Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Chien viverrin (Nyctereutes procyonoides)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Chien viverrin
Anglais : Raccoon dog
Néerlandais : Wasbeerhond
Allemand : Marderhund
Groupe biologique :Animaux / Vertébrés / Mammifères / Carnivores

Intro

Synthèse

Originaire d'Asie, très discret, le chien viverrin est un animal particulièrement inhabituel pour le naturaliste wallon. Il affectionne les fonds de vallées forestiers mais ne serait présent qu'à raison de quelques populations relativement isolées jusqu'alors. Des observations sporadiques d'individus ont cependant été mentionnées dans des endroits assez éloignés de Wallonie au cours des deux dernières décennies. Il est classé parmi les espèces envahissantes.

Sources : Libois (1997) ; Schockert et al., 2008.

Description morphologique

De la taille d'un renard (40 à 60 cm de long) mais doté d'une épaisse fourrure gris-fauve lui donnant un air de blaireau, le masque facial sombre du chien viverrin rappelle également celui du raton laveur. Sa queue est cependant courte et dépourvue d'anneaux. Ses oreilles sont courtes également. Son poids moyen est de 7 kg.

Sources : Libois, 2006 ; Schockert et al., 2008.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • Aucune réglementation

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Circulaire 2688 (23/01/2007) : Régulation d'espèces animales non indigènes

    La Circulaire n°2688 du 23 janvier 2007 relative à la régulation d'espèces animales non indigènes cadre le tir des espèces animales exotiques envahissantes pour des raisons de conservation de la nature (protection des espèces indigènes) ou pour éviter certaines nuisances, afin que l'on puisse, chaque fois que l'occasion se présente, éliminer des animaux d'espèces non indigènes avant que ces espèces ne s'installent définitivement sur notre territoire,

    Il est décidé que le tir d'un animal non indigène est pratiqué:

    • par un chasseur lorsqu'il se trouve en action de chasse sur un territoire où il possède le droit de chasse;

    • par un garde champêtre particulier sur le territoire pour lequel il est commissionné;

    • par un occupant sur ses biens ou sur ceux qu'il exploite dans le cas où ces animaux porteraient atteinte à ces biens et à la condition que l'occupant possède un permis de chasse valide;

    • par les fonctionnaires et préposés de la Division de la Nature et des Forêts dans les bois soumis au régime forestier, dans les propriétés rurales domaniales ainsi que dans les propriétés privées lorsqu'ils sont requis par le propriétaire ou l'ayant droit.

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Aucune réglementation

Directives européennes

  • Règlement UE/1143/2014 - Espèces exotiques envahissantes

    Règlement UE/1143/2014 relatif à la prévention et à la gestion de l'introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Flandre, Wallonie

Sources :Libois (1997), Onkelinx (1997)

Statut de présence :Ir : irrégulier, Re : reproduction

Sources :Libois (1997)

Indigenat :Co : colonisation

Sources :Libois (1997)

Type de distribution :Po : ponctuelle

Sources :Libois (1997)

Distribution en Wallonie :

Les observations ont été relativement sporadiques au cours des 20 dernières années mais l'espèce aurait néanmoins constitué une petite population du côté d'Herbeumont ainsi qu'une autre sur l'Ourthe.

Sources : Libois, 2006.

Ecologie

Ecologie :

Le chien viverrin affectionne les zones forestières et en particuliers les fonds de vallées et/ou la proximité de zones humides. S'il lui arrive de creuser lui-même ses gîtes, il peut également réutiliser d'anciens terriers de renard ou de blaireau. (Libois, 1997).

S'il a été introduit en Europe voici plus d'un demi-siècle, c'est pour la production de fourrure. Les élevages ayant périclité, de nombreux animaux ont été relâchés dans la nature et ont constitué des populations viables.

Généraliste et opportuniste, comme le raton laveur, il consomme une grande diversité d'aliments : végétaux, petits mammifères, oiseaux nichant au sol (+ oeufs et oisillons), invertébrés, batraciens, fruits, graines et poissons. il serait d'ailleurs un habile pêcheur.

Statut

Tendance

Tendance :NO : nouvelle
Sources :Libois, R., 1997. Fiches signalétiques SIBW.

Liste Rouge

Espèce menacée :Non
Statut :LC : non menacée
Sources :Libois, R., 1997. Fiches signalétiques SIBW.

Espèce invasive

Liste :NE
Catégorie :A1

Protection

Informations en cours de validation

Biblio

Divers

Date de mise à jour / relecture de la fiche

23/09/2010