Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

166 - Marais de Sampont

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Arlon, Etalle
Cantonnements DNF :Arlon
Surface :87.53 ha
Coordonnées :X Lambert : 245684 - Y Lambert : 41313
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le marais de Sampont se localise en Lorraine belge, au sud du village du même nom, sur le territoire de la commune d'Arlon et, pour une petite partie également, sur celle d'Etalle. Comme la plupart des autres marais de Haute Semois, il se situe au pied de la Cuesta Sinémurienne dont il est séparé par la route reliant Arlon à Etalle. Le site renferme plusieurs habitats remarquables, très menacés à l'échelle de la région wallonne: bas-marais alcalin, bas-marais acide, tourbière flottante à trèfle d'eau, tourbière bombée à sphaignes, prairies du Molinion, boulaie tourbeuse, aulnaie marécageuse, saulaie pionnière, roselières, cariçaie à laîche paniculée, etc. De la tourbe était autrefois extraite du marais et de nombreux vestiges des fosses d'extraction y sont encore bien visibles. Protégé et géré depuis les années 1970 par les Réserves Naturelles RNOB, le site héberge de très nombreuses espèces rares, certaines d'ailleurs en voie d'extinction. Les grandes lignes du plan de gestion visent la protection et la restauration des marais alcalins, le rajeunissement régulier des milieux tourbeux et le maintien d'ensembles forestiers agés.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M0 - Lorraine belge

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Hachy82.28 haARLON (partim ???)LUXEMBOURG
Vance5.25 haETALLELUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Arlon87.53 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Réserves Naturelles RNOB - Natagora.

Privé(s) Non  ONG Oui  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Conservateur : Julien Noël, rue du Muselbur 4, 6700 Arlon (tél. : 063/22.08.30).
Conservateur adjoint : Marc Perin, rue de Clémency 50, 6781 Selange (tél. : 063/37.84.14).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6631Marais de Sampont15,77 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNonRNOB (1999)
Acrocephalus schoenobaenusOuiOuiRNOB (1999)
Acrocephalus scirpaceusOuiNonRNOB (1999)
Emberiza schoeniclusOuiNonRNOB (1999)
Locustella naeviaOuiNonRNOB (1999)
Rallus aquaticusOuiNonRNOB (1999)
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon2000GT Lycaena (divers obs.)
Boloria eunomiaOuiOui2000GT Lycaena (divers obs.)
Boloria seleneNonNon2000BGT Lycaena (divers obs.)
Brenthis inoNonNon2000GT Lycaena (divers obs.)
Callophrys rubiNonNon2000GT Lycaena (divers obs.)
Carterocephalus palaemonNonNon2000AGT Lycaena (divers obs.)
Leptidea sinapisNonNon2000GT Lycaena (divers obs.)
Lycaena helleOuiOui2000GT Lycaena (divers obs.)
Lycaena tityrusNonNon2000GT Lycaena (divers obs.)
Melanargia galatheaNonNon2000GT Lycaena (divers obs.)
Invertébrés - Insectes - Libellules
Cordulegaster boltoniiNonNon2000GT Gomphus
Lestes dryasOuiOui2000GT Gomphus
Somatochlora arcticaOuiOui2000GT Gomphus
Somatochlora flavomaculataOuiOui2000AGT Gomphus
Sympetrum danaeNonNon2000GT Gomphus
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Coccinelles
Anisosticta novemdecimpunctata1 ex.1998G.T. Coccinula (stage Jeunes & Nature)
Coccinella quinquepunctata1 ex.1998G.T. Coccinula (stage Jeunes & Nature)
Coccinula quatuordecimpustulata1 ex.1998G.T. Coccinula (stage Jeunes & Nature)
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Decticus verrucivorus1998RNOB (1999)
Stethophyma grossumRNOB (1999)
Invertébrés - Mollusques
Vertigo moulinsiana2011J.-Y. Baugnée, P. Verté et al.
Plantes - Plantes supérieures
Berula erectaRNOB (1999)
Carex appropinquataRNOB (1999)
Carex diandraRNOB (1999)
Carex flavaRNOB (1999)
Carex lasiocarpaRNOB (1999)
Carex lepidocarpaRNOB (1999)
Carex limosaRNOB (1999)
Carex paniculataRNOB (1999)
Carex pulicarisRNOB (1999)
Comarum palustreRNOB (1999)
Dactylorhiza majalisRNOB (1999)
Dianthus deltoidesRNOB (1999)
Drosera rotundifoliaRNOB (1999)
Epipactis helleborineRNOB (1999)
Epipactis palustrisRNOB (1999)
Eriophorum angustifoliumRNOB (1999)
Hydrocotyle vulgarisRNOB (1999)
Menyanthes trifoliataRNOB (1999)
Nuphar luteaRNOB (1999)
Pedicularis palustrisRNOB (1999)
Ranunculus linguaRNOB (1999)
Salix repensRNOB (1999)
Scorzonera humilisRNOB (1999)
Selinum carvifoliaRNOB (1999)
Sparganium minimumRNOB (1999)
Triglochin palustreRNOB (1999)
Utricularia minorRNOB (1999)
Vaccinium oxycoccosRNOB (1999)
Plantes - Mousses
Sphagnum spp.RNOB (1999)

