Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

203 - Le Confluent

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Marais de Genval
Communes :Rixensart
Cantonnements DNF :Nivelles
Surface :6.00 ha
Coordonnées :X Lambert : 161152 - Y Lambert : 157373
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le site du Confluent, aussi appelé "marais de Genval", est situé précisément à la confluence de deux petits cours d'eau brabançons, l'Argentine et la Lasne. Il fait partie d'un maillage de zones humides qui s'étale depuis le sud de la Forêt de Soignes jusqu'à la vallée de la Dyle. Si l'ensemble du site est repris dans le réseau Natura 2000, une partie seulement d'environ 2 ha constitue une réserve naturelle gérée par la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux et agréée en mai 2017 par la Région wallonne. On y rencontre surtout des roselières, des cariçaies ainsi que des bois marécageux, avec aussi des friches plus sèches s'installant sur d'anciens remblais. L'avifaune comprend près de 80 espèces dont 20 sont considérées comme nicheuses certaines ou probables. Parmi les invertébrés, les odonates représentent le groupe le mieux documenté, avec 25 espèces recensées, soit plus du tiers de la faune wallonne. Un escargot d'intérêt communautaire, le maillot de Des Moulins (Vertigo moulinsiana), est également à signaler: cette minuscule espèce est très localisée en Wallonie où elle est cantonnée essentiellement aux cariçaies inondées.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • C0 - Brabant limoneux

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Genval0.62 haRIXENSARTBRABANT
Rixensart3.02 haRIXENSARTBRABANT
Rosières2.36 haRIXENSARTBRABANT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Nivelles6 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site classé par A.R. du 8/12/1993.Les parcelles cadastrales 660 et 658 font partie du projet d'extension de classement pour laquelle une enquête est en cours depuis juin 1994.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6768Le Confluent2.0126 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Castor fiberOuiNon2005J. Taymans
Myotis daubentoniiOuiOui2005B. Chiwy
Nyctalus noctulaOuiOui2005B. Chiwy
Pipistrellus pipistrellusOuiOui2005B. Chiwy
Putorius putoriusNonNon2005J. Taymans
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNonNicheur1993F. Hela
Acrocephalus scirpaceusOuiNonNicheur2008F. Hela, J. Taymans
Alcedo atthisOuiNonNicheur probable2015Divers obs.
Charadrius dubiusOuiNonMigrateur (estivant ?)1993F. Hela
Dendrocopos minorOuiNonNicheur probable1993F. Hela
Emberiza schoeniclusOuiNonNicheur1993F. Hela
Fulica atraNonNonNicheur1993F. Hela
Gallinula chloropusOuiNonNicheur1993F. Hela
Hippolais icterinaOuiNonNicheur probable1993F. Hela
Motacilla cinereaOuiNonNicheur1993F. Hela
Porzana porzanaOuiNonOccasionnelPh. Goffart
Rallus aquaticusOuiNonNicheur1993F. Hela
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNonReproduction1993H. De Wavrin, C. Percsy
Ichthyosaura alpestrisOuiNonReproduction2008H. De Wavrin, C. Percsy
Lissotriton helveticusOuiNonReproduction1993H. De Wavrin, C. Percsy
Pelophylax kl. esculentusOuiNonReproduction1993H. De Wavrin, C. Percsy
Rana temporariaOuiNonReproduction1993H. De Wavrin, C. Percsy
Invertébrés - Insectes - Libellules
Aeshna affinisNonNonmax. 1 ex.2001P. Fontaine
Calopteryx splendensNonNonmax. 35 ex.2003GT Gomphus (Ph. Goffart, P. Fontaine)
Libellula fulvaOuiOui1 femelle immature2006E. Verhegghen
Sympetrum danaeNonNonmax. 6 ex.1997B. Chiwy
Sympetrum flaveolumNonOuiGT Gomphus (Ph. Goffart)
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Conocephalus dorsalis2006P. Fontaine
Invertébrés - Mollusques
Vertigo moulinsianaAbondant2003AB. Vercoutere
Plantes - Plantes supérieures
Allium ursinum1992M. Tanghe
Carex paniculata1992M. Tanghe
Carex riparia1992M. Tanghe
Epipactis helleborine1992M. Tanghe
Equisetum telmateia1992M. Tanghe
Listera ovata1992M. Tanghe

