Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Azuré commun (Polyommatus icarus)

Taxonomie

Synonymes :
Anglais : Common Blue
Allemand : Hauhechelbläuling
Français : Azuré commun
Néerlandais : Icarusblauwtje
Groupe biologique :Animaux / Invertébrés / Insectes / Papillons diurnes / Lycaenidés

Intro

Synthèse

Cet Azuré est très commun et en extension en Wallonie grâce à son caractère assez généraliste. Il se développe sur une large gamme de Fabacées.

Description morphologique

Polyommatus icarus possède un point noir dans la cellule au revers de l'aile antérieure (cette cellule = large zone s'étendant +/- de la base à la moitié de l'aile). Le dessus du mâle est bleu-violet, alors que la femelle est brune avec une suffusion bleutée, des points fauves bien développés bordant les ailes et des points noirs sur la marge de l'aile postérieure.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • Aucune réglementation

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Aucune réglementation

Directives européennes

  • Aucune réglementation

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Wallonie, Bruxelles, Flandre

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Statut de présence :Re : reproduction

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Indigenat :Or : indigène

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Type de distribution :Re : répandue

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Distribution en Europe :

Essentiel de l'Europe.

Distribution en Wallonie :

Polyommatus icarus est largement répandu en Wallonie, bien qu'un peu moins fréquent en Ardenne. Il a toujours été commun chez nous, grâce à son caractère assez généraliste et sa capacité à coloniser de nouveaux sites.

Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

L'espèce fréquente une grande variété de milieux ouverts : prairies humides, clairières et coupes forestières, friches, prés mésophiles maigres, pelouses sèches, bords de chemins, talus, voies ferrées... Les Plantes-hôtes sont diverses Fabacées dont Lotus corniculatus (w)*, Ononis repens (w)*, Medicago lupulina (w)*, Trifolium arvense, Trifolium repens, Trifolium pratense, Lotus pedunculatus, Melilotus spp., Genista tinctoria, Onobrychis viciifolia, Anthyllis spp., Coronilla spp., Genista spp., Vicia cracca... Les oeufs sont isolés sur les feuilles, tiges ou fleurs.

2 à 3 générations s'observent chaque année. L'espèce vole de mai à octobre, avec un premier pic de fin mai à début juin et un second pic en août. La chenille hiverne à divers stades. Il s'agit d'une espèce myrmécophile dont l'association avec les fourmis est ponctuelle, facultative et non spécifique.

* pontes observées en Wallonie

Statut

Tendance

Tendance :EX : extension
Commentaires :

Cette espèce est stable voire en extension grâce à de nouvelles stations au nord du sillon sambro-mosan et en Ardenne. En Flandre et aux Pays-Bas, sa distribution est stable mais son abondance augmente.

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Liste Rouge

Espèce menacée :Non
Statut :LC : non menacée
Signe :+
Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Espèce invasive

Liste :non

Biblio

Divers

Auteurs

Violaine Fichefet

Date de mise à jour / relecture de la fiche

06/08/2010