Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Rechercher une espèce animale ou végétale

openclose Par taxon

openclose Autres critères

ou Vernaculaire
Scientifique
Présentation des résultats : Illustré
Liste
Avec statut légal

Résultat de la recherche : 20 espèces trouvées

Nom françaisNom latinOrigineStatut en WallonieListe rougeTendanceLégislation
Microtus agrestisOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Dos brun foncé, ventre grisâtre, queue courte nettement bicolore; pavillons des oreilles velus, relativement dissimulés dans la fourrure; poids allant le plus souvent de 20 à 50 grammes.
Distribution : Partout.
Ecologie : Milieux herbacés ouverts, de préférence humides et avec une végétation haute, friches à pseudoligneux, lisières forestières, tourbières.
Sources : Libois (1997).

Microtus arvalisOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Dos brun clair, ventre grisâtre, queue courte d'une seule couleur; pavillons des oreilles bien visibles, peu velus; poids allant le plus souvent de 15 à 35 grammes.
Distribution : Partout.
Ecologie : Milieux herbacés ouverts et non humides à végétation plutôt rase, champs cultivés et leurs bordures, jardins.
Sources : Libois (1997).

Clethrionomys glareolusOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Dos roux acajou, ventre crème, queue courte; poids allant le plus souvent de 15 à 25 grammes.
Distribution : Partout.
Ecologie : Milieux boisés à strates ligneuses basses bien développées; haies, landes à callune ou à myrtilles, ronciers.
Sources : Libois (1997).

Microtus subterraneusOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Dos brun foncé tirant vers le noir, ventre gris, queue courte nettement bicolore; pavillons des oreilles velus, relativement dissimulés dans la fourrure; oeil petit; poids allant le plus souvent de 15 à 25 grammes.
Distribution : Partout.
Ecologie : Champs cultivés, prairies, bois de feuillus, parfois dans des prairies humides.Vit en petits groupes assez localisés. Mode de vie essentiellement souterrain. Se nourrit des parties souterraines des végétaux.
Sources : Libois (1997).

Arvicola terrestrisOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Dos brun foncé, ventre grisâtre, pelage assez soyeux, queue courte bicolore; pavillons des oreilles velus; poids allant le plus souvent de 60 à 110 grammes.
Distribution : Partout.
Ecologie : Milieux relativement ouverts à végétation habituellement abondante, champs cultivés et leurs bordures, jardins, coupes à blanc, jeunes plantations, haies, bord des cours d'eau. Creuse des galeries profondes et mène une vie plutôt souterraine. Commet parfois d'importants dégâts dans les potagers ou dans les plantations où il écorce les racines des jeunes arbres juste au niveau du collet.
Sources : Libois (1997).

Castor fiber
Riréintroduit
RereproductionLCnon menacéeNOnouvelleLégislation existante

Mammifère semi-aquatique vivant à l'interface entre l'eau et la berge

Sciurus vulgarisOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéLégislation existante
Ecureuil roux

Morphologie : Robe: dessus rouge-brun à noir, ventre et poitrine blancs; longue queue en panache. En hiver, les oreilles sont terminées par des "pinceaux" formés de longs poils. La couleur du pelage est variable selon la couleur du milieu ambiant et les conditions climatiques. Des jeunes roux et noirs peuvent se rencontrer dans la même nichée.Taille: 20 à 28 cm + 14 à 24 cm de queue; Poids: 200 à 450 g.
Distribution : Partout.
Ecologie : Bois et forêts. Préférence pour les forêts de conifères mais se rencontre aussi dans les forêts mixtes ou feuillues ainsi que dans les grosses haies, les parcs et vergers. Mène une vie essentiellement arboricole mais est également très à l'aise au sol où il ne s'aventure que pour rechercher sa nourriture. Parfois très familier dans les parcs et les grands jardins, jusqu'au coeur même des villes.
Sources : Libois (1997).

Cricetus cricetusOrindigèneRereproductionCRen situation critiqueRGrégressionLégislation existante

Morphologie : Gros rongeur de 20 à 30 cm de long, massif pouvant peser jusqu'à 500 g. Queue courte (3 à 6 cm). Dos roux, taches blanc sale sur la gorge et derrière les pattes antérieures; ventre noir.
Distribution : Relictuelle, confinée à l'est et au sud de la zone limoneuse.
Ecologie : Vastes étendues cultivées. Hiberne dans un terrier où il amasse des provisions. Les terriers sont de préférence creusés dans des sols dont la couche superficielle contient de 5 à 10 % d'argile et de 20 à 30 % de limon et où la médiane de la fraction sableuse (M50) est de 180µ.
Sources : Libois (1997).