Commentaires sur la faune

Mammifères (données divers obs. 2005-2017): Capreolus capreolus, Castor fiber, Myotis daubentonii, Nyctalus noctula, Ondatra zibethicus, Oryctolagus cuniculus, Pipistrellus pipistrellus, Putorius putorius, Sciurus vulgaris, Vulpes vulpes.

Oiseaux (données F. Héla, 1991-93; J. Taymans, 2006 + divers obs. 2005-2017): Accipiter nisus, Acrocephalus palustris, Acrocephalus scirpaceus (N), Actitis hypoleucos, Aegithalos caudatus (N), Aix galericulata, Alauda arvensis, Alcedo atthis (N), Anas crecca, Anas platyrhynchos (N), Anthus pratensis, Apus apus, Ardea cinerea, Athene noctua (N?), Aythya fuligula (N?), Branta canadensis, Buteo buteo, Carduelis cannabina, Carduelis carduelis, Carduelis chloris (N), Carduelis spinus, Certhia brachydactyla (N), Charadrius dubius, Columba oenas (N?), Columba palumbus (N), Corvus corone (N?), Corvus frugilegus, Corvus monedula, Delichon urbicum, Dendrocopos major (N), Dendrocopos minor (N), Dryocopus martius, Emberiza schoeniclus (N?), Erithacus rubecula (N), Falco tinnunculus, Fringilla coelebs (N), Fulica atra (N), Gallinago gallinago, Gallinula chloropus (N), Garrulus glandarius (N?), Hippolais icterina, Hirundo rustica, Larus argentatus, Larus canus, Larus ridibundus, Locustella naevia, Luscinia megarhynchos, Lymnocryptes minimus, Motacilla alba, Motacilla cinerea (N), Muscicapa striata, Nycticorax nycticorax, Pandion haliaetus, Parus ater, Parus caeruleus (N), Parus cristatus (N?), Parus major (N), Parus montanus (N), Parus palustris (N), Passer domesticus, Phasianus colchicus, Phoenicurus phoenicurus, Phylloscopus collybita (N), Pica pica, Picus viridis, Porzana porzana, Psittacula krameri (N), Prunella modularis (N), Pyrrhula pyrrhula, Rallus aquaticus, Regulus regulus (N), Scolopax rusticola, Serinus serinus, Sitta europaea (N), Streptopelia decaocto, Sturnus vulgaris (N), Sylvia atricapilla (N), Sylvia borin (N), Tringa ochropus, Troglodytes troglodytes (N), Turdus iliacus, Turdus merula (N), Turdus pilaris, Turdus philomelos (N), Turdus viscivorus, Vanellus vanellus.

Amphibiens (données C. Percsy, 1990-93 et 2004-2005): Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton vulgaris, Pelophylax kl. esculentus, Rana temporaria.

Odonates (données G.T. Gomphus 2001-2006 + divers obs. 2005-2017): Aeshna affinis, Aeshna cyanea, Aeshna grandis, Aeshna mixta, Anax imperator, Calopteryx splendens, Coenagrion puella, Cordulia aenea, Enallagma cyathigerum, Erythromma najas, Erythromma viridulum, Ischnura elegans, Lestes sponsa, Lestes viridis, Libellula depressa, Libellula fulva, Libellula quadrimaculata, Orthetrum cancellatum, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Sympecma fusca, Sympetrum danae, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum, Sympetrum vulgatum.

Lépidoptères rhopalocères (données G.T. Lycaena 2001-2006 + divers obs. 2005-2017): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Celastrina argiolus, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Ochlodes sylvanus, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Vanessa atalanta.

