Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1833 - Vallée de la Gueule en aval de Plombières

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Plombières
Cantonnements DNF :Eupen
Surface :72.89 ha
Coordonnées :X Lambert : 261953 - Y Lambert : 160305
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Localisé dans l'est de la Wallonie, aux confins de l'Allemagne et des Pays-Bas (les 'trois frontières'), le site comprend la vallée de la Gueule en aval de Plombières et inclus plusieurs parcelles bénéficiant du statut de réserve naturelle agréée (RNOB). On y observe une mosaïque de milieux comme des prairies humides, des magnocariçaies, des mégaphorbiaies, des galeries rivulaires d'aulnes et de saules et même un petit site calaminaire hébergeant le cortège presque complet des espèces caractéristiques. Ces groupements alternent avec des zones parfois très banalisées (pâtures ou prairies permanentes intensivement exploitées). La faune rassemble diverses espèces intéressantes comme le martin pêcheur (Alcedo atthis) nicheur le long de la Gueule, le petit nacré (Issoria lathonia) dont la chenille est liée aux violettes, ou encore la decticelle bariolée (Metrioptera roeselii), une sauterelle très localisée dans la région.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F6 - Entre-Vesdre-et-Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Gemmenich34.88 haPLOMBIERESLIEGE
Hombourg17.32 haPLOMBIERESLIEGE
Sippenaeken20.69 haPLOMBIERESLIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Eupen72.81 haMalmédy

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Oui  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6746Vallée de la Gueule13,01 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNon2007D. Ertz, V. Fiévet
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNon2004D. Ertz, E. Leprince
Alcedo atthisOuiNon2009Divers obs. (E. Leprince, V. Fiévet e.a.)
Dendrocopos minorOuiNon2004D. Ertz, E. Leprince
Gallinago gallinagoOuiOuihalte migratoire régulière2004D. Ertz, E. Leprince
Lymnocryptes minimusOuiNonhalte migratoire régulière2004D. Ertz, E. Leprince
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon2004D. Ertz
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2004D. Ertz
Lissotriton helveticusOuiNon2004D. Ertz
Lissotriton vulgarisOuiNon2004D. Ertz
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2004D. Ertz
Rana temporariaOuiNon2009D. Ertz
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2006E. Graitson
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Issoria lathoniaOuiNon2007GT Lycaena (V. Fiévet)
Invertébrés - Insectes - Libellules
Calopteryx splendensNonNon2004GT Gomphus (G. San Martin)
Lestes barbarusNonNon2004GT Gomphus (G. San Martin)
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Anthaxia salicis2004G. San Martin
Dorcus parallelipipedus2004D. Ertz
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Coccinelles
Anisosticta novemdecimpunctata2004GT Coccinula (G. San Martin)
Subcoccinella vigintiquatuorpunctata2004GT Coccinula (G. San Martin)
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Conocephalus dorsalis2009G. San Martin, P. Nyssen, JY Baugnée
Metrioptera roeselii2004AG. San Martin, D. Ertz
Tetrix ceperoi2004AG. San Martin
Invertébrés - Mollusques
Vertigo antivertigo2007V. Fiévet
Plantes - Plantes supérieures
Armeria maritima subsp.halleri2004D. Ertz
Cuscuta europaea2004D. Ertz
Festuca ovina subsp.guestfalica2007V. Fiévet
Gagea lutea2004D. Ertz
Silene vulgaris subsp.vulgaris var.humilis2007D. Ertz, V. Fiévet
Succisa pratensis2007D. Ertz
Thlaspi caerulescens subsp.calaminare2004D. Ertz
Viola calaminaria2007D. Ertz, V. Fiévet

Commentaires sur la faune

Lépidoptères rhopalocères (D. Ertz et G. San Martin, 1999-2006):
Aglais urticae, Anthocaris cardamines, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Colias crocea, Inachis io, Lasiommata megera, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris napi, Pieris rapae, Polyommatus icarus, Thymelicus sylvestris, Vanessa cardui.

Orthoptères (D. Ertz et G. San Martin, 1999-2006):
Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Conocephalus fuscus, Conocephalus dorsalis, Leptophyes punctatissima, Meconema thalassinum, Metrioptera roeselii, Pholidoptera griseoaptera, Tetrix ceperoi, Tetrix subulata, Tetrix undulata, Tettigonia viridissima.

Coléoptères Coccinellidae (G. San Martin, 1999-2004):
Adalia bipunctata, Adalia 10-punctata, Anatis ocellata, Anisosticta 19-punctata, Aphidecta obliterata, Calvia 14-guttata, Coccinella 7-punctata, Propylea 14-punctata, Psyllobora 22 punctata, Subcoccinella 24-punctata, Tytthaspis 16-punctata.

Autres Coléoptères (G. San Martin, 1999-2004):
Anthaxia salicis, Agrilus biguttatus, Dorcus parallelipipedus, ...

Odonates (D. Ertz et G. San Martin, 1999-2006):
Anax imperator, Calopteryx splendens, Coenagrion puella, Ischnura elegans, Lestes barbarus, Libellula depressa.