Commentaires sur la faune

Mammifères (données incomplètes): Capreolus capreolus, Sus scrofa, Vulpes vulpes, Putorius putorius, Muscardinius avellanarius.

Oiseaux nicheurs (données incomplètes): Buteo buteo, Anas platyrhynchos, Gallinula chloropus, Rallus aquaticus, Dendrocopus major, Picus viridis, Locustella naevia, Acrocephalus palustris, Acrocephalus scirpaceus, Acrocephalus schoenobaenus, Emberiza schoeniclus, Sylvia communis.

Reptiles (données incomplètes): Zootoca vivipara.

Amphibiens: Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Pelophylax kl esculentus, Rana temporaria.

Lépidoptères rhopalocères (données divers obs. 1990-2014): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Apatura iris, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Boloria eunomia, Boloria selene, Brenthis ino, Callophrys rubi, Carterocephalus palaemon, Coenonympha pamphilus, Colias hyale, Gonepteryx rhamni, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Leptidea sinapis s.l., Lycaena helle, Lycaena phlaeas, Lycaena tityrus, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Ochlodes sylvanus, Pararge aegeria, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyronia tithonus, Thymelicus lineolus, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Lépidoptères hétérocères (données S. Wullaert et al. 2012): Agrotis ipsilon, Autographa gamma, Blepharita satura, Bucculatrix frangutella Bucculatrix nigricomella, Caloptilia betulicola, Caloptilia stigmatella, Calybites phasianipennella, Cameraria ohridella, Camptogramma bilineata, Chrysoesthia sexguttella, Coleophora argentula, Dysstroma truncata, Ectoedemia albifasciella, Ectoedemia intimella, Ectoedemia septembrella, Ectoedemia subbimaculella, Ennomos alniaria, Heliozela hammoniella, Leucoptera lustratella, Lyonetia clerkella, Macdunnoughia confusa, Macrothylacia rubi, Micrurapterix kollariella, Mompha raschkiella, Nomophila noctuella, Paradarisa glareosa, Parornix betulae, Phlogophora meticulosa, Phyllonorycter emberizaepennella, Phyllonorycter maestingella, Phyllonorycter rajella, Phyllonorycter sagitella, Phyllonorycter schreberella, Phyllonorycter sorbi, Phylloporia bistrigella, Psyche casta, Sterrhopterix fusca, Stigmella hemargyrella, Stigmella luteella, Stigmella plagicolella, Stigmella salicis, Stigmella tityrella, Thera firmata, Tischeria dodonea, Tischeria ekebladella, Xestia c-nigrum.

Odonates (données divers obs. 1990-2014): Aeshna cyanea, Cordulegaster boltonii, Calopteryx splendens, Ischnura elegans, Enallagma cyathigerum, Coenagrion puella, Lestes dryas, Libellula depressa, Libellula quadrimaculata, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Somatochlora flavomaculata, Somatochlora arctica, Sympetrum danae, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum, Sympetrum vulgatum.

