Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Grand Nacré (Argynnis aglaja)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Grand Nacré
Latin : Mesoacidalia aglaja
Néerlandais : Grote parelmoervlinder
Anglais : Dark Green Fritillary
Allemand : Großer Perlmutterfalter
Groupe biologique :Animaux / Invertébrés / Insectes / Papillons diurnes / Nymphalidés

Intro

Synthèse

Le Grand Nacré dépend directement des Violettes pour assurer son développement. Il fréquente surtout les lisières et trouées forestières, les prairies maigres, les tourbières... Il est assez rare en Wallonie, et le noyau de ses populations se trouve en Fagne-Famenne-Calestienne.

Description morphologique

Le dessus de ce nacré est fauve orangé à taches noires. L'espèce se distingue d' Argynnis adippe , dont il est proche, par le revers de ses ailes postérieures. Celui-ci est caractérisé par une couleur de fond vert olive et des taches nacrées brillantes bordées d'une large bande jaune unie.

Visualisation des critères permettant de différencier les trois espèces d'Argynnis

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • Aucune réglementation

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Aucune réglementation

Directives européennes

  • Aucune réglementation

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Statut de présence :Re : reproduction

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Indigenat :Or : indigène

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Type de distribution :Di : dispersée

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Distribution en Europe :

Essentiel de l'Europe sauf l'extrême nord de la Fennoscandie.

Distribution en Wallonie :

Cette espèce n'est plus présente actuellement qu'en Fagne-Famenne-Calestienne (semi-rare), en Ardenne (très rare) et en Lorraine (très rare).

Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

L'espèce fréquente les lisières et clairières forestières, les prairies humides et mésophiles, les tourbières, les pelouses sèches... Les femelles pondent sur Viola hirta (w)*, Viola palustris (w), Viola canina, Viola riviniana, Viola tricolor, Viola reichenbachiana, Persicaria bistorta (w). Les oeufs sont déposés isolément près du sol.

Cycle de vie : 1 génération. Elle vole surtout de juin à août, avec un pic à la fin juin et en juillet, et hiverne au sol au premier stade chenille.

(w) = ponte observée en Wallonie

Statut

Tendance

Tendance :RG : régression
Commentaires :

Argynnis aglaja est devenu en très peu de temps l'une des espèces les plus menacées de Wallonie. Autrefois connue dans toutes les régions biogéographiques, y compris sur les plateaux hesbigno-brabançons, elle n'est plus présente actuellement qu'en Fagne-Famenne-Calestienne, en Ardenne et en Lorraine, où elle décline drastiquement et de manière continue. Ces dernières années, l'espèce n'a pas été retrouvée dans plus de la moitié des sites qu'elle occupait de 1985 à 2000.

Suite à ces régressions historiques et plus récentes, l'aire de répartition actuelle ne représente plus que 20% de l'aire totale connue (1950-2007), et apparaît comme extrêmement fragmentée. Seules les populations du Viroin et du camp militaire d'Elsenborn semblent aujourd'hui stables, tandis que les autres, plus isolées, s'éteignent progressivement.

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Liste Rouge

Espèce menacée :Oui
Statut :EN : en danger
Signe :-
Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Espèce invasive

Liste :non

Stratégie de conservation

Stratégie de conservation :

Cette espèce sera directement ciblée à l'avenir par de nombreux plans d'action (prairies maigres et humides, forêts, pelouses sèches, tourbières...).

Biblio

Divers

Auteurs

Violaine Fichefet

Date de mise à jour / relecture de la fiche

14/04/2010