Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

590 - Etangs de Conques

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Prieuré de Conques
Communes :Florenville
Cantonnements DNF :Florenville
Surface :54.19 ha
Coordonnées :X Lambert : 213314 - Y Lambert : 50336
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Dépendance de l'abbaye d'Orval du 12è siècle jusque 1796, le domaine de Conques fut d'abord une exploitation agricole tenue par des frères convers, avant de devenir prieuré. Il se composait alors de 320 hectares de terres, de bois, d'étangs et de prairies. Si les bâtiments subsistant aujourd'hui ont une fonction hôtelière, les étangs, les bois et les prairies attenantes sont diversément exploitées et leur intérêt biologique n'est plus à démontrer. Les milieux que l'on y rencontre sont très variés et certains d'entre-eux ont une grande valeur patrimoniale. C'est le cas par exemple de certains étangs dont la vidange périodique permet le développement d'une végétation certe éphémère mais constituée de plantes rares, comme le scirpe à inflorescence ovoïde (Eleocharis ovata). Le chapelet d'étangs et la Semois toute proche sont par ailleurs très propices aux odonates dont on dénombre pas moins de 25 espèces différentes. Plusieurs orchidées habitent les prairies humides du domaine, parmi lesquelles figure l'orchis à larges feuilles (Dactylorhiza majalis), espèce en régression en Wallonie.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L5 - Ardenne méridionale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Sainte-Cécile54.19 haFLORENVILLELUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Florenville54.19 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Ancien prieuré et alentours, site classé le 16 décembre 1976.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNonP. Devillers
Gallinago gallinagoOuiOuiP. Devillers
Serinus serinusOuiOuiP. Devillers
Tachybaptus ruficollisOuiNonNicheurP. Devillers
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNonG.H. Parent
Bufo bufoOuiNonG.H. Parent
Ichthyosaura alpestrisOuiNonG.H. Parent
Lissotriton helveticusOuiNonG.H. Parent
Lissotriton vulgarisOuiNonG.H. Parent
Pelophylax kl. esculentusOuiNonG.H. Parent
Salamandra salamandraOuiNonG.H. Parent
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNonG.H. Parent
Natrix natrixOuiOuiG.H. Parent
Zootoca viviparaOuiNonG.H. Parent
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Calosoma inquisitorG. Boosten
Plantes - Plantes supérieures
Alopecurus aequalis
Dactylorhiza maculata
Dactylorhiza majalis> 110 pieds2010Natura2000 (F. Etienne)
Eleocharis ovata
Lythrum portula
Myriophyllum alterniflorum
Nymphaea alba2013T. Henneresse
Schoenoplectus lacustris
Viola palustris

Commentaires sur la faune

Oiseaux: Tachybaptus ruficollis, Gallinago gallinago, Alcedo atthis, Serinus serinus, Carduelis carduelis.

Amphibiens: Alytes obstetricans, Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Lissotriton vulgaris, Pelophylax kl. esculentus, Rana temporaria, Salamandra salamandra,

Reptiles: Anguis fragilis, Natrix natrix, Zootoca vivipara.

Odonates (données GT Gomphus 1990-2010): Aeshna cyanea, Aeshna grandis, Anax imperator, Calopteryx splendens, Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Cordulegaster boltonii, Cordulia aenea, Enallagma cyathigerum, Erythromma najas, Gomphus pulchellus, Ischnura elegans, Lestes sponsa, Lestes viridis, Libellula depressa, Libellula quadrimaculata, Onychogomphus forcipatus, Orthetrum cancellatum, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Somatochlora metallica, Sympetrum danae, Sympetrum sanguineum, Sympetrum vulgatum.

Coléoptères (donnée G. Boosten): Calosoma inquisitor.

Lépidoptères (données GT Lycaena 2005-2010; Natura2000, 2010): Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Argynnis paphia, Boloria selene, Gonepteryx rhamni, Lycaena tityrus, Maniola jurtina, Ochlodes sylvanus, Pararge aegeria, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta.

Commentaires sur la flore

Phanérogames: Alisma plantago-aquatica, Alnus glutinosa, Alopecurus aequalis, Bidens tripartita, Bidens cernua, Carex acutiformis, Carex rostrata, Comarum palustre, Dactylorhiza maculata, Dactylorhiza majalis, Deschampsia flexuosa, Eleocharis ovata, Elodea canadensis, Equisetum fluviatile, Fagus sylvatica, Festuca altissima, Filipendula ulmaria, Glyceria fluitans, Juncus acutiflorus, Juncus bulbosus, Luzula luzuloides, Lysimachia vulgaris, Lythrum portula, Myriophyllum alterniflorum, Nymphaea alba, Persicaria amphibia, Phragmites australis, Potamogeton natans, Quercus petraea, Ranunculus trichophyllus,Salix aurita, Schoenoplectus lacustris, Sparganium erectum, Viola palustris.

Espèces exotiques

Elodea canadensis,

Conservation

Objectifs de conservation

A compléter

Menaces

Le site a jadis été menacé par l'implantation d'un site touristique.

Recommandations

Site exceptionnel, où il faudrait créer une réserve naturelle.