Coléoptères Staphylinidae (données Tim Struyve 2012): Acrotona aterrima, Acrotona fungi, Acrotona pygmaea, Acylophorus glaberrimus, Anotylus rugosus, Bisnius fimetarius, Deinopsis erosa, Deubelia picina, Erichsonius cinarescens, Euaesthetus laeviusculus, Gabrius nigritulus, Gabrius trossulus, Gyrohypnus fracticornis, Gyrohypnus punctulatus, Habrocerus capillaricornis, Lathrobium brunnipes, Lathrobium rufipenne, Lathrobium terminatum, Lesteva sicula, Litocharis nigriceps, Lordithon lunulatus, Metopsia clypeata, Myllaena dubia, Ochtephilum fracticorne, Oxypoda procerula, Paederus riparius, Philonthus corruscus, Philonthus fumarius, Philonthus nigrita, Philonthus succicola, Philonthus tenuicornis, Philonthus umbratilis, Quedius boops, Quedius cinctus, Quedius fuliginosus, Quedius limbatus, Quedius lucidulus, Quedius tristis, Reichenbachia juncorum, Rugilus angustatus, Rugilus erichsonii, Rugilus orbiculatus, Scopaeus laevigatus, Scydmaenus tarsatus, Sepedophilus littoreus, Staphylinius erythropterus, Stenus bimaculatus, Stenus boops, Stenus carbonarius, Stenus crassus, Stenus impressus, Stenus juno, Stenus lustrator, Stenus nitens, Stenus nitidiusculus, Stenus palustris, Stenus providus, Tachinus laticollis, Zyras collaris.

Orthoptères (données A. Mairesse, P. Goffart et al.): Decticus verrucivorus (disparu?), Stethophyma grossum, Conocephalus fuscus.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données divers obs.): Berula erecta, Carex acutiformis, Carex appropinquata, Carex diandra, Carex lasiocarpa, Carex lepidocarpa, Carex limosa Carex panicea, Carex paniculata, Carex pulicaris, Comarum palustre, Dactylorhiza majalis, Dianthus deltoides, Drosera rotundifolia, Epipactis helleborine, Epipactis palustris, Eriophorum angustifolium, Menyanthes trifoliata, Nuphar lutea, Pedicularis palustris, Potamogeton panormitanus s.l., Ranunculus lingua, Scorzonera humilis, Salix repens, Selinum carvifolia, Sparganium erectum, Triglochin palustre, Utricularia minor, Vaccinium oxycoccos, Viola canina.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Les objectifs de conservation dans le marais de Sampont sont, comme c'est le cas pour les autres réserves de Haute Semois sensu stricto, la conservation des intérêts botaniques, faunistiques (entre autres ornithologiques et entomologiques), culturels et historiques du site, et en particulier la préservation des zones les plus précieuses, à savoir les zones de bas-marais et de tourbière, les éléments de prairie tourbeuse encore bien présents sur le site, et les très belles aulnaies déjà âgées, mais aussi la protection d'une très bel ensemble paysager.

Menaces

Le site a fait l'objet depuis deux décennies de mesures de gestion régulières qui ont permis de restaurer des végétations ouvertes de bas-marais oligotrophe et d'éclairer les suintements pré-existants. La population de Somatochlora flavomaculata y semble à présent assez stable (d'après GOFFART, mars 1999: Rapport ISB).

Changement d'affectation des parcelles : enrésinement des versants et du fond de vallée, remblayage ou drainage de zones humides, creusement d'étangs de pêche, installation de chalets de vacances...
Abandon de la gestion traditionnelle extensive : prolifération de la mégaphorbiaie au détriment des communautés vivantes des prés humides et des bas-marais acides, fermeture paysagère du site due à une prolifération des fourrés de saules en plaine alluviale...

Récolte d'animaux et de plantes rares par des collectionneurs : insectes et orchidées

Recommandations

Il convient de poursuivre la gestion d'entretien en fauchant le marais selon un régime en rotation pluriannuelle. Un certain ralentissement du rythme d'intervention sur les différentes parcelles serait favorable à l'implantation de populations plus fournies de papillons. La restauration des zones de tourbière à Canneberge, dans la portion est du marais est à envisager, en particulier par la coupe des bouleaux, afin de remettre les buttes de sphaignes en lumière. La recolonisation spontanée du site par la Nacré de la canneberge (Boloria aquilonaris), disparu du site depuis longtemps, serait en effet possible à partir de la population du Landbruch. L'extension du marais par l'initiation de nouvelles coupes dans les aulnaies est par ailleurs souhaitable afin d'augmenter la superficie de celui-ci et permettre le renforcement des populations d'insectes rares (d'après GOFFART, mars 1999: Rapport ISB).

