Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Salamandre tachetée (Salamandra salamandra)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Salamandre tachetée, Salamandre terrestre
Néerlandais : Vuursalamander
Anglais : Fire Salamander
Allemand : Feuersalamander
Groupe biologique :Animaux / Vertébrés / Amphibiens / Tritons - Salamandres

Intro

Synthèse

Impossible à confondre, la Salamandre terrestre est assez commune dans les régions boisées, principalement dans les forêts feuillues. Son aire de répartition wallonne semble stable à l'échelle des 25 dernières années.

Description morphologique

Adulte, la Salamandre tachetée est impossible à confondre: son corps d'aspect "boudiné" et luisant est noirâtre, en partie couvert de taches jaunes (rarement orangées) sur le dessus de la tête et du dos, le bas des flancs, la gorge, les pattes... Sur le dos et les flancs, ces taches peuvent fusionner et former des bandes ininterrompues. La queue est cylindrique. L'adulte mesure entre 15 et 20 cm.

Les larves, aquatiques, sont de couleur gris-brunâtre. Leur queue est courte et leurs branchies sont généralement bien visibles. Elles se distinguent des larves de tritons par la présence d'une tache claire à la base des pattes. A l'approche de la métamorphose, des taches jaunâtres irrégulières apparaissent sur le dos.

Les juvéniles ressemblent aux adultes mais la disposition des taches ne prend généralement un caractère définitif qu'à l'âge adulte.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • LCN 1973 : Annexe 2b

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2b du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est intégralement protégée (espèces menacées en Wallonie). Cette protection implique l'interdiction :

    • 1° de capturer et de mettre à mort intentionnellement de spécimens de ces espèces dans la nature ;
    • 2° de perturber intentionnellement ces espèces, notamment durant la période de reproduction, de dépendance, d'hibernation et de migration ;
    • 3° de détruire ou de ramasser intentionnellement dans la nature ou de détenir des oeufs de ces espèces ;
    • 4° de détériorer ou de détruire les sites de reproduction, les aires de repos ou tout habitat naturel où vivent ces espèces à un des stades de leur cycle biologique ;
    • 5° de naturaliser, de collectionner ou de vendre les spécimens qui seraient trouvés blessés, malades ou morts ;
    • 6° de détenir, transporter, échanger, vendre ou acheter, offrir aux fins de vente ou d'échange, céder à titre gratuit les spécimens de ces espèces prélevés dans la nature, y compris les animaux naturalisés, à l'exception de ceux qui auraient été prélevés légalement avant la date d'entrée en vigueur de la présente disposition ainsi qu'à l'exception de celles de ces opérations qui sont constitutives d'une importation, d'une exportation ou d'un transit d'espèces animales non indigènes et de leurs dépouilles ;
    • 7° d'exposer dans des lieux publics les spécimens.

    Les interdictions visées aux points 1°, 2°, 5°, 6° et 7° de l'alinéa précédent s'appliquent à tous les stades de la vie des espèces animales visées par le présent article, y compris les oeufs, nids ou parties de ceux-ci ou des spécimens.
    Voir aussi les modalités de déclaration de la capture accidentelle ou de la mise à mort accidentelle de spécimens d'une des espèces strictement protégées (Article 2 quater) et les modalités de déplacement à brève distance d'espèces, nids ou oeufs menacés d'un danger vital immédiat ou vers un centre de revalidation (Article 2 sexies).

    Les Articles 5 et 5bis définissent les modalités de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales. Voir l'AGW du 20 novembre 2003 relatif à l'octroi de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales (M.B. 20.01.2004).

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Berne - Annexe 3

    Convention de Berne, annexe 3 : Toute exploitation de la faune sauvage énumérée à l'annexe III est réglementée de manière à maintenir l'existence de ces populations hors de danger. Ces mesures comprennent notamment: a) l'institution de périodes de fermeture et/ou d'autres mesures réglementaires d'exploitation; b) l'interdiction temporaire ou locale de l'exploitation, s'il y a lieu, afin de permettre aux populations existantes de retrouver un niveau satisfaisant; c) la réglementation, s'il y a lieu, de la vente, de la détention, du transport ou de l'offre aux fins de vente des animaux sauvages, vivants ou morts.

