Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

193 - Au Béolin à Brisy

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Gouvy, Houffalize
Cantonnements DNF :Vielsalm
Surface :48.74 ha
Coordonnées :X Lambert : 255394 - Y Lambert : 93473

Intro

Brève description

A compléter

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L0 - Ardenne
  • L3 - Ardenne centrale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Cherain44.46 haGOUVYLUXEMBOURG
Mont0.05 haHOUFFALIZELUXEMBOURG
Tavigny4.23 haHOUFFALIZELUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Vielsalm48.74 haMarche-en-Famenne

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
181Au Béolin à Brisy48,74 ha

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
G1.8Chênaies acidophiles
H3Rochers et falaises

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Dendrocopos mediusOuiNonPotentiel
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Formica rufa2004S. Rouxhet et al.
Plantes - Plantes supérieures
Malus sylvestris2004S. Rouxhet et al.
Sorbus aria2004S. Rouxhet et al.

Commentaires sur la faune

Espèces remarquables de la faune : aucun relevé n'a été entrepris jusqu'à présent. Cependant, les biotopes, de par leur originalité et leur quiétude indiscutables pourraient convenir à des espèces très menacées telles que la loutre (eau propre et poissonneuse, berges naturelles, dérangement nul ou infime) et le pic mar (vieux troncs couverts de mousses et lichens).

Commentaires sur la flore

Espèces remarquables de la flore : excepté Sorbus aria, la flore phanérogamique présente peu d'intérêt; par contre, la flore cryptogamique et principalement lichénique, revêt un intérêt primordial. Une étude exhaustive des lichens devrait être envisagée.
Un relevé des Bryophytes fait état de 34 mousses et 7 hépatiques (DE ZUTTERE, 1986).

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Le site a été mis en réserve afin de sauvegarder l'importante station d'usnées et d'empêcher tout enrésinement destructeur.

Menaces

La seule menace qui pèse actuellement sur la réserve est le dépérissement de plusieurs arbres ce qui aboutit à moyen terme à l'anéantissement de la végétation épiphytique et notamment des lichens (usnées).

Recommandations

Pour sauvegarder un maximum d'arbres vivants riches en épiphytes, quelle est la meilleure marche à suivre ? Doit-on sacrifier l'un ou l'autre tronc de la cépée ?

Plan de gestion

Aucune gestion particulière n'a été envisagée jusqu'à présent. Le site, entièrement forestier, est laissé à son évolution naturelle.

Accès du public

L'accès de la réserve est toujours soumis à une autorisation du conservateur; s'il s'agit d'un groupe, il sera toujours accompagné d'un guide compétent mandaté par les CNB. Des zones reconnues comme trop vulnérables ne seront pas accessibles aux visiteurs.

Détails

Description physique

Le site est localisé en Ardenne centrale, à un altitude variant de 360 à 385 m, sur un versant escarpé d'exposition sud-est, en rive droite de l'Ourthe orientale. On y observe de nombreux affleurements de roches phylladeuses du Siegenien, en relation avec l'encaissement de la vallée. La déclivité du terrain est très importante. La réserve s'étend jusqu'à la rive de l'Ourthe. Des peuplements d'épicéas bordent le haut de la réserve et couvrent la plus grande surface des versants, jusqu'à la rivière.

Description biologique

La plus grande partie de la réserve est constituée par un ancien taillis de chêne pédonculé (Quercus robur) sur forte pente (Quercion robori-sessiliflorae). Ces arbres portent une flore lichénique exubérante qui constitue le principal intérêt de la réserve : les branches et les troncs sont couverts de plusieurs espèces du genre Usnea. Ces lichens fruticuleux sont bien connus pour leur poléophobie maximale; leur présence ici, en grand nombre, prouverait une très bonne qualité de l'air local.
Les strates arborescente et arbustive renferment également le bouleau verruqueux (Betula pendula), le sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia), le hêtre (Fagus sylvatica), le charme (Carpinus betulus), le noisetier (Corylus avellana), le sureau à grappes (Sambucus racemosa), le prunellier (Prunus spinosa), la bourdaine (Frangula alnus), la viorne obier (Viburnum opulus).
Dans le sous-bois on note quelques herbacées comme la canche flexueuse (Deschampsia flexuosa), largement dominante, ainsi que la germandrée scorodoine (Teucrium scorodonia), la fougère des chartreux (Dryopteris carthusiana), le dryoptéris dilaté (Dryopteris dilatata), la fougère mâle (Dryopteris filix-mas), la surelle (Oxalis acetosella) et la stellaire holostée (Stellaria holostea).
La présence d'espèces xéroclines telles que Malus sylvestris subsp. sylvestris et Sorbus aria est à mettre en rapport avec la forte déclivité et l'exposition méridionale.
En bas de pente apparaît, sur colluvions, une érablière à Acer pseudoplatanus.
La bordure nord du site est jalonnée de nombreuses fourmilières de fourmis rousses (Formica rufa).

Monument naturel

Rochers phylladeux.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Le vieux taillis que nous observons aujourd'hui est probablement le résultat d'anciennes pratiques sylvicoles telles que l'écorçage et la fabrication du charbon de bois. Jusqu'à la fin du 19e siècle, les tanneries utilisaient le tan de l'écorce de chêne pour le tannage des peaux. Les localités de Houffalize (distante de 3 km de la réserve) et de La Roche étaient à l'époque fort réputées pour leurs tanneries.

Divers

Sources

RESNAT
OFFH

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994)