Plan de gestion

Les objectifs principaux de la gestion dans la réserve naturelle du marais de Sampont sont, d'une façon générale, le maintien et la restauration d'une mosaïque de végétations fortement diversifiées et des populations animales spécialisées des marais, notamment les oiseaux et certains invertébrés, avec, en particulier:

- le maintien de vastes végétations prairiales, en particulier toute la zone au pied de la cuesta et le complexe de prairies situées entre la Semois et le canal d'écoulement;

- le maintien et/ou la restauration des prairies à bistorte, des magnocariçaies, des roselières, des moliniaies, des bas-marais et des tourbières;

- la limitation de la recolonisation forestière tout en conservant les aulnaies et les boulaies marécageuses et une partie des saulaies;

- le contrôle d'un niveau d'eau suffisant dans le marais, mais issu d'apports en eau de qualité en provenance des sources et des suintements de la Cuesta, tout en limitant l'influence des rivières qui longent ou traversent le marais et qui lui apportent des eaux eutrophisées.

La gestion courante consistera à empêcher l'embroussaillement et à maintenir les végétations prairiales, principalement par fauchage. Les parties septentrionales et orientale de la réserve pourront également faire l'objet d'un pâturage extensif, pour les terrains qui s'y prêtent (sols minéraux, accessibilité,...) et lorsque qu'il est possible de constituer des blocs de parcelles contiguës suffisamment grands pour pratiquer du pâturage.

Le pâturage et/ou le fauchage par contrat d'entreprise avec un agriculteur sera recherché chaque fois que ce sera possible. Dans le cas d'une impossiblité à trouver un agriculteur pour effectuer ce travail, et pour les terrains qui s'y prêtent, un pâturage extensif à l'aide d'animaux rustiques appartenant aux RNOB sera mis en place.

Les modalités prévues pour la mise en œuvre des mesures de gestion explicitées ci-dessus sont les suivantes:

* principalement, l'intervention régulière des bénévoles lors de chantiers de gestion organisés dans la région par les RNOB;

* appel à des entreprises de travaux forestiers pour des travaux d'abattage trop lourds;

* appel à des entreprises de travaux horticoles pour effectuer dans les zones comportant encore des éléments de bas-marais les premiers travaux de restauration (déboisement, débroussaillage, fauchage et évacuation du foin et de la litière qui s'est accumulée avec le temps);

* appel à des entreprises de génie civil pour des travaux de terrassement (pièces d'eau, travaux pour le contrôle du niveau et de la qualité des eaux);

* la conclusion de contrats d'entreprise avec des exploitants agricoles pour le pâturage des prairies qui le permettent;

* du pâturage extensif avec un troupeau de bovins rustiques propriété des RNOB.

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Une partie de la réserve naturelle du marais de Sampont est traversée par un chemin accessible au public.

Détails

Description physique

Le marais de Sampont, anciennement sur les communes de Hachy et de Vance (actuellement Arlon et Etalle), est situé en Lorraine belge, dans la vallée de la Semois, à l'est d'Etalle. Il fait partie du complexe des marais de la Haute Semois. Il est compris entre les marais de Fouches et de Vance, entouré par les villages de Sampont, de Promberg et de Fouches à l'est et de Villers-Tortrue à l'ouest. Le marais est traversé par la Semois et la vieille rivière, encore appelée canal d'écoulement, ainsi que par la Tortrue dans sa partie nord ouest.

Le marais de Sampont occupe la dépression de la Semois au pied de la Cuesta Sinémurienne. Cette localisation topographique particulière est caractéristique de l'ensemble des marais de la Haute Semois sensu stricto (Heinsch, Fouches, Sampont, Vance et Chantemelle), comme le soulignait déjà DUVIGNEAUD (1948). Il se divise en deux grands types d'écosystèmes humides en fonction de leurs conditions de formation et de leur déterminisme édaphique:

- d'une part, la tourbière proprement dite, engendrée par la combinaison de suintements d'eau carbonatée issus de la cuesta des sables et grès calcarifères sinémuriens et du niveau imperméable constitué par les marnes hettangiennes: son sol est constitué d'une lentille tourbeuse qui peut atteindre une épaisseur de 3 à 4 mètres;

- d'autre part, le marais s'étend au nord sur les alluvions plutôt minérales, argilo-limoneuses de la Semois. A sa marge sud, la réserve occupe également des sols minéraux (sables gréseux de la cuesta) au niveau de buttes ou de talus.

Si la Semois est très polluée, le ruisseau issu du "canal d'écoulement" qui traverse le marais présente en revanche des eaux encore pures.

L'altitude du site est d'environ 340 mètres.

