Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

974 - Etang d'Erbisoeul

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Jurbise
Cantonnements DNF :Mons
Surface :33.26 ha
Coordonnées :X Lambert : 116328 - Y Lambert : 133386
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

L'étang d'Erbisoeul s'étend au nord du Bois de Baudour, le long de la voie ferrée Mons-Bruxelles. Il était déjà signalé sur la carte dressée par Ferraris au 18ème siècle. Il fut utilisé jadis pour la pisciculture extensive et était mis en assec tous les deux ans environ. À une époque plus récente, il connut des régimes divers avec des mises en assec de durée variable. Cette réserve naturelle domaniale est surtout connue pour son avifaune paludicole très riche. Les vasières apparaissant à la suite des vidanges permettent par ailleurs le développement de végétations particulières dominées par des espèces comme la renoncule scélérate et les bidents.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • B0 - Région limoneuse hennuyère

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Erbisœul33.26 haJURBISEHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Mons33.26 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Région wallonne.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Oui  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Mons, rue Achille Legrand, 16, 7000 Mons (Tél. : 065/32.82.49 - Fax : 065/32.82.44).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6142Etang d'Erbisoeul7,07 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNonNicheur
Acrocephalus schoenobaenusOuiOuiNicheur
Alcedo atthisOuiNonNicheur
Anas creccaNonOuiNicheur
Anas querquedulaOuiOuiNicheur
Ardea cinereaOuiNonVisiteur
Cettia cettiOuiNonNicheur occasionnel
Locustella naeviaOuiNonNicheur
Luscinia svecicaOuiNonNicheur
Podiceps cristatusOuiNonNicheur
Tachybaptus ruficollisOuiNonNicheur
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon2010Dupriez Pascal
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2010Dupriez Pascal
Lissotriton helveticusOuiNon2010Dupriez Pascal
Lissotriton vulgarisOuiNon2010Dupriez Pascal
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2010Dupriez Pascal
Rana temporariaOuiNon2010Dupriez Pascal
Invertébrés - Insectes - Libellules
Coenagrion puellaNonNon1995PATERNOSTER Thierry
Cordulia aeneaNonNon1995Paternoster Thierry
Platycnemis pennipesNonNon1995PATERNOSTER Thierry
Plantes - Plantes supérieures
Rumex maritimus

Commentaires sur la faune

Les données récentes manquent.
Le martin-pêcheur a été observé en octobre. Jadis, avant l'assèchement, le site hébergeait : Podiceps cristatus (grèbe huppé), Tachybaptus ruficollis (grèbe castagneux), Ardea cinerea (héron), Aethya ferina (fuligule milouin), Aethya filigula (fuligule morillon), Alcedo atthis (martin-pêcheur), Locustella naevia (locustelle tachetée), Acrocephalus palustris (rousserolle verderolle), Acrocephalus schoenobaenus (phragmite des joncs), Cettia cetti (bouscarle de Cetti), Luscinia svecica (gorgebleue à miroir blanc), etc. ainsi que des oiseaux en hivernage : Anas querquedula (sarcelle d'été), Anas crecca (sarcelle d'hiver), etc. De nombreuses espèces d'oiseaux des bocages existaient également et existent toujours vraisemblablement, car les abords de l'étang sont très boisés.
Entomofaune, herpétofaune, ichtyofaune à étudier.

Commentaires sur la flore

Rumex maritimus.

Espèces exotiques

Fallopia japonica présente le long du ruisseau.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un important étang de cette partie du Hainaut.

Menaces

Maintien de l'eau à un niveau trop élevé.

Recommandations

Il est indispensable de faire alterner les phases étang en eau et étang en assec. Cette dernière phase devant être suffisamment prolongée pour que la végétation temporaire typique puisse s'installer et pour que les aulnes et les saules morts puissent être abattus et évacués.
Il faut aussi abattre des arbres sur le pourtour de l'étang pour éclairer les berges. La mise en assec de zones vaseuses est susceptible aussi d'attirer des limicoles.
Il faudrait envisager l'extension de la réserve aux zones boisées environnantes.

Plan de gestion

Un plan de gestion figure dans VERHAEGEN 1995.

Accès du public

L'accès au site est très difficile. Un sentier est à l'étude.
Chasse et pêche interdites.