Amphibiens (D. Ertz et G. San Martin, 1999-2004):
Bufo bufo, Rana kl. esculenta, Rana temporaria, Triturus alpestris, Triturus helveticus, Triturus vulgaris.

Reptiles (E. Graitson):
Anguis fragilis.

Oiseaux (D. Ertz, P. Leprince, 1999-2004):
Prunella modularis - Accenteur mouchet, Gallinago gallinago - Bécassine des marais, Lymnocryptes minimus - Bécassine sourde, Motacilla cinerea - Bergeronnette des ruisseaux, Motacilla alba - Bergeronnette grise, Pyrrhula pyrrhula - Bouvreuil pivoine, Emberiza schoeniclus - Bruant des roseaux, Buteo buteo - Buse variable, Anas platyrhynchos - Canard colvert, Corvus corone - Corneille noire, Tringa ochropus - Chevalier cul-blanc, Accipiter nisus - Epervier d'Europe, Falco tinnunculus - Faucon crécerelle, Sylvia atricapilla - Fauvette à tête noire, Sylvia borin - Fauvette des jardins, Sylvia communis - Fauvette grisette, Garrulus glandarius - Geai des chênes, Muscicapa striata - Gobe-mouches gris, Certhia sp. - Grimpereau sp., Turdus philomelos - Grive musicienne, Ardea cinerea - Héron cendré, Riparia riparia - Hirondelle de rivage, Alcedo atthis - Martin-pêcheur d'Europe, Turdus merula - Merle noir, Parus major - Mésange charbonnière, Parus ater - Mésange noire, Aegithalos caudatus - Mésange à longue queue, Dendrocopos minor - Pic épeichette, Columba palumbus - Pigeon ramier, Fringilla coelebs - Pinson des arbres, Phylloscopus collybita - Pouillot véloce, Gallinula chloropus - Poule d'eau, Erithacus rubecula - Rouge-gorge, Phoenicurus ochruros - Rougequeue noir, Acrocephalus palustris - Rousserolle verderolle, Sitta europaea - Sitelle torchepot, Troglodytes troglodytes -Troglodyte mignon, Vanellus vanellus -Vanneau huppé, Carduelis chloris - Verdier.

Mammifères (D. Ertz, 1999-2004):
Meles meles - Blaireau, Capreolus capreolus - Chevreuil, Martes foina - Fouine, Lepus capensis - Lièvre, Ondatra zibethicus - Rat musqué, Vulpes vulpes - Renard.

Commentaires sur la flore

Phanérogames (D. Ertz, 1999-2006):
Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Aegopodium podagraria, Aethusa cynapium, Agrostis capillaris, Ajuga reptans, Alisma plantago-aquatica, Alliaria petiolata, Alopecurus geniculatus, Alopecurus pratensis, Alnus glutinosa, Angelica sylvestris, Anthriscus sylvestris, Anthoxantum odoratum, Arabidopsis thaliana, Armeria maritima subsp. halleri, Arrhenaterum elatius, Artemisia vulgaris, Arum maculatum, Athyrium filix-femina, Bellis perennis, Betula pendula, Bidens tripartita, Bromus hordeaceus, Bryonia dioica, Caltha palustris, Campanula trachelium, Campanula rotundifolia, Capsella bursa-pastoris, Cardamine amara, Cardamine hirsuta, Cardamine pratensis, Carduus crispus, Carex disticha, Carex hirta, Carex ovalis, Carex spicata, Carpinus betulus, Cerastium fontanum, Chenopodium album, Chenopodium polyspermum, Chenopodium rubrum, Cirsium arvense, Cirsium palustre, Clematis vitalba, Cornus sanguinea, Corydalis solida, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Crataegus laevigata x monogyna, Crepis capillaris, Crepis paludosa, Cruciata laevipes, Cuscuta europaea, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Digitalis purpurea, Dryopteris carthusiana, Dryopteris filix-mas, Echinochloa crus-galli, Elymus repens, Epilobium angustifolium, Epilobium hirsutum, Epilobium tetragonum, Equisetum arvense, Equisetum palustre, Erophila verna, Eupatorium cannabinum, Evonymus europaeus, Fagus sylvatica, Festuca ovina subsp. guestfalica, Festuca sp., Filipendula ulmaria, Frangula alnus, Fraxinus excelsior, Gagea lutea, Galeopsis tetrahit, Galinsoga quadriradiata, Galium aparine, Galium mollugo, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Glyceria notata, Gnaphalium uliginosum, Hedera helix, Heracleum sphondylium, Hieracium pilosella, Holcus lanatus, Humulus lupulus, Hypericum perforatum, Hypericum quadrangulum, Ilex aquifolium, Impatiens glandulifera, Impatiens noli-tangere, Iris pseudacorus, Juncus articulatus, Juncus bufonius, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus inflexus, Lamium album, Lamium galeobdolon, Lamium purpureum, Lapsana communis, Lemna minor, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Lolium multiflorum, Lolium perenne, Lonicera periclymenum, Lotus pedunculatus, Luzula campestris, Luzula luzuloides, Lychnis flos-cuculi, Lycopersicon esculentum, Lycopus europaeus, Lysimachia nummularia, Lythrum salicaria, Malva moschata, Matricaria discoidea, Matricaria maritima subsp. inodora, Medicago lupulina, Mentha aquatica, Milium effusum, Myosotis arvensis, Myosoton aquaticum, Oxalis acetosella, Persicaria hydropiper, Persicaria lapathifolia, Phalaris arundinacea, Picea abies, Pimpinella major, Phleum pratense, Physalis peruviana, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa annua, Poa nemoralis, Poa pratensis, Poa trivialis, Polygonatum multiflorum, Polygonum aviculare, Potamogeton crispus, Potentilla anserina, Potentilla erecta, Prunella vulgaris, Prunus avium, Prunus serotina, Prunus spinosa, Pteridium aquilinum, Quercus robur, Quercus rubra, Ranunculus acris, Ranunculus subg. Batrachium, Ranunculus flammula, Ranunculus ficaria, Ranunculus repens, Ranunculus sceleratus, Ribes uva-crispa, Rorippa palustris, Rosa canina, Rubus idaeus, Rubus sp., Rumex acetosa, Rumex conglomeratus, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Salix alba, Salix caprea, Salix fragilis, Salix viminalis, Sambucus nigra, Sambucus racemosa, Scirpus sylvaticus, Scrophularia auriculata, Scrophularia nodosa, Senecio inaequidens, Senecio ovatus, Senecio sylvaticus, Senecio vulgaris, Silene dioica, Silene vulgaris subsp. vulgaris var. humilis, Sisymbrium officinale, Solanum dulcamara, Solanum nigrum, Solidago gigantea, Sonchus asper, Sonchus oleraceus, Sorbus aucuparia, Stachys palustris, Stellaria alsine, Stellaria holostea, Stellaria media, Stellaria nemorum subsp. nemorum, Succisa pratensis, Taraxacum sp., Teucrium scorodonia, Thlaspi caerulescens subsp. calaminare, Trifolium dubium, Trifolium hybridum, Trifolium pratense, Trifolium repens, Typha latifolia, Urtica dioica, Vaccinium myrtillus, Valeriana repens, Verbascum nigrum, Veronica arvensis, Veronica beccabunga, Veronica chamaedrys, Veronica hederifolia, Veronica serpyllifolia, Viola calaminaria, Viscum album (sur Crataegus).
Bryophytes (D. Ertz, 1999-2006):
Amblystegium riparium, Amblystegium serpens, Atrichum undulatum, Aulacomnium androgynum, Barbula unguiculata, Brachythecium albicans, Brachythecium rutabulum, Bryum argenteum, Bryum capillare, Bryum rubens, Calypogeia arguta, Caliergonella cuspidata, Calypogeia fissa, Campylopus introflexus, Ceratodon purpureus, Conocephalum conicum, Cratoneuron filicinum, Dicranella heteromalla, Dicranoweisia cirrata, Eurhynchium hians, Eurhynchium praelongum, Eurhynchium striatum, Fissidens bryoides, Fontinalis antipyretica, Funaria hydrometrica, Hypnum cupressiforme, Lophocolea bidentata, Lunularia cruciata, Mnium hornum, Mnium marginatum, Orthotrichum affine, Orthotrichum diaphanum, Orthotrichum pallens, Phascum cuspidatum, Physcomitrella patens, Physcomitrium pyriforme, Plagiomnium rostratum, Plagiomnium undulatum, Plagiothecium sp., Polytrichum formosum. Pottia truncata, Pylaisia polyantha, Rhytidiadelphus squarrosus, Scleropodium purum, Thuidium tamariscinum, Ulota bruchii, Weissia controversa.
Lichens (D. Ertz, 1999-2006):
Anisomeridium polypori, Buellia punctata, Candelariella reflexa, Caloplaca flavocitrina, Cladonia coniocraea, Cladonia rangiformis, Evernia prunastri, Flavoparmelia caperata, Hypogymnia physodes, Hypogymnia tubulosa, Lecidella elaeochroma, Melanelia glabratula, Parmelia sulcata, Parmelia tiliacea, Pertusaria amara, Phaeophyscia orbicularis, Physconia grisea, Physcia adscendens, Physcia tenella, Porina aenea, Porina chlorotica, Punctelia subrudecta, Xanthoria candelaria, Xanthoria parietina, Xanthoria polycarpa.

Espèces exotiques

Echinochloa crus-galli, Impatiens glandulifera, Prunus serotina, Quercus rubra, Senecio inaequidens, Solidago gigantea,

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation et restauration d'un ensemble de milieux prairiaux et bocagers (pré maigre, pâture extensive, friches, pelouse calaminaire, cariçaies, ...).

