Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

994 - Vallée de l'Irmerscheiderbach

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Bullange
Cantonnements DNF :Büllingen/Bullange
Surface : ha
Coordonnées :X Lambert : 288055 - Y Lambert : 117447
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Petite rivière située dans les limites du Parc naturel Hautes-Fagnes-Eifel, l'Irmerscheiderbach est un affluent de rive droite du Frankenbach et un sous-affluent de l'Our prenant sa source vers 570 m d'altitude au nord du village de Holzheim, au sein d'un paysage agricole fait de prairies, de haies et de bosquets, puis s'écoulant ensuite dans un environnement partagé entre prairies, forêts et plantations résineuses. On se trouve ici sur des roches datées de l'Emsien inférieur constituées de psammoschistes, de schistes, de quartzophyllades, de grès, de quartzite et de psammites, induisant des sols acides et globalement peu productifs. Le relief général est assez fortement ondulé et entaillé par de nombreux cours d'eau. Peu connu des naturalistes, le vallon de l'Irmerscheiderbach renferme pourtant de nombreuses richesses biologiques et notamment une importante diversité d'habitats. Les végétations les plus remarquables sont la nardaie montagnarde et la prairie de fauche submontagnarde peu fertilisée à fenouil des Alpes (Meum athamanticum), centaurée noire (Centaurea nigra), succise des prés (Succisa pratensis), géranium des bois (Geranium sylvaticum) et bien d'autres plantes intéressantes. Mais on trouve aussi des prés humides riches en bistorte (Persicaria bistorta), qui sont le refuge pour un papillon de jour spécialisé, le cuivré de la bistorte (Lycaena helle), ainsi que des éléments de bas-marais acides. Le vallon fait partie de la réserve naturelle domaniale du Frankenbach s'étendant sur plus de 46 ha et est englobé dans le site Natura 2000 dénommé «Vallée du Medemberbach».

Carto

Régions naturelles

  • L9 - Ardenne orientale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
ManderfeldBULLINGEN-BULLANGELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Büllingen/BullangeMalmédy

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Oui  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6350Frankenbach

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Milvus milvusOuiOuiNicheur possible2015A. De Broyer
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Lycaena helleOuiOui2009A. Rauw
Plantes - Plantes supérieures
Carex rostrata2006O. Schott
Centaurea nigra2006O. Schott
Colchicum autumnale2006O. Schott, S. Gérard
Comarum palustre2006O. Schott
Crepis paludosa2006O. Schott
Geranium sylvaticum2006O. Schott
Juncus bulbosus2006O. Schott
Meum athamanticum2006O. Schott
Persicaria bistorta2006O. Schott
Potamogeton polygonifolius2006O. Schott
Ranunculus serpens2006O. Schott
Sanguisorba officinalis2006O. Schott, S. Gérard
Succisa pratensis2006O. Schott

Commentaires sur la faune

Données à compléter.

Commentaires sur la flore

Données à compléter.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un intéressant fond de vallée de haute Ardenne.

Menaces

Envahissement par la reine des prés.

Recommandations

Continuation régulière du fauchage ou du pâturage.

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

L'Irmerscheiderbach est un affluent de rive droite du Frankenbach et un sous-affluent de l'Our (bassin hydrographique du Rhin). Ce petit cours d'eau prend naissance au niveau de sources situées entre 600 et 570 m d'altitude, au nord du village de Holzheim, au sein d'un paysage agricole fait de prairies, de haies et de bosquets. Il s'écoule ensuite en direction du sud pendant environ 1,5 km avant de bifurquer vers l'est en direction de la vallée du Frankenbach avec lequel il conflue 1 km plus loin, près du lieu-dit Auf der Höchst.

Le vallon repose sur les alluvions modernes des vallées dans un environnement géologique daté de l'Emsien inférieur et constitué de psammoschistes foncés, de schistes gréseux en dalles, de quartzophyllades souvent «slumpés», bancs sporadiques de grès gris, quartzite gris d'Anlier, psammites, quartzoschistes et schistes grossiers gris. On a aussi mentionné la présence de grauwacke de Pesche contenant des nodules carbonatés.

Le relief général est assez fortement ondulé mais l'Irmerscheiderbach a creusé un vallon modérément encaissé dont l'altitude varie de 480 m au niveau de la rivière à 560 m dans le haut des versants.

Du point de vue phytogéographique, le vallon de l'Irmerscheiderbach se situe dans le district de Haute Ardenne.

Description biologique

Le vallon de l'Irmerscheiderbach est imparfaitement documenté du point de vue biologique. Quelques relevés floristiques y ont été effectués dans les années 1990 au sein de la réserve naturelle domaniale (partie aval du cours d'eau). Plus récemment, des inventaires menés en plusieurs points du vallon dans le cadre de la cartographie des habitats du site Natura 2000 «BE33058 - Vallée du Medemberbach», ont permis de compléter les connaissances.

Un premier relevé botanique daté du 2 août 1996 (obs. J. Saintenoy-Simon) a été réalisé dans la parcelle acquise par la Région wallonne en vue d'y créer une réserve naturelle domaniale. Il s'agit d'une prairie non amendée, fauchée au moment des observations, située dans la partie aval de la rivière peu avant la confluence avec le Frankenbach. Cette prairie laissait néanmoins voir :

- des espèces de la prairie submontagnarde à Meum athamanticum, Knautia arvensis, Campanula rotundifolia, Sanguisorba officinalis, Ranunculus serpens, Pimpinella saxifraga, Trifolium medium, Festuca rubra subsp. commutata (= nigrescens), Stachys officinalis, Centaurea nigra, Lathyrus linifolius var. montanus, Briza media, Leontodon hispidus, Geranium sylvaticum, etc.;

- des espèces des prairies humides telles que Crepis paludosa, Lotus pedunculatus, Galium uliginosum, Filipendula ulmaria, Valeriana officinalis (= repens), Juncus acutiflorus, Ranunculus flammula, Caltha palustris, Persicaria bistorta, Lychnis flos-cuculi, Ajuga reptans, Rhinanthus minor, ...

