Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

172 - Thieu

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Thieu-Havré
Communes :La Louvière, Le Rœulx, Mons
Cantonnements DNF :Mons, Nivelles
Surface :41.79 ha
Coordonnées :X Lambert : 129271 - Y Lambert : 128364
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Les marais et saulaie inondée de Thieu-Havré, sont situés en grande partie sur la commune d'Havré (Mons). Cette zone est principalement occupée par une saulaie (dominée par Salix cinerea et Salix alba) inondée lors des périodes de pluie. Le reste est constitué par d'anciennes prairies avec saules têtards, des jonchaies, des cariçaies, des éléments de mégaphorbiaie, de petites phragmitaies... ainsi que de grandes surfaces d'eaux libres attirant de nombreux anatidés. Parmi les plantes se retrouvant dans cette zone, on peut citer : Caltha palustris, Scutellaria galericulata, Iris pseudacorus, Riccia fluitans et Rumex hydrolapathum ....L'extrême Est est occupé par des mares polluées par d'anciens déversements d'acides (les abords ne sont encore colonisés que par des bouleaux et des lichens). Une grosse canalisation d'égoût, peu étanche, traverse malheureusement l'ensemble du marais. Une ancienne zone d'extraction se situant à l'est et à l'ouest de la Haine, chevauche trois communes : Havré (Mons), Boussoit (La Louvière) et Ville-sur-Haine (Le Roeulx). Elle est comprise entre la ligne de chemin de fer Mons-Namur et la route Havré à Boussoit.A l'est de la Haine, s'étale un lac d'extraction d'une dizaine d'hectare. Ce plan d'eau attire de nombreux anatidés, le grand cormoran, le foulque.... Le fond du lac est en grande partie recouvert par une algue du genre Chara; Myriophyllum spicatum et Zannichellia palustris sont également présents. Sur les rives de ce lac, poussent notamment Dipsacus pilosus.A l'ouest de la Haine, s'étend une zone de schlamms, en partie remaniée récemment. Cette zone de schlamms est occupée par de grandes surfaces d'eau de faible profondeur, par un cariçaie sur schlamms et par des boulaies naissantes. Cette zone de schlamms accueille d'importantes populations de batraciens (Alyte, crapaud calamite, grenouille verte...). Aromia moschata et Oedipoda caerulescens ont été observés à plusieurs endroits. (P. Dupriez)

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • E0 - Sillon sambro-Mosan
  • E1 - Basse-Haine

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Boussoit6.69 haLA LOUVIEREHAINAUT
Thieu13.46 haLE ROEULXHAINAUT
Ville-sur-Haine21.59 haLE ROEULX (partim ???)HAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Mons20.43 haMons
Nivelles21.37 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Ciments d'Obourg; Réserves Naturelles RNOB - Natagora.

Privé(s) Non  ONG Oui  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

M. Marchi, rue de la Reine, 6, 7041 Ville-sur-Haine. Tél. : 064/66.56.86.
Conservateur-adjoint : M. Declève, rue Grande 3, 7020 Maisière. Tél. : 065/33.62.31.

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6646Thieu-Havré1,67 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Circus aeruginosusOuiOui
Circus cyaneusOuiOui
Circus pygargusOuiOui
Emberiza schoeniclusOuiNon
Falco peregrinusOuiOui
Fulica atraNonNon
Grus grusOuiNon
Milvus migransOuiOui
Milvus milvusOuiOui
Pandion haliaetusOuiNon
Phalacrocorax carboOuiNon
Podiceps cristatusOuiNon
Tachybaptus ruficollisOuiNon
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNon2012P. Dupriez
Bufo bufoOuiNon2012P. Dupriez
Bufo calamitaOuiOui2012P. Dupriez
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2012P. Dupriez
Lissotriton vulgarisOuiNon2012P. Dupriez
Rana esculenta2012P. Dupriez
Rana temporariaOuiNon2012P. Dupriez
Triturus cristatusOuiOui2007P. Dupriez
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2007P. Dupriez
Animaux - Vertébrés - Poissons
Gasterosteus aculeatusNonNon
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Cérambycidés
Aromia moschata2007P. Dupriez
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Oedipoda caerulescens2007P. Dupriez
Invertébrés - Mollusques
Vertigo moulinsiana2003Th. Paternoster
Plantes - Plantes supérieures
Centaurium erythraea2012P. Dupriez, F. Moreau
Dipsacus pilosus2012P. Dupriez, F. Moreau
Dittrichia graveolens2012Dupriez P.
Hydrocharis morsus-ranae2012P. Dupriez, F. Moreau
Kickxia elatine2012P. Dupriez, F. Moreau
Kickxia spuria2012P. Dupriez, F. Moreau
Myriophyllum spicatum2012P. Dupriez, F. Moreau
Potamogeton perfoliatus2006P. Dupriez, F. Moreau
Rosa rubiginosa2012P. Dupriez, F. Moreau
Rumex maritimus2010P. Dupriez, F. Moreau
Tephroseris palustris> 25 pieds2012B. Sirjacq, P. Dupriez, F. Moreau
Zannichellia palustris2012P. Dupriez, F. Moreau