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

Un plan de gestion est proposé dans le dossier de demande d'agrément (COLLECTIF, 2005). En voici quelques extraits:
Ronnespeck
Les deux prairies gérées jusqu'il y a peu par pâturage intensif sont soumises depuis 1999 à une gestion extensive grâce à la collaboration d'un agriculteur local : fauche après le 1er juillet, suivie d'un pâturage du regain en fin de saison. Une pessière, qui occupait l'un des versants boisés, a été mise à blanc dans le cadre du projet Interreg afin de laisser la place à une recolonisation ligneuse spontanée. Par ailleurs, une bande boisée d'environ 300 m a été plantée en bordure de la réserve à l'occasion de la journée de l'arbre organisée par la Région wallonne.
L'objectif principal est la restauration de prairies maigres par une gestion extensive.
Entre-les-Moulins
En mai 1999, cette terre agricole a été labourée afin de faciliter le lessivage des intrants (engrais,…) et favoriser l'installation d'une végétation de friche. L'ensemble est alors resté sans gestion jusqu'en 2000. Une bande boisée a été plantée sur la bordure nord-ouest du site. Par ailleurs, divers arbres indigènes (érable, aulne, frêne, saules,…) ont été plantés le long de la Gueule afin de stabiliser la berge et de renforcer le maillage écologique. Depuis 2000, la parcelle est soumise à un pâturage très extensif de juillet à septembre (selon les années, 4 à 7 bovidés non rustiques). Deux petites mares ont été restaurées dans le cadre du programme Interreg. Dans le cadre de ce même programme, un ancien drain a été bouché afin de maintenir le caractère humide de la prairie humide.
L'objectif global est de restaurer, à terme, un prés humide typique de la vallée de la Gueule, à l'image de ce qui est réalisé chez nos voisins néerlandais.
Terbruggen
La parcelle occupée par la plantation de chênes rouges d'Amérique a été déboisée au cours de l'hiver 2003 dans le cadre du projet Interreg. Elle est livrée au reboisement spontané par les espèces indigènes. Sur la petite pelouse calaminaire, quelques coupes d'entretien ont été réalisées afin d'ouvrir davantage le milieu. Le cerisier à grappes (Prunus serotina) y est assez envahissant et nécessite des interventions régulières.
L'objectif principal du plan de gestion de cette partie de la réserve est la conservation de la pelouse calaminaire.
Geulbemden
Ce bloc de plus de 6 ha n'a pas encore fait l'objet d'une quelconque gestion. Il présente cependant de grandes potentialités. Les zones de prairies ont été gérées jusqu'à aujourd'hui selon un schéma de pâturage intensif classique. La rivière y a modelé des méandres et la berge est bordée d'arbres, parfois en têtards. Une pessière sans intérêt recouvre un milieu qui pourrait devenir à nouveau assez intéressant puisque l'on y retrouve, là où les épicéas laissent parvenir la lumière au sol, des lambeaux de prairies humides et une végétation typique des zones humides. Le versant boisé, caractérisé par le houx en sous bois, mérite aussi notre attention.
Les objectifs de conservation de cette dernière zone seront de restaurer la prairie humide actuellement plantée en épicéas et de maintenir les boisements en réserve naturelle intégrale.

Accès du public

Les principes directeurs de l'accès du public sont ceux développés dans l'ensemble des réserves RNOB, donnant un maximum de possibilités aux visiteurs. Les panneaux d'information inviteront les visiteurs à éviter les excès de piétinement en dehors des chemins et sentiers, et à respecter la flore, le faune (les récoltes et cueillettes ne sont pas permises en dehors des opérations de gestion du site ou de prélèvements réalisés dans un but scientifique dûment encadrées) et le calme dans la réserve.
Les cas particuliers où des espèces ou des communautés seraient menacées par la fréquentations du public seront régler sans donner l'impression à ce dernier qu'il est exclu de l'observation de la nature. D'une façon générale, un aménagement judicieux des lieux devra permettre de conduire le visiteur partout où il pourra observer sans déranger.
Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles destinés à la fauche et à la récolte du foin et des véhicules dont la présence sera indispensable pour mettre en œuvre l'une ou l'autre mesure du plan de gestion.
Un effort particulier sera réalisé pour permettre au public de profiter aux maximum des richesses naturelles de la réserve : organisation de visites guidées, fixées ou sur demande, de chantier de gestion, installation de panneaux didactiques,…
Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la Commission de Gestion.
Pour des motifs de sécurité publique, de protection des espèces, de travaux de gestion, la Commission de Gestion peut interdire temporairement certains accès.

Détails

Description physique

La Gueule est un affluent de la rive droite de la Meuse qui prend naissance au nord-est de Hauset. Drainant une partie du Pays de Herve sur une longueur de 20 kilomètres, elle conflue avec la Meuse au nord de Maastricht, à Ieteren, après avoir parcouru une trentaine de kilomètres en territoire néerlandais.

Coulant dans un paysage vallonné, cette rivière est nichée au fond d'une large dépression creusée par l'érosion fluviale et ainsi que par une série de fractures géologiques et de failles d'orientation SE-SO. Ces cassures ont affecté le socle de roches primaires permis la constitution d'importants dépôts de minéraux variés, dont des gisements métallifères.

