Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

128 - Heyoule

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Réserve naturelle Charles Tihon
Communes :Bassenge
Cantonnements DNF :Liège
Surface :29.34 ha
Coordonnées :X Lambert : 241709 - Y Lambert : 163824
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

La réserve naturelle de Heyoule à Eben-Emael fut la première créée dans le massif de la Montagne Saint-Pierre. Le site fut connu au départ pour la richesse de son entomofaune (surtout les Hyménoptères Aculéates) en rapport avec une flore pollinifère et nectarifère très variée. Les espèces thermophiles y sont en fait favorisées par la nature crayeuse du sous-sol, et le microclimat qui règne dans cette partie de la basse vallée du Geer. La flore calcicole (parnassie des marais, plusieurs orchidées...) se concentre dans les diverses pelouses calcaires et les talus thermophiles plus ou moins recolonisés, profondément entaillées par d'anciennes carrières de silex et de tuffeau, des milieux fréquentés aussi par des batraciens comme le crapaud calamite, par des oiseaux comme la pie-grièche écorcheur ou le faucon hobereau, ou encore par des mammifères comme le blaireau. Les anciennes galeries de tuffeau sont le lieu d'hibernation de plusieurs espèces de chauves-souris. Certaines parcelles attenantes à la réserve naturelle ne sont pas encore protégées, malgré leur intérêt. C'est le cas notamment des vieux vergers de hautes-tiges entre la réserve et les cultures de plateau. La gestion s'effectue par le fauchage ou par le pâturage ovin extensif, profitant de l'existence d'une race locale particulièrement adaptée à cette tâche. L'extension des carrières Marnebel avoisinantes pourrait constituer une menace sérieuse pour le site. (Auteur : J-L. Gathoye).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • D0 - Hesbaye

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Ében-Émael29.34 haBASSENGELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège29.34 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site classé depuis le 18-02-1949.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
117Heyoule29,34 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Cricetus cricetusOuiOuià confirmer. observé dans le passéCh. Tihon
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo calamitaOuiOui1997
Ichthyosaura alpestrisOuiNon1997
Lissotriton vulgarisOuiNon1997
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon1997
Coronella austriacaOuiOui1997
Podarcis muralisOuiNon1997
Zootoca viviparaOuiNon1997
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Melanargia galatheaNonNon1997
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria2004R. Van Herck
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Gryllus campestrisHofmans et al. (1989)
Leptophyes punctatissimaHofmans et al. (1989)
Oedipoda caerulescensDisparuHofmans et al. (1989)
Omocestus rufipesHofmans et al. (1989)
Platycleis albopunctataDisparuHofmans et al. (1989)
Stenobothrus lineatusHofmans et al. (1989)
Plantes - Plantes supérieures
Cephalanthera longifoliaP. Delforge
Coeloglossum viride
Cuscuta epithymum
Dactylorhiza fuchsii
Epipactis helleborine
Gentianella germanica1997
Listera ovata
Ophrys apifera
Orchis anthropophora
Orchis militaris
Orchis moriodisparue du site1978
Parnassia palustris
Platanthera bifolia
Platanthera chlorantha
Rhamnus cathartica

Commentaires sur la faune

Mammifères :
Vulpes vulpes, Meles meles, Mustela nivalis, M. erminea, Martes foina, Eliomys quercinus, Sciurus vulgaris, Erinaceus europaeus, Oryctolagus cuniculus, Lepus europaeus hantent la réserve. Circetus cricetus fut également observé dans le passé à Heyoule. Sa présence actuelle mériterait d'être confirmée (1999, RNOB).
Les carrières souterraines sont riches en chauves-souris. Les espèces suivantes ont été observées (par ordre d'importance) : Myotis mystacinus, M. daubentonii, M. dasycneme, Plecotis auritus, Myotis natterei, Eptesicus serotinus, Myotis brandti, M. myotis (dernière observation en 1961), Rhinolophus hipposideros (dernière observation en 1973), R. ferrum-equinum (dernière observation en 1975).

Avifaune :
Parmi les oiseaux on signale sans plus de précision les pics, le loriot, les linottes, le rouge-queue à front blanc, la pie-grièche écorcheur, les pouillots...

Herpétofaune :
Anguis fragilis, Bufo bufo, Bufo calamita, Coronella austriaca, Lacerta vivipara, Podarcis muralis, Rana temporaria, Rana esculenta, Triturus alpestris et T. vulgaris sont présents.

