Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1195 - Ancienne Carrière Michelet

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Bois Michelet
Communes :Viroinval
Cantonnements DNF :Viroinval
Surface :9.17 ha
Coordonnées :X Lambert : 170541 - Y Lambert : 84836
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

L'ancienne carrière Michelet a entaillé la partie supérieure du versant droit, très abrupt, de la vallée d'un affluent du Viroin, le Ri de Wel. Elle comprend une excavation complètement boisée d'un intérêt floristique mineur, une excavation plus récente dont le fond présente une végétation diversifiée et une vaste pente couverte de déblais gréseux qui s'étend sur près de 600 m de longueur et descend jusqu'à la plaine alluviale du ruisseau. Le haut de ce long pierrier est occupé par un étroit replat où se maintiennent tant bien que mal quelques minuscules lambeaux de pelouse silicicole du Thero-Airion, avec Filago minima et Aira praecox.Outre son intérêt floristique, le site possède un très grand intérêt herpétologique (six espèces de reptiles). L'entomofaune, encore insuffisamment étudiée, y compte plusieurs espèces rares, en particulier le criquet des pins Chorthippus vagans qui est abondant sur le pierrier.Cette carrière de grès est intégrée dans le site Natura 2000 'Bassin ardennais du Viroin'.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L1 - Thiérache belge

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Treignes9.14 haVIROINVALNAMUR
Vierves-sur-Viroin0.03 haVIROINVALNAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Viroinval9.17 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Oui

Propriétaire(s)

Commune de Viroinval.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

A compléter

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNon1 ex.1997donnée du Centre Marie-Victorin
Bufo bufoOuiNonprésence1997donnée du Centre Marie-Victorin
Salamandra salamandraOuiNonreproduction dans le ruisseau en contrebas1997?donnée du Centre Marie-Victorin
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNonreproduction2004CGraitson (2005) et Centre Marie-Victorin
Coronella austriacaOuiOuireproduction?2004Graitson (2005) et Centre Marie-Victorin
Natrix natrixOuiOuireproduction2004Graitson (2005) et Centre Marie-Victorin
Podarcis muralisOuiNonreproduction2007A. Remacle;Graitson (2005); Centre Marie-Victorin
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Argynnis paphiaNonNon2007A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Chorthippus vagansabondant2007AA. Remacle
Gomphocerippus rufus2007A. Remacle
Oedipoda caerulescensAssez abondant2007A. Remacle
Omocestus rufipes2007A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Camponotus ligniperdaplusieurs nids1995J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hémiptères
Stagonomus bipunctatus1998K. Hofmans et J.-Y. Baugnée
Plantes - Plantes supérieures
Aira praecox2007A. Remacle
Centaurium erythraea1997CA. Remacle
Epilobium lanceolatum2007A. Remacle
Filago minimaPlusieurs centaines2007A. Remacle
Pyrola minor1981De Sloover
Sedum forsterianum2007A. Remacle
Trifolium aureum1985Centre Marie-Victorin

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 1

Commentaires sur la faune

Amphibiens
Présence de Salamandra salamandra, Bufo bufo et Alytes obstetricans (données du Centre Marie-Victorin).

Reptiles
Le site présente un très grand intérêt pour les reptiles puisque six espèces y ont été observées, la reproduction étant prouvée pour Podarcis muralis (population importante), Lacerta vivipara, Anguis fragilis et Natrix natrix.

Insectes
- Orthoptères: Oedipoda coerulescens, Omocestus rufipes, Gomphocerippus rufus et Chorthippus vagans, espèce particulièrement intéressante qui abonde sur le pierrier et son replat supérieur (voir aussi Hofmans et Barenbrug, 1986).

Commentaires sur la flore

Aira praecox (présent sur l'étroit replat à la bordure supérieure du pierrier), Sedum forsterianum (plusieurs plages dans le fond de l'excavation médiane - signalé comme 'très abondant' par De Sloover et al., 1981) et Filago minima (étroit replat dominant le pierrier). Une station de Pyrola minor, non revue lors de notre prospection, y a été signalée par De Sloover et al. (1981).
Jasione montana semble absent du site alors qu'il est abondant notamment sur le chemin qui mène à la carrière.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'une grande carrière de grès dont le pierrier, incluant son replat supérieur et son contact avec la plaine alluviale du ri de Wel, est remarquable non seulement pour la végétation mais aussi pour l'herpétofaune et l'entomofaune.

Menaces

- Colonisation par les ligneux, déjà très importante dans l'excavation médiane, la plus récente, et sur le replat dominant le pierrier.

Recommandations

- Déboisement et débroussaillement de certains secteurs afin d'y maintenir une grande biodiversité.
- Obtention du statut de réserve naturelle (site prioritaire pour la partie ardennaise du sud de l'Entre-Sambre-et-Meuse).

Plan de gestion

Sans objet actuellement (mais site Natura 2000).

Accès du public

Sans objet.