Mollusques (données B. Vercoutere, 2003): Vertigo moulinsiana.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données M. Tanghe, 1992-2006): Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Adoxa moschatellina, Ajuga reptans, Alisma plantago-aquatica, Alliaria petiolata, Allium ursinum, Alnus incana, Alnus glutinosa, Angelica sylvestris, Anthoxanthum odoratum, Anthriscus sylvestris, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Betula pendula, Bidens tripartita, Brachypodium sylvaticum, Bromus sterilis, Caltha palustris, Calystegia sepium, Cardamine amara, Cardamine flexuosa, Cardamine hirsuta, Cardamine pratensis, Carduus crispus, Carex cuprina, Carex acutiformis, Carex disticha, Carex hirta, Carex paniculata, Carex riparia, Centaurea jacea subsp. grandiflora, Cerastium fontanum, Chaerophyllum temulum, Chrysosplenium alternifolium, Cirsium arvense, Cirsium palustre, Cirsium oleraceum, Cirsium vulgare, Coryllus avellana, Crataegus monogyna, Dactylis glomerata, Daucus carota, Deschampsia cespitosa, Dryopteris carthusiana, Dryopteris dilatata, Dryopteris filix-mas, Elymus repens, Epilobium hirsutum, Epilobium parviflorum, Epipactis helleborine, Equisetum fluviatile, Equisetum palustre, Equisetum telmateia, Eupatorium cannabinum, Fallopia japonica, Festuca arundinacea, Festuca rubra s.l., Filipendula ulmaria, Frangula alnus, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium mollugo, Galium palustre, Geranium dissectum, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Glyceria maxima, Heracleum sphondylium, Holcus lanatus, Humulus lupulus, Hypericum hirsutum, Hypericum maculatum, Hypericum perforatum, Impatiens glandulifera, Iris pseudacorus, Juncus acutiflorus, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus inflexus, Lamium album, lamium galeobdolon, Lamium galeobdolon subsp. argentatum, Lamium purpureum, Lapsana communis, Lathyrus pratensis, Lathyrus latifolia, Lemna minor, Leucanthemum vulgare, Listera ovata, Lotus pedunculatus, Luzula campestris, Lychnis flos-cuculi, Lycopus europaeus, Lythrum salicaria, Medicago lupulina, Silene dioica, Mentha aquatica, Moehringia trinervia, Myosotis scorpioides, Myosotis sylvatica, Myriophyllum sp., Narcissus pseudonarcissus, Quercus robur, Petasites hybridus, Phalaris arundinacea, Phragmites australis, Plantago lanceolata, Poa pratensis, Poa trivialis, Persicaria amphibia, Persicaria bistorta, Potentilla anserina, Potentilla reptans, Primula elatior, Prunella vulgaris, Prunus serotina, Prunus spinosa, Ranunculus acris, Ranunculus ficaria, Ranunculus repens, Ranunculus sceleratus, Ribes rubrum, Robinia pseudoacacia, Rubus caesius, Rubus fruticosus, Rumex acetosa, Rumex conglomeratus, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Rumex sanguineus, Salix x rubens, Salix alba, Salix caprea, Salix cinerea, Salix fragilis, Salix viminalis, Sambucus nigra, Scrophularia auriculata, Scutellaria galericulata, Solanum dulcamara, Solidago gigantea, Stachys palustris, Stachys sylvatica, Stellaria nemorum, Symphytum officinale, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Tilia platyphyllos, Trifolium dubium, Trifolium hybridum, Trifolium pratense, Typha latifolia, Urtica dioica, Valeriana repens, Veronica beccabunga, Veronica chamaedrys, Veronica filiformis, Veronica hederifolia, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia sativa subsp. nigra, Vicia tetrasperma.

