Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1127 - Warchenne

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Malmedy
Cantonnements DNF :Malmédy
Surface :13.45 ha
Coordonnées :X Lambert : 269922 - Y Lambert : 125043
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le site de la vallée de Warchenne se trouve dans la vallée du cours d'eau qui lui a donné son nom, à proximité immédiate de Malmedy. L'intérêt de ce site est écologique et paysager. Ces prés humides sont soit encore exploités intensivement, soit en voie de restauration via une gestion appropriée. En ce qui concerne la flore, on rencontre des mégaphorbiaies à Filipendula ulmaria et Phalaris arundinacea, des jonchaies à Juncus effusus et J. acutiflorus, des prés humides à Ranunculus acris et Holcus mollis, de denses peuplements de Scirpus sylvaticus, de belles haies et des zones d'eau dans les cuvettes. Peu de données sont actuellement disponibles sur la faune, le martin pêcheur et le cincle plongeur fréquentent la Warchenne. Les odonates sont nombreuses autour des mares. La réserve naturelle RNOB se trouvant sur ce site fera prochainement l'objet d'une demande d'agrément.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L2 - Ardenne septentrionale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Bevercé13.45 haMALMEDYLIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Malmédy13.45 haMalmédy

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Réserves Naturelles RNOB - Natagora:
Malmedy, Division 3, Section C, n° 156a, 158c
Walter Bodarwé, 22 chemin de la Cense, 4960 Malmedy :
Malmedy, Division 3, Section C, n° 48, 49, 50, 51a, 52a, 53, 54a, 55a, 56, 57, 58
(= situation au 01/01/99)

Privé(s) Non  ONG Oui  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Daniel Batteux, 1 Vinâve du Vieux Moulin, 4960 Malmedy.

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6715Warchenne4,22 ha

Biotopes

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Natrix natrixOuiOui
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon1999
Plantes - Plantes supérieures
Menyanthes trifoliata
Petasites hybridus
Scutellaria minor
Wahlenbergia hederacea

Commentaires sur la faune

Avifaune :
La rivière et les zones humides qui l'entourent sont régulièrement parcourues par la bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea), le cincle plongeur (Cinclus cinclus) et le héron cendré (Ardea cinerea).
Le martin-pêcheur (Alcedo atthis) était l'hôte le plus remarquable que l'on pouvait observer sur la Warchenne. Il est malheureusement devenu très rare et ce en raison d'une détérioration de la qualité de l'eau résultant de l'activité d'une carrière à Waimes, quelques kilomètres en amont du site.

Herpétofaune :
Dans les endroits de la réserve naturelle où subsistent des eaux stagnantes, il est aisé d'observer la grenouille rousse (Rana temporaria) et le triton alpestre (Triturus alpestris). La couleuvre à collier (Natrix natrix) trouve dans la réserve naturelle le gîte et le couvert, malgré sa grande discrétion, elle est parfois observée. Le lézard vivipare (Zootoca vivipara) se rencontre occasionnellement le long du chemin.

Entomofaune :
Depuis plusieurs années, la réserve naturelle de la Warchenne et ses environs font l'objet d'un suivi entomologique (bulletin Cercle M-A Libert. n°2 /1997. pages 21, 22, 23, 24. Geoffrey Miessen). Deux espèces rares méritent d'être mentionnées :
- Aloconota pfefferi (Roubal) (Coloptera, Staphylinidae), un staphylin ripicole dont c'était la première donné en Belgique
- Laphria ephippium (Diptera, Asilidae), une grande mouche prédatrice qui n'avait plus été observée en Belgique depuis 1954.
Deux lépidoptères intéressants ont été observés en 1999 sur ce site, il s'agit du bombyx du chêne (Lasiocampa quercus) et du Grand Mars changeant (Apatura iris).

(source : dossier de demande d'agrément, 1999)

Commentaires sur la flore

Menyanthes trifoliata, Petasites hybridus, Scutellaria minor, Wahlenbergia hederacea
(source : dossier de demande d'agrément, 1999)

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation de la valeur biologique et paysagère du fond de vallée de la Warchenne. Le site permet l'observation de la dynamique naturelle d'un tronçon non aménage du cours d'eau.

Menaces

Pollution sédimentaire du cours d'eau par les rejets d'une carrière de schiste située à quelques centaines de mètres en amont de la réserve naturelle.

Recommandations

- agrandissement et consolidation de la réserve naturelle par l'acquisition de parcelles supplémentaires ;
- développement et recherche de nouveaux partenariats pour la gestion de la réserve naturelle par le pâturage extensif.