Entomofaune :
Le site est d'une grande richesse entomologique (PETIT et RAMAUT, 1978). Déjà MARECHAL en 1963 écrivait que Heyoule était un véritable 'Paradis des insectes'. On a pu dénombrer 282 espèces différentes d'Hyménoptères Aculéates (Apoïdes 177 espèces, Vespiformes 108 espèces). Parmi les Lépidoptères Melanargia galathea atteint ici la limite septentrionale de son aire de distribution. Cupido minimus et Thyris fenestrella sont présents également. Heyoule constitue une des rares localités belges des Diptères Occemyia dinstincta, Myennis octopunctata, Oncodes gilbbosus...
(données JL. Gathoye, 1997)

Commentaires sur la flore

Aceras antropophorum, Acinos arvensis, Centaurium erythrea, Cirsium acaule, Coeloglossum viride, Colchicum autumnale, Corydalis solida, Dactylorhiza fuchsii, Epipactis atrorubens, Epipiactis helleborine, Gentianella germanica, Helianthemum nummularium, Linum catharticum, Ophrys apifera, Orchis militaris, Parnassia palustris, Platanthera chloranta, Platanthera bifolia, Rhamnus cathartica, Saxifraga granulata, S. tidactylites, Sedum sexangulare, Viola canina
Orchis morio, jadis présente, a disparue du site en 1978.
(données JL. Gathoye, 1997)

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Le site a été classé en 1949. La commune d'Eben-Emael ne se souciant pas de sa protection (exploitation de marne, pratique de moto-cross, dépotoir,...), M. Tihon, ancien conservateur, a proposé d'y créer une réserve naturelle (première réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre) (d'après Saintenoy-Simon, 1994).

Protection d'un ensemble de milieux de grand intérêt botanique, entomologique et mammalogique, représentatifs du massif de la Montagne Saint-Pierre : pelouses calcaires, parois verticales sans végétation, galeries souterraines (d'après la fiche RNOB, 1999).

Menaces

Bien que le site soit classé depuis 1949, l'Administration communale a permis la remise en production d'une champignonnière abandonnée. Des bâtiments ont été construits sans autorisation. L'exploitant déverse ses déchêts d'exploitation sur le versant du site et brûle des bois et des plastiques sur l'aire de parking de la réserve !
- Un agriculteur entrepose du matériel dans l'entrée d'une grotte faisant partie de la réserve naturelle.
- La gestion par pâturage a du être suspendue en raison d'actes de vandalisme sur les clôtures installés sur le site.
- Le pillage des stations d'orchidées rares est régulièrement constaté.
- A moyen terme, l'avenir de la réserve naturelle risque d'être compromis par l'extension des carrières Marnebel avoisinantes (d'après la fiche RNOB, 1999).

Recommandations

- délimiter le pourtour exact de la réserve naturelle à l'aide d'un géomètre expert
- redémarrer la gestion par le pâturage

Plan de gestion

Réserve pilote pour la gestion de la Montagne Saint-Pierre. Première réserve gérée par les moutons.
Le plan de gestion de la réserve naturelle RNOB de la Heyoule vise la conservation et/ou la restauration des communautés animales et végétales caractéristiques des pelouses xérophiles, des parois verticales et des galeries souterraines, milieux représentatifs du massif de la Montagne Saint-Pierre. Les mesures suivantes sont actuellement appliquées :
- pelouses calcaires : débroussaillement et contrôle de l'extension des lisières forestières, fauchage estival et pâturage à l'aide d'un troupeau de moutons Mergelland ;
- parois verticales : éradication des arbres et arbrustes susceptibles de recouvrir ces parois de nidification pour les Hymenoptères aculéates ;
- galeries souterraines : éradication des arbres et arbrustes susceptibles de couvrir l'entrée des galeries occupées par des chauves-souris.
En matière de gestion récurrente (pâturage par les moutons et les bovins), le site de Heyoule constitue une réserve pilote pour de la Montagne Saint-Pierre. Le pacage contrôlé à l'aide de moutons Mergelland y a déjà provoqué l'apparition de 18 nouvelles espèces de plantes. Sur les pelouses non pâturées, le fauche a également permis l'extension des stations de plusieurs espèces d'orchidées (d'après la fiche RNOB, 1999).

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Compte-tenu de la configuration du site et du danger de chute (pentes très abruptes), seul Heyoule intermédiaire peut être fréquenté par le public qui peut suivre l'ancien chemin d'exploitation partant du Pont du Vicinal (parking) et aboutissant au début de Heyoule 2.

Cependant, le conservateur accepte d'accompagner des amateurs individuels ou en petits groupes (10 personnes) dans toute la réserve.