Lichens (données C. Fontaine, 2007): Arthonia radiata, Buellia punctata, Candelariella xanthostigma, Candelariella reflexa, Cladonia coniocraea, Cladionia ochrochlora, Flavoparlemia caperata, Graphis scripta, Hypogymnia physodes, Hypotrachyna revoluta, Lecidella elaeochroma, Lecanora carpinea, Lecanora conizaeoides, Lecanora expallens, Lepraria incana, Melanelia fuliginosa subsp. glabratula, Parmelia sulcata, Porina aenea, Phaeophyscia orbicularis, Phlyctis argena, Physcia aipolia, Physcia adscendens, Physcia tenella, Physconia grisea, Plastimatia glauca, Punctelia ulophylla, Punctelia subrudecta, Xanthoria candelaria, Xanthoria parietina.

Espèces exotiques

Plantes: Fallopia japonica, Impatiens glandulifera, Lamium galeobdolon subsp. argentatum, Lathyrus latifolia, Lemna minuta, Prunus serotina, Robinia pseudoacacia, Solidago gigantea.

Animaux: Aix galericulata, Branta canadensis, Ondatra zibethicus, Psittacula krameri.

Conservation

Objectifs de conservation

Sauvegarde d'un site humide particulièrement intéressant du Brabant wallon situé dans une zone de spéculation immobilière. Conservation d'une population de Vertigo moulinsiana, espèce visée par la décret Natura 2000.

Menaces

Le site n'est plus menacé directement. Cependant, vu la grande pression immobilière et touristique sur cette partie de Rixensart, il serait souhaitable d'obtenir la propriété ou la location de l'ensemble du site (environ 6 ha). Le classement du site serait une garantie appréciable. Une demande a été introduite en juin 1991 par la Commission provinciale des Monuments, Sites et Fouilles.

Vu son environnement largement urbanisé, la vallée de la Lasne au niveau de Rixensart subit les rejets d'eau usées qui pourrait entrainer à terme des problèmes de pollution.

Recommandations

Extension de la réserve aux parcelles avoisinantes d'un intérêt biologique semblable.

Lutte contre Fallopia japonica.

Actualisation des inventaires faunistiques.

Plan de gestion

Dossier de demande d'agrément (LRBPO, 1995)

Milieux forestiers

Le bosquet de robiniers implanté le long de la rue de Rosières a tendance à s'étendre vers les mares. Son avancée sera stoppée par la coupe d'arbres et par l'arrachage de jeunes plants pionniers. Les jeunes saules colonisant les cariçaies seront arrachés. L'extension de la saulaie sera limitée par l'élimination des exemplaires n'excedant pas les 5 mètres. La zone boisée située en lisière des jardins de la rue de la Hulpe (aulnaie et saulaie) sera laissée à une évolution spontanée.

La roselière

L'essentiel de la gestion de la roselière consistera à en limiter le boisement, par la coupe régulière des jeunes ligneux. Des tentatives de fauche hivernale en rotation peuvent y être réalisées afin d'augmenter la vigueur des roseaux.

La cariçaie

S'étendant de la petite mare vers la rue de Rosières, un fauchage annuel tardif y sera appliqué.

La magnocariçaie atterrie et rudéralisée à Carex acutiformis et Solidago gigantea

Un fauchage estival annuel sera réalisé, avec exportation des foins, en vue du remplacement spontané des solidages par des espèces indigènes.

La berge de la rive droite

Les zones à renouées du Japon seront fauchées régulièrement en vue de leur élimination complète. Pour le reste, la végétation des berges pourra évoluer librement.

La zone à pétasites de la rive droite

Un bosquet d'arbustes (prunelliers, aubépines, sorbiers, ... ) sera planté en vue du nourrissage automnal des oiseaux.

La limite avec le pépiniériste Central Jardin

Une haie moyenne sera plantée afin de bien marquer une limite que le pépiniériste a tendance à déplacer à son profit, afin aussi de supprimer l'impact visuel fâcheux créé par le dépôt de matériaux, la présence de conteneurs, etc.

Les mares

Le retour à une meilleure qualité des eaux de ruissellement devrait garantir le maintien et favoriser l'extension des populations d'amphibiens et d'odonates.