Les observations effectuées lors de la cartographie du site Natura 2000 ont permis d'identifier les habitats suivants (obs. O. Schott et S. Gérard 2006 - SPW/DEMNA):

- végétation enracinée flottante des eaux oligotrophes avec comme espèce caractéristique le potamot à feuilles de renouée (Potamogeton polygonifolius)

- bas-marais acides à laîche noire (Carex nigra), comaret (Comarum palustre), agrostis des chiens (Agrostis canina), épilobe des marais (Epilobium palustre), laîche à bec (Carex rostrata), etc.

- nardaies montagnardes à fenouil des Alpes (Meum athamanticum) et centaurée noire (Centaurea nigra), avec aussi la gesse des montagnes (Lathyrus linifolius), la bétoine (Betonica officinalis), succise des prés (Succisa pratensis), ...

- prairies pâturées permanentes pas ou peu fertilisées, avec notamment la tormentille (Potentilla erecta), l'amourette (Briza media), la luzule champêtre (Luzula campestris), la porcelle enracinée (Hypochaeris radicata), la sieglingie décombante (Danthonia decumbens), le petit boucage (Pimpinella saxifraga), etc.

- prairies de fauche montagnardes peu fertilisées à fenouil des Alpes (Meum athamanticum)

- prairies de fauche montagnardes peu à moyennement fertilisées à géranium des bois (Geranium sylvaticum) et avoine dorée (Trisetum flavescens)

- prairies de fauche humides moyennement fertilisées, variante acidocline des sols limono-argileux caractérisée par la représentation importante de la canche cespiteuse (Deschampsia cespitosa), la bistorte (Persicaria bistorta), le scirpe des bois (Scirpus sylvaticus), le populage (Caltha palustris), du pâturin commun (Poa trivialis), de la houlque laineuse (Holcus lanatus), du jonc à tépales aigus (Juncus acutiflorus), ...

- prés à joncs à tépales aigus (Juncus acutiflorus), se présentant souvent en peuplements denses, auxquels se mêlent le crépis des marais (Crepis paludosa), le lotier des fanges (Lotus pedunculatus), la patience des prés (Rumex acetosa), la renoncule âcre (Ranunculus acris), la fleur de coucou (Lychnis flos-cuculi), l'angélique sauvage (Angelica sylvestris), le cirse des marais (Cirsium palustre), etc.

- prairies abandonnées à reine des prés (Filipendula ulmaria), en mélange avec la valériane officinale (Valeriana officinalis), l'angélique sauvage (Angelica sylvestris), la renoncule rampante (Ranunculus repens), la vesce en épis (Vicia cracca), la prêle des marais (Equisetum palustre), le jonc épars (Juncus effusus), la bistorte (Persicaria bistorta), ainsi que de nombreuses espèces prairiales comme la houlque laineuse (Holcus lanatus), le dactyle aggloméré (Dactylis glomerata), le trèfle rampant (Trifolium repens), le pâturin commun (Poa trivialis), etc.

- pâtures permanentes intensives, à la flore banalisée.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A compléter

Biblio

, 1946, L'éodévonien de l'Ardenne et des régions voisines., Mémoire de l'Institut de Géologie de l'Université de Louvain, 16 : 598 pp.
, Considérations pour un plan d'action agro-environnemental sur le territoire du parc naturel Hautes-Fagnes Eifel., Société provinciale d'industrialisation. Liège, Palais provincial. 479 pp. + nombreuses cartes.
, 1986, Carte d'évaluation biologique de la Belgique. Texte explicatif de la feuille 56. 72 pp., Ministère de la Santé publique et de la Famille. Institut d'Hygiène et d'Epidémiologie. Centre de coordination de la carte d'évaluation biologique. Rue Wytsmans 14, 1050 Bruxelles.
, 1997, Centaurea nigra. Sa description, son écologie, sa distribution dans nos régions., Adoxa, n° 15/16 : 29-32.
, 1982, Planification écologique illustrée par la démarche d'un plan écologique : le cas de la vallée de l'Our dans le Parc Naturel Hautes Fagnes Eifel., Nordeifel, Environnement, 4, 3-17.
, 1973, Recherches phytosociologiques sur les forêts feuillues de la vallée de l'Our., Bull. Jard. Bot. Nat. Belg., 43 : 101-186.
, 1971, Le Parc naturel de Hautes Fagnes et de l'Eifel., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 73 : 148-155.
, 1975, Carte des sols de la Belgique. Texte explicatif de la planchette de Schoenberg 171'B et Gross-Bohlscheid 180'B., I.R.S.I.A., 96 p.
, 1970, Notes sur la flore d'Ouren., Bull. Trim. du Cercle Culturel M.A. Libert, Malmédy, 18 : 21-25.
, 1975, Les landes, les pelouses et prairies semi-naturelles du plateau des Hautes Fagnes et d'Elsenborn (Belgique). I. Aspects floristiques, phytosociologiques et phytogéographiques. II. La végétation des landes d'Europe occidentale., Colloques phytosociologiques, 2 : 13-36.
, 1965, Carte géologique de la Belgique à l'échelle du 1/25.000. Saint-Vith - Schönberg 233 (levé par R. LEGRAND)., Bruxelles, Institut géographique militaire.

Divers

Sources

NATURA 2000

Répondants de l'information

Oliver SCHOTT (SPW-DEMNA-DNE).

Date de la dernière modification de la fiche

2019-12-11