Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

666 - Fond des Crapauds

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Sablière de Grand-Rosière - Hottomont / Ancienne réserve de Gérompont
Communes :Ramillies
Cantonnements DNF :Nivelles
Surface :9.74 ha
Coordonnées :X Lambert : 187029 - Y Lambert : 147274
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Localisé au milieu des champs, le Fond des Crapaud est une ancienne carrière d'argile qui a été fortement dégradée par le déversement de déchets divers. La partie occidentale est couverte d'une friche rudérale et est pourvue de plusieurs mares. La partie orientale, moins touchée par les dépôts (sauf au niveau des mares) est beaucoup plus arborée. Elle possède quelques mares, un talus relictuel, une saulaie, quelques aires encore plus ou moins sableuses et des zones herbeuses. Sa végétation y est nettement plus intéressante (e.a. Epipactis helleborine et Centaurium erythraea, et probablement encore Dactylorhiza fuchsii). Les mares, devenues pauvres en végétation, constituent toutefois des sites de reproduction pour les batraciens et les odonates.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • C0 - Brabant limoneux

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Grand-Rosière-Hottomont3.28 haRAMILLIESBRABANT
Ramillies-Offus6.46 haRAMILLIESBRABANT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Nivelles9.74 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
104Gérompont9,74 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNonPrésence1998J.-Y. Baugnée
Cuculus canorusOuiOuiPrésence2004A. Remacle
Emberiza citrinellaOuiNonNicheur1998J.-Y. Baugnée
Emberiza schoeniclusOuiNonNicheur1998J.-Y. Baugnée
Fulica atraNonNonNicheur2004A. Remacle
Gallinula chloropusOuiNonNicheur2004A. Remacle
Emberiza calandraOuiOuiNicheur1998J.-Y. Baugnée
Streptopelia turturOuiOuiNicheur1998J.-Y. Baugnée
Tachybaptus ruficollisOuiNonNicheur ?1995J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon2000Delahaye (2000)
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2000Delahaye (2000)
Lissotriton vulgarisOuiNon2000Delahaye (2000)
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2000Delahaye (2000)
Rana temporariaOuiNon2000Delahaye (2000)
Invertébrés - Insectes - Libellules
Erythromma viridulumNonNonG.T. Gomphus
Libellula quadrimaculataNonNonG.T. Gomphus
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Agonum piceum10 ex.2000Delahaye (2000)
Amara equestris2 ex.2000Delahaye (2000)
Anisodactylus nemorivagus1 ex.2000Delahaye (2000)
Bembidion nigricorne7 ex.2000Delahaye (2000)
Harpalus cordatus2 ex.2000Delahaye (2000)
Harpalus vernalis10 ex.2000Delahaye (2000)
Plantes - Plantes supérieures
Centaurium erythraea2004J.-Y. Baugnée, A. Remacle, J. Saintenoy-Simon
Dactylorhiza fuchsii20 pieds1995BJ.-Y. Baugnée, J. Saintenoy-Simon
Epipactis helleborine50 pieds2004J.-Y. Baugnée, J. Saintenoy-Simon
Myriophyllum spicatum1995J.-Y. Baugnée, J. Saintenoy-Simon
Pyrola minor> 30 pieds1995AJ.-Y. Baugnée, J. Saintenoy-Simon

Commentaires sur la faune

Oiseaux
Nidification de Gallinula chloropus, Fulica atra, Anas platyrhynchos, Tachybaptus ruficollis. Présence notée d'Anas crecca et de Falco tinnunculus. Streptopelia turtur, Cuculus canorus et passereaux communs.
Batraciens
Présence au moins de Bufo bufo et de Triturus alpestris.
Insectes
- Odonates: Ancien site de la surveillance de l'Environnement wallon (17 espèces y étaient présentes). Quelques espèces très communes y ont été observées (e.a. Ischnura elegans et Coenagrion puella).
- Orthoptères (non recensés): Tetrix sp.
- Lépidoptères: (non recensés).
- Cicindèles: Aucune observation.
- Hyménoptères Aculéates: Petit peuplement composé d'espèces fouisseuses: Andrena clarkella, A. bicolor* et A. praecox*.

Commentaires sur la flore

J. Saintenoy (1988-90) signale la présence de Dactylorhiza fuchsii qui y existerait encore (R.-M. Lafontaine, com. or.). Parmi les plantes aquatiques, seul Callitriche sp. présente un certain intérêt.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Cette ancienne réserve RNOB (Gérompont) a perdu beaucoup de son intérêt suite à des déversements de déchets, notamment de déchets de sucrerie. Actuellement, la moitié occidentale est inintéressante, tandis que la moitié orientale présente encore, du moins dans le contexte de la Hesbaye, un certain intérêt biologique.