Détails

Description physique

Heyoule fait partie du complexe de la Montagne Saint-Pierre. Le site est inséré dans le versant occidental de la terrasse principale de la Meuse, dite 'terrasse Campinienne'. Ce versant a été creusé par le Geer au Pleistocène moyen dans les craies organo-détritiques du Maastrichtien (Crétacé supérieur), riche en fossiles. Certaines couches renferment d'importants bancs de silex.
De PETIT et RAMAUT (1978), nous extrayons le passage suivant : 'Le site est constitué principalement de pelouses sèches profondément entaillées par des carrières de silex et de marne dont l'exploitation est actuellement abandonnée. La nature du sol (marne, tuffeau, silex appartenant au Crétacé supérieur), la configuration topographique (exposition sud de la plus grande partie du terrain, à l'abri des vents froids) font bénéficier ce site d'un microclimat exceptionnellement favorable aux espèces thermophiles. En outre, les déblais marneux des anciennes carrières ont été remarquablement recolonisées par une végétation calcicole très variée'.
La réserve naturelle de Heyoule domine des vergers établis sur la rive droite du Geer. D'une superficie d'environ 4 hectares, cette réserve comprend également une carrière souterraine de silex, la carrière de Robin-Thier, d'un développement de 230 mètres de galéries (d'après la fiche RNOB, 1999).

Description biologique

La Montagne Saint-Pierre est considérée, à juste titre, comme une station où vivent des plantes et des animaux à caractère méridional, voir subméditerranéen. Pour ces espèces, la Montagne Saint-Pierre constitue souvent la limite septentrionale de leur aire de répartition. Ces espèces recherchent des habitats chauds et ensolleillés (espèce thermophiles); elles sont adpatées à la sècheresse (espèces xérophiles) et au sol calcaire (espèces calcicoles).
Le site de Heyoule se compose de trois parties appelées conventionnellement (du nord au sud) Heyoule I, pelouse intermédiaire et Heyoule II.
Heyoule I.
Ce site se compose :
- d'un replat situé à l'endroit d'un ancien atelier de débitage de silex (épinçage) que l'on a recouvert d'une couche de 50cm de marne. Il était jadis occupé par une friche à Tanacetum vulgare, Rubus sp., en voie de colonisation par les saules (principalement Salix caprea) et par Rosa canina.
Actuellement, il est caractérisé par la présence de nombreux éléments des Molinio-Arrhenatheretea et de l'Arrhenatherion (CORINE 38.2) (Plantago lanceolata, Holcus lanatus, Trifolium pratense, Medicago lupulina, Dactylis glomerata, Arrhenatherum elatius, Festuca pratensis, Picris hieracioides). Rhinanthus minor y est assez abondant (LEJEUNE et VERBEKE, 1984, tableau I, relevés 1A à 5A);
- d'un versant exposé à l'ouest et au nord-ouest colonisé par un inextricable mélange d'espèces relevant de l'Arrhenatherion (CORINE 38.2) et du Mesobromion (CORINE 34.3222) et même du Violion caninae (CORINE 35.1). Lors de la création de la réserve, ce versant était colonisé par Betula pendula, Quercus robur, Crataegus monogyna et Brachypodium pinnatum. Après abattage des arbustes et 5 années de fauchage, le site était occupé déjà en 1984 par une pelouse ouverte, riche en espèces de l'Arrhenatherion (voir plus haut) et du Mesobromion (Avenula pubescens, Lotus corniculatus, Carex flacca, Pimpinella saxifraga, Sanguisorba minor, Brizia media, Rhinanthus minor, Linum catharticum, Bromus erectus,...) et du Violion caninae (Potentilla erecta, Danthonia decumbens,...).
Parnassia palustris à connu dans ce site, un très grand développement (LEJEUNE et VERBEKE, 1984, tableau I, relevés 1B à 9B);
- d'un deuxième replat dominant le site, encore cultivé pendant la dernière guerre, envahi maintenant par Brachypodium pinnatum, Lotus cornicularus, Hypericum dubium, Galium verum, Pimpinella saxifraga, Centaurea gr. jacea, Festuca rubra, Avenula pubescens, Agrostis capillaris, Cuscuta epithymum, Colchicum autumnale, etc.
PELOUSE INTERMEDIAIRE
La pelouse intermédiaire montre aussi des espèces caractéristiques du Mesobromion et de l'Arrhenatherion (LEJEUNE et VERBEKE, 1984, tableau IV).
HEYOULE II.
Heyoule II comprend quelques petits versants à exposition sud-ouest ou sud. Après débroussaillement du site et plusieurs années de fauchage on y trouve une végétation appartenant au Mesobromion erecti (CORINE 34.3222) (présence de Rhinanthus alectorolophus), enrichie ici aussi d'éléments de l'Arrhenatherion (CORINE 38.2) et du Violion caninae (CORINE 35.1) (Viola canina, Potentilla erecta, Danthonia decumbens,...). La partie supérieure de Heyoule II est pâturée par des vaches depuis longtemps. Il s'agit d'un pré riche en espèces du Lolio-Cynosurion (CORINE 38.11). Cynoglossum officinale est abondant dans ce site (LEJEUNE et VERBEKE, 1984, tableau III).

Monument naturel

Il a été mentionné que le nerprun purgatif (Rhamnus cathartica) de Heyoule serait l'un des plus remarquables spécimens du pays.

Monument historique

Anciennes carrières de tuffeau et de silex. Champignonnières encore en activité sur le site.

Histoire du site

D'après Ferraris, cultures. A la Montagne Saint-Pierre, le déboisement, commencé déjà au Néolithique, s'étendit surtout à partir du XIe siècle. Le défrichement favorisa l'installation de pelouses calcaires qui furent destinées au pacage par les moutons. De petits troupeaux pâturant de manière extensive persistèrent jusqu'au milieu du XXe siècle. Une race de mouton spécialisée s'y est développée, les 'Mergellandschapen' (utilisés aujourd'hui pour la gestion des pelouses). Le berger entretenait les parcours par brûlis, recépage des arbustes, etc. L'abandon des pratiques agro-pastorales provoqua une extension et une diversification de la flore et aussi l'embroussaillement des pelouses (d'après Saintenoy-Simon, 1994).
La présence humaine à la Montagne Saint-Pierre est attestée avec certitude dès le Paléolithique inférieur.
De nombreuses fouilles témoignent d'une présence humaine, très dense à certaines époques, depuis le Paléolithique jusqu'au XXe siècle. A Eben, un squelette du Néolithique fut découvert. Etudié par l'Université de Liège, il fut établi qu'il appartenait au type de Furfooz II. A peu de distance de cette tombe, les archéologues mirent au jour un cimetière mérovingien. C'est cependant la période romaine qui fournit le plus imortant matériel archéologique. Dans la vallée du Geer, chaque village compte une ou plusieurs villas romaines.
Cette importante densité de peuplement a influencé la diversification des écosystèmes. Ce sont surtout les pratiques agro-pastorales (pacage extensif des versants par les moutons), qui ont permis l'établissement et ensuite le maintien des associations végétales originales : les pelouses calcaires.
De petits troupeaux pâturant de manière extensive persistèrent jusqu'au milieu du XXe siècle. Une race de mouton spécialisée s'y est développée, les 'Mergellandschapen' (utilisés aujourd'hui pour la gestion des pelouses). Le berger entretenait les parcours par brûlis, recépage des arbustes, etc. Si l'abandon des pratiques agro-pastorales provoqua une extension et une diversification de la flore, il fut également responsable de l'embroussaillement des pelouses (d'après la fiche RNOB, 1999).

Biblio

, 1991, Centre de Recherche Chéiroptérologique de Belgique N° XI. Les réserves chéiroptérologiques en Belgique., Document de travail de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, 68 : 173 pp.
, 1989, The non-tetrigid Saltatoria (Insecta) of the Belgian chalk grasslands., Comptes rendus du symposium "Invertébrés de Belgique", Bruxelles, pp. 257-263.
, 1984, Floristische notities en de invloed van beheersmaatregelen op de Kalkgraslanden van de Sint-Pietersberg (provincie Luik, België). I. Inleiding en beschrijving van enkele hellingen te Eban-Emael (Bassenge)., Natuurhistorisch Maanblad, 6 : 123-130.
, 1963, Botanique et Entomologie. In: La vallée du Geer. Esquisse générale, géographie, géologie, histoire, archéologie, botanique, entomologie., Publications de la Commission scientifique belgo-néerlandaise pour la Protection de la Montagne Saint-Pierre, 7: 89-132.
, 1978, La vallée du Bas Geer. Prolongement des richesses naturelles de la Montagne Saint-Pierre., Les Naturalistes belges, 59: 2-25.
, 1984, La gestion de la Montagne Saint-Pierre du Néolithique à nos jours., Réserves Naturelles, 1984/5 : 4-11.
, 1974, Les réserves naturelles d'Eben-Emael., RNOB, 21 : 39-44.
, 1990, Expériences de gestion dans un milieu naturel. Les pelouses calcaires de la partie belge de la Montagne Saint-Pierre., Actes du colloque "Gérer la Nature ?", Ministère de la Région Wallonne, Service de la Conservation de la Nature, Travaux n° 15 : 113-126.
, 1984, Vegetatie en beheer van de Kalkgraslanden op de Belgische deel van de Sint-Pietersberg. Werk van einde studiën voorgedragen tot het behalen van de graad van Landbouwkundig Ingenieur., Rijksuniversiteit Gent. Faculteit van de Landbouwwetenschappen. Deel I.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB NATAGORA