Glis glisOrindigèneRereproductionRarareSTstabilitéLégislation existante
Loir gris

Morphologie : Dos et flancs gris chinchilla uniforme, joues et ventre blancs, mince cercle noir autour de l'oeil queue longue, très touffue, à la manière de celle de l'écureuil; poids de 80 à 250 grammes.
Distribution : Strictement limitée à la Gaume. Est en limite de son aire vers le nord-ouest.
Ecologie : Forêt caducifoliée, hêtraie ou chênaie. Vit aussi dans les parcs, les vergers, les ourlets forestiers et peut rentrer dans les cabanes ou les maisons forestières.
Sources : Libois (1997).

Eliomys quercinusOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéLégislation existante
Lérot

Morphologie : Dos et flancs brun-gris, parfois mêlés de roux, joues et ventre blancs, queue longue, très velue, munie à son extrémité de poils plus longs, blancs et noirs formant un plumet terminal; poids de 40 à 120 grammes.
Distribution : Pratiquement limitée au domaine de la chênaie atlantique. La rareté du lérot en Ardenne s'explique peut-être par le climat estival un peu frais et trop humide de cette région.
Ecologie : Très varié pour autant qu'il dispose d'abris (blocs rocheux, ruines, grenier, végétation épaisse), il peut se trouver dans les parcs, jardins, haies, milieux boisés. Hiberne éventuellement dans les grottes ou dans les dépendances des maisons.
Sources : Libois (1997).

Apodemus sylvaticusOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Dos fauve à gris, ventre blanc grisâtre, petite tache pectorale fauve, queue nue, à peu près aussi longue que lon longueur tête+corps, pavillons des oreilles grands couverts de poils très courts, grand yeux, poids allant le plus souvent de 15 à 25 grammes. Tous les milieux boisés ou pourvus d'une végétation ligneuse (landes à éricacées), alentours des habitations, ruines, zones rocheuses, vergers, ahies, parcs, ... Evite les milieux à végétation trop rase.
Distribution : Partout.
Ecologie : Tous les milieux boisés ou pourvus d'une végétation ligneuse (landes à éricacées), alentours des habitations, ruines, zones rocheuses, vergers, ahies, parcs, ... Evite les milieux à végétation trop rase.
Sources : Libois (1997).

Apodemus flavicollisOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Dos fauve, ventre blanc pur, tache pectorale fauve formant généralement un collier complet, queue nue, aussi longue que la longueur tête+corps; pavillons des oreilles couverts de poils très courts, grands yeux; poids allant le plus souvent de 20 à 35 grammes. Sa distinction avec le mulot sylvestre n'est pas toujours facile et requiert parfois l'utilisation soit de fonctions descriminantes s'appliquent à des mensurations crâniennes, soit d'une électrophorèse enzymatique. .
Distribution : Limitée à la Gaume, à l'Ardenne, à la Famenne, à une partie du Condroz et aux forêts de la région des Fourons.
Ecologie : Principalement la forêt feuillue, mais aussi landes à éricacées, plantations d'épicéas.
Sources : Libois (1997).

Muscardinus avellanariusOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéLégislation existante
Muscardin

Le muscardin fait partie de la famille des Gliridés. De petite taille (6 à 9 cm), il présente une couleur roux doré, plus claire sur le ventre et le menton, des oreilles arrondies peu poilues et de gros yeux noirs caractéristiques de cette famille. Sa queue équivaut à la taille de son corps. Elle est touffue sur toute sa longueur. Agile, il grimpe très bien aux arbres grâce à ses coussinets plantaires bien développés.

Le muscardin hiberne d'octobre-novembre à avril dans un nid situé entre 1 et 5 mètres de haut, blotti dans un terrier, une souche, une fente d'écorce, un buisson, un nichoir ou un arbre creux. On enregistre une à deux portées annuelles de deux à sept petits qui naissent surtout fin juin, début juillet et début août. S'il n'est pas victime d'un de ses prédateurs (chouettes hulotte, effraie ou de Tengmalm, belette, martre), le muscardin peut espérer vivre environ 4 ans.