Actuellement, n'étant pas raccordables aux égoûts existants, la plupart des maisons riveraines implantées rue de La Hulpe déversent leurs eaux usées au bout de leur jardin. Ces dernières aboutissent dans les mares de la réserve naturelle et participent à leur eutrophisation. De même, des puits perdus existant dans certains de ces jardins contribuent fort probablement à la pollution des sources qui alimentent les mares.

L'urgence consistera dans le placement d'un collecteur dans le bas des jardins, à la limite de la réserve. Ce petit collecteur (desservant une quinzaine d'habitations) sera branché sur le collecteur principal (qui rejoint la station d'épuration de Rosières) à hauteur de la rue de l'Institut.

Des carpes introduites il y a plus de 10 ans ont atteint des tailles et une densité néfastes à la flore et à la faune aquatiques. Elles seront progressivement éliminées.

Enfin, quelques nouvelles petites mares, indépendantes des mares existantes, pourraient être creusées. Elles serviront de lieu de reproduction aux amphibiens, à l'abri des pollutions, des carpes et des épinoches qui peuplent les grandes mares.

Accès du public

L'accès et l'information du public sont définis par la commission de gestion de la réserve en référence au plan de gestion. Cependant, vu la fragilité du milieu et les dérangements de la faune locale, seules des visites guidées sont prévues pour l'instant.

Détails

Description physique

Le site se trouve dans le Brabant sablo-limoneux, à la confluence de l'Argentine et de la Lasne, en aval du lac de Genval (bassin hydrographique de l'Escaut). Il fait partie du district phytogéographique brabançon.

Le site repose sur des alluvions modernes du quaternaire (alm). Quelques zones de remblais (sables gréseux) se retrouvent çà et là.

L'hydrologie locale a été étudiée récemment par VAN OVERMEIREN (2007). Il s'agit d'un facteur prépondérant dans le site. Celui-ci est traversé par deux cours d'eau, la Lasne et l'Argentine, et se localise à leur confluence. Un petit ru coule parallèlement à la Lasne avant de s'y jeter en aval du pont de la rue de l'Institut. Plusieurs sources alimentent ce petit ru ainsi qu'une mare en situation relativement ouverte.

Un collecteur fut installé en 1977 par l'IBW, ce qui a provoqué une remontée d'eau de la nappe aquifère au niveau d'une zone appelée le Bayou (saulaie marécageuse).

La qualité chimique et biologique des eaux du site du Confluent est très moyenne, ce qui s'explique par la proximité des habitations qui rejètent leurs eaux usées dans les cours d'eau.

Description biologique

Le site a été décrit dans les dossiers de demandes d'agrément (LRBPO, 1995 et 2008). La flore a été étudiée par M. Tanghe sur base de relevés effectués en 1992, 1994 et 2006. Au total, plus de 170 espèces de plantes supérieures ont été relevées dans et autour du site du Confluent.

Le site renferme des tronçons de cours d'eau, deux mares, des zones marécageuses ainsi que des parties plus sèches. Parmi les quelque 17 groupements végétaux recensés récemment sur le site, on peut mentionner:

- la magnocariçaie inondée à Carex paniculata, caractérisée par sa structure en touradons;
- la magnocariçaie inondée à Carex acutiformis, également à structure en touradons, se développe dans 30-40 cm d'eau;
- la magnocariçaie mouillée à Carex acutiformis, se présentant en peuplement monospécifique de structure relativement homogène et uniforme; on note aussi une variante à Carex disticha;
- la magnocariçaie inondée-mouillée à Carex acutiformis et à Carex riparia, localisée en particulier le long d'un fossé inondé, en cours d'extension;
- la roselière inondée à Phragmites australis et Typha latifolia;
- la magnocariçaie mouillée à humide à Carex acutiformis, Equisetum telmateia et Glyceria maxima, s'installant sur sol organique spongieux;
- la magnocariçaie rudéralisée à Carex acutiformis, envahie par Solidago gigantea, groupement linéaire colonisant un bombement de terrain sur le tracé du collecteur;
- la mégaphorbiaie rudérale à Petasites hybridus et Urtica dioica, qui occupe une élévation de terrain le long de la Lasne correspondant à l'accumulation des boues de curage de la rivière;
- la glycériaie mouillée-inondée à Glyceria maxima et Iris pseudacorus;
- la saulaie marécageuse à Salix alba et à Salix cinerea.