Menaces

A compléter

Recommandations

Restauration de la partie orientale.

Plan de gestion

D'après les informations recueillies auprès d'Eddy Claude, qui avait proposé la création d'une réserve naturelle, le propriétaire du terrain c'est-à-dire la sucrerie de Leuze-longchamps avait le droit, d'après le contrat donnant naissance à la réserve, de remblayer différentes pièces d'eau avec les déchets sucriers. C'est ainsi que le site a été rapidement transformé en une décharge nauséabonde et a perdu tout son intérêt en un temps record. Il est arrivé que des camions viennent déverser des boues de décantation alors que des bénévoles étaient occupés à des travaux de gestion !
La partie ouest de la réserve est très polluée, mais quelques Typha latifolia arrivent encore à survivre dans l'eau. La partie est de la réserve présente un spectacle désolant. Dès l'entrée, on peut voir des dizaines de mètres cubes de boues de décantation blanches (écume) entassées ainsi que des dépôts de briquaillons (sur une station d'Orobanche minor !). Un étang jadis très riche en libellules a été comblé par des boues de décantation brunes. Là où subsistent des mares, une intense fermentation se produit et la surface est crevée par de grosses bulles rosâtres. plus à l'est encore, une pièce d'eau où s'ébattaient jadis de nombreuses grenouilles vertes et qui était piquée de centaines de fleurs de Ranunculus circinatus, n'est plus qu'un bourbier nauséabont; d'un étang où l'on nageait dans une eau claire se dégage une odeur pestilentielle; une mare aux eaux noires et puantes est entourée d'une ceinture de moignons roussis de Typha latifolia et d'un cercle de Chenopodium rubrum (espèce qui pousse souvent sur le fumier !) luxuriants; d'une autre qui fut tapissée de callitriches, émergent des branches de saules morts; un étang où l'on pouvait observer le grèbe castagneux est pollué par du jus de betterave fermenté,... Seul le dernier étang est encore 'présentable', bien que les polluants doivent y arriver inexorablement par la nappe phréatique. Néanmoins, il est encore actuellement envahi par des herbiers de potamots, renoncules circinées, etc. Les chevaliers guignette, cul-blanc et aboyeur vivent encore sur ses bords.

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Détails

Description physique

Situation générale: Cette ancienne sablière a été creusée dans le plateau, juste au sud de la zone de sources sise au lieu-dit Fond des Crapauds. Elle se trouve au milieu des champs entre Grand-Rosière - Hottomont et Ramillies-Offus.
On y a exploité des sables tertiaires.
Description du site: Ce site, traversé par un ancien chemin agricole, est fortement dégradé par les déversements de déchets, particulièrement dans la partie à l'ouest de ce chemin et dans la partie jouxtant le chemin côté est.
La partie occidentale est couverte d'une friche rudérale riche en ortie, piquetée de saules; elle comprend une mare assez grande et plusieurs petites.
La partie orientale est globalement moins altérée: elle comprend plusieurs mares, un talus relictuel à l'est (hauteur d'environ 8 m), une saulaie, des zones herbeuses et quelques aires encore sableuses (notamment butte avec mirador).
Fréquentation du site: Très faible: chasseurs surtout. Le site est clôturé côté routes. Il semble dépourvu de sentiers.
Présence de déchets: Près de la moitié du site est recouverte de déchets. Un gros volume de déchets de sucrerie a été déversé dans les mares. Des tas de déchets sont encore apparents: tas de pierres et d'asphalte vers le sud, mais aussi déchets les plus divers récemment accumulés au début du chemin côté sud (trou dans le treillis).
Environnement du site: Champs; vers le nord-ouest, ancienne sablière (Bt/408/04).

Description biologique

Malgré les nombreuses dégradations qu'il a subit, le Fond des Crapauds demeure un petit oasis de nature dans la région de culture intensive qu'est la Hesbaye.
A la fin des années 1980, différents groupements végétaux étaient représentés sur le site (observations de J.-Y. BAUGNEE et J. SAINTENOY-SIMON datant du 18 juillet 1988, du 30 août 1988 et du 12 juin 1990) :
- sur les sables nus, décapés par le grattage des lapins, se développe une pelouse très ouverte à Hypochoeris radicata, Agrostis canina, Tussilago farfara, Hieracium bauhinii, Rumex acetosella, Centaurium erythraea,... qui évolue vers la sarothamnaie à Cytisus scoparius. Cette sarothamnaie peut devenir très dense et peut abriter Pyrola minor, Equisetum arvense est parfois très abondant parmi les espèces pionnières et on peut observer, à l'est de la réserve, une curieuse 'saulaie' à Equisetum arvense où se développent Epipactis helleborine, Dactylorhiza fuschsii, Hieracium sabaudum,...
- dans les pièces d'eau, on pouvait observer, il y a peu de temps encore, Potamogeton berchtoldii, P. densus, P. crispus (encore observé en 2004), P. pectinatus, Myriophyllum spicatum, Callitriche sp. et surtout de grandes quantités de Ranunculus circinatus (abondante dans une mare en 2004). Cette végétation très intéressante a pratiquement disparu.
- les vases (ou les boues !) montrent un Bidention fragmentaire à Ranunculus sceleratus (parfois gigantesques à la suite du déversement de boues de décanteurs de sucreries), Veronica anagallis-aquatica,..., entouré d'une roselière à Typha latifolia et d'espèces du Filipendulion telles que Epilobium hirsutum, Lycopus europaeus, Scrophularia auriculata,... Des fragments de jonchaie à Juncus effusus et des plages de Eleocharis palustris existent également.
- une saulaie à Salix caprea et S. viminalis annonce la recolonisation forestière du site. En sous-bois prend place un peuplement de Pyrola minor. Des ronciers, des champs d'orties, des friches à Tanacetum vulgare entourent les zones les plus anthropisées.
Au début des années 2000, la situation a bien changé ! Selon des observations d'A. REMACLE :
- la partie occidentale est couverte d'une friche où Urtica dioica forme des massifs très étendus autour des mares. On y trouve diverses plantes en majorité pionnières: Artemisia vulgaris, Cirsium arvense, Carduus crispus, Tanacetum vulgare, Geranium dissectum, Trifolium dubium, T. repens, Vicia cracca, V. tetrasperma, V. sativa, Silene dioica, S. latifolia alba, Holcus lanatus, Vulpia myuros,..., ainsi que des ronciers. La végétation ligneuse est peu représentée: Salix div. sp. et Sambucus nigra.
- la partie orientale, au relief très irrégulier, est beaucoup plus arborée: surtout Salix caprea (dont certains ont plus de 15 ans), mais aussi Salix viminalis, quelques Betula, Crategus, Rosa, de jeunes Quercus, Populus tremula et Castinea sativa. La végétation herbacée est plus intéressante que dans l'autre partie: sur les quelques zones où le sable est encore apparent (notamment sur la butte avec le mirador) poussent des espèces de pelouses sèches, telles que Hypochoeris radicata, Erigeron acer, Hieracium lachenalii (nombreux), Hieracium bauhinii (peu abondant), Lotus corniculatus, Trifolium campestre,..., avec de nombreux Equisetum arvense.
Les massifs de saules se caractérisent par l'abondance d'Equisetum arvense et de Hieracium sabaudum. Epipactis helleborine y est présent (peu abondant au total: ± 50 hampes vues); Dactylorhiza fuchsii, signalé dans la fiche correspondante de la réserve, n'y a pas été observé mais y subsisterait (R.-M. Lafontaine, com. or.).
D'autres plantes se trouvent aussi dans cette partie du site: Centaurium erythraea (plusieurs stations), Heracleum sphondylium, Cerastium fontanum, Silene dioica, Leucanthemum vulgare, Tussilago farfara, Achillea millefolium, Geranium dissectum, Epilobium angustifolium, E. montanum, Myosotis arvensis, Vicia tetrasperma, Trifolium dubium, ronces, Dryopteris filix-mas,... Pyrola minor, signalé par J. Saintenoy-Simon, n'a pas été observé (cette donnée provient probablement du site voisin Bt/408/04).
La végétation des mares s'est appauvrie de façon catastrophique, suite au déversement de déchets de sucrerie: subsistent au moins Typha latifolia, Juncus effusus, Callitriche sp. (quelques m² dans une petite mare fort ombragée, située vers le nord-est), Epilobium hirsutum, Lycopus europaeus.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

La chaussée romaine Bavais-Trèves passe au sud de la réserve. Construite par l'Empereur Claudius au 1er siècle de notre ère, cette chaussée avait une très grande importance économique et stratégique. Elle est jalonnée de vestiges de villas, de tumuli, etc. Un des tumuli les plus célèbres de Belgique, celui d'Hottomont, se trouve à moins de 2 km du site.

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle: cultures (carte de Ferraris).
Occupation du site avant exploitation: cultures.
Ancien exploitant:
Matériau(x) extrait(s): sable.
Déroulement de l'exploitation:
Autorisation:
Fin: vers 1968?
Réaffectation prévue:
Réaffectation effective: décharge.

Divers

Sources

SABLIERES
OFFH

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)
J.-P. JACOB (AVES)