Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

134 - Landbruch

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Marais du Landbruch / Landbrouch
Communes :Arlon, Etalle
Cantonnements DNF :Arlon
Surface :154.26 ha
Coordonnées :X Lambert : 247296 - Y Lambert : 40127
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le marais du Landbruch est situé en Lorraine, principalement sur le territoire de la commune d'Arlon, et est inclus en majeure partie dans le camp militaire de Lagland. Il est alimenté par deux ruisseaux qui prennent leurs sources dans le domaine militaire: le ruisseau du Landbruch et celui de l'Engelbach. Le noyau du site est géré en réserve naturelle suite à un accord conclu en 1972 entre la Défense Nationale et les RNOB. Les habitats qui font la renommée de ce site sont tout à fait remarquables: complexe de bas-marais alcalins et acides, tourbière bombée à sphaignes, tapis inondé de prêle des eaux, grandes étendues de caricaies à laîche paniculée, mares avec tapis flottant de trèfle d'eau, vaste aulnaie marécageuse, prairie du Molinion, lande sèches à callune et myrtille, mégaphorbiaie à reine des prés et aconit napel. L'intérêt floristique et faunistique du site est exceptionnel.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M0 - Lorraine belge

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Hachy80.58 haARLON (partim ???)LUXEMBOURG
Heinsch53.07 haARLONLUXEMBOURG
Toernich9.74 haARLONLUXEMBOURG
Vance10.87 haETALLELUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Arlon154.26 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site classé par A.R. du 27/09/1972.

Propriétaire(s)

Défense nationale.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Oui

Gestionnaire

Conservateur: Julien Noël, rue du Muselbur 4, 6700 Arlon (tél. : 063/22.08.30).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
123Landbruch154,26 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Accipiter gentilisOuiNon
Asio otusOuiNon
Bonasa bonasiaOuiOui1998P. Verté
Gallinago gallinagoOuiOuiHivernant régulier (max. 20 ex.)2011P. Verté
Pernis apivorusOuiNon
Rallus aquaticusOuiNonPrésence2009M. Paquay, J.-Y. Baugnée
Strix alucoOuiNon
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Lacerta agilisOuiOui1 mâle (pont de Sampont)2009J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon2004BGT Lycaena (div. obs.)
Boloria eunomiaOuiOui1992CGT Lycaena (Y. Valenne)
Boloria seleneNonNon2013S. Pierret
Brenthis inoNonNon2013S. Pierret
Melanargia galatheaNonNon2004GT Lycaena (Y. Valenne et al.)
Melitaea cinxiaOuiNon2009P. Goffart
Neozephyrus quercusNonNon2011W. Opdekamp
Nymphalis polychlorosNonNon2004GT Lycaena (div. obs.)
Plebeius argusNonOui1992GT Lycaena (P. Debaiffe)
Pyrgus malvaeNonOui1998GT Lycaena (Y. Valenne et al.)
Satyrium pruniNonNon1998GT Lycaena (Y. Valenne)
Invertébrés - Insectes - Libellules
Aeshna junceaOuiOui1991GT Gomphus
Cordulegaster boltoniiNonNon2004GT Gomphus
Lestes dryasOuiOuiCGT Gomphus
Orthetrum brunneumNonOui1 mâle2004GT Gomphus (J.-Y. Baugnée et al.)
Orthetrum coerulescensOuiOui2010AGT Gomphus
Somatochlora arcticaOuiOui2004AGT Gomphus
Somatochlora flavomaculataOuiOui2004AGT Gomphus
Sympecma fuscaOuiOui2011CGT Gomphus
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Anisosticta novemdecimpunctata2004J.-Y. Baugnée
Demetrias monostigma2004J.-Y. Baugnée
Gonioctena intermedia2007J.-Y. Baugnée
Hippodamia tredecimpunctata5 ex.2004J.-Y. Baugnée, G. San Martin
Hyperaspis campestris> 20 ex.2004AJ.-Y. Baugnée
Odacantha melanura2 ex.2004J. Constant, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Chorthippus montanus2006J.-Y. Baugnée
Conocephalus dorsalis2004G. San Martin, J.-Y. Baugnée
Euthystira brachyptera2009J.-Y. Baugnée
Metrioptera brachyptera2004G. San Martin, J.-Y. Baugnée
Stethophyma grossum2004G. San Martin, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Bombus veteranus2004J.-Y. Baugnée
Formica picea2006J.-Y. Baugnée
Polistes bischoffi1 mâle2004J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hémiptères
Elasmucha ferrugata> 10 ex.2004AJ.-Y. Baugnée, J. Constant
Invertébrés - Mollusques
Vertigo moulinsianaAbondant2011AJ.-Y. Baugnée, G. San Martin, P. Verté
Plantes - Plantes supérieures
Aconitum napellus subsp. lusitanicum2010
Carex appropinquata2011
Carex dioica
Carex lasiocarpa> 7ha2011AP. Verté
Carex lepidocarpa2010
Carex limosa2011
Comarum palustre2010
Corallorhiza trifida1 pied !1992P. Delforge
Dactylorhiza fuchsii10 ex.2012L. Sottiaux
Dactylorhiza incarnata
Dactylorhiza maculata2002Tyteca (2002)
Dactylorhiza maculata subsp. elodes2002Tyteca (2002)
Dactylorhiza majalis10 pieds.2012L. Sottiaux
Dactylorhiza sphagnicola2002Tyteca (2002)
Daphne mezereum2011
Drosera rotundifolia2011
Dryopteris cristata2006
Epipactis helleborine
Epipactis palustris2011
Eriophorum gracile2010
Eriophorum latifolium2010
Eriophorum vaginatum2011
Galium borealeFUL (D. Thoen & F. Guyon)
Hammarbya paludosaÀ confirmer
Juncus squarrosus2011P. Verté
Juncus subnodulosus
Liparis loeselii1 piedParent (1995)
Lycopodium clavatum
Menyanthes trifoliata2011
Nuphar luteaFUL (D. Thoen & F. Guyon)
Parnassia palustris2011
Pedicularis palustris2011
Potamogeton alpinus
Potamogeton polygonifolius
Pyrola minor
Ranunculus lingua2006P. Verté
Ranunculus platanifoliusFUL (D. Thoen & F. Guyon)
Salix repens2010
Scorzonera humilis2006P. Verté
Selinum carvifolia2003P. Verté
Silaum silaus2010
Thelypteris palustris2010
Utricularia minor2006P. Verté
Vaccinium oxycoccos2011
Vaccinium uliginosum2010
Vaccinium vitis-idaea
Plantes - Mousses
Hamatocaulis vernicosusTrès petite station2011AA. Sotiaux, J.-M. Couvreur
Meesia triquetra
Sphagnum fuscum
Sphagnum warnstorfii
Tomenthypnum nitens 2011J.-M. Couvreur