Détails

Description physique

Situation générale: Ce complexe d'excavations est localisé à 2 km au SSW de Treignes et à 1,25 km à l'ESE de Vierves-sur-Viroin. Il a été creusé à flanc de coteau à la partie supérieure du versant droit, très abrupt, de la vallée du Ri de Wel, affluent du Viroin.
On y a extrait du grès du Couvinien.
Description du site: Cette vaste carrière, accessible par un sentier aboutissant à l'extrémité nord-ouest du site (au niveau du replat), comprend plusieurs secteurs contigus.
- L'excavation septentrionale, désaffectée depuis plus longtemps, est complètement boisée; elle a entaillé le sommet de l'interfluve formé par le ri de Wel et le Viroin et est limitée par une falaise haute de plus de 10 m. Une ancienne rampe monte dans l'excavation; celle-ci est parcourue du SW vers le NE par un sentier qui aboutit, au sommet du relief, dans une tranchée puis sur un petit pierrier (non prospecté).
- L'excavation médiane, qui correspond à l'excavation la plus récente et la plus étendue, est limitée par une falaise haute de 25-30 m maximum, très irrégulière, avec de petits bancs rocheux subverticaux et de nombreux replats colonisés par une végétation assez abondante où les ligneux sont encore peu denses. Le fond de la cavité est déjà fort fermé suite au développement important des ligneux; sa végétation herbacée y reste cependant intéressante, en particulier vers l'ouest où subsistent davantage de plages ouvertes.
- Un replat, large de 15-20 m maximum, longe tout le site vers le sud-ouest et domine la pente couverte de déblais. Ce replat est une zone très intéressante sur le plan biologique par la présence de lambeaux de pelouses silicicoles.
- Une vaste pente couverte de déblais de la carrière (pierrier) s'étend sur près de 600 m de longueur et est globalement orientée vers le sud-ouest; elle descend à certains endroits jusqu'à l'étroite plaine alluviale du Ri de Wel. Cette pente visible de loin, qui forme un éboulis souvent instable, est plus ou moins colonisée par les ligneux selon les endroits.
- Une petite excavation est localisée vers le sud-est (non prospectée).
Fréquentation du site: Faible.
Présence de déchets: Aucun dans la partie supérieure. Présence en 1997 de petits versages dans la vallée.
Environnement du site: Bois.

Description biologique

Les ligneux, globalement très abondants, qui ont colonisé ce site depuis l'arrêt de son activité appartiennent aux espèces suivantes: Betula pendula, Quercus robur, Q. petraea, Acer pseudoplatanus, Salix caprea, Populus tremula, Prunus avium, Carpinus betulus, Cornus sanguinea, Euonymus europaeus, Corylus avellana, Sambucus racemosa, Rosa canina, Crataegus monogyna, Prunus spinosa, Ribes uva-crispa, Ilex aquifolium, Cytisus scoparius, Lonicera periclymenum, Clematis vitalba,...

Sur l'étroit replat dominant la pente pierreuse poussent des espèces du Thero-Airion, comme Rumex acetosella, Trifolium arvense, Filago minima, Hieracium pilosella, Aira praecox et Vulpia bromoides, ainsi que diverses autres plantes, telles que Silene nutans, Hypericum perforatum, Lepidium campestre, Fragaria vesca, Potentilla argentea, Echium vulgare, Teucrium scorodonia, Veronica officinalis, Picris hieracioides, Vulpia myuros,... Les bryophytes y sont abondantes (presque 100% par endroits) et les ronces y deviennent envahissantes. Sur la vaste pente pierreuse orientée vers le sud-ouest se développent Teucrium scorodonia, Epilobium lanceolatum, Senecio viscosus, Helleborus foetidus, Allium oleraceum, Rubus sp.,...

Le fond de l'excavation médiane est déjà fort envahi par les ligneux. La strate herbacée est bien développée à certains endroits. Elle est composée en mélange d'espèces silicicoles et calcicoles (voir aussi De Sloover et al., 1981), d'espèces de pelouses et d'ourlets, notamment Stellaria graminea, S. holostea, Silene nutans, Rumex acetosa, Malva moschata, Sedum forsterianum (probablement en régression suite au boisement), Potentilla neumanniana, P. argentea, Fragaria vesca, Trifolium arvense, Lathyrus sylvestris (assez abondant), Lotus corniculatus, Euphorbia cyparissias, Thymus pulegioides, Origanum vulgare, Clinopodium vulgare, Teucrium scorodonia, Veronica officinalis, V. chamaedrys, Melampyrum pratense, Linaria vulgaris, Digitalis lutea, Galium mollugo, Valeriana repens, Hieracium sabaudum, H. pilosella, H. laevigatum, Solidago virgaurea, Senecio ovatus, S. viscosus, S. jacobaea, Mycelis muralis, Picris hieracioides, Leontodon hispidus, Agrostis capillaris, Deschampsia flexuosa, Anthoxanthum odoratum, Festuca spp.,... Les lichens sont abondants dans les parties plus pierreuses.
Sur la falaise poussent des ligneux peu denses, des ronces et clématites et une strate herbacée assez abondante, composée notamment de Rumex scutatus, Epilobium angustifolium, Teucrium scorodonia, Thymus pulegioides, Dryopteris filix-mas, Polypodium vulgare, Asplenium trichomanes, etc.

L'excavation nord, désaffectée depuis plus longtemps, est complètement boisée: Betula pendula, Quercus sp., Corylus avellana,..., avec, au sol, des ronces, Vaccinium myrtillus et Calluna vulgaris (peu abondants), Teucrium scorodonia, Melampyrum pratense, Succisa pratensis, Deschampsia flexuosa, Dryopteris filix-mas, D. dilatata,... Son intérêt floristique est inférieur à celui de l'excavation médiane.

D'autres plantes ont été signalées par le Centre Marie-Victorin (données de 1985 - B. Clesse, in litt.): Scleranthus annuus, Sedum rupestre, Trifolium aureum, Polygala vulgaris, Carlina vulgaris et Inula conyzae.
Un recensement des bryophytes avait été réalisé dans le site en 1980 (De Sloover et al., 1981).

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Occupation du site avant exploitation: ?
Matériau(x) extrait(s): grès du Couvinien.
Référence sur carte DPPGSS: Treignes 1 (partie la plus récente).
Référence des fiches ULB (1996): 5860302, 5860303 et 5860304.
Déroulement de l'exploitation: non documenté.
Réaffectation prévue (dans autorisation): ?
Réaffectation effective: laissé en l'état.

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)