Commentaires sur la faune

Obourg : Podiceps cristatus, Anas crecca, Fulica atrata, Vanellus vanellus nichent; Phalacrocorax carbo, Cygnus bewickii, Milvus migrans, M. milvus, Circus aeruginosus, C. cyaneus, C. pygargus, Pandion halietus, Falco peregrinus, Grus grus, etc. ont été recensés.
Havré : Tachybaptus ruficollis, Anas crecca, Aethya fuligula, Emberizia schoeniclus nichent dans les prairies marécageuses.
Herpétofaune : Triturus alpestris, T. vulgaris, T. cristatus, Alytes obstetricans, Bufo bufo, B. calamita, Rana temporaria; R. esculenta, Anguis fragilis ont été observés à Thieu/Obourg.
(d'après Saintenoy-Simon, 1994)

Mammifères :
Le renard (Vulpes vulpes) et le lapin (Oryctolagus cuniculus) sont présents sur le site.

Avifaune :
Le Grève huppé (Podiceps cristatus), le Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), la Sarcelle d'hiver (Anas crecca), le Fuligule morillon (Aythia fuligula), le Râle d'eau (Rallus aquaticus), le Coucou (Cuculus canorus), le Rossginol (Luscina megarhynchos), la Rousserolle effarvate (Acrocephalus scirpaceus), la Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris) et le Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) se reproduisent sur le site.
Pendant les années secs, les vastes plages de boues exondées permettent la nidification du vanneau huppé (Vanellus vanellus) et du Petit gravelot (Charadrius dubius).

Herpétofaune :
Alytes obstreticans, Anguis fragilis, Bufo calamita, Rana esculenta, Rana temporaria, Triturus alpestris, Triturus cristatus, Triturus vugaris sont notés sur le site.

Poissons :
Gasterosteus aculeatus

Orthoptères (donnée P. Anrys, 1998):
Oedipoda caerulescens

Coléoptères (donnée P. Anrys, 1998):
Aromia moschata

(source : dossier de demande d'agrément, 1993)

Commentaires sur la flore

Bidens tripartita, Centaurium erythrea, Chara sp., Dipsacus pilosus, Kickxia elatine, Myriophyllum spicatum, Potamogeton crispus, Potamogeton pectinatus, Potamogeton perfoliatus, Rumex maritimus, Scutellaria galericulata, Zannichellia palustris
(données P. Dupriez, 1990)
L'identité spécifique des charophycées du site mériterait d'être établie.

Espèces exotiques

Cornus alba, Fallopia japonica, Impatiens glandulifera, Oenothera deflexa

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation de l'intérêt biologique d'un ensemble de milieu humides aux abords de l'agglomération montoise : roselières, jonchaies, mégaphorbiaies. Les plans d'eau du site accueillent une avifaune variée.

Menaces

- vandalisme sur les aménagements d'accueil;
- extension d'espèce exotiques : Fallopia japonica;
- apports latéraux d'engrais et de pesticides, eutrophisation;
- collision d'oiseaux avec les trains qui passent en bordure du site;
- forte pression de chasse aux abords de la réserve naturelle.

Recommandations

Extension aux propriétés d'Intercom, qui possède la plus grande partie des parcelles de 'Grands Prés' (Havré).

Plan de gestion

L'effort de la gestion porte principalement sur :
- la lutte contre les effets négatifs de la baisse brutale du niveau de l'eau, ce qui implique le placement de plateformes de nidification et le creusement de mardelles ;
- le dégagement et l'encouragement des phragmitaies naissantes avec notamment l'essai de replantation de rhizomes ;
- la lutte contre l'extension des massifs de renouée du Japon (Fallopia japonica) par le traitement au round-up.

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Détails

Description physique

Obourg : Le site se trouve dans un site très industrialisé. Il forme un triangle bordé :

- par le Canal du Centre et la ligne de chemin de fer Charleroi-Mons au nord;

- la Haine canalisée au sud-ouest;

- le ruisseau du Thiriau du Luc au sud-est, affluent de la rive droite de la Haine. Ces deux cours d'eau sont des égoûts à ciel ouvert.

A l'ouest se trouve une centrale électrique d'où partent des lignes à haute tension qui encadrent la réserve au nord et à l'ouest; au nord se trouve une ancienne carrière; à l'est se dressent le terril Saint-Rémy et le terril de la Garenne.

Au sud, subsiste un petit bois.
En bordure et au sud de la Haine, quelques pièces d'eau artificielles existent également.

