Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Thécla du chêne (Neozephyrus quercus)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Thécla du chêne
Latin : Quercusia quercus, Satyrium quercus
Néerlandais : Eikenpage
Anglais : Purple Hairstreak
Allemand : Blauer Eichenzipfelfalter
Groupe biologique :Animaux / Invertébrés / Insectes / Papillons diurnes / Lycaenidés

Intro

Synthèse

Cette espèce est assez rare et en léger déclin. Cependant, sa présence pourrait être sous-estimée en raison de sa grande discrétion. Elle est liée aux Chênes.

Description morphologique

Le mâle est caractérisé par un dessus brun foncé avec des reflets bleu foncé. Chez la femelle, une tache basale bleu-violet apparaît de manière très nette sur l'ailes antérieure. Le dessous gris est traversé par une ligne brunâtre bordée de blanc.

Visualisation des critères permettant de différencier les différents Théclas.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • Aucune réglementation

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Aucune réglementation

Directives européennes

  • Aucune réglementation

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Wallonie, Bruxelles, Flandre

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Statut de présence :Re : reproduction

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Indigenat :Or : indigène

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Type de distribution :Di : dispersée

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Distribution en Europe :

Toute l'Europe jusqu'au sud de la Fennoscandie.

Distribution en Wallonie :

Neozephyrus quercus est représenté dans toutes les régions de Wallonie , mais n'est commun dans aucune d'elles. C'est autour de la botte de Givet que semble se trouver le noyau des populations. Il est très dispersé partout ailleurs.

Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

L'espèce fréquente les forêts feuillues (chênaies), lisières, bocages, haies... Elle se développe sur Quercus robur, Quercus petraea (ponte observée en Wallonie sur ces deux espèces), Quercus pubescens. Œufs isolés sur les bourgeons terminaux de rameaux ensoleillés, à une hauteur variable.

L'espèce vole en une génération surtout de fin juin à mi-septembre, avec un pic de mi-juillet à mi-août. Elle hiverne au stade d'œuf, dans lequel la chenille est déjà développée. Il s'agit d'une espèce myrmécophile ; des associations entre la chrysalide et les fourmis (Lasius spp., Myrmica cabrinodis et M. ruginodis) sont connues.

Statut

Tendance

Tendance :RG : régression
Commentaires :

Neozephyrus quercus apparaît en légère régression. Cette espèce étant très discrète et difficile à détecter, son occurrence pourrait cependant être sous-estimée. Les résultats des analyses de tendance doivent donc être pris avec une certaine précaution. Ceux-ci montrent une stabilité en Condroz, Fagne-Famenne-Calestienne et Lorraine, une extension au nord du sillon sambro-mosan mais une forte régression en Ardenne. Son aire apparaît actuellement fortement fragmentée.

L'analyse des données historiques révèle une perte récente de plus de 50% de l'aire de répartition totale, en raison de pertes en Ardenne, mais aussi en Fagne-Famenne-Calestienne, Condroz et Lorraine.

La recherche d'œufs sur les rameaux de chênes tombés au sol suite à des vents violents, telle qu'appliquée aux Pays-Bas, permettrait d'améliorer les connaissances sur la situation précise de l'espèce en Wallonie.

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Liste Rouge

Espèce menacée :Non
Statut :NT : quasi menacée
Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Espèce invasive

Liste :non

Biblio

Divers

Auteurs

Violaine Fichefet

Date de mise à jour / relecture de la fiche

06/08/2010