampsia flexuosa, Dryopteris filix-mas, Euonymus europaeus, Fagus sylvatica, Fallopia japonica, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Hedera helix, Heracleum sphondylium, Hesperis matronalis, Hieracium lachenalii, Humulus lupulus, Ilex aquifolium, Lamium galebdolon, Lapsana communis, Lonicera periclymenum, Malva sylvestris, Parthenocissus inserta, Phalaris arundinacea, Poa nemoralis, Poa pratensis, Polygonatum multiflorum, Quercus robur, Quercus rubra, Ranunculus ficaria, Ribes rubrum, Ribes uva-crispa, Robinia pseudoacacia, Rubus sp., Rumex obtusifolius, Sambucus nigra, Scrophularia nodosa, Silene dioica, Sorbus aucuparia, Stachys sylvatica, Taraxacum sp., Taxus baccata, Tilia xeuropaea, Ulmus minor, Urtica dioica

Espèces exotiques

Robinia pseudoacacia, Harmonia axyridis, Fallopia japonica, Parthenocissus inserta, quercus rubra, Rumex obtusifolius, Aesculus hippocastanum, Hesperis matronalis.

Conservation

Objectifs de conservation

A compléter

Menaces

Aucune.

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

Afin de favoriser le développement de la biodiversité sur ce terril actuellement bien
pauvre, les principales mesures recommandées sont :
1. protection du boisement sur le plateau afin d'assurer la pérennité du blaireau sur le site (pas de fortes coupe forestière et de dérangements intempestifs) ;
2. protection de la hêtraie (forêt naturelle en Belgique) se développant autour du bunker ;
3. gestion de la zone humide (drain, épuration, imperméabilisation…) afin de récupérer une eau de qualité favorable à la faune aquatique ; et plus particulièrement les amphibiens ;
4. plan de déboisement étalé sur plusieurs années au niveau des pentes mobiles dominées en chênes rouges d'Amérique afin de permettre une renaturalisation du bois par des essences indigènes (érable, tilleul, frêne…) plantées ou spontanées.

Accès du public

site à vocation Nature avec aménagement probable d'un petit parking pour les visiteurs.

Détails

Description physique

Terril charbonnier d'une surface de 3,91 ha et d'un volume de 460 000 mètres cubes.

Description biologique

(Données provenant de Natagora - Interreg Pays des Terrils, 2006)
Flore du Pansery:
Les relevés ont permis de dénombrer près de 60 espèces sur le terril (59 plus précisément). La majorité des espèces sont des espèces forestières nitrophiles très communes en Wallonie. Parmi l'ensemble des terrils repris dans le projet Pays des Terrils, c'est le terril qui compte le moins d'espèces de plantes. La flore banale et peu diversifiée s'explique par le caractère artificiel des plantations qui ont eu lieu sur ce site. En effet, une bonne partie du site a été plantée après exploitation avec des robiniers et des chênes rouges d'Amérique. Ces espèces exotiques banalisent la flore qui se développe en sous-bois. Les espèces dominantes observées dans ces plantations artificielles sont le robinier (Robinia pseudoacacia) et le chêne rouge d'Amérique (Quercus rubra). A leur côté, on peut rencontrer comme autres espèces ligneuses le bouleau (Betula pendula), le châtaigner (Castanea sativa), le tilleul de Hollande (Tilia xeuropaea), l'érable sycomore (Acer pseudoplatanus), etc. Le sous-bois est peu diversifié et compte principalement sur le plateau de la ronce (Rubus sp.), du pâturin des bois (Poa nemoralis) et du lierre (Hedera helix). Sur les pentes mobiles, quasi aucune espèce herbacée n'arrive à pousser. Les principales autres espèces compagnes de ce milieu sont le chèvrefeuille des bois (Lonicera periclymenum), la chélidoine (Chelidonium majus) et la canche flexueuse (Deschampsia flexuosa). A proximité du bunker, se développe un lambeau de hêtraie dominée par le hêtre (Fagus sylvatica). On y rencontre quelques espèces typiquement forestières telles le groseillier maquereau (Ribes uva-crispa) et le sceau de Salomon multiflore (Polygonatum multiflorum). En bas des pentes du terril, on rencontre quelques plantes affectionnant des sols frais comme l'ail des ours (Allium ursinum) et l'épiaire des bois (Stachys sylvatica).