Près de la source de la Gueule, on se trouve sur les sables d'Aix-la-Chapelle, mais la plus grande partie de la vallée est creusée dans les grès et shales du Famennien, les calcaires, dolomies et shales du Tournaisien; dans les calcaires du Viséen les grès et shales du Houiller. De très importants gîtes métallifères ont été exploités le long de la vallée. Les vestiges de ces anciennes exploitations sont occupés par des sites calaminaires.

Plusieurs étangs jalonnent la vallée. Les plus remarquables sont l'étang du Casino à la Calamine et l'étang du site calaminaire de Plombières.

Description biologique

Le site concerné s'étend depuis le village de Plombières jusqu'à la frontière néerlandaise. Une grande partie est incluse dans le site Natura 2000 BE33006 'Vallée de la Gueule en aval de Kelmis'. Plusieurs parcelles font en outre partie de la réserve naturelle agréée 'Vallée de la Gueule' gérée par les Réserves Naturelles RNOB.
A ce niveau, la rivière circule principalement au milieu des pâtures et des prairies. Les berges portent des éléments de mégaphorbiaie, des fourrés de saules, des roselières à baldingère, des groupements nitrophiles à grande ortie, etc. On observe également plusieurs prairies humides et magnocariçaies et même un petit site calaminaire à la flore intéressante. Quelques rares plantations de résineux ou de peupliers existent çà et là.
Les parcelles gérées par les RNOB sont décrites dans le dossier de demande d'agrément (COLLECTIF, 2005) :
Ronnespeck
Ce terrain de deux hectares est situé en rive gauche de la Gueule tout contre la frontière hollandaise. Les deux prairies qui en constituent l'essentiel sont séparées par un ruisseau qui se jette dans la Gueule en bordure de la réserve. Deux versants boisés (principalement par des chênes) sont aussi présents dans le périmètre concerné. Une magnifique source ferrugineuse est présente sur l'un de ces versants. De l'autre côté de la frontière, jouxtant la réserve, une zone humide avec une mégaphorbiaie et deux mares, ainsi qu'un grand versant boisé, sont également en réserve naturelle, ce qui ne fait qu'accroître l'intérêt biologique cet ensemble belgo-néerlandais.
La flore herbacée est encore peu diversifiée et banale car les parcelles étaient soumises à une exploitation très intensive jusqu'à leur achat par Natuurmonumenten (probablement prairie ensemencées artificiellement). La flore herbacée sous la clôture bordant l'une des parcelles, comprend des espèces de prés maigres comme Succisa pratensis et Potentilla erecta, indiquant probablement la végétation potentielle sur ce site. Les parcelles sont bordées partiellement par des fragments de vieilles haies vives.
Les espèces vasculaires recensées dans ce site sont les suivantes (obs. Damien Ertz, 1999-2004): Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Aegopodium podagraria, Agrostis capillaris, Ajuga reptans, Alliaria petiolata, Alopecurus pratensis, Alnus glutinosa, Anthriscus sylvestris, Anthoxantum odoratum, Arrhenaterum elatius, Arum maculatum, Athyrium filix-femina, Bellis perennis, Betula pendula, Bromus hordeaceus, Prunella vulgaris, Bryonia dioica, Campanula rotundifolia, Cardamine hirsuta, Cardamine pratensis, Carduus crispus, Carpinus betulus, Cerastium fontanum, Cirsium palustre, Crataegus monogyna, Crataegus laevigata x monogyna, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Cruciata laevipes, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Deschampsia flexuosa, Digitalis purpurea, Dryopteris carthusiana, Dryopteris filix-mas, Elymus repens, Equisetum arvense, Eupatorium cannabinum, Euonymus europaeus, Fagus sylvatica, Festuca sp., Frangula alnus, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium mollugo, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Glyceria notata, Hedera helix, Heracleum sphondylium, Holcus lanatus, Humulus lupulus, Impatiens glandulifera, Impatiens noli-tangere, Lamium album, Lamium galeobdolon, Lamium purpureum, Leucanthemum vulgare, Lolium perenne, Lonicera periclymenum, Lotus pedunculatus, Luzula campestris, Luzula luzuloides, Lysimachia nummularia, Mentha aquatica, Milium effusum, Myosotis arvensis, Oxalis acetosella, Phalaris arundinacea, Picea abies, Pimpinella major, Plantago major, Poa annua, Poa nemoralis, Poa pratensis, Poa trivialis, Polygonatum multiflorum, Potentilla erecta, Prunus avium, Prunus spinosa, Pteridium aquilinum, Quercus robur, Ranunculus acris, Ranunculus ficaria, Ranunculus repens, Rosa canina, Rubus idaeus, Rubus sp., Rumex acetosa, Rumex obtusifolius, Salix caprea, Salix fragilis, Sambucus nigra, Sambucus racemosa, Scrophularia auriculata, Scrophularia nodosa, Senecio ovatus, Silene dioica, Solanum dulcamara, Sorbus aucuparia, Stellaria alsine, Stellaria holostea, Stellaria media, Stellaria nemorum, Succisa pratensis, Taraxacum sp., Teucrium scorodonia, Trifolium dubium, Trifolium pratense, Trifolium repens, Urtica dioica, Valeriana repens, Veronica chamaedrys, Veronica serpyllifolia, Viscum album (sur Crataegus)