Plan de gestion

D'une façon générale, la gestion de la réserve naturelle de la Warchenne vise le maintien et la restauration d'une mosaïque de végétations fortement diversifiées et des populations animales inféodées aux zones humides et rivières.
Depuis sa création, plusieurs chantiers de gestion ont été mis en oeuvre dans la réserve naturelle de la Warchenne. La première action a été la mise hors d'usage des drains dans l'objectif de restaurer le régime hydrique du site. Par la suite le site a été fauché (tardivement avec exportation) d'abord entièrement (collaboration d'un cultivateur local), ensuite partiellement à l'aide d'une motofaucheuse. Le site s'étant fortement réhumidifié, il est rapidement devenu inaccessible pour les engins agricoles.
Une tentative de pâturage extensif avec du bétail d'élevage a également été tentée mais a du être abandonnée suite au même problème que celui cité précédemment soit la forte réhumification du site.
Un pâturage tardif et extensif est prévu sur l'entièreté du site. Pour ce faire, il est suggéré d'utiliser du bétail rustique particulièrement adapté aux conditions hydriques et climatiques du site de la Warchenne (par exemple du type Galloways).
Le pâturage se fera préférentiellement entre le 1er juillet et le 30 septembre de chaque année. Pour ce faire 4 bêtes seront utilisées. Il est prévu de tenter de trouver un éleveur local qui y mettra son propre bétail.
Les quelques zones de la réserve où subsiste de l'eau stagnante seront recreusées de façon à les étendre et à aménager plusieurs niveaux d'eau.

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Détails

Description physique

Le site de la Warchenne (province de Liège, commune de Malmedy) est situé en Haute-Ardenne, à proximité du plateau des Hautes Fagnes. Elle s'étire en bordure du cours d'eau qui lui a donné son nom, soit la Warchenne, petit affluent de l'Amblève (bassin Mosan).

La réserve naturelle RNOB de la Warchenne se trouve dans la plaine alluviale du cours d'eau. Le versant gauche de la vallée est relativement pentu et occupé par des plantations résineuses, le versant droit est moyennement pentu et essentiellement occupé par des pâtures.

En septembre 1998, suite à des inondations, une partie des eaux de ce cours d'eau a dévié de son lit et coule actuellement au milieu du site, cette situation confère à l'ensemble un plus au niveau écologique et paysager.

Les maisons se trouvant en périphérie de Malmedy jouxtent la vallée concernée. La ligne de chemin de fer Malmedy-Waimes la traverse. Un chemin très parcouru par les promeneurs longe la réserve sur toute sa longueur, du point de vue paysager et biologique cette portion de la Warchenne présente un intérêt indéniable. Cet aspect des choses mérite d'être souligné dans la mesure où en amont une zone de loisir (Val d'Arimont) à détruit d'anciennes prairies humides tandis qu'en aval c'est l'urbanisation des rives qui a définitivement défiguré la vallée.

L'altitude minimum est de 380 mètres.

Description biologique

De part les pratiques agricoles intensives menées anciennement sur ce site pendant de nombreuses années, l'intérêt biologique de cette réserve naturelle est pour l'instant en dessous de ce qu'il pourrait-être.

Actuellement, la partie la plus intéressante, qui est relativement représentative de ce que l'ensemble pourrait-être, est une petite zone se trouvant à l'Ouest du site et ayant échappé au drainage et au pâturage intensif. Ailleurs, la flore a fortement été influencée par les méthodes agricoles modernes. Il faut remarquer que malgré cela, cette réserve naturelle compte près de 150 espèces de plantes différentes.

Le site de la Warchenne est caractérisé par 3 zones bien différenciées :

1. Petite parcelle à l'Ouest du site (30 ares) . Prés humide de fauche abandonné depuis une quinzaine années.

Malgré sa petite taille, cette parcelle présente plusieurs formations intéressantes régulièrement observées dans les fonds de vallée. Il est possible d'y observer la jonchaie à Juncus acutiflorus, le bas-marais acide à Menyanthes trifoliata, Viola palustris, Carex nigra, des fragments de pelouse acidophile à Nardus stricta, la mégaphorbiaie à Filipendula ulmaria avec Scirpus sylvaticus, le prés humide semi-naturel à Angelica sylvestris, Persicaria bistorta ou Deschampsia cespitosa et quelques fragments de tourbière caractérisés par la présence de Sphagnum sp. D'autres espèces intéressantes comme Wahlenbergia hederacea ou Scutellaria minor peuvent localement être observées.

2. Bordure du chemin longeant la limite Nord de la réserve naturelle. Haie caducifoliée et talus herbeux.

Entre la plaine alluviale de la Warchenne et le chemin bordant la site se trouve un talus partiellement occupé par une haie. Cette dernière présente un intérêt certain puisque c'est 15 espèces d'arbres et arbustes qui la constitue avec Corylus avellana, Fagus sylvatica, Quercus robur, Betula pendula, Malus sylvestris, Sorbus aucuparia, Frangula alnus, Acer pseudoplatanus, Salix caprea, Crataegus monogyna, Prunus spinosa, Prunus avium, Prunus padus, Sambucus nigra et Rosa canina. Cette haie a localement été regarnie lors de journées de gestion. Le reste du talus est occupé par une végétation herbacée typique des lisière forestière ou des talus mésophiles (bords de chemins). On y rencontre ainsi des plantes comme Potentilla erecta, Senecio jacobaea, Hieracium pilosella, Hypericum maculatum, Campanula rotundifolia, Digitalis purpurea, Veronica chamaedrys, Teucrium scorodonia, Stellaria holostea, Deschampsia flexuosa ou Calluna vulgaris.