La réserve était occupée jadis par un marais établi dans un méandre de la Haine à l'endroit de son confluent avec le Thiriau. A proximité existait un charbonnage dont le charbon était lavé avec l'eau du Thiriau. Les poussières de charbon furent accumulées sur le site et exploitées par les 'Ciments d'Obourg'. Après épuisement de ces dépôts, l'entreprise a obtenu l'autorisation d'y stocker du schlamm qui a également été exploité. Après exploitation du schlamm l'autorisation a été supprimée et le site s'est rempli d'eau (en 1985).

Le site est bordé de talus assez raides à l'ouest, de berges en pente très douces à l'est.

Havré : ces parcelles sont situées à l'ouest du site précédent, sur l'autre rive de la Haine canalisée et sont constituées de prairies marécageuses.

Description biologique

Obourg : les biotopes comprennent l'eau libre, la zone de battement de l'eau, des friches, des roselières, des fourrés de recolonisation forestière, etc.
- Sur le crassier, se trouve une végétation formée d'espèces qui se développent habituellement sur les cendrées et les ballast, les terrils, les friches ou encore dans les pelouses calcaires. On y note : Hypericum perforatum, Oenothera deflexa, Reseda luteola, Dipsacus fullonum, Verbena officinalis, Tanacetum vulgare, Echium vulgare, Inula conyza, Verbascum thapsus,... et, contre le sol Sedum acre, Herniaria glabra, Sagina apetala subsp. apetala.
- Les berges abruptes sont colonisées par des fourrés impénétrables de Rubus sp., Rosa canina et des taillis d'Acer campestre, Sambucus nigra, Betula pendula, Salix caprea, S. alba, cornus sanguinea, Crataegus monogyna, Clematis vitalba.
- A leur pied, en bordure de l'eau, on note diverses espèces hygrophiles comme Solanum dulcamara, Epilobium hirsutum, Scrophularia auriculata, Symphytum officinale, Lythrum salicaria, Cirsium palustre, Eupatorium cannabinum, etc. (Filipendulion).
- Les berges en pente douce de l'étang montrent une zonation très nette de la végétation. La zone de 'battement', très large (le niveau de l'étang a baissé de 1,6 m à la suite de deux années de sécheresse), est occupée par des espèces du Bidention avec Rumex maritimus et Ranunculus sceleratus, Polygonum aviculare, P. minus, Poa palustris, Juncus bufonius, Chenopodium glaucum, Rorippa palustris, Plantago major subsp. intermedia, Puccinellia distans et localement Anagallis arvensis subsp. arvensis.
- Ensuite, vient une ceinture formée d'espèces de l'Agropyro-Rumicion crispi avec Juncus inflexus, J. articulatus, J. compressus, J. effusus, Rumex crispus, R. conglomeratus, R. obtusifolius, Elymus repens, Epilobium parviflorum, Epilobium ciliatum, Matricaria maritima subsp. inodora à laquelle succèdent des hélophytes.
- Une grande friche herbue leur succède. Cette friche est pratiquement rasée par le broutage des lapins, très nombreux dans le site. Elle est dominée par Holcus lanatus accompagnée de diverses espèces assez banales mais on observe cependant Potentilla intermedia, Odontites vernus subsp. serotinus ainsi qu'une une plante très rare : Hordeum jubatum (Arrhenatherion). Des peuplements de Calamagrostis epigeios y apparaissent, qui deviennent de plus en plus importants au fur et à mesure que l'on s'avance vers l'est et des saulaies fragmentaires (Salix alba, S. viminalis, etc) s'y installent. A cet endroit, la friche laisse progressivement la place à des fourrés d'Acer pseudoplatanus, Betula pubescens, Salix caprea, Quercus robur, Sambucus nigra, etc., entrecoupés de peuplements de Calamagrostis epigeios et de Phragmites australis (Phragmition). Iris pseudacorus, Juncus effusus, J. inflexus, Pulicaria dysenterica sont disséminés.
- Une mare montre Potamogeton pectinatus, Alisma plantago-aquatica entourés sur les zones exondées de Rumex maritimus, Ranunculus sceleratus, Chenopodium rubrum, Plantago major subsp. intermedia, Myosoton aquaticum,...
- Des hydrophytes comme Myriophyllum spicatum, Lemna trisulca, Potamogeton crispus, P. pusillus, Riccia fluitans, R. cavernosa.
- Des espèces messicoles intéressantes sont observées : Kickxia elatine, K. spuria.
Havré : le site est occupé par des hélophytes. On y note Epilobium hirsitum, Pulicaria dysenterica, des massifs de Glyceria maxima (Glycerietum), Phragmites australis (Phragmition), Typha latifolia,... (Typhetum), des fourrés de saules et de bouleaux.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Ancienne écluse, ancien pont-levis, ancienne maison d'éclusier sur l'ancien canal, à quelques centaines de mètres à l'est de l'entrée de la réserve.

Histoire du site

D'après Ferraris le site était occupé par des prairies marécageuses et des peupleraies.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB NATAGORA