Sont également recensées les hépatiques Calypogeia arguta, Calypogeia fissa, Lophocolea bidentata et les mousses Atrichum undulatum, Brachythecium rutabulum, Dicranella heteromalla, Eurhynchium hians, Eurhynchium praelongum, Hypnum cupressiforme, Mnium hornum, Plagiothecium sp., Polytrichum formosum.
La faune de cette parcelle a fait l'objet de recensements occasionnels (D. ERTZ, P. LEPRINCE et G. SAN MARTIN, notamment): elle regroupe des espèces pour la plupart assez banales (papillons, oiseaux, ...).
Des terriers de blaireaux (Meles meles) sont présents dans un versant boisé. Des insectes xylophages, comme le coléoptère Dorcus parallelipipedus, sont abondants dans les versants boisés et les vieilles haies. Une population de l'orthoptère Metrioptera roeselii, rare en Wallonie, fréquente la végétation herbacée mésophile.
Entre-les-Moulins
Ce terrain de 3 hectares est un ancien champ de maïs situé en fond de vallée sur la rive gauche de la Gueule. L'exploitation s'est arrêtée fin 1998, moment où l'association Natuurmonumenten a acheté le site et en a confié la gestion biologique aux RNOB.
Le site est en pleine évolution et est déjà très prometteur si on s'en réfère à son passé agricole récent. Son intérêt actuel réside principalement dans :
- une végétation rivulaire dont la flore très variée comprend notamment Cuscuta europaea. Certains tronçons de berge porte par ailleurs une flore calaminaire avec Thlaspi caerulescens subsp. calaminare et Silene vulgaris subsp. vulgaris var. humilis. La libellule Calopteryx splendens y est abondante. Dans la rivière, des peuplements à Potamogeton crispus sont présents ;
- une prairie humide, partiellement inondée en hiver et au printemps, dont la flore très variée comprend par exemple Hypericum quadrangulum, Scirpus sylvaticus, Equisetum palustre, Lychnis flos-cuculi, Lycopus europaeus, Lythrum salicaria, … Durant les périodes de migration, cette zone marécageuse attire des bécassines des marais (Gallinago gallinago), bécassines sourdes (Lymnocryptes minimus) et bruants des roseaux (Emberiza schoeniclus) ;
- une végétation de friche relevant de l'arrhénatérion ;
- un alignement d'arbres traités en 'têtards' (saule, frêne,…) ;
- deux petites mares où se reproduisent batraciens, libellules, …
On recense dans cette zone les espèces végétales suivantes (obs. D. Ertz 1999-2005): Alnus glutinosa, Carpinus betulus, Crataegus monogyna, Fraxinus excelsior, Prunus avium, Quercus robur, Ribes uva-crispa, Rosa canina, Rubus idaeus, Salix alba, Salix caprea, Salix viminalis, Sambucus nigra, Achillea millefolium, Aethusa cynapium, Agrostis capillaris, Alisma plantago-aquatica, Alliaria petiolata, Alopecurus geniculatus, Alopecurus pratensis, Angelica sylvestris, Arabidopsis thaliana, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Bidens tripartita, Campanula trachelium, Campanula rotundifolia, Capsella bursa-pastoris, Cardamine amara, Cardamine hirsuta, Cardamine pratensis, Carduus crispus, Carex disticha, Carex hirta, Carex ovalis, Carex spicata, Cerastium fontanum, Chenopodium album, Chenopodium polyspermum, Chenopodium rubrum, Cirsium arvense, Cirsium palustre, Crepis capillaris, Crepis paludosa, Cruciata laevipes, Cuscuta europaea, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Deschampsia cespitosa, Echinochloa crus-galli, Elymus repens, Epilobium angustifolium, Epilobium hirsutum, Epilobium tetragonum, Equisetum arvense, Equisetum palustre, Eupatorium cannabinum, Filipendula ulmaria, Galeopsis tetrahit, Galinsoga quadriradiata, Galium aparine, Galium mollugo, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Glyceria notata, Gnaphalium uliginosum, Heracleum sphondylium, Hypericum perforatum, Hypericum quadrangulum, Humulus lupulus, Impatiens glandulifera, Iris pseudacorus, Juncus articulatus, Juncus bufonius, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus inflexus, Lamium album, Lamium purpureum, Lapsana communis, Lemna minor, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Lolium multiflorum, Lolium perenne, Lotus pedunculatus, Lychnis flos-cuculi, Lycopersicon esculentum, Lycopus europaeus, Lythrum salicaria, Malva moschata, Matricaria discoidea, Matricaria maritima subsp. inodora, Medicago lupulina, Mentha aquatica, Myosoton aquaticum, Phalaris arundinacea, Phleum pratense, Physalis peruviana, Plantago major, Poa annua, Poa trivialis, Polygonum aviculare, Persicaria hydropiper, Persicaria lapathifolia, Potamogeton crispus, Potentilla anserina, Ranunculus acris, Ranunculus subg. Batrachium, Ranunculus flammula, Ranunculus repens, Ranunculus sceleratus, Rorippa palustris, Rumex acetosa, Rumex