Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1374 - Le Lineri

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Revers des Godias / Abannets
Surface :73.386 ha
Coordonnées :X Lambert : 165372 - Y Lambert : 85715

Intro

Brève description

Le Lineri occupe un méandre du Viroin, entre les villages de Dourbes et d'Olloy. Il s'agit d'une imposante colline calcaire, aujourd'hui en grande partie boisée, et qui correspond au prolongement oriental du site bien connu des Abannets. La formation végétale la mieux représentée est la chênaie-charmaie à primevère officinale. On y rencontre également de la hêtraie calcicole, des fragments d'érablière de ravin à scolopendre, une frênaie alluviale à scille et anémone fausse-renoncule, etc. Le buis est fréquent dans le sous-bois. Ici et là subsistent également l'un ou l'autre lambeau de pelouse calcicole mésophile. Quelques rochers calcaires exposés sont en outre présents sur le versant sud.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • K1 - Calestienne occidentale

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Commune de Viroinval.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Léon Woué, Centre Marie-Victorin, 21 rue des Écoles, 5670 Vierves-sur-Viroin (tél. 060/39.98.28).

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Martes foinaOuiNon1998K. Hofmans
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Dryocopus martiusOuiNon1998K. Hofmans
Pernis apivorusOuiNon1998K. Hofmans
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Salamandra salamandraOuiNon2 ex.1996J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Mollusques
Abida secale1998K. Hofmans
Chondrina avenacea1998K. Hofmans
Pyramidula rupestris1998K. Hofmans
Plantes - Plantes supérieures
Allium sphaerocephalon1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Anemone ranunculoides1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Buxus sempervirens1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Cephalanthera damasonium1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Cotoneaster integerrimus1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Dactylorhiza fuchsii1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Daphne mezereum1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Epipactis atrorubens1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Epipactis helleborine1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Gagea lutea1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Gymnadenia conopsea1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Juniperus communis1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Limodorum abortivumPrésence actuelle à confirmer1973P. Blondeau (1974)
Listera ovata1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Melica ciliata1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Ophrys insectifera1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Orchis mascula1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Orchis purpurea1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Platanthera chlorantha1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Polygonatum odoratum1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Scilla bifolia1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Teucrium chamaedrys1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Ulmus laevis1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.
Vincetoxicum hirundinaria1998J. Duvigneaud, K. Hofmans et al.

Commentaires sur la faune

Données à compléter.

Commentaires sur la flore

Données à compléter.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un tienne calcaire de grand intérêt scientifique et paysager. Restauration de pelouses mésophiles et xérophiles. Conservation d'une hêtraie calcicole ayant abrité l'orchidée Limodorum abortivum.

Menaces

Recolonisation des fragments de pelouses calcicoles. Etouffement des derniers genévriers.

Recommandations

Réaliser les inventaires faunistiques. Suivre l'effet des gestions. Rechercher Limodorum odoratum, aujourd'hui porté disparu mais peut-être encore présent.

Plan de gestion

Un projet de plan de gestion a été élaboré en 1998 par les collaborateurs du Centre Marie-Victorin. Il prévoit principalement les mesures suivantes :
- la création de quelques clairières dans la pinède du plateau;
- le dégagement de la crête exposée au sud sur toute sa longueur, afin de favoriser l'extension des pelouses mésoexérophiles et des espèces liées;
- le dégagement complet des rochers sur le versant sud-ouest;
- la mise en place de mesures conservatoires des derniers genévriers;
- l'élargissement des layons de chasse et des chemins sur le plateau et le versant sud;
- le traitement du versant sud en taillis simple avec coupe en rotation;
- le vieillissement de la hêtraie calcicole en évitant toute intervention.

Accès du public

Accès libre sur les sentiers.

Détails

Description physique

Le site se présente comme une colline étirée selon un axe est-nord-est/ouest-sud-ouest. Il est entièrement inclus dans un vaste méandre du Viroin. Sa longueur est d'environ 1800 m et sa largeur 500 m. L'altitude dépasse 225 m sur le plateau et est de 147 m au niveau du Viroin. La denivellation totale dépasse les 80 m. Le versant exposé au sud-ouest est le plus abrupt, avec une pente atteignant 60%; le versant sud a une pente de 43%, le versant sud-est 45%, le versant est 27% et le versant nord environ 47%. L'extrémité occidentale du site est percée d'un tunnel ferrovière long de 500 m (voie ferrée exploitée actuellement par le Chemin de Fer Vapeur des 3 Vallées). L'entièreté de la colline repose sur des roches du Frasnien.