Description biologique

La végétation des marais de Sampont-Vance est célèbre et a été étudiée très de manière très complète par DUVIGNEAUD (1948). Cet auteur y a observé les groupements suivants:

- des prairies du Molinion dans lesquelles les espèces du Filipendulion sont abondantes et qui sont localement envahies par Phragmites australis. Sphagnum div. sp. peuvent y être abondants;

- des prairies du Filipendulion plus ou moins rudéralisées;

- des roselières rudérales : phragmitaies à Phragmites australis, phalaridaies à Phalaris arundinacea ou glycéraies à Glyceria maxima (Phragmition, Phalaridetum, Glycerietum). Certaines roselières sont riches en Calamagrostis canescens;

- des magnocariçaies à Carex paniculata et à C. acutiformis ;

- des bas-marais à Comarum palustre, Carex rostrata, Menyanthes trifoliata (Caricetum rostrato-vesicariae comaretosum);

- des bas-marais à Carex lasiocarpa, C. diandra, C. lepidocarpa, C. panicea, C. disticha, avec Hydrocotyle vulgaris, Dactylorhiza majalis et Sparganium minimum (Caricetum lasiocarpae);

- des fosses d'extraction de tourbe qui rassemblent Sparganium minimum, Utricularia minor, Potamogeton cf. berchtoldii, Lemna trisulca, L. minor, ou encore Sparganium erectum, Nuphar lutea, Ranunculus lingua, Berula erecta, et des prairies flottantes dominées par Menyanthes trifoliata, Carex rostrata,... (Caricetum rostrato-vesicariae comaretosum); voire des tapis de sphaignes avec une mosaïque de groupements à Carex limosa, C. lasiocarpa, C. nigra, C. panicea, Drosera rotundifolia, Vaccinium oxycoccos, Salix repens, ... (Caricetum lasiocarpae, Caricetalia fuscae, Oxycoccos-sphagnetea, ...);

- des saulaies pionnières colonisant les anciennes prairies à molinie (Salicion cinerea);

- des aulnaies mésotrophes à eutrophes (Macrophorbio-alnetum);

- une aulnaie rivulaire à Alnus glutinosa (Alno-Padion);

- une pelouse sèche sur sable riche en espèces parmi lesquelles : Dianthus deltoides, Agrostis cf. capillaris, Carex panicea, Galium verum, Viola canina, etc.

D'après la fiche RNOB (1999):

Le marais de Sampont est localisé dans le district phytogéographique lorrain. Ce district occupe au sud de l'Ardenne, la zone d'extension des terrains sédimentaires jurassiques de la bordure septentrionale du Bassin de Paris, qui s'appuient et se terminent en biseau sur le massif primaire ardennais quelques kilomètres seulement au nord. Il est caractérisé par la relative continentalité du climat.

La végétation du marais reproduit assez globalement la même séquence que celle des autres marais de la Haute Semois, passant de conditions assez oligotrophes jusqu'à des conditions franchement eutrophes. Deux transects nord-sud regroupant les différentes unités de végétation qui peuvent être rencontrées dans le marais de Sampont sont décrits en détail dans le premier dossier d'agrément introduit en 1988.

On note la présence d'une lentille tourbeuse au pied de la Cuesta Sinémurienne, qui accueille une mosaïque de groupements végétaux liée aux conditions de sols particulières (inclinaison, influence des suintements du pied de la Cuesta Sinémurienne et de la nappe phréatique). Ces groupements végétaux comptent des associations végétales rares ou devenues rares, notamment celles des bas-marais acide et alcalin et des tourbières, dont le bas-marais acide à Comarum palustre et Menyanthes trifoliata, la cariçaie turfigène à Carex lasiocarpa (Caricetum lasiocarpae), la tourbière bombée à Sphaignes, le bas-marais alcalin à Epipactis palustris et les végétations qui se développent successivement à partir de l'eau libre des fosses d'extraction de la tourbe.

Ces milieux remarquables hébergent des espèces végétales et animales spécialisées, à distribution restreinte ou présentant en Lorraine belge des populations disjointes ou en limite de leur aire de distribution. On peut citer notamment Pedicularis palustris, Ranunculus lingua, Carex limosa, C. lasiocarpa, C. pulicaris, Epipactis palustris, Hydrocotyle vulgaris, Sparganium natans, Utricularia minor ainsi que les odonates Somatochlora flavomaculata et Sympetrum danae, les papillons Boloria aquilonaris, Boloria eunomia et Boloria selene, ...

