Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

212 - Vallée de l'Eau Rouge

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Malmedy, Stavelot
Cantonnements DNF :Malmédy, Spa
Surface :75.76 ha
Coordonnées :X Lambert : 266640 - Y Lambert : 127411
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

L'Eau Rouge est un cours d'eau dépendant de l'Amblève issu du plateau des Hautes Fagnes, à près de 600 m d'altitude. Cette rivière au cours sinueux et apparemment non rectifié, à fond caillouteux et parsemés de nombreux blocs, a creusé une vallée modérément encaissée, largement enrésinée au cours du 20ème siècle. Selon les endroits, le lit majeur est occupé par des forêts naturelles marécageuses relativement bien préservées ou par de vieilles plantations d'épicéas, dont certaines ont été récemment mises à blanc. Les versants sont parsemés de nombreux suintements et écoulements de surface, favorables au développement de boulaies tourbeuses, bas-marais et landes tourbeuses relictuelles. La flore des zones tourbeuses est d'un très grand intérêt, avec notamment de belles populations de narthécie (Narthecium ossifragum), mais aussi plus localement la trientale (Trientalis europaea), l'orchis des sphaignes (Dactylorhiza sphagnicola) ou encore l'andromède (Andromeda polifolia). Dans la partie aval de la vallée existe un très bel affleurement rocheux et un éboulis siliceux d'un grand intérêt bryologique. En dehors d'une petite parcelle de 3 ha propriété de l'a.s.b.l. Les Amis de la Fagne, ce site de haute valeur biologique ne bénéficie d'aucun statut de protection.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L6 - Hautes-Fagnes

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Bevercé32.12 haMALMEDYLIEGE
Francorchamps43.65 haSTAVELOTLIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Malmédy31.87 haMalmédy
Spa43.89 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Oui  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
200Vallée de l'Eau Rouge3,1 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Boloria seleneNonNon2014O. Schott, F. Stocman
Carterocephalus palaemonNonNon2013O. Schott
Invertébrés - Insectes - Libellules
Aeshna junceaOuiOui2014O. Schott
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Coccinella magnificaLigne haute tension2012J.-F. Godeau
Plantes - Plantes supérieures
Andromeda polifolia2013O. Schott
Carex binervisBois de la Hé2013O. Schott
Carex canescens2013O. Schott
Dactylorhiza maculata2013O. Schott
Dactylorhiza sphagnicola2013O. Schott
Erica tetralix2013O. Schott
Eriophorum vaginatum2013O. Schott
Juniperus communis
Menyanthes trifoliata2013O. Schott
Narthecium ossifragum2013O. Schott
Trientalis europaea2011M. Dufrêne
Vaccinium oxycoccos2013O. Schott
Vaccinium uliginosum2013O. Schott
Vaccinium vitis-idaea
Viola palustris2013O. Schott
Plantes - Mousses - Bryophytes
Anastrophyllum minutum2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Bazzania flaccida1997H. Van Melick
Bazzania trilobata2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Cephalozia connivens2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Douinia ovata2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Hyocomium armoricum2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Hypnum pallescens2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Jamesoniella autumnalis2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Leptodontium flexifolium2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Lophozia sudetica2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Odontoschisma sphagni2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Ptilidium ciliare2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Sphagnum angustifolium2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Sphagnum capillifolium2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Sphagnum magellanicum2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Sphagnum papillosum2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Sphagnum rubellum2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.
Sphagnum russowii2015A. Sotiaux, D. Parkinson et al.

Commentaires sur la faune

Données à compléter.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données divers obs. et al. 2000-2015): Acer pseudoplatanus, Ajuga reptans, Alnus glutinosa, Andromeda polifolia, Betula pendula, Betula pubescens, Blechnum spicant, Calluna vulgaris, Caltha palustris, Carex binervis, Carex canescens, Carex echinata, Carex nigra, Carex rostrata, Convallaria majalis, Corylus avellana, Cytisus scoparius, Dactylorhiza maculata, Dactylorhiza sphagnicola, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Dryopteris carthusiana, Dryopteris filix-mas, Equisetum sylvaticum, Erica tetralix, Eriophorum angustifolium, Eriophorum vaginatum, Frangula alnus, Glyceria fluitans, Juncus acutiflorus, Juniperus communis, Lonicera periclymenum, Lysimachia vulgaris, Maianthemum bifolium, Menