Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

2373 - Vallée de la Rouge Eau

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Crons de la Haie de Han de Saint-Léger
Communes :Saint-Léger
Cantonnements DNF :Arlon
Surface : ha
Coordonnées :X Lambert : 242248 - Y Lambert : 36165

Intro

Brève description

Localisée en Lorraine belge, la Rouge Eau est un affluent de la Chiers dont le cours est entièrement situé en forêt, dans le vaste massif s'étendant au nord de Saint-Léger. Comme en d'autres endroits de la région (Buzenol, Lahage, ...), la vallée comporte des crons, ou sources calcaires pétrifiantes, un habitat rare et fragile d'intérêt communautaire. On y observe une végétation spécialisée composée d'un cortège de bryophytes et de plantes de bas-marais alcalin telle que la laîche écailleuse (Carex lepidocarpa). En dehors de ce milieu très particulier et somme toute réduit, l'ensemble de la vallée de la Rouge Eau présente un très grand intérêt botanique, du fait de la coexistence d'espèces acidophiles, neutrophiles et calciphiles, incluant une série d'éléments montagnards. Diverses espèces rares en Région wallonne sont ici bien représentées, comme la prêle d'hiver (Equisetum hyemale), la doradille verte (Asplenium viride), le gaillet des bois (Galium sylvaticum) ou encore la ronce des rochers (Rubus saxatilis) qui n'est recensée qu'en Lorraine. Sur le plan faunistique, le site se distingue par sa richesse très élevée en papillons de jour - plus de 50 espèces! - et héberge une libellule peu banale, le cordulégastre bidenté (Cordulegaster bidentata), dont les larves se développent au niveau des crons, de même d'ailleurs que celles de la salamandre tachetée (Salamandra salamandra). Pour protéger toute cette remarquable biodiversité, une réserve naturelle domaniale dite "Crons de la Haie de Han de Saint-Léger" a été créée en 2005: ne comprenant au départ que les deux crons principaux, elle fut par la suite étendue à une partie conséquente du fond de vallée.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M0 - Lorraine belge

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Saint-LégerSAINT-LEGERLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
ArlonArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Communes de Saint-Léger.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement d'Arlon, 45, Place Didier, 6700 Arlon (Tél.: 063/58.91.50 - Fax : 063/58.91.55).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6548Crons de la Haie de Han de Saint-Léger

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Muscardinus avellanariusOuiNon2011V. Schockert
Myotis myotisOuiOuiZone de chasse2010G.T. Plecotus
Myotis mystacinusOuiNonZone de chasse2010G.T. Plecotus
Myotis nattereriOuiOuiZone de chasse2010G.T. Plecotus
Pipistrellus pipistrellusOuiOuiZone de chasse2010G.T. Plecotus
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Dendrocopos mediusOuiNonNicheur - forte densité2015R. Dujardin et al
Dryocopus martiusOuiNon2010P. Verté
Pernis apivorusOuiNon2014Divers obs.
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon2002J.-P. Jacob
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2002J.-P. Jacob
Lissotriton helveticusOuiNon2002J.-P. Jacob
Rana temporariaOuiNon2002J.-P. Jacob
Salamandra salamandraOuiNon2002J.-P. Jacob
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2002J.-P. Jacob
Natrix natrixOuiOui2002J.-P. Jacob
Zootoca viviparaOuiNon2013J.-P. Jacob et al.
Animaux - Vertébrés - Poissons
Anacamptis pyramidalis2017A. Jacobs
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura iliaNonNon2014J.-C. Berguet et al.
Apatura irisNonNon2014J.-C. Berguet et al.
Aporia crataegiNonNon2014J.-C. Berguet et al.
Argynnis adippeNonOui2009V. Fichefet, J.-C. Berguet
Argynnis aglajaNonOui2012J.-C. Berguet
Boloria seleneNonNon2014J.-C. Berguet et al.
Brenthis daphne2014J.-C. Berguet et al.
Brenthis inoNonNon2014J.-C. Berguet et al.
Callophrys rubiNonNon2014J.-C. Berguet
Carterocephalus palaemonNonNon2014J.-C. Berguet et al.
Coenonympha arcaniaNonOui2014J.-C. Berguet et al.
Cupido argiadesNonOui2 observations2012J.-C. Berguet
Issoria lathoniaOuiNon2010J.-C. Berguet
Lycaena tityrusNonNon2014J.-C. Berguet et al.
Lycaena virgaureaeOuiOui1991M. Seghers, J.-L. Renneson
Melanargia galatheaNonNon2014J.-C. Berguet
Melitaea diaminaNonNon2014J.-C. Berguet et al.
Nymphalis polychlorosNonNon2013J.-C. Berguet, F. Delbecque
Polyommatus coridonNonOui1 ex. accidentel ?2013J.-C. Berguet
Polyommatus semiargusNonNon2014J.-C. Berguet
Pyrgus malvaeNonOui2014J.-C. Berguet
Satyrium ilicisNonOui2010J.-C. Berguet
Satyrium w-albumOuiNon2009J.-C. Berguet
Invertébrés - Insectes - Libellules
Cordulegaster bidentataOuiOui2013J.-C. Berguet + divers obs.
Plantes - Plantes supérieures
Actaea spicata2009G. Delporte
Arabis glabra2017Divers obs.
Asplenium adiantum-nigrum2009G. Delporte
Asplenium viride2017AP. Verté + divers obs.
Atropa bella-donna2009G. Delporte
Campanula persicifolia2017Divers obs.
Carex flava2008D. Dufour
Carex lepidocarpa2017Divers obs.
Carex muricata1997H. Tyteca
Carex paniculata2017Divers obs.
Crepis paludosa2017Divers obs.
Daphne mezereum2017Divers obs.
Dryopteris affinis2009G. Delporte
Equisetum hyemale2017Divers obs.
Galium sylvaticum2017Divers obs.
Geranium sylvaticum2017Divers obs.
Geum rivale2017Divers obs.
Gymnocarpium dryopteris2017B. Nef
Melica nutans2017Divers obs.
Neottia nidus-avis2009Divers obs.
Neottia ovata2009Divers obs.
Phegopteris connectilis2017B. Nef
Platanthera bifolia2017A. Jacobs et al.
Pulmonaria montana2017Divers obs.
Pyrola minor2011B. Vannieuwenhuyse
Ranunculus platanifolius2017B. Nef
Rubus saxatilis2017Divers obs.
Senecio hercynicusA confirmer
Succisa pratensis2017Divers obs.
Viola palustris2009G. Delporte
Plantes - Mousses - Bryophytes
Eucladium verticillatum2014A. Sotiaux, J.-M. Couvreur
Palustriella commutata2014A. Sotiaux, J.-M. Couvreur

Commentaires sur la faune

Mammifères (données V. Schockert, 2011; GT Plecotus, 2010): Muscardinus avellanarius, Myotis myotis, Myotis mystacinus, Myotis nattereri, Pipistrellus pipistrellus.

Oiseaux (données R. Dujardin, 2010 + divers obs.): Dendrocopos medius, Dryocopus martius, Pernis apivorus.

Reptiles (données J.-P. Jacob, 2002): Anguis fragilis, Natrix natrix, Zootoca vivipara.

Amphibiens (données J.-P. Jacob, 2002): Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Rana temporaria, Salamandra salamandra.

Lépidoptères rhopalocères (données J.-C. Berguet, 2005-2015 + divers obs.): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Apatura ilia, Apatura iris, Aphantopus hyperantus, Aporia crataegi, Araschnia levana, Argynnis adippe, Argynnis aglaja, Argynnis paphia, Boloria selene, Brenthis daphne, Brenthis ino, Callophrys rubi, Carcharodus alceae, Carterocephalus palaemon, Celastrina argiolus, Coenonympha arcania, Coenonympha pamphilus, Colias croceus, Cupido argiades, Gonepteryx rhamni, Inachio io, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Leptidea sp., Limenitis camilla, Lycaena phlaeas, Lycaena tityrus, Lycaena virgaureae (1991), Maniola jurtina, Melanargia galathea, Melitaea diamina, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Plebejus agestis, Polygonia c-album, Polyommatus coridon, Polyommatus icarus, Polyommatus semiargus, Pyrgus malvae, Pyronia tithonus, Satyrium ilicis, Satyrium w-album, Thymelicus lineolus, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Odonates (données V. Fichefet, 2007; R. Dujardin, 2013; J.-C. Berguet, 2012-2013): Aeshna grandis, Calopteryx virgo, Cordulegaster bidentata, Gomphus pulchellus, Orthetrum cancellatum, Platycnemis pennipes, Sympetrum vulgatum.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données divers obs. 2009-2017): Acer platanoides, Acer pseudoplatanus, Actaea spicata, Agrostis capillaris, Ajuga reptans, Alchemilla xanthochlora, Anacamptis pyramidalis, Anemone nemorosa, Angelica sylvestris, Aquilegia vulgaris, Arabidopsis arenosa, Arabis glabra, Arabis hirsuta, Asplenium adiantum-nigrum, Asplenium viride, Athyrium filix-femina, Atropa bella-donna, Brachypodium sylvaticum, Calluna vulgaris, Campanula persicifolia, Campanula rotundifolia, Campanula trachelium, Cardamine amara, Cardamine flexuosa, Cardamine hirsuta, Cardamine pratensis, Carex acuta, Carex acutiformis, Carex digitata, Carex flacca, Carex flava, Carex lepidocarpa, Carex muricata, Carex pallescens, Carex paniculata, Carex pilulifera, Carex remota, Carex sylvatica, Carpinus betulus, Cerastium glomeratum, Chrysosplenium alternifolium, Chrysosplenium oppositifolium, Cirsium arvense, Cirsium oleraceum, Clinopodium vulgare, Convallaria majalis, Corydalis solida, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Crepis biennis, Crepis paludosa, Cystopteris fragilis, Cytisus scoparius, Daphne mezereum, Deschampsia flexuosa, Dryopteris affinis, Dryopteris carthusiana, Dryopteris dilatata, Dryopteris filix-mas, Epilobium angustifolium, Epilobium montanum, Epilobium obscurum, Equisetum arvense, Equisetum fluviatile, Equisetum hyemale, Equisetum sylvaticum, Eupatorium cannabinum, Euphorbia amygdaloides, Euphorbia cyparissias, Fagus sylvatica, Fallopia japonica, Festuca altissima, Filipendula ulmaria, Fragaria vesca, Galium aparine, Galium mollugo, Galium odoratum, Galium sylvaticum, Geranium pratense, Geranium pyrenaicum, Geranium robertianum, Geranium sylvaticum, Geum rivale, Geum urbanum, Glyceria notata, Gymnocarpium dryopteris, Hedera helix, Heracleum sphondylium, Hieracium murorum, Holcus mollis, Hypericum perforatum, Hypericum pulchrum, Impatiens noli-tangere, Inula conyzae, Lamium galeobdolon, Larix sp., Lonicera periclymenum, Luzula luzuloides, Luzula multiflora, Luzula pilosa, Lysimachia nemorum, Lysimachia vulgaris, Medicago lupulina, Melica nutans, Melica uniflora, Mercurialis perennis, Molinia caerulea, Mycelis muralis, Neottia nidus-avis, Neottia ovata, Origanum vulgare, Oxalis acetosella, Paris quadrifolia, Persicaria bistorta, Phegopteris connectilis, Phyteuma nigrum, Picea abies, Pinus sylvestris, Platanthera bifolia, Poa chaixii, Poa nemoralis, Poa trivialis, Polygonatum multiflorum, Prunella vulgaris, Pseudotsuga menziesii, Pulmonaria montana, Pyrola minor, Quercus robur, Ranunculus platanifolius, Ranunculus repens, Rubus idaeus, Rubus saxatilis, Rumex acetosa, Salix caprea, Scirpus sylvaticus, Scrophularia nodosa, Senecio hercynicus (?), Senecio ovatus, Silene dioica, Silene vulgaris, Solidago virgaurea, Stachys officinalis, Stellaria holostea, Stellaria nemorum, Succisa pratensis, Taraxacum sp., Teucrium scorodonia, Trifolium hybridum, Trifolium pratense, Trifolium repens, Urtica dioica, Vaccinium myrtillus, Valeriana dioica, Valeriana repens, Veronica chamaedrys, Veronica montana, Veronica officinalis, Vicia sepium, Viola palustris, Viola riviniana.

Espèces exotiques

Plantes: Fallopia japonica, Larix sp., Picea abies, Pseudotsuga menziesii.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection et restauration des fonds de vallée et conservation de deux tufs calcaires.

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

Cours d'eau typiquement lorrain, la Rouge Eau prend sa source dans le bois de Vance, à proximité du camp militaire de Lagland, à une altitude de 340 m. Il coule dans un axe est-ouest, sur une longueur d'environ 6 km, à travers le vaste massif forestier s'étendant au nord de Saint-Léger. Non loin de Buzenol, la Rouge Eau rejoint le Gros Ruisseau pour former la Neuve Forge, affluent du Ton lui-même dépendant de la Chiers (sous-bassin de la Semois).

Le relief est assez accusé et l'altitude moyenne dans le fond de la vallée est de 310 m. L'environnement est entièrement forestier. Un chemin suit la rivière sur une grande partie du site.

Le contexte géologique et pédologique particulier de la vallée de la Rouge Eau, en particulier à hauteur des crons, a été décrit par P. Verté (DEMNA - avis site 2010) comme suit: Le périmètre se trouve entièrement sur la première cuesta lorraine, dite Sinémurienne. L'assise géologique correspondante est formée des sables et grès de Florenville, sable jaune calcaire entrecoupé de bancs de marne. Occupant le fond de vallée et une partie de ses versants, la zone correspond essentiellement à des alluvions et colluvions de bas de versant, sans développement de profil. Suite à la désaturation superficielle des sables, particulièrement active sur les zones en relief, le sol est localement acide. Cette situation contraste avec les crons du versant, où la précipitation du calcaire issu de la dissolution par l'eau de pluie de la charge calcaire des sables calcaires (roche mère) forme des milieux calcaires (bas marais alcalin, source incrustante...). Là où le chemin fait limite, le périmètre inclut des bas de versant sableux présentant des conditions sèches et localement bien ensoleillées.

Les deux crons principaux occupent un versant à pente forte d'exposition SE-SSE. Les paramètres physico-chimiques de leurs eaux ont été décrits par COUVREUR et al. (2016). Les mesures des principaux paramètres sont les suivantes: pH=7,93; conductivité= 426-437µS/cm; N-NO3=0,908-0,936 mg⋅L−1; N-NH4=0 mg⋅L−1; P-PO4=0,003-0,009 mg⋅L−1; N-NO2=0,012-0,013 mg⋅L−1; dureté=15,3-15,9°dH; calcium= 96-99 mg⋅L−1; magnésium=6,25-10,7 mg⋅L−1.

Description biologique

La vallée de la Rouge Eau ne semble pas avoir fait l'objet d'une description botanique et phytoécologique. Il existe pourtant de nombreuses données qui démontrent le très grand intérêt du site, du fait, notamment, de la coexistence d'espèces acidophiles, neutrophiles et calciphiles, incluant une série d'éléments montagnards.

Diverses espèces rares en Région wallonne sont ici bien représentées, comme la prêle d'hiver (Equisetum hyemale), la doradille verte (Asplenium viride), le gaillet des bois (Galium sylvaticum) ou encore la ronce des rochers (Rubus saxatilis), cette dernière n'existant d'ailleurs en Wallonie que dans le district lorrain.

On notera aussi la présence de nombreuses autres espèces intéressantes, dont plusieurs sont légalement protégées et/ou figurent sur la liste rouge des plantes menacées de Région wallonne: arabette glabre (Arabis glabra), bois joli (Daphne mezereum), benoîte des ruisseaux (Geum rivale), renoncule à feuilles de platane (Ranunculus platanifolius), petite pyrole (Pyrola minor), actée en épis (Actaea spicata), platanthère à deux feuilles (Platanthera bifolia), laîche écailleuse (Carex lepidocarpa), orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis), phégoptéris faux polypode (Phegopteris connectilis), etc.

D'après P. Verté (DEMNA, 2010): la vallée de la Rouge Eau se trouve entièrement dans un contexte forestier: hêtraie acidophile à localement neutrophile sur le plateau, versants en grande partie enrésinés (épicéa, douglas).

Une des zones centrales du site est une batte de chasse occupant le fond de vallée à un endroit où celui-ci est relativement large (+/- 30 m). L'entretien régulier de celui-ci par fauche au mois de septembre a permis le maintien d'un milieu ouvert où l'on peut distinguer une mosaïque de végétation des sables acides, allant de la lande sèche au bas-marais acide. La surface correspondante est approximativement de 56 ares.

Le reste du fond de vallée est essentiellement occupé par des boisements feuillus spontanés qui ont colonisé une mise à blanc d'épicéa datant de 1996. Ces boisements pionniers sont composés essentiellement de noisetiers, saules, peuplier tremble, hêtre, chênes... selon l'hygrométrie. Dans la partie inférieure, partie de la plaine alluviale est encore occupée par des pessières, qui sont progressivement éliminées lors des passages en éclaircie.

Sur le versant exposé au sud-est, on trouve deux crons qui sont classés en réserve naturelle domaniale depuis 2005 (crons de la Haie de Han de Saint-Léger, ou crons de la Rouge Eau). L'un des phanérogames typiques de ce genre de formation calcaire est la laîche écailleuse (Carex lepidocarpa). La bryoflore de ces deux crons et les facteurs physico-chimiques associés ont été analysés en détail par COUVREUR et al. (2016), dans le cadre d'une étude plus vaste sur les formations de tuf calcaire de la Région wallonne. Les deux mousses caractéristiques de cet habitat y sont bien représentées, à savoir Palustriella commutata et Eucladium verticillatum. Les autres espèces observées sont Dicranella varia, Didymodon fallax, Campylium protensum, Tortella tortuosa, Bryum klinggraeffii, Bryum pseudotriquetrum, Ctenidium molluscum, Fissidens adianthoides et Pellia endiviifolia.

La faune de la vallée est d'une remarquable diversité et comprend de nombreuses espèces rares ou menacées.

Les papillons de jour constituent le groupe de loin le mieux documenté du fait qu'un recensement régulier est assuré sur le site par les agents du cantonnement d'Arlon depuis 2006 (observateur principal J.-C. Berguet). Ce suivi a permis de mettre en évidence la présence de plus de 50 espèces, ce qui en fait un des sites les plus riches de Wallonie.

Le contingent principal est constitué d'espèces forestières dont le tabac d'Espagne (Argynnis paphia) et le petit sylvain (Limenitis camilla) qui en sont les éléments les plus fréquents; viennent ensuite la grande tortue (Nymphalis polychloros), le grand mars changeant (Apatura iris) et le petit mars changeant (Apatura ilia), espèces à haute valeur patrimoniale, encore bien présentes en Lorraine; le thécla de l'orme (Satyrium w-album), espèce rare et prioritaire à l'échelle wallonne; le nacré de la ronce (Brenthis daphne), colonisateur récent en Wallonie noté ici à partir de 2010.

Les espèces liées aux violettes durant leur stade larvaire sont particulièrement bien représentées mais certaines n'y sont peut-être que de passage: petit nacré (Issoria lathonia), petit collier agenté (Boloria selene), moyen nacré (Argynnis adippe), grand nacré (Argynnis aglaja), ainsi que le tabac d'Espagne (Argynnis paphia) qui est omniprésent dans le secteur.

Parmi les papillons des milieux ouverts à semi-ouverts, citons entre autre l'échiquier (Carterocephalus palaemon), dont les plantes hôtes principales sont la molinie et les brachypodes, l'hespérie de la mauve (Pyrgus malvae), le cuivré fuligineux (Lycaena tityrus), le céphale (Coenonympha arcania), le demi-deuil (Melanargia galathea), le thécla de la ronce (Callophrys rubi), etc.

Espèce phare de la vallée, l'argus satiné (Lycaena virgaureae) n'y a plus été observée depuis 1991; ce papillon est en situation catastrophique en Région wallonne où ne subsistent plus que deux petits noyaux de populations dans l'ouest de la Lorraine et en Ardenne occidentale.

Certaines observations pourraient correspondre à des papillons erratiques, comme celles de l'argus bleu nacré (Polyommatus coridon), noté une seule fois en 2013, et l'azuré du trèfle (Cupido argiades), une espèce longtemps considérée comme disparue de Belgique mais retrouvée en 2008, et contactée à deux reprises sur le site en 2012.

Les espèces caractéristiques des zones humides sont principalement la grande violette (Brenthis ino) et le damier noir (Melitaea diamina).

Les odonates sont globalement peu représentés sur le site, principalement en raison d'un manque de plans d'eau. Toutefois, les crons constituent le milieu de reproduction d'une espèce remarquable: le cordulégastre bidenté (Cordulegaster bidentata).

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A compléter

Divers

Sources

RESNAT-RW
OFFH

Répondants de l'information

Patrick VERTE (SPW/DGO3/DEMNA/DNE/OFFH, 23 Av. Maréchal Juin, 5030 Gembloux).

Date de la dernière modification de la fiche

2018-03-07