Herpétofaune du Pansery:
Une seule espèce d'amphibiens a été observée sur le site : la grenouille rousse (Rana temporaria). L'espèce n'a été notée que très rarement (moins de 10 observations). La présence de zones humides au pied du terril pourrait favoriser les amphibiens et permettre le développement d'espèces qui n'auraient pas été observées lors des relevés comme le crapaud commun ou le triton alpestre. Toutefois, au vue de la qualité médiocre de cette eau (odeur d'égout et prolifération d'algues vertes, de vers aquatiques polluotolérants du genre tubifex), il est peu probable que ces zones humides soient utilisées comme sites de reproduction. Afin de favoriser les amphibiens, il est recommandé de veiller à découvrir la source de pollution de cette eau (amendements des pâtures et des cultures périphériques, eaux grises des lotissements…) et dans la mesure du possible de la solutionner (épuration, drain, imperméabilisation du sol…).

Avifaune :
Ce petit terril entièrement boisé accueille au moins 17 espèces nicheuses. La vedette du site est sans conteste le faucon hobereau qui a niché en 2006 sur le site. Cette espèce, assez rare en Wallonie, niche dans d'anciens nids de corvidés situés dans des bocages, des alignements d'arbres ou en lisière de forêt. Le hobereau est très sensible au dérangement. Les autres espèces sont surtout des espèces forestières communes (mésanges, pic épeiche, sittelle…).

Papillons de jour:
Sept espèces ont été vues sur le site ou à sa périphérie immédiate (bord de route). Il s'agit du site qui compte le moins d'espèces. Toutes les espèces observées sont des espèces très banales en Wallonie. Le tircis (Pararge aegeria), espèce forestière, est l'espèce la plus commune dans le bois. Les autres espèces ont surtout été observées en périphérie du site près du bord de route et des jardins. Parmi ces espèces, les piérides (Pieris sp.) sont les plus abondantes des espèces. Le vulcain (Vanessa atalanta) est observé régulièrement sur le bord de route.

Orthoptères :
Tout comme pour les papillons, le Pansery est le site du projet Pays des Terrils qui présente le moins d'espèces en orthoptères. Trois espèces, toutes très communes en Belgique, ont été observées mais il est probable que certaines espèces n'ont pas été observées cette année. On peut par exemple s'étonner de ne pas noter la decticelle cendrée (Pholidoptera griseoaptera) ; espèce forestière des plus communes en Wallonie mais aussi le méconème varié (Meconema thalassinum).
Pour être précis, les trois espèces de Chorthippus observées n'ont pas été vraiment observées sur le terril mais sur une petite friche attenante le long d'un champ (sud-est du terril) Le terril de par son boisement complet et homogène ne représente pas un site d'accueil favorable pour ce groupe d'insecte.

Coccinelles:
Avec le Bas-Bois, il s'agit du site qui compte le moins d'espèces de coccinelles. Six espèces sont observées dont la coccinelle à 14 points blancs (Calvia 14-guttata), espèce forestière dominante en été. D'autres espèces forestières son notées mais en densité faible à très faible. Il s'agit de la grande coccinelle orange (Halyzia 16-guttata) et de la coccinelle à 10 points blancs (Calvia 10-guttata). Contrairement à la majorité des sites, il est étonnant de constater que la coccinelle asiatique (Harmonia axyridis), cette espèce exotique échappée des centres d'élevage et en passe de devenir la coccinelle la plus commune chez nous au détriment de nos espèces indigène, est peu commune sur le site. Enfin, la coccinelle à 7 points (Coccinella 7-punctata), très commune d'habitude sur les autres terrils, est ici l'une des espèces les moins communes (une seule observation en 2006).

Autres:
Parmi les autres observations réalisées, on peut citer les mousses qui comptent 24 espèces. Le site du Pansery représente un site majeur pour le blaireau dont plusieurs familles (au moins deux) se sont installées sur le plateau boisé du site. Des terriers occupés (présence de latrines et de sentiers entretenus) sont disséminés un peu partout sur le plateau. Le renard (aperçu en été sur le site) et le chevreuil (crottes) fréquentent régulièrement le site. Chez les papillons de nuit, citons la cucullie de la scrofulaire (Cucullia scrophulariae) dont les chenilles ont été observées sur la scrofulaire noueuse (Scruphularia nodosa).

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Exploitation minière jusqu'en 1974.

Divers

Sources

Natagora - Interreg Pays des Terrils

Répondants de l'information

P. HAUTECLAIR (Interreg Pays des Terrils - Natagora) Rue du Wisconsin, 3, 5000 Namur.