conglomeratus, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Scirpus sylvaticus, Scrophularia auriculata, Scrophularia nodosa, Senecio inaequidens, Senecio sylvaticus, Senecio vulgaris, Silene dioica, Silene vulgaris subsp. vulgaris var. humilis, Sisymbrium officinale, Solanum dulcamara, Solanum nigrum, Solidago gigantea, Sonchus asper, Sonchus oleraceus, Stachys palustris, Stellaria holostea, Stellaria media, Stellaria nemorum subsp. nemorum, Taraxacum sp., Thlaspi caerulescens subsp. calaminare, Trifolium dubium, Trifolium hybridum, Trifolium pratense, Trifolium repens, Typha latifolia, Urtica dioica, Verbascum nigrum, Veronica arvensis, Veronica beccabunga, Veronica chamaedrys, Veronica hederifolia, Veronica serpyllifolia.
Les bryophytes suivants ont été recensées (obs. D. ERTZ): Conocephalum conicum, Lunularia cruciata, Lophocolea bidentata, Amblystegium riparium, Amblystegium serpens, Atrichum undulatum, Barbula unguiculata, Brachythecium albicans, Brachythecium rutabulum, Bryum argenteum, Bryum capillare, Bryum rubens, Ceratodon purpureus, Cratoneuron filicinum, Dicranoweisia cirrata, Eurhynchium praelongum, Fissidens bryoides, Fontinalis antipyretica, Funaria hydrometrica, Hypnum cupressiforme, Mnium hornum, Mnium marginatum, Orthotrichum affine, Orthotrichum diaphanum, Orthotrichum pallens, Phascum cuspidatum, Physcomitrella patens, Physcomitrium pyriforme, Plagiomnium rostratum, Plagiomnium undulatum, Pleuridium sp., Pottia truncata, Pylaisia polyantha, Rhytidiadelphus squarrosus, Weissia controversa.
La faune de ce terrain a fait l'objet de recensements ponctuels (D. ERTZ et G. SAN MARTIN, notamment):
L'existence de points d'eau aménagés et le caractère inondable du site en hiver et au printemps attirent une avifaune variée dont quelques espèces de limicoles lors de leur migration. Plusieurs espèces de batraciens et libellules ont été observées. A noter que ce site abrite certaines espèces protégées (dont la coccinelle Anisosticta 19-punctata) ou rares (les orthoptères Tetrix ceperoi et Metrioptera roeselii). Il semble que ce site joue en fait un rôle primordial et s'inscrit dans un corridor écologique permettant le déplacement de certaines espèces. Des aménagements simples ont des effets intéressants sur l'entomofaune. L'utilisation de piquets en bois brut et la confection de tas de branches mortes après les gestions semblent avoir favorisé des espèces saproxyliques comme le bupreste Anthaxia salicis (rare si fort au nord).
Terbruggen
On y trouve une petite pelouse calaminaire bordée d'un petit bois de feuillus et d'une pelouse sur schiste. Ce type de pelouse calaminaire résulte de l'exploitation minière. Traitement des minerais, stockage et mise en décharge des déchets liés à ces activités ont donné naissance à des sols riches en métaux lourds. Ces sols sont colonisés par une végétation très particulière et très rare à l'échelle de la Belgique. De l'autre côté de la route qui borde ce terrain, la réserve se prolonge par un versant qui était occupé par une plantation de chêne rouge d'Amérique de 21 ans. Cette parcelle a été déboisée en 2003. Elle est bordée dans le fond de la vallée par une grande prairie marécageuse qui n'est pas incluse dans la réserve.
L'intérêt biologique majeur consiste en l'existence de la pelouse calaminaire comprenant cinq métallophytes : Armeria maritima subsp. halleri, Viola calaminaria, Festuca ovina subsp. guestfalica, Thlaspi caerulescens subsp. calaminare et Silene vulgaris subsp. vulgaris var. calaminare (voir aussi GRAITSON, 2006).
Sur l'ensemble du terrain les plantes vasculaires suivantes ont été signalées (obs. D. ERTZ, 2001-2004): Achillea millefolium, Armeria maritima subsp. halleri, Arum maculatum, Clematis vitalba, Crataegus monogyna, Cytisus scoparius, Erophila verna, Festuca ovina subsp. guestfalica, Geranium robertianum, Hieracium pilosella, Hypericum sp., Ilex aquifolium, Leucanthemum vulgare, Lonicera periclymenum, Quercus robur, Quercus rubra, Plantago lanceolata, Prunus serotina, Prunus avium, Prunus spinosa, Rubus sp., Rumex acetosa, Senecio inaequidens
Silene vulgaris subsp. vulgaris var. humilis, Teucrium scorodonia, Thlaspi caerulescens var. calaminare, Viola calaminaria, Ribes uva-crispa.
Divers lichens ont également été observés: Anisomeridium polypori, Buellia punctata, Candelariella reflexa, Caloplaca flavocitrina, Cladonia coniocraea, Cladonia rangiformis, Evernia prunastri, Flavoparmelia caperata, Hypogymnia physodes, Hypogymnia tubulosa, Melanelia glabratula, Parmelia sulcata, Parmelia tiliacea, Phaeophyscia orbicularis, Physcia adscendens, Physcia tenella, Punctelia subrudecta, Xanthoria parietina, Xanthoria polycarpa.