On observe aussi la présence:

- de vastes prairies et roselières dans la partie septentrionale du marais, qui constituent un grand intérêt pour l'avifaune;

- des éléments de pelouse sèche acidocline sur sable;

- des boulaies sur tapis de sphaignes, qui présentent notamment un grand intérêt bryologique;

- de très grandes aulnaies marécageuses déjà âgées, sur tourbe, qui présentent un grand intérêt botanique, mais aussi ornithologique et entomologique (notamment pour les insectes saproxylophages, grâce à la présence d'arbres morts et pourrissants).

L'intérêt faunistique du marais de Sampont est très élevé et similaire aux autres marais du secteur. Les données restent cependant fragmentaires pour la plupart des groupes taxonomiques (en particulier parmi l'entomofaune).

Parmi les mammifères, le chevreuil (Capreolus capreolus), le sanglier (Sus scrofa), le renard roux (Vulpes vulpes), le putois (Putorius putorius) et le muscardin (Muscardinius avellanarius) fréquentent régulièrement le site.

L'avifaune comprend comme espèces nicheuses la buse variable (Buteo buteo), le canard colvert (Anas platyrhynchos), la gallinule poule d'eau (Gallinula chloropus), le râle d'eau (Rallus aquaticus), le pic épeiche (Dendrocopus major), le pic vert (Picus viridis), la locustelle tachetée (Locustella naevia), la rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris), la rousserolle effarvate (Acrocephalus scirpaceus), le phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus), le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus), la fauvette grisette (Sylvia communis), etc.

La grenouille rousse (Rana temporaria), la grenouille verte (Pelophylax kl esculentus), le crapaud commun (Bufo bufo), le triton alpestre (Ichthyosaura alpestris), le triton commun (Lissotriton helveticus) et le lézard vivipare (Zootoca vivipara) composent l'essentiel de la faune herpétologique locale.

On dispose de données détaillées pour seulement quelques groupes d'insectes, dont les Lépidoptères rhopalocères (depuis au moins le début des années 1990) et les odonates. Parmi les papillons remarquables figurent notamment deux papillons associés à la rénouée bistorte: le nacré de la bistorte (Boloria eunomia) et le cuivré de la bistorte (Lycaena helle). Quant aux odonates, on peut citer la cordulie à taches jaunes (Somatochlora flavomaculata), une espèce très rare affectionnant les marais pourvus de vastes roselières, la cordulie arctique (Somatochlora arctica), libellule boréo-montagnarde également très localisée en Wallonie, et le leste dryade (Lestes dryas), volant au niveau de plans d'eau en voie d'atterrissement et à populations relativement inconstantes dans la région.

Un inventaire des Coléoptères Staphylinidae du marais effectué en 2012 a montré une diversité spécifique importante avec une quarantaine d'espèces récoltées en une seule journée (obs. T. Struyve).

Un miniscule mollusque gastéropode, le maillot de Desmoulin (Vertigo moulinsiana), a été observé en 2011 sur des touradons de Carex paniculata. C'est la première fois que cette espèce d'intérêt communautaire est signalée sur le site. Auparavant, la seule localisation connue en Lorraine était le marais du Landbruch (BAUGNEE et al., 2006). Une espèce voisine, Vertigo antivertigo, plus répandue mais localisée aux cariçaies marécageuses, est également présente.

Monument historique

La région est riche en vestiges gallo-romains. Une nécropole romaine a été découverte à Sampont. Un gué du moyen-âge a été retrouvé dans le site.

Histoire du site

Au cours des siècles, la Semois a subi une série d'aménagements et de rectifications, et ces travaux successifs ont transformé la rivière en un chenal rectiligne profondément encaissé, qui influence à présent peu le marais. Au sud, le ruisseau appelé "canal d'écoulement" ou " vieille rivière", aurait également subi des aménagements assez sévères. Plus récemment, le ruisseau qui aboutit au marais de Sampont par le canal d'écoulement a quitté ce tracé pour se frayer, plus au sud, un chemin tortueux à travers les grandes aulnaies du marais, et correspond sans doute le mieux au cours primitif de la Semois (vrai thalweg).