Le muscardin est un animal typique des forêts feuillues mais apprécie particulièrement les lisières forestières bien denses et les secteurs boisés comportant au moins deux strates arborées ainsi qu'une végétation abondante au sol. Il se rencontre parfois dans les massifs de ronce ou de framboisier à hauteur d'homme, ou encore dans les roselières, des parcs, des plantations basses ainsi que le long des rivières, dans des aulnes. Source: Schockert & al. (2007)

Myocastor coypusInintroduitRereproductionEXextensionLégislation existante

Morphologie : Rongeur d'assez grande taille (les adultes pèsent parfois près de 10 kg). au pelage brun foncé. Museau camus, oreilles courtes, corps trapu, palmure des pattes postérieures laissant le doigt externe entièrement libre. Queue cylindrique munie de longs poils raide
Distribution : Introduite en Europe au début du XXè S. Les populations actuelles se sont établies suite à l'évasion de spécimens élevés pour leur fourrure et à de nombreux lâchers clandestins.
Ecologie : Rivières, étangs, marais. Se nourrit de plantes aquatiques sauvages ou aux dépens des cultures (maïs, betteraves). Creuse des terriers dans les berges qu'il contribue à effondrer. Ne s'éloigne jamais beaucoup de l'eau.
Sources : Libois (1997).

Ondatra zibethicusInintroduitRereproductionEXextensionLégislation existante

Morphologique : Fourrure brune, soyeuse, foncée sur le dos, plus claire sur le ventre qui est plus gris, queue longue de 20 à 25 cm, comprimée latéralement; oreilles courtes; taille jusqu'à 40 cm, poids de 1 à 1,5 kg.
Distribution : Partout.
Ecologie : Berges de tous les cours d'eau et étangs où il creuse des terriers; marais. Edifie parfois des huttes, notamment dans les ceintures de roseaux des étangs. Essentiellement végétarien mais ne dédaigne pas les moules d'eau douce.
Sources : Libois (1997).

Rattus norvegicusInintroduitRereproductionSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Robe brun sale, tirant parfois sur le roux, apparence hirsute; oreilles couvertes de poils très ras; queue écailleuse n'atteignant pas la longueur tête + corps. Poids: 200 à 400 g.; taille: 20 à 30 cm + la queue.
Distribution : Partout.
Ecologie : Espèce anthropophile vivant à proximité ou dans les entrepôts, les maisons, les fermes, mais aussi dans les dépôts d'ordures, le long des rivières, surtout si elles sont polluées, et dans les égoûts.
Sources : Libois (1997).

Micromys minutusOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Le plus petit rongeur d'Europe. Dos roux-orangé, ventre blanc, queue nue, légèrement prenante, à peu près aussi longue que la longeur tête + corps; pavillons des oreilles assez petits; poids de 6 grammes environ.
Distribution : Partout.
Ecologie : Milieux à végétation herbacée haute (ourlets forestiers, roselières, champs de céréales, mégaphorbiaies diverses, prairies de fauche). Tisse un nid aérien sphérique fait d'un entrelacs de feuilles de graminées finement découpées.
Sources : Libois (1997).

Rattus rattusOrindigèneRereproductionENen dangerRGrégressionAucune réglementation

Morphologie : Robe gris foncé à noir anthracite, plus claire sur le ventre, coloration parfois semblable à celle du rat brun; oreilles presque nues, queue écailleuse plus longue que la longueur tête + corps. Poids: 100 à 200 g.; taille: 15 à 23 cm + la queue.
Distribution : En taches.
Ecologie : Espèce anthropophile vivant, sous nos latitudes, à proximité stricte des constructions: entrepôts, maisons, fermes, de préférence dans les combles ou les greniers à paille (élevages de porcs et de bovins).
Sources : Libois (1997).

Mus domesticusOrindigèneRereproductionLCnon menacéeSTstabilitéAucune réglementation

Morphologie : Dos gris, ventre blanc grisâtre, queue nue,à peu près aussi longue que la longeur tête + corps; pavillons des oreilles grands couverts de poils très courts, yeux de taille moyenne; poids allant le plus souvent de 10 à 15 grammes.
Distribution : Partout.
Ecologie : Essentiellement dans et autour des habitations humaines et de leurs dépendances: entrepôts, granges, étables, greniers, fenils...
Sources : Libois (1997).

Tamias sibiricusInintroduit
Ecéchappé
RereproductionNOnouvelleLégislation existante