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 3

Commentaires sur la faune

Mammifères: Felis sylvestris, Martes martes, Vulpes vulpes, Capreolus capreolus, Sus scrofa, Pipistrellus pipistrellus

Oiseaux nicheurs du marais et ses environs: Bonasa bonasia, Picus canus, Rallus aquaticus, Locustella naevia, Corvus corax, Dryocopus martius, Anthus trivialis, Ficedula hypoleuca, Phoenicurus phoenicurus, Phylloscopus sibilatrix

Reptiles: Lacerta agilis, Zootoca vivipara, Natrix natrix.

Amphibiens: Rana temporaria.

Odonates (données GT Gomphus 1990-2011): Aeshna cyanea, Aeshna grandis, Aeshna juncea, Aeshna mixta, Anax imperator, Calopteryx splendens, Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Cordulegaster boltonii, Enallagma cyathigerum, Ischnura elegans, Lestes sponsa, Leucorrhinia dubia, Leucorrhinia pectoralis, Libellula depressa, Libellula quadrimaculata, Orthetrum brunneum, Orthetrum cancellatum, Orthetrum coerulescens, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Somatochlora arctica, Somatochlora flavomaculata, Sympecma fusca, Sympetrum danae, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum, Sympetrum vulgatum

Lepidoptères (données GT Lycaena 1990-2010 et Y. Valenne 1998): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Apatura iris, Aphantopus hyperantus, Aporia crataegi, Araschnia levana, Archiearis notha, Argynnis paphia, Boloria aquilonaris, Boloria eunomia, Boloria selene, Brenthis ino, Callophrys rubi, Carterocephalus palaemon, Celastrina argiolus, Clossiana selene, Coenonympha arcania (Y. Valenne), Coenonympha pamphilus, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Lasiommata megera, Limenitis camilla, Lycaena helle (Y. Valenne), Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Melitaea diamina, Neozephyrus quercus, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Plebeius argus, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Polyommatus semiargus, Pyronia tithonus, Satyrium pruni (Y. Valenne), Thecla betulae (Y. Valenne), Thymelicus lineolus, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Commentaires sur la flore

Ptéridophytes et spermatophytes (données R.M. Lafontaine 1997): Aconitum napellus ssp. lusitanicum, Carex appropinquata, Carex dioica, Carex lasiocarpa, Carex lepidocarpa, Carex limosa, Comarum palustre, Dactylorhiza maculata, Drosera rotundifolia, Dryopteris cristata, Epipactis palustris, Eriophorum gracile, Eriophorum latifolium, Eriophorum angustifolium, Eriophorum vaginatum, Geranium sylvaticum, Juncus subnodulosus, Menyanthes trifoliata, Parnassia palustris, Pedicularis palustris, Pinus sylvestris (individus indigènes ?), Potamogeton alpinus, Pyrola minor, Salix repens, Scutellaria galericulata, Silaum silaus, Thelypteris palustris, Vaccinium oxycoccos, Vaccinium uliginosum, Vaccinium vitis-idaea.

Certaines espèces rarissimes ont été observées dans le passé et seraient à rechercher: Corallorhiza trifida (observé en 1983 et en 1992 ?), Hammarbya paludosa (observé en 1976), Liparis loeselii (observé en 1987).

Bryophytes (données P. De Zuttere 1994): Hamatocaulis (= Drepanocladus) vernicosus, Kurzia pauciflora, Meesia triquetra, Plagiomnium elatum, Scapania paludicola, Spagnum capillifolium, Sphagnum fuscum, Sphagnum imbricatum (= Sphagnum affine), Sphagnum warnstorfii

Champignons (données M. Paquay 2004): Phaeogalera sphagnina (espèce rare), Amanita excelsa.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'un complexe marécageux de grande valeur biologique, abritant de nombreuses espèces animales et végétales rares et menacées.

Menaces

L 'envahissement de grandes parties du marais (un des plus remarquables de Wallonie) par les ligneux (bouleaux, saules, aulnes) progresse au détriment des éléments les plus intéressants de la flore et de la faune. Des interventions de gestion (coupes de ligneux) ont été entamées dans le grand diverticule sud, dans le secteur amont du marais, avec des résultats favorables pour deux espèces d'Odonates prioritaires au moins (S. arctica et S. flavomaculata) (d'après Goffart, Mars 1999: Rapport ISB).

L'évolution récente du marais, suite à un reboisement naturel de plus en plus généralisé qui entraîne une fermeture du milieu, conduira à terme à la disparition des groupements les plus remarquables (et de leurs faunes associées) comme les cariçaies à Carex limosa, les bas-marais neutrophiles etc. Le colmatage naturel des trous d'eau et des zones d'eau libre entraine lui aussi une perte de diversité et contribue à la dégradation de la qualité de l'ensemble du marais (d'après la fiche RNOB, 1999).

Recommandations

La poursuite des coupes de ligneux s'impose, de façon à réouvrir les parties les plus intéressantes du marais. Le creusement de fosses d'extraction de tourbe est à préconiser dans certaines zones du marais afin de fournir de nouveaux sites de reproduction potentiels pour les libellules; on évitera toutefois de créer ces fosses dans des zones de grand intérêt botanique ou dans des zones où subsistent des suintements afin de ne pas détruire d'éventuels gîtes larvaires pour les Odonates.
Un plan de gestion a été réalisé récemment par l'IRSNB, à l'instigation des RNOB (d'après Goffart, Mars 1999: Rapport ISB).

Plan de gestion

Les objectifs principaux de la gestion sont le maintien et la restauration d'une mosaïque de végétations fortement diversifiées et des populations animales spécialisées des marais et des landes acides, avec en particulier :
- le maintien du caractère ouvert de la végétation et donc la limitation de la recolonisation forestière,
- la restauration, l'interconnexion et l'extension des végétations de bas-marais alcalins et acides et des espèces qui s'y trouvent,
- le maintien des pins indigènes dans le marais (un travail d'identification de ces pins reste à faire)
- le maintien des mégaphorbiaies dans la partie aval du marais et en particulier l'extension des populations d'Aconit napel,
- la restauration de la lande à vacciniées et callunes des abords du marais.
En première approximation, il est proposé:
- pour la partie marécageuse du Landbruch, de revenir à la situation du début des années 1970, telle qu'elle est décrite par Parent (complexe marécageux à caractère faiblement boisé, voir photo aérienne de 1972)
- pour les terrains plus secs, et en particulier les landes à callunes qui entouraient le marais avant leur plantation en pin sylvestre, une restauration au moins partielle de la situation ancienne. Ce travail aurait également comme avantage de limiter la prolifération des semis de pins dans le marais.
En vue d'atteindre ces objectifs, un plan de gestion détaillé a été élaboré en 1998 par R.M. Lafontaine (IRSNB).
Dès 1997, la gestion a été réactivée et une partie du site a déjà été déboisé (coupe et élimination des jeunes pins sur la tourbière vallicole). Depuis 1999, le site bénéficie également d'un programme Life-Nature ce qui permettra d'accélérer la restauration du site.

Accès du public

Propriété du Ministère de la Défense Nationale dont l'accès est formellement interdit (sauf autorisation).

Détails

Description physique

Le marais du Landbruch se trouve dans la partie Nord du domaine militaire de Lagland qui comprend également le champ de manoeuvre de Stockem et le champ de tir de Lagland. Il est situé sur le territoire des anciennes communes de Heinsch, Hachy et Vance. L'altitude moyenne en bordure des marais est de 360 mètres et atteint 425 mètres au sommet de la montagne de Stockem. Le marais est alimenté par le ruisseau de Landbruch qui prend sa source au pied de la montagne de Stockem et l'Engelbach, qui prend sa source dans le champ de manoeuvre de Stockem. Ces deux cours d'eau deviennent marécageux au voisinage de la réserve et c'est à leur confluent que le marais atteint sa plus grande largeur. L'émissaire du marais, appelé Landbrucherbach prend bientôt le nom de ruisseau des Fanges. Ce ruisseau finit par aboutir dans les marais de Vance par le ruisseau du Moulin. Le marais comporte trois diverticules.

Le marais du Landbruch s'étend sur une superficie d'environ 90 hectares au milieu du bois de Fouches. Il est alimenté pas deux cours d'eau qui prennent leur source dans le domaine miltaire, après avoir alimenté les étangs de la pisciculture de Heckweise, traverse le Heiderbusch et reçoit plusieurs affluents. Il voit son cours devenir franchement marécageux et traverse alors une aulnaie marécageuse de belle venue dans la partie amont du marais proprement dit. C'est à la confluence des deux ruisseaux que le marais atteint sa plus grande largeur; plus bas, il devient de plus en plus étroit. L'émissaire du marais prend le nom du ruisseau des Fanges dès son entrée sur la commune de Vance et conflue avec le ruisseau du Trou de Longwy, qui prolonge le ruisseau de Lagland. C'est la fin du complexe marécageux du Landbruch qui, relié aux marais de Vance par le chenal du Moulin, va se jeter dans la Semois non loin de Chantemelle.

Le marais est situé au sud des affleurements hettangiens et sinémuriens qui forment la cuesta sinémurienne. Il repose sur des schistes et grès de Virton ainsi que sur les calcaires sableux d'Orval.
Avec des pluies abondantes durant toute l'année et des hivers rigoureux, le vallon du Landbruch, pourtant peu éloigné du secteur atlantique, accuse un climat à tendance continentale. Certaines espèces atlantiques sont d'ailleurs absentes, comme Erica tetralix, Genista anglica, Narthecium ossifragum, Eleocharis acicularis. Par contre, de nombreuses espèces continentales, sub-continentales et boréo-alpines s'y rencontrent. L'élément montagnard est également représenté par Aconitum napellus, Arnica montana, Ranunculus platanifolius, Geranium sylvaticum, etc... Le climat de la région peut donc être qualifié de 'submontagnard médio-européen.

Le marais du Landbruch est une des zones noyaux de la Zone de Protection Spéciale Sinémurienne désignée en application de la Directive européenne 79/409 relative à la protection des oiseaux sauvages et de leurs habitats.

Le marais du Landbruch a également été proposé par la Région Wallonne comme Zone Spéciale de Conservation en application de la Directive européenne 92/42 (Directive Faune-Flore-Habitats).

Description biologique

Le marais du Landbruch est l'une des zones humides les plus remarquables de Wallonie. Il présente une flore et une végétation d'une diversité exceptionnelle. Sa traversée permet d'admirer une mosaïque de groupements uniques, dont certains n'existent plus qu'ici. D'après GUIOT (1969) on peut y observer:

- une cariçaie à Carex limosa (Caricetum limosae) dans laquelle on peut rencontrer Carex lepidocarpa, C. disticha, C. paniculata, C. appropinquata, C. diandra, Eriophorum gracile, Pedicularis palustris, Parnassia palustris, Epipactis palustris, Dactylorhiza maculata, D. majalis, D. incarnata, Vaccinium oxycoccos, Drosera rotundifolia, etc.;

- une cariçaie à Carex lasiocarpa (Caricion lasiocarpae);

- une cariçaie à Carex vesicaria (Caricetum rostrato-vesicariae) avec des variantes à Carex paniculata ou Eriophorum angustifolium;

- une cariçaie à Carex acutiformis et C. paniculata, piquée de Salix repens et riche en sphaignes (Caricetum acutiformo-paniculatae);

- une jonchaie à Juncus acutiflorus avec localement Carex limosa (Juncion acutiflori);

- une tourbière bombée à Eriophorum vaginatum, Vaccinium uliginosum, etc.;

- une moliniaie acidophile;

- une boulaie pubescente à Molinia caerulea (Betuletum pubescentis);

- une aulnaie pionnière;

- une aulnaie eutrophe inondée en permanence dans laquelle s'observent deux fougères très rares: Thelypteris palustris et Dryopteris cristata ainsi que Dryopteris carthusiana et l'hybride D. cristata x D. carthusiana (Carici elongatae-Alnetum), avec également Daphne mezereum et Prunus padus;

- une chênaie acidophile (Quercion robori-petreae) dans laquelle les coupes sont envahies par les espèces habituelles (Epilobion angustifolii);

- une lande à Calluna vulgaris résultant de l'exploitation abusive de la chênaie sessiliflore, avec Genista pilosa, Lycopodium clavatum (Calluno-genistetum), Corynephorus canescens et Cladonia sp., sur substrat sec et sableux;

- des plantations de pin sylvestre à flore herbacée acidophile;

D'après R.-M. LAFONTAINE (1998):

La vallée du Landbruch montre, outre un ensemble habituel de groupements végétaux humides évoluant vers des groupements acides, une succession beaucoup plus rare dont l'évolution conduit à des groupements neutrophiles. C'est cette dernière succession qui est l'élément le plus remarquable du site.

Les habitats prioritaires les plus intéressants du marais du Landbruch sont :

- un bas-marais à Carex lasiocarpa envahi par les sphaignes ;

- des fragments de marais flottants à Carex diandra (unité importante pour Liparis loeselii - peut-être encore présente ici) ;

- des bas-marais à Carex flava et/ou lepidocarpa ;

- des tapis bas, flottants ou tremblants à Carex limosa et C. lepidocarpa ;

- des tourbières de transition à buttes de sphaignes colorées, y compris des buttes à vacciniées ;

- de grandes étendues de touradons à Carex paniculata et, localement, Carex appropinquata ;

- un tapis inondé de prèles des eaux, Equisetum fluviatile ;

- des cariçaies à Carex rostrata et C. vesicaria ;

- des bas-marais acides à laîches du Caricetum fuscae s.l. ;

- des mares à Eriophorum angustifolium, des tapis flottants à trèfle d'eau, Menyanthes trifoliata, des radeaux à trèfle d'eau et comaret ;
- des tapis de mousses brunes ;

- des éléments d'une molinaie alcaline (Eu-Molinion) ;

- une mégaphorbiaie riche en Aconitum napellus subsp. lusitanicum et la prairie à bistorte (Persicaria bistorta); au Landbruch, ces deux derniers groupement ne forment guère que des clairières au sein de l'aulnaie.

On retrouve aussi quelques fragment de chênaie acidophile, des fourrés de transition où dominent Salix cinerea, Salix aurita et Frangula alnus, une très grande aulnaie marécageuse à sphaignes, accompagnées localement d'éléments d'aulnaie neutrocline, et une boulaie pubescente.

Des surfaces importantes de landes à callune (Calluna vulgaris) et myrtille (Vaccinium myrtillus) ont été enrésinées dans les années 1950, principalement avec des pins sylvestres (Pinus sylvestris). La végétation de la lande à éricacées s'est souvent maintenue en sous-bois et un sous-étage de bourdaie (Frangula alnus) se développe particulièrement bien dans certaines parties.

Anciennement, une association à Potamogeton alpinus, P. polygonifolius et Chara vulgaris existait dans le marais du Landbruch. Il y avait aussi une colonisation de fosses d'exploitation de tourbes par Juncus bulbosus et des fragments de marais flottants à Rhynchospora alba.

L'évolution récente du marais, suite à un reboisement naturel de plus en plus généralisé qui entraîne une fermeture du milieu, conduira à terme à la disparition des groupements les plus remarquables (et de leurs faunes associées) comme les cariçaies à Carex limosa, les bas-marais neutrophiles etc. Le colmatage naturel des trous d'eau et des zones d'eau libre entraine lui aussi une perte de diversité et contribue à la dégradation de la qualité de l'ensemble du marais.

La flore du Landbruch présente des caractéristiques exceptionnelles, en raison notamment de la présence d'un grand nombre d'espèces rares et spécialisées. Si certaines d'entre-elles semblent avoir disparu, il n'est cependant pas exclu d'y retrouver un jour certaines espèces observées dans le passé, comme les orchidées Corallorhiza trifida (observé en 1983), Hammarbya paludosa (noté en 1976) et Liparis loeselii (une observation en 1987).

L'intérêt bryologique du marais est également exceptionnel. Une mousse rarissime, Hamatocaulis vernicosus, y trouve son unique station wallonne actuellement connue ! Cette espèce d'intérêt communautaire y a été observée à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie, notamment par A. SOTIAUX et tout récemment par J.-M. COUVREUR (2011). Son écologie est tout à fait particulière: elle n'évolue en effet que dans les zones de contact entre des suintements riches en bases et des eaux nettement plus acides, une exigence qu'elle partage avec une autre mousse très rare, Tomenthypnum nitens, également présente au Landbruch.

La faune du Landbruch est prestigieuse, comme en témoignent les longues listes d'espèces rares disponibles pour divers groupes taxonomiques.

L'avifaune fut étudiée jadis par GUIOT (1969) dont voici quelques éléments synthétiques:

- dans l'aulnaie pionnière formée de fourrés inextricables de saules et d'aulnes sont installés Rallus aquaticus, Phylloscopus trochilus et des espèces recherchant l'ombre et la fraîcheur comme Sylvia borin, Erithacus rubecula, Parus palustris, P. montanus, Picus canus, Turdus merula, Sylvia atricapilla, Phylloscopus collybita. Anas platyrhynchos y niche;

- les zones marécageuses peu arborées et plus ou moins buissonnantes abritent Gallinago gallinago (nicheuse), Emberizia schoeniclus, Locustella naevia et des oiseaux généralement liés à des milieux plus secs comme Phoenicurus phoenicurus, Prunella modularis;

- la périphérie du marais, constituée de chênaies acidophiles ou de pinèdes, est le domaine de Anthus trivialis, Sitta europaea, Garrulus glandarius, Coccothraustes coccothraustes, Dendrocopos medius, Phylloscopus sibilatrix, Dryocopus martius, Bonasia bonasia, Regulus regulus, R. ignicapillus, Parus cristatus, P. ater et en lisière, Sylvia communis;

- les prédateurs sont représentés par Buteo buteo, Pernis apivorus, Accipiter gentilis, A. nisus, Asio otus, Strix aluco. Beaucoup plus rarement, Circus cyaneus, C. pygargus, Falco tinnunculus et F. subbuteo ont été observés survolant le marais. Picus viridis, Dendrocopos major, Scolopax rusticola, Caprimulgus europaeus nichent aux alentours de la réserve.

Des oiseaux fréquentent le site au cours de leurs migrations comme Tringa totanus, T. ochropus, Grus grus, Oriolus oriolus, etc. Un certain nombre d'espèces qui nichaient jadis au Landbruch ont disparu comme Botaurus stellaris, tandis que Porzana porzana y a peut-être niché.

Les papillons de jour (ou rhopalocères) regroupent pas moins de 42 espèces sur le marais et ses pourtours. L'élément le plus remarquable, à savoir Boloria aquilonaris, encore nommé le nacré de la canneberge, y est présent en plusieurs endroits. Par contre, Boloria eunomia et Lycaena helle, deux espèces liées à la bistorte, ne semblent pas avoir été observés récemment.

Les odonates sont représentés par au moins 28 espèces dont Aeshna juncea, Calopteryx virgo, Cordulegaster boltonii, Leucorrhinia dubia, Leucorrhinia pectoralis (occasionnel), Libellula quadrimaculata, Orthetrum coerulescens, Somatochlora arctica, Somatochlora flavomaculata, Sympecma fusca, Sympetrum danae, Sympetrum vulgatum.

Parmi les mollusques, la présence de Vertigo moulinsiana mérite d'être relevée. Cette espèce d'intérêt communautaire occupe en effet ici une situation assez originale par rapport aux autres stations wallonnes connues. Cet escargot lié principalement aux marais alcalins se cantonne essentiellement sur les touradons de Carex paniculata (BAUGNEE et al., 2006).

Histoire du site

Au 18ème siècle, le vallon du Landbruch s'étendait en plein bois: la carte de Ferraris ne mentionne ni marais, ni tourbières, seulement quelques zones marécageuses, mais également boisées, aux environs des sources.

Au 19ème siècle, le marais du Landbruch est bien délimité et offre un aspect semblable à celui des cartes du 20ème siècle, les trois diverticules et l'île qui se dresse entre le Landbruch et l'Engelbach étant déjà représentés. L'île, excepté la pointe, est recouverte de feuillus; par contre, elle est aujourd'hui entièrement plantée de résineux. Quant à la partie sud du Landbrucherbach, elle est bordée de 'prés-sarts', maintenant remplacés par des plantations de pins sylvestres.