Comme les autres marais de la Haute Semois, le marais de Sampont a été largement utilisé au cours des siècles précédents dans le cadre de l'économie agro-pastorale. Le marais était utilisé par les populations locales comme prés de fauche à fourrage (fauchage relativement précoce), ou à litière (fauchage plus tardif) dans les parcelles de moindre qualité, et pour l'extraction de la tourbe, utilisée comme combustible. Cette dernière activité a été particulièrement développée dans le marais de Sampont, comme l'attestent les très nombreuses anciennes fosses d'extraction présentes dans le marais, d'une profondeur atteignant les trois mètres. Les années sèches, le pâturage du regain pouvait être pratiqué. Ces activités qui faisaient partie de l'agriculture qualifiée d'extensive étaient en fait intenses et régulières, de sorte que le paysage de ces marais était très ouvert et la végétation relativement basse. Elles étaient essentielles à la survie d'un certain nombre de familles et les différentes terres des marais avaient des fonctions précises. Cela s'est notamment traduit par le partage précis des terres lors des héritages successifs, aboutissant au parcellaire cadastral très morcelé que nous connaissons actuellement (laniérage).

Ces activités traditionnelles ont été abandonnées pour le marais de Sampont durant le vingtième siècle suite à la modernisation de l'agriculture. La végétation ouverte et rase a donc progressivement cédé le pas à des végétations plus élevées et parfois rudérales (filipendulaies, phragmitaies, glycéraies), tandis que les fosses d'extraction de la tourbe, n'étant plus renouvelées, se colmataient et se fermaient. De grandes surfaces étaient progressivement envahies par des groupements forestiers (saulaies, aulnaies, boulaies). Dans le même temps, la Semois et certains de ses affluents subissaient curages et normalisation altérant le régime hydrique du marais, particulièrement sur les sols plus minéraux à proximité du cours de la Semois. Conjugué à la détérioration de la qualité des eaux de la rivière, cet assèchement a conduit à la rudéralisation et l'eutrophisation de vastes surfaces, particulièrement dans la partie nord du marais.

Localement, des propriétaires ont tenté des plantations de résineux (principalement épicéas) avec des fortunes diverses.

Des habitations sont construites chaque année en bordure immédiate de la réserve, ou même dans des zones marécageuses, après remblayage!

Biblio

, 1988, Demande d'agrément 1988, pour la réserve naturelle de Sampont., RNOB. Dossier n°5. 130 pages.
, 1991, Demande d'agrément 1990 pour la réserve naturelle de Sampont., Dossier n°10, 33 pages.
, 1992, Demande de subvention 1991 pour la réserve naturelle de Sampont., Dossier n°1, 88 pages.
, 1986, Demande de subvention, année 1985 pour la réserve naturelle de Sampont., RNOB. Dossier n°5.
, 1987, Demande de subvention, année 1986 pour la réserve naturelle des Marais de la Haute Semois. C. Sampont, RNOB. Dossier n°3, 14 pages.
, 2004, Contribution à la connaissance des Delphacidae de Belgique (Hemiptera Auchenorrhyncha Fulgoromorpha)., Bulletin de la Société royale belge d'Entomologie, 139 (2003) : 207-219.
, 2006, Sur la présence du gastéropode Vertigo moulinsiana en Lorraine belge, avec quelques notes de malacologie et d'entomologie hivernales dans les marais de la Haute Semois., Natura Mosana, 59 (1) : 5-25.
, 1986, Les plus belles réserves naturelles de Belgique., Reader's Digest, Bruxelles, 304 pp.
, 1948, Contribution à l'étude des tourbières de Lorraine. La tourbière eutrophe à Carex lasiocarpa (Caricetum diandro-lasiocarpae) dans les marais de la Haute Semois, entre Sampont et Vance., Lejeunia, 12 : 5-28.
, 1957, Villers-Tortru, Sampont., Le Pays Gaumais, 18: 52.
, 1972, Tombelles gallo-romaines à Hachy., Archaeol. Belg., 134 : 35 pages.
, 1967, Découverte archéologique dans la vallée de la Semois à Sampont., Bull. Inst. Archéol. Luxemb., 43 : 39-45.
, 1968, La nécropole romaine du Hunenknepchen à Sampont (commune de Hachy)., Archaeol. Belg., 106 : 136 pages.
, 1972, Les marais de la Haute Semois: Vance, Sampont, Heinsch., Bull. RNOB, 1971: 42-44.
, 1990, La gestion des marais de la Haute-Semois., Actes du colloque "Gérer la Nature ?", Ministère de la Région Wallonne, Service de la Conservation de la Nature, Travaux n° 15 : 93-112.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB NATAGORA

Date de la dernière modification de la fiche

2015-02-08