Une jonçaie inondée à Juncus effusus, encore bien individualisée en 1994, ne constitue plus actuellement de groupement autonome; ce jonc y demeure présent mais en faible densité dans la magnocariçaie.

D'autres groupements existent sur les sols moins humides, certains à l'état fragmentaire: friches rudérales à Solidago gigantea, Tanacetum vulgare, Cirsium arvense, pelouse mésophile à Poa pratensis, Festuca rubra, Leucanthemum vulgare actuellement en grande partie disparue sous les ronciers et fourrés.

On note encore un remblai datant des années 1970 et actuellement occupé par un boisement rudéral et nitrophile de saules (Salix caprea) et de robiniers (Robinia pseudoacacia).

Une étude des lichens épiphytes a été menée dans le site par FONTAINE (2007). Cet auteur y mentionne la présence des cortèges suivants :

1) groupements pionniers crustacés du Lecanorion subfuscae rassemblant :
- Buellia punctata sur écorce de Populus (Buellietum punctatae) ;
- Lecidella elaeochroma, Lecanora carpinea, Lecanora expallens, Candelariella xanthostigma et Candelariella reflexa sur diverses écorces (Lecanoretum horizae) ;
- Lecanora conizaeoides lignicole (Lecanoretum allophanae) ;
- Phlyctis argena sur Prunus (Phlyctidetum argenae) ;
- Arthonia radiata, Graphis scripta, Porina aenea, Opegrapha sp., sur Alnus glutinosa (Graphidion scriptae).

2) groupements foliacés dépendant du Xanthorion parietinae, s'installant en atmosphère humide fréquemment brumeuse, avec notamment :
- Physcia adscendens, Physcia tenella, Physcia aipolia, Phaeophyscia orbicularis, Physconia grisea, Xanthoria candelaria et Xanthoria parietina sur écorce de Prunus et de Sambucus (Physcietum adscendentis, groupement héminitrophile);
- Hypogymnia physodes et Parmelia sulcata (Pseudeverniatum furfuraceae) ;
- Flavoparmelia caperata, Punctelia ulophylla, Punctelia subrudecta, Melanelia fuliginosa subsp. glabratula, Hypotrachyna revoluta et Plastimatia glauca (Parmelietum caperatae, groupement non nitrophile) ;
- Cladionia coniocraea et Cladonia ochrochlora sur souches et mousses corticoles (Cladonietum coniocraea, peu représenté).
- enfin, Lepraria incana, espèce sciaphile des fissures d'écorces.

L'intérêt faunistique du Confluent s'illustre surtout sur les plans ornithologique et odonatologique.

De 1970 à 1993, le site fut l'objet d'observations systématiques par des ornithologues locaux (e.a. F. Héla). Par la suite, les visites ont été plus irrégulières entrainant un déclin des connaissances, si bien que l'évolution de l'avifaune, notamment nicheuse, est difficile à cerner. A partir de 2005, on constate une reprise de l'activité d'observation, encouragée par le développement des portails d'encodage des données naturalistes.

Au total, près de 80 espèces d'oiseaux ont été observées sur le site du Confluent, mais pas moins de 21 d'entres-elles n'ont plus été contactées depuis le début des années 1990. En revanche, 7 espèces «nouvelles» sont venues s'ajouter ces dernières années à l'inventaire.

Depuis 2005, le site est fréquenté plus ou moins régulièrement par une cinquantaine d'espèces dont 18 nichent avec certitude et 10 autres avec une probabilité élevée: citons notamment la poule d'eau (Gallinula chloropus), la foulque macroule (Fulica atra), le pigeon colombin (Columba oenas), le martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis), le pic épeichette (Dendrocopos minor), la bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea), la rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus), ...

Durant les migrations ou en hiver, on peut espérer y croiser des espèces comme la bécassine des marais (Gallinago gallinago), le chevalier cul-blanc (Tringa ochropus), le chevalier guignette (Actitis hypoleucos), le petit gravelot (Charadrius dubius), le râle d'eau (Rallus aquaticus), plus occasionnellement la bécassine sourde (Lymnocryptes minimus), voire la rare marouette ponctuée (Porzana porzana).

Quelques espèces exotiques sont en cours d'installation, en particulier la perruche à collier (Psittacula krameri) qui risque de concurrencer les cavernicoles (pigeon colombins et pics surtout).

Le site héberge une riche faune d'odonates avec pas moins de 25 espèces signalées plus ou moins récemment, incluant la rare libellule fauve (Libellula fulva) découverte en 2006, et le leste brun (Sympecma fusca), caractéristique des plans d'eau entourés de roselières.

Les mammifères n'ont pas encore été recensés de manière systématique. Le lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus), l'écureuil roux (Sciurus vulgaris), le renard (Vulpes vulpes), le chevreuil (Capreolus capreolus) sont régulièrement observés. Des cas de prédation du putois (Putorius putorius) sur des amphibiens ont été signalés.

La présence du castor européen (Castor fiber) est attestée par les empreintes et traces laissées par cet animal, récemment réintroduit de façon illégale en Wallonie.

Au moins trois espèces de chauves-souris fréquentent le site pour se nourrir: le murin de Daubenton (Myotis daubentonii), la pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus) et la noctule commune (Nyctalus noctula) (obs. B. Chiwy, 2005).

Les mares paraissent favorables à la reproduction des amphibiens mais les densités observées au cours de ces dernières années sont très faibles, sans pouvoir expliquer pourquoi. Malgré des recherches spécifiques, entre autre par l'emploi de nasses, aucun triton ne fut observé en 2004-2005, alors que des individus (2 espèces) étaient observés à l'occasion des gestions. De même, les grenouilles sont très discrètes sur le site. La présence de la grenouille verte indigène (Pelophylax kl. esculentus) est attestée par l'analyse des émissions vocales. Une petite population reproductrice de grenouille rousse (Rana temporaria) est présente au niveau de l'étang, où elle subit la prédation du putois. Le crapaud commun (Bufo bufo) habite également le site en deux petites populations distinctes.

On signalera encore la présence d'une importante population d'un minuscule escargot visé par le décret Natura 2000, le maillot de Des Moulins (Vertigo moulinsiana), dont l'habitat spécifique est constitué par les magnocariçaies marécageuses.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Vers le 13ème siècle, les fonds de vallées de la Lasne et de l'Argentine font l'objet d'un défrichement généralisé, à l'initiative des ducs de Brabant. Sur les cartes de Ferraris (vers 1770), le site était occupé par des prairies humides, sans doute fauchées tardivement. Vers 1850, la carte de Vandermaelen montre que l'endroit, dénommé 'Les Prés dit Wick', est encore occupé par des prés de fauche.

Jusque dans les années 1950, le site était pâturé par un troupeau de moutons. A cette époque là, Vanden Berghen y a effectué des relevés dans un groupement relevant de la prairie oligotrophe à molinie.

Plus récemment, diverses perturbations ont entrainé des modifications dans la physionomie du site: remblayements, construction d'un collecteur (1977), curage des cours d'eau, urbanisation des environs, ... L'aspect actuel de cette zone humide est assez différent de celui que l'on observait en 1980. Le milieu est davantage boisé et d'une manière générale, le site a un caractère plus marécageux.

Divers

Sources

RESNAT
ZHIB

Répondants de l'information

LIGUE ROYALE BELGE POUR LA PROTECTION DES OISEAUX (43-45, Rue de Veeweyde, 1070 Bruxelles).

Date de la dernière modification de la fiche

2017-10-04