Détails

Description physique

L'étang d'Erbisoeul se trouve au sud-ouest du village d'Erbisoeul et au nord du grand massif forestier constitué par les bois de Ghlin et de Baudour. Il est longé, à l'ouest par la ligne de chemin de fer Mons-Bruxelles. Il est alimenté par une dérivation du ruisseau d'Erbisoeul et par des sources. C'est un étang artificiel qui figure déjà sur la carte de Ferraris. Il a été utilisé pendant longtemps comme étang de pisciculture avec mise en assec tous les 2/3 ans. Il est coupé en deux par le chemin du Prince qui sépare du grand étang, une petite pièce d'eau.
Il a été en assec complet entre 1984 et 1990 et a été en assec partiel pendant quelques années (à cause du colmatage du moine et de la conduite d'évacuation des eaux) (ANRYS et al., 1991). A cette occasion, des roselières, des saulaies et des aulnaies se sont développées sur le fond de l'étang ainsi que des groupements du Bidention.

Géologie : argiles sableuses du Tertiaire, calcaires du Viséen et schistes du Namurien.
C'est un étang eutrophe.

Description biologique

D'après nos observations du 3 octobre 1996, l'étang est alors très haut. Les saulaies et les aulnaies qui s'étaient développées lors de la mise en assec de l'étang sont noyées et disparaîtront.
Il n'y a plus de zones exondées sauf sur de très petites surfaces où l'on peut encore noter : Ranunculus sceleratus, Rumex maritimus, Bidens cernua, Rumex conglomeratus, Myosotis cespitosa, Rorippa palustris, R. amphibia, Persicaria mitis, etc.
Les branches des arbres s'étendent jusqu'au-dessus de l'eau, ce qui entraîne presque partout la disparition de la flore caractéristique des berges. Néanmons, le long du chemin du Prince, dans les zones éclairées on observe parmi les ligneux : Salix alba, Alnus glutinosa, Salix atrocinera (et des populations introgressées), S. cinerea, S. x multinervis, S. caprea, Sambucus nigra, Betula pendula, etc., Humulus lupulus et des ronces. De hautes herbes nitrophiles s'y développent : Epilobium hirsutum, Eupatorium cannabinum, Iris pseudacorus, Cirsium oleraceum, Calystegia sepium, Filipendula ulmaria, Lysimachia vulgaris, Equisetum arvense, Phragmites australis, Phalaris arundinacea, Typha latifolia, Tanacetum vulgare...
Notons que les abords de l'étang montrent des groupements forestiers non dénués d'intérêt.
Ainsi, à l'est de l'étang, en contrebas de la digue se trouve une aulnaie dont les zones les plus sèches abritent Sambucus nigra, Prunus padus, Lonicera periclymenum, Rubus idaeus, Rubus sp., ainsi que les fougères Dryopteris dilatata et Athyrium filix-femina et diverses espèces herbacées comme Lychnis flos-cuculi, Festuca gigantea, Circaea lutetiana, Ajuga reptans, Glechoma hederacea, Silene dioica, Urtica dioica... Dans les dépressions humides, ces plantes sont remplacées par Glyceria fluitans, Carex remota, Iris pseudacorus, Persicaria hydropiper, Lycopus europaeus, Solanum dulcamara, Cardamine amara, Juncus effusus, Phragmites australis, Mentha aquatica...
Dans les clairières pousse une végétation formée de hautes herbes (Cirsium oleraceum, C. palustre, Angelica sylvestris, Filipendula ulmaria, Glyceria maxima, Lythrum salicaria) ainsi que quelques espèces du Bidention (Myosoton aquaticum, Persicaria hydropiper, P. amphibium, P. persicaria).
A l'ouest se trouve une peupleraie qui comporte un sous-étage d'Alnus glutinosa, A. incana, Fraxinus excelsior, Salix caprea, Sambucus nigra, Cornus sanguinea, Prunus padus, Betula pubescens, Salix caprea, Humulus lupulus, Sorbus aucuparia, quelques Rubus sp. Au sol, la végétation est nitrophile et hygrophile avec comme dominantes Urtica dioica, Glechoma hederacea, Deschampsia cespitosa, Geranium robertianum, Silene dioica et quelques espèces éparses (Aegopodium podagraria, Geum urbanum, Cirsium oleraceum, Polygonatum multiflorum, Stachys sylvatica, Primula elatior, Moehringia trinervia, Athyrium filix-femina, Dryopteris dilatata...
Des fragments d'aulnaie sont colonisés par Ribes nigrum, Iris pseudacorus, Mentha aquatica, Galium palustre, Carex acutiformis, Cardamine pratensis, Ajuga reptans, Stellaria nemorum, Poa trivialis, Carex remota, Lythrum salicaria, Lycopus europaeus, Solanum dulcamara, Lysimachia vulgaris... Quelques pieds de Frangula alnus sont disséminés.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

L'étang existait déjà à l'époque de Ferraris.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1997)

Date de la dernière modification de la fiche

2010-10-25