Description biologique

Le site est en grande partie boisé et il ne subsiste à l'heure actuelle que quelques fragments de pelouses calcicoles, en particulier sur les quelques affleurements rocheux encore exposés.
Le versant nord est occupé par une chênaie-charmaie avec en sous-bois Buxus sempervirens, Polygonatum verticillatum, Carex digitata,... On y trouve aussi des fragments d'érablière de ravin à Asplenium scolopendrium ainsi que, à l'extrémité occidentale du site, une hêtraie calcicole à Cephalanthera damasonium, Lamium galeobdolon, Anemone nemorosa, Arum maculatum... Un autre fragment de hêtraie se retrouve sur le versant oriental de la colline.
Le plateau est traversé par un chemin et est couvert essentiellement par une pinède à Pinus nigra plantés au début du 20ème siècle.
Sur le flanc sud s'étend une chênaie-charmaie à Primula veris, riche en Narcissus pseudonarcissus, Orchis mascula et aussi localement Orchis purpurea, Ophrys insectifera,... Tilia platyphyllos est abondant sur les pentes les plus raides. Quelques Juniperus communis moribonds et de nombreux arbustes épineux témoignent de la jeunesse de ce boisement. C'est là qu'aurait été trouvé, au début des années 1970, le rare Limodorum abortivum.
Au pied de ce versant est présente une très belle zone alluviale où se développe quelques beaux spécimens d'Ulmus laevis. La strate herbacée s'avère très intéressante, comportant notamment Gagea lutea, Primula elatior, Scilla bifolia, Paris quadrifolia, Anemone ranunculoides, Ranunculus auricomus, Ornithogalum umbellatum, etc.
Des rochers thermophiles sont en outre présents à l'extrémité occidentale, près de l'embouchure du tunnel ferrovière. Ils portent des formations végétales xérothermophiles (principalement Alysso-Sedion et Xerobromion) avec notamment Sesleria caerulea, Melica ciliata, Cardaminopsis arenosa ssp. borbasii, Teucrium chamaedrys, Sedum album, Allium sphaerocephalon, ... Des éléments d'ourlet se rencontrent aussi tels que Cotoneaster integerrimus, Polygonatum odoratum, Viburnum lantana,...
On note encore la présence de fragments de pelouse mésophile (Mesobromion) dans les coupe-feu et en bordure des chemins. Ces pelouses renferment par exemple Vincetoxicum hirundinaria, Helianthemum nummularium, Brachypodium pinnatum, Carex flacca, Galium pumilum, Viola hirta,...
La faune locale a été peu étudiée jusqu'à présent.

Monument naturel

Rochers.

Monument historique

Tunnel ferrovière.

Histoire du site

Le site est un ancien parcours pastoral utilisé très longtemps par les bergers de Dourbes. Une hache datée de l'Age de bronze y a été découverte.
Sur la carte réalisée à l'initiative du comte de Ferraris (1770-1775), l'endroit est occupé par des cultures et des pelouses, seul le flanc nord apparaissant boisé.
Vers 1850, le versant sud est abandonné et s'embroussaille tandis que le plateau continue à être parcouru par les troupeaux.
Au début des années 1870, le pâturage sur le site semble abandonné et les pelouses se reboisent progressivement.
Entre 1923 et 1939, les flancs nord et sud sont boisés et le plateau est massivement enrésiné de pins noirs.
Vers 1970, une grande partie du site est boisé à l'exception de quelques prairies négligées à l'est et d'une zone rocheuse à l'ouest (près du tunnel).

Divers

Sources

Convention A&G

Répondants de l'information

J. DUVIGNEAUD / K. HOFMANS / J. SAINTENOY-SIMON / B. CLESSE / P. BLONDEAU / A. NOIRFALISE /