3. Plaine alluviale de la Warchenne. Prairies humides soustraites à l'agriculture intensive depuis 1995.

L'usage agricole dont cette zone a fait l'objet pendant de nombreuses années a fortement influencé sa flore avec la large dominance des graminées (quatorze espèces), les plus répandues sont Holcus lanatus, Holcus mollis, Dactylis glomerata, Bromus hordeaceus, Agrostis capillaris, Phleum pratense, Alopecurus pratensis ou Lolium perenne. Ranunculus acris est également une espèce très abondante localement. En plus des espèces typiques des prairies amendées (Bellis perennis, Heracleum sphondylium, Trifolium pratense, Rumex obtusifolius, Plantago lanceolata, ...) il est possible d'observer quelques plantes inféodées aux prés humides . C'est notamment le cas de Myosotis palustre, Juncus acutiflorus, Cirsium palustre, Caltha palustris, Achillea ptarmica ou Ranunculus flammula.

Les berges de la Warchenne sont caractérisées par la présence d'une quarantaine de vieux Alnus glutinosa et sont également fortement eutrophisées, ce qui se traduit par la dominance de plantes comme Urtica dioica, Galium aparine, Filipendula ulmaria ou Petasites hybridus.

Depuis la mise hors d'usage des drains, la prairie s'est fortement réhumidifiée. Avec la mise en place d'une gestion plus appropriée, la végétation commence à se modifier avec notamment le développement de plantes comme Phalaris arundinacea, Juncus acutiflorus ou Deschampsia cespitosa.

L'avifaune comprend différentes espèces intéressantes. La rivière et les zones humides qui l'entourent sont régulièrement parcourues par la bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea), le cincle plongeur (Cinclus cinclus) et le héron cendré (Ardea cinerea). Le martin-pêcheur (Alcedo atthis) était l'hôte le plus remarquable que l'on pouvait observer sur la Warchenne. Il est malheureusement devenu très rare et ce en raison d'une détérioration de la qualité de l'eau résultant de l'activité d'une carrière à Waimes, quelques kilomètres en amont du site.

Plusieurs espèces d'amphibiens et de reptiles peuvent y être rencontrés. Dans les endroits de la réserve naturelle où subsistent des eaux stagnantes, il est aisé d'observer la grenouille rousse (Rana temporaria) et le triton alpestre (Ichthyosaura alpestris). La couleuvre à collier (Natrix natrix) trouve facilement le gîte et le couvert, malgré sa grande discrétion. Le lézard vivipare (Zootoca vivipara) se rencontre occasionnellement le long du chemin.

L'entomofaune demeure largement méconnue, malgré l'attention portée par quelques entomologistes locaux (voir par ex. MIESSEN, 1997). Deux espèces rares méritent d'être mentionnées:
- le coléoptère Aloconota pfefferi, un staphylin ripicole dont c'était la première donnée en Belgique;

- l'asilidé prédateur Laphria ephippium, une grande mouche prédatrice qui n'avait plus été observée en Belgique depuis 1954.

Parmi les papillons de jour, on signale notamment le grand mars changeant (Apatura iris).

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Comme les autres fonds de vallées ardennais, la vallée de la Warchenne a été largement exploitée au cours des siècles précédents et ce dans le cadre d'une économie agro-pastorale. C'est ainsi que, jusqu'il y a quelques dizaines d'années, ces prés humides ont été exploités par les populations locales comme prés de fauches pour produire du fourrage pour le bétail ou du foin de litière. Cette intervention humaine fût bien entendu capitale puisque, en son absence, la prairie humide aurait évolué vers la forêt.
Suite à la mécanisation agricole, certains fonds de vallées ardennaises ont été délaissés par l'agriculture moderne, d'autres ont été reconvertis. C'est le cas des prés humides occupant la plaine alluviale de la Warchenne puisque la plupart d'entre eux ont rapidement été drainés pour ensuite être exploités intensivement comme pâtures. Cette situation a persisté jusqu'il y a peu, c'est-à-dire jusqu'à la création de la réserve naturelle.
Rapidement, la décision de mettre les drains hors d'usage a été prise ce qui a été effectué en 1995. Depuis le site se réhumidifie et la flore originelle a entamé sa recolonisation. Afin de favoriser la biodiversité, des opérations de fauchage ont été réalisées sur une partie de la surface. En bordure du chemin et de la rivière, des arbres ont été plantés.

Biblio

Divers

Sources

RNOB

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB NATAGORA