Ainsi qu'une série de Bryophytes: Aulacomnium androgynum, Brachythecium rutabulum, Caliergonella cuspidata, Campylopus introflexus, Ceratodon purpureus, Dicranoweisia cirrata, Eurhynchium praelongum, Eurhynchium striatum, Hypnum cupressiforme, Orthotrichum diaphanum, Plagiomnum undulatum, Polytrichum formosum, Rhytidiadelphus squarrosus, Scleropodium purum, Ulota bruchii.
En ce qui concerne la faune, la pelouse calaminaire offre un site relais de choix pour de nombreux insectes. Malgré sa petite taille, le milieu pourrait constituer une aire, si pas de reproduction, tout au moins un point de chute apprécié pour l'abondance des floraisons. Un papillon peu commun, le petit nacré (Issoria lathonia) est présent dans la vallée et pourrait se cantonner autour des violettes calaminaires, espèce nourricière habituelle de sa chenille. La coccinelle Subcoccinella 24-punctata se développe quant à elle sur le silène calaminaire (du moins dans les sites métallifères). La présence de l'orvet (Anguis fragilis), reptile peu commun en Pays de Herve, est également signalée (obs. E. GRAITSON).
Geulbemden
Dernier acquisition en date, ce terrain est constitué de zones bien distinctes aux intérêts biologiques variés. Il occupe une longue bande de terre sur la rive droite de la Gueule. L'ensemble de ces parcelles forment un bloc de plus de 6 ha, propriété des Réserves Naturelles RNOB.
On peut distinguer :
- un grand versant boisé avec chênes, bouleaux et hêtres et sous-bois riche en houx. La végétation, qui semble avoir été au départ une chênaie à bouleaux, évoluerait vers une hêtraie à houx (habitat Natura 2000); des terriers de blaireaux y sont présents ;
- une grande pessière en fond de vallée présentant un grand potentiel de restauration vers la prairie humide ;
- une grande prairie de fond de vallée bordée par la Gueule, toujours actuellement gérée de façon intensive par un fermier ;
- un petit fragment de forêt galerie avec en sous-bois Gagea lutea et Corydalis solida ;
- une végétation calaminaire, avec abondance du tabouret calaminaire, sur les rives de la Gueule.
Les inventaires partiels (D. ERTZ, 2003-2006) rassemblent les plantes vasculaires suivantes : Alnus glutinosa, Betula pendula, Fagus sylvatica, Fraxinus exelsior, Ilex aquifolium, Quercus robur, Picea abies, Salix sp., Angelica sylvestris, Caltha palustris, Cardamine amara, Corydalis solida, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Gagea lutea, Iris pseudacorus, Filipendula ulmaria, Lonicera periclymenum, Pteridium aquilinum, Urtica dioica, Vaccinium myrtillus.
La liste des Bryophytes comprend au moins Mnium hornum, Plagiothecium sp., Polytrichum formosum, Thuidium tamariscinum.
Celle des lichens: Buellia punctata, Cladonia coniocraea, Lecidella elaeochroma, Pertusaria amara, Physcia adscendens, Physcia tenella, Physconia grisea, Porina aenea, Porina chlorotica, Xanthoria candelaria, Xanthoria parietina, Xanthoria polycarpa.

La faune paraît assez variée mais les inventaires commencent à peine. Elle comprend par exemple le martin-pêcheur (Alcedo atthis) et la bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea).

Monument naturel

A compléter

Monument historique

Nombreux sites d'intérêt archéologique et industriel.

Histoire du site

Le pays de Herve est voué, depuis longtemps, aux activités agricoles. Nous sommes cependant loin des mornes plateaux de Hesbaye. Ici, le caractère bocager a pu être préservé et l'élevage en pâture garde une place importante.
A côté de cette occupation agricole ancienne s'est développée une industrie importante liée aux particularités géologiques de la région. La présence de ces minerais est à l'origine d'un passé riche et mouvementé. Les plus anciennes exploitations de gisements calaminaires remonteraient à l'époque romaine.
La Gueule et ses affluents ont contribué à l'activité économique en tant que source d'énergie dès le 14e siècle (COLLECTIF, 2005).

Divers

Sources

RNOB

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB NATAGORA