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

Le site du Prieuré de Conques est constitué par un ancien méandre de la Semois, entouré d'un vaste massif forestier et contournant une butte boisée. La noue comporte 3 grands étangs et une pièce d'eau de petites dimensions, reliées par un ruisseau affluent de la Semois. Il est alimenté par des sources.

Géologie: Siegenien inférieur, le site est établi sur les alluvions modernes des vallées.

Description biologique

L'ensemble formé par le domaine du Prieuré de Conques est particulièrement intéressant pour la Haute Belgique.

D'après PARENT et al. (1973) et OVERAL (1980), on peut y observer:

- une végétation d'hydrophytes dont Nymphaea alba, Potamogeton natans, Elodea canadensis, Persicaria amphibia, Myriophyllum alterniflorum, etc.;

- des roselières à Schoenoplectus lacustris, à Phragmites australis, à Sparganium erectum et à Equisetum fluviatile;
- des magnocariçaies à Carex acutiformis et C. rostrata;
- une saussaie à Salix aurita;
- une aulnaie à sphaignes sur sol tourbeux;
- une glycéraie à Glyceria fluitans;
- une filipendulaie à Filipendula ulmaria, Lysimachia vulgaris, etc.;
- une jonchaie acutiflore renfermant aussi l'orchidée Dactylorhiza maculata;
- un bas-marais à Comarum palustre, Viola palustris, ...;

En outre, lors d'une mise en assec, l'étang septentrional de la branche orientale de la noue (Etang du Grand Clos), s'est couvert d'une végétation exceptionnelle pour la région composée de Eleocharis ovata, plante rarissime en Ardenne, Juncus bulbosus, Alopecurus aequalis, Lythrum portula, Alisma plantago-aquatica, Ranunculus trichophyllus, Bidens cernua, B. tripartita.

TANGHE (1970) a observé sur le versant concave du site de Conques:

- une hêtraie riche en Festuca altissima (relevé 103 de son tableau II);

- une hêtraie riche en chêne sessile, à Luzula luzuloides et Deschampsia flexuosa (relevés 125 et 126 de son tableau VI).

Les divers étangs et la proximité de la Semois constituent des éléments propices à l'installation d'une faune diversifiée. Le site présente notamment un intérêt odonatologique remarquable, avec au moins 25 espèces recensées au cours des deux dernières décennies.

Monument naturel

Grand intérêt géomorphologique du site.

Monument historique

Ancien prieuré et ruines.

Histoire du site

L'ancien prieuré de Conques était une dépendance de l'abbaye d'Orval. En effet, ce domaine fut offert aux moines d'Orval en 1173 par le Comte de Chiny. Il devient progressivement une exploitation agricole se développant autour d'une grange cistercienne, occupée en permancence par quelques frères convers chargés de s'occuper de sa gérance. Le domaine de Conques connaît une certaine prospérité si bien que dans les années 1630, il se compose de 320 hectares de terres, de bois, d'étangs et de prairies.

A la fin du 17è siècle, la vocation agricole de Conques change suite à la décision, par l'abbé Charles de Bentzeradt, d'y établir un prieuré. Les premiers cours de latin et de théologie y sont dispensés en 1694. Courant du 18è siècle, une église ainsi que le bâtiment principal sont érigés.

Les moines s'y réfugièrent peu après la destruction d'Orval par les armées françaises, mais le quittèrent en 1796.

Après abandon et une succession de propriétaires, Conques redevient monastère pour un temps, de 1913 à 1931, avec l'installation de la communauté des moines bénédictins de Saint-Wandrille, originaire de France.

Ce qui reste des bâtiments de l'ancien prieuré est aujourd'hui aménagé en hôtellerie, depuis 1963.

Biblio

, 1980, La synécologie et la dynamique des végétations dans les biotopes humides, en vue d'une gestion écologique des paysages., Thèse de Doctorat, Fondation Universitaire Luxembourgeoise, Arlon, 3 tomes, 470 pp.
, 1973, Le site de Conques., Les Naturalistes belges, 54 : 396-400.
, 1920, La Semois et ses affluents., Touring Club de Belgique. 324 pages.
, 1974, L'association à Eleocharis soloniensis à Conques (Sainte-Cécile, Luxembourg belge)., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 107 : 285-290.
, 1964, Contribution à l'étude de la végétation forestière de la Haute-Belgique. Note 1 : la chênaie-érablière de ravin eutrophe à caractère montagnard des versants froids de l'Ardenne occidentale., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 97 : 37-58.
, 1970, Recherches sur l'écosystème forêt, série C : forêts de Haute Belgique. Contribution n° 11 : la végétation forestière de la vallée de la Semois ardennaise. 2ème partie : les associations forestières stationnelles de versant., Bulletin de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, 46/16 : 60 pp.
, 1970, Recherches sur l'écosystème forêt, série E : forêts de Haute Belgique. Contribution n° 12 : la végétation forestière de la vallée de la Semois ardennaise, 3ème partie : les associations forestières de plateau et de plaine., Bulletin de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, 46/30 : 76 pp.
, 1968, Recherches sur l'écosystème forêt, série E : forêts de Haute Belgique. Contribution n° 3 : la végétation forestière de la vallée de la Semois ardennaise. 1ère partie : les groupes écologiques., Bulletin de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, 44/8 : 55 pp.

Divers

Sources

ZHIB

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994).

Date de la dernière modification de la fiche

2012-02-06