Directives européennes

  • Aucune réglementation

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Wallonie, Bruxelles, Flandre

Sources :de Wavrin & Graitson (2007)

Statut de présence :Re : reproduction

Sources :de Wavrin & Graitson (2007)

Indigenat :Or : indigène

Sources :de Wavrin & Graitson (2007)

Type de distribution :Re : répandue

Sources :de Wavrin & Graitson (2007)

Distribution en Europe :

L'espèce est assez largement répandue en Europe occidentale, centrale et mériodionale, où sa répartition suit globalement celle des forêts feuillues. Elle est rare aux Pays-Bas (sud du Limbourg uniquement) et absente des îles britanniques, de Scandinavie et du nord-est du continent.

Distribution en Belgique :

La Salamandre est en limite d'aire de répartition en Région de Bruxelles-Capitale (rare en forêt de Soignes) et en Flandre (Fourons, Brabant flamand et sud de la Flandre orientale).

Distribution en Wallonie :

La Wallonie se trouve sur la bordure nord-occidentale de son aire de répartition. Elle est toutefois assez répandue au sud du sillon sambro-mosan, notamment dans les bois du Condroz, en Fagne-Famenne, dans les massifs feuillus de l'Ardenne... Espèce typique des forêts feuillues, elle est moins présente dans les régions de cultures (plateaux du Condroz, Pays de Herve...) et dans une grande partie de l'Ardenne.

En Moyenne-Belgique, elle est plus localisée et sa présence est liée aux secteurs boisés (forêts du Brabant, vallée de la Haine, Pays des Collines...). Elle n'est que sporadique en Hesbaye.

Ecologie

Ecologie :

La Salamandre terrestre est une espèce typique des forêts feuillues ou mixtes. Elle peut également être trouvée dans certains bois de résineux (rarement au coeur des grands massifs) et dans d'autres habitats secondaires tels que des abords de villages, vieux murs, carrières, abords de voies ferrées..., le plus souvent à proximité de forêts.

L'espèce est ovovivipare, c'est-à-dire que les femelles donnent naissance à des larves déjà bien formées, le plus souvent dans des zones calmes de ruisseaux forestiers, mais également parfois en eau stagnante (mares, ornières...). En Wallonie, il y a deux périodes de mise bas : une principale au printemps (parfois dès janvier et pouvant se prolonger jusqu'au début juillet, mais surtout de mars à juin) et une seconde, de moindre importance, en automne (de la fin septembre à début novembre). Il est ainsi possible de trouver des larves quasi toute l'année ; leur recherche est d'ailleurs un excellent moyen de constater la présence de l'espèce.

Les adultes, discrets car essentiellement nocturnes, ne s'éloignent généralement guère de leur site de reproduction. Ils mènent une vie terrestre tout au long de l'année, les femelles ne s'approchant de l'eau que pour déposer leurs larves. Les adultes se nourrissent de petits invertébrés terrestres.

Sa longévité est élevée puisque les adultes peuvent vivre jusqu'à 20 ans dans la nature. Ils ont peu de prédateurs, leurs couleurs vives signalant leur toxicité (venin présent dans différentes glandes de la peau).

Statut

Tendance

Tendance :ST : stabilité
Commentaires :

La Salamandre est une des rares espèces d'amphibiens à ne pas connaître de régression marquée : à l'échelle des 25 dernières années, l'aire de répartition de la Salamandre en Wallonie paraît en effet globalement stable, malgré des pertes locales de sites de reproduction.

Sources :de Wavrin & Graitson (2007) ; banque de données Raînne-Natagora

Liste Rouge

Espèce menacée :Non
Statut :LC : non menacée
Sources :Jacob (2007)

Espèce invasive

Liste :non

Biblio

Divers

Auteurs

Thierry Kinet

Date de mise à jour / relecture de la fiche

16/02/2011