Biblio

, 1988, Demande d'agrément 1988 pour la réserve naturelle de Fouches., RNOB. Dossier n°9.
, 1988, Demande d'agrément 1988, pour la réserve naturelle de Sampont., RNOB. Dossier n°5. 130 pages.
, 1989, Demande de subvention 1988 pour la réserve naturelle de Vance (Fontaine des Malades)., RNOB. Dossier n°11, 10 pages.
, 1986, Demande de subvention, année 1985 pour la réserve naturelle de Sampont., RNOB. Dossier n°5.
, 1987, Demande de subvention, année 1986 pour la réserve naturelle des Marais de la Haute Semois. C. Sampont, RNOB. Dossier n°3, 14 pages.
, 1987, Demande de subvention, année 1986 pour la réserve naturelle des Marais de la Haute Semois. D. Fouches., RNOB. Dossier n°3, 11 pages.
, 1973, Vance, Heinsch, Landbruch., RNOB, 1973 : 71-73.
, 1985, Minéralisation de l'azote dans une séquence de sols hydromorphes de la vallée de la Haute Semois (Belgique)., Acta Oecologice. Oecol. Plant., 6 : 183-192.
, 2008, Delphacidae nouveaux et intéressants pour la faune belge (Hemiptera: Fulgoromorpha)., Bulletin de la Société royale belge d'Entomologie, 144: 95-100.
, 2005, Quelques Diptères remarquables du camp militaire de Lagland (Arlon, province de Luxembourg, Belgique)., Notes fauniques de Gembloux, 58 : 3-6.
, 2006, Sur la présence du gastéropode Vertigo moulinsiana en Lorraine belge, avec quelques notes de malacologie et d'entomologie hivernales dans les marais de la Haute Semois., Natura Mosana, 59 (1) : 5-25.
, 1951, Le vase moulé ou sigillé de Chantemelle., Bull. Trim. Inst. Archéol. Luxemb., 3 : 33-37.
, 1998, Lagland et ses richesses., Imprimerie des Forces Armées, 64 pp.
, 1986, Les plus belles réserves naturelles de Belgique., Reader's Digest, Bruxelles, 304 pp.
, 1985, Section "Orchidées d'Europe". Bilan des activités 1983-1984., Les Naturalistes belges, 66 : 5-16.
, 1983, Section "Orchidées d'Europe". Rapport des activités 1981-1982., Les Naturalistes belges, 64 : 89-92.
, 1984, Section "Orchidées d'Europe". Rapport des activités 1982-1983., Les Naturalistes belges, 65 : 97-105.
, 1967, Evolution du paysage végétal du Bas-Luxembourg depuis le Pleni-Würm, Thèse de doctorat, Université Catholique de Louvain, 2 tomes, 434 pp.
, 1969, Recherches palynologiques en Gaume, au Pays d'Arlon, en Ardenne méridionale (Luxembourg belge) et au Gutland (Grand-Duché de Luxembourg), Acta Geographica Lovaniensis, 8 : 1-193.
, 1948, Près de Vance, il y a marais et fanges., Natura Mosana, 1 : 53-56.
, 1977, Où en est la pollution de la Semois? Situation comparée 1959-1975 - Prévisions., Les Naturalistes belges, 58 : 119-133.
, 1978, Etude préliminaire des peuplements de diatomées benthiques de la Haute Semois en vue d'une évaluation biologique des eaux., Etude des eaux superficielles du bassin de la Meuse, la Semois : 9-24.
, 1969, Contribution à l'étude des sphaignes du district lorrain belge., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 102 : 249-255.
, Contribution à l'étude des Bryophytes du district lorrain belge. Ce texte est vraisemblablement resté à l'état de manuscrit., Lejeunia.
, 1944, Aperçu phytogéographique et phytosociologique des tourbières de l'Ardenne luxembourgeoise., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 76 : 11-16.
, 1949, Classification phytosociologique des tourbières d'Europe., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 81 : 59-129.
, 1948, Contribution à l'étude des tourbières de Lorraine. La tourbière eutrophe à Carex lasiocarpa (Caricetum diandro-lasiocarpae) dans les marais de la Haute Semois, entre Sampont et Vance., Lejeunia, 12 : 5-28.
, 1978, Eutrophisation., Rapport technique final CEE-FUL. Ecosystèmes aquatiques d'eau douce.Fasc. 3. Arlon. Ed. FUL.
, 1957, Villers-Tortru, Sampont., Le Pays Gaumais, 18: 52.
, 1963, La Wateringue du bassin de la Semois jurassique. Etude agraire et sociale., L'Alliance Agricole, 16 pages.
, 2001, Gestion des milieux semi-naturels et restauration des populations menacées de papillons de jour., Ministère de la Région Wallonne, Direction générale des Ressources naturelles et de l'Environnement, Travaux n° 25, 125 pp.
, 1969, Etude écologique de l'avifaune d'un marais forestier en Lorraine., Mémoire de Licence, UCL, 238 pages.
, 1969, Etude palynologique du marais de Vance., Acta Geographica Lovaniensa., 7 : 113-139.
, 1979, Les marais de la Haute Semois., Cellule ISIWAL, Inter-Environnement-Wallonie, 168 pp.
, 1982, Progression du vanneau huppé (Vanellus vanellus), de la grive litorne (Turdus pilaris) et du bruant proyer (Emberizia calandra) en Lorraine belge., Aves, 19 : 37-45.
, 2000, Compte-rendu de l'excursion du 18 juillet 1999 en Gaume, ou "peut-on voir 40 espèces de libellules en une journée en Wallonie ?"., Gomphus, 16 (1) : 106-110.
, 1994, Compte-rendu de l'excursion du 4 juillet 93 en Gaume., Gomphus, 10 (1) : 25-27.
, 2005, Lithobius pelidnus (Haase, 1880): a new species for the Belgian fauna (Myriapoda Chilopoda)., Bulletin de la Société royale belge d'Entolomogie, 141: 19-20.
, 1912, Pour la protection de la nature en Belgique., H. Lamertin, Bruxelles, 308 pp.
, 1959, Histoire de Vance., Annal. Instit. Archéol. Luxemb., 65 : 382 pages.
, 1954, Le Trias et le Jurassique du Sud-Est de la Belgique., In "Prodrome d'une description géologique de la Belgique", pages 385-416.
, 1956, La chaussée romaine de Reims à Trèves., Pays Gaumais, 17 : 91-115.
, 1938, Principaux groupements végétaux observés dans le district jurassique belge au cours de l'herborisation organisée par la Société royale de Botanique de Belgique en 1937., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 70 : 148-161.
, 1972, Tombelles gallo-romaines à Hachy., Archaeol. Belg., 134 : 35 pages.
, 1967, Découverte archéologique dans la vallée de la Semois à Sampont., Bull. Inst. Archéol. Luxemb., 43 : 39-45.
, 1980, Gestion des marais de la Haute Semois., Réserves naturelles, 27 : 80-82.
, 1968, La nécropole romaine du Hunenknepchen à Sampont (commune de Hachy)., Archaeol. Belg., 106 : 136 pages.
, 1966, La réserve de Vance., Bull. RNOB, 1966 : 96-99.
, 1965, La réserve naturelle des marais de Vance en 1965., Bull. RNOB, 1965 : 94-104.
, 1972, Les marais de la Haute Semois: Vance, Sampont, Heinsch., Bull. RNOB, 1971: 42-44.
, 1972, Les marais de la Haute Semois: Vance, Sampont, Heinsch., Bull. RNOB, 1972 : 48-52.
, 1964, Les marais de Vance., Bull. RNOB, 1964 : 112-124.
, 1979, Mais où sont les trouffis d'antan?, Le Glettonnov, 1979.
, 1974, Marais de la Haute Semois. Une décennie de lutte pour leur sauvegarde., Bull. RNOB, 21 : 69-70.
, 1967, Marais de Vance., Bull. RNOB, 1967 : 71-74.
, 1979, Quelques activités dans les réserves de la Haute Semois., Bull. RNOB, 1979 : 70-72.
, 1971, Tombes romaines et mérovingiennes au Promberg à Fouches (commune de Hachy)., Bull. Instit. Archéol. Luxemb., 1971 : 45-78.
, 1970, Vance 1968-1969., Bull. RNOB, 1969 : 82-88.
, 1971, Vance., Bull. RNOB, 1970 : 56-57.
, 1977, La richesse floristique actuelle du marais de Heinsch (Lorraine belge)., Bull. RNOB, 25 : 80-81.
, 1980, La synécologie et la dynamique des végétations dans les biotopes humides, en vue d'une gestion écologique des paysages., Thèse de Doctorat, Fondation Universitaire Luxembourgeoise, Arlon, 3 tomes, 470 pp.
, 1977, La végétation du marais de Heinsch (lorraine belge)., Dumortiera, 7 : 31-37.
, 1982, Notes chorologiques et écologiques sur la flore vasculaire de la province de Luxembourg (Belgique)., Lejeunia, 108: 1-41.
, 1967, Excursion du 21 juillet 1967 dans le terrain militaire de Stockem., Natura Mosana, 20 (4) : 97-103.
, 1993, Les Orchidées du terrain militaire de Stockem-Lagland (Arlon, Belgique)., Les Naturalistes belges, 74 (3): 86-92.
, 1973, Les sites Jean Massart du Bas-Luxembourg., Ardenne et Gaume, Monographie n° 10, 111 pp.
, 1969, L'herborisation générale de la Société royale de Botanique de Belgique dans le district lorrain belge et la vallée de la Chiers, 1-3 juin 1968, Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 102 (2): 435-466.
, 1973, Notes chorologiques et écologiques sur la flore de la province de Luxembourg., Lejeunia N.S., 68: 1-88.
, 1969, Quelques sites à vocation scientifique du district jurassique en Belgique., Parcs nationaux, 24 : 3-17.
, 1966, Rapport sur l'opportunité de la sauvegarde et l'urgence du classement du site de Landbrouch en limite septentrionale du terrain militaire de Stockem (province de Luxembourg)., Document non publié, 15 pp.
, 1978, Evaluation de la qualité des eaux de la Haute Semois par diverses méthodes applicables aux Protozoaires., La Semois : 31-63.
, 1967, La nidification du busard cendré (Cyrcus pygargus) en Lorraine belge en 1967., Aves, 4 : 80-87.
, 1864, Troisième herborisation de la Société Royale de Botanique de Belgique: Bas-Luxembourg, vallée de la Semois., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 3 : 314-335.
, 1992, Les libellules (Insecta Odonata) dans les mares, mardelles et bras-morts de la Haute-Semois: répartition et écologie., Les Cahiers des Réserves Naturelles, 1 : 11-19.
, 1976, Les roselières de la Haute Semois., Bull. RNOB, 24 : 10-16.
, 1976, Zones humides et recherche fondamentale en écologie végétale., Parcs Nationaux, 31 : 217-224.
, 1913, Le Tomberg et la tranchée Piccolomini à Vance (Luxembourg)., Annales Soc. Roy. Archéol. Bruxelles, 27 : 101-106.
, 1920, La Semois et ses affluents., Touring Club de Belgique. 324 pages.
, 1986, Hammarhya paludosa (L.) 0. Kuntze, retrouvé dans le district ardennais dès 1980, est présent aussi en Lorraine belge., Dumortiera, 36 : 25-26.
, 1954, Cimetière romain du Haut-Empire à Fouches (Hachy, Luxembourg)., Ann. Instit. Archéol. Luxembourg, 85 : 169-260.
, 1953, Les cimetières romains de Fouches et Chantemelle., Parcs Nationaux, 8 : 103-105.
, 1954, Un cimetière du milieu du premier siècle à Chantemelle., Le Pays Gaumais, 15 : 75-121.
, 1967, Les forêts de la Lorraine belge., Gembloux. Duculot.
, 1975, Curage et rectification des rivières ardennaises., Parcs nationaux, 30 : 26-38.
, 1981, Quelques observations d'orchidées en Belgique., Les Naturalistes belges, 62 : 264-274.
, 2002, Samedi 29 juin: Prospections botaniques dans le camp militaire de Lagland (Arlon)., Les Barbouillons, 207: 80-83.
, 1943, Contribution à l'étude de la dispersion des oiseaux nicheurs en Lorraine Belge., Le Gerfaut, 38 : 1-31.
, 1952, Contribution à l'étude des bas-marais de Belgique., Bulletin du Jardin Botanique de l'Etat, Bruxelles, 22 : 1-64.
, 1951, Landes tourbeuses et tourbières bombées à sphaignes de Belgique (Ericeto-Sphagnetalia Schwickerath, 1940), Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 84: 157-226.
, 1958, Les principaux paysages botaniques de la Gaume., Les Naturalistes belges, 39 : 89-99.
, 1964, Initiation à la géologie de la Gaume., Linneana Belgica, 1964 : 3-31.
, 1972, Le vallon du Landbruch (Lorraine belge)., RNOB, 1972 : 52-55.
, 1971, Recherches phytosociologiques et palynologiques dans le vallon du Landbruch (Lorraine belge)., Bull. Jard. Bot. Nat. Belg., 41 : 293-352.

Divers

Sources

RESNAT
OFFH
RNOB

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB NATAGORA
D. THOEN, F. GUYON, et O. SEBAB, Fondation Universitaire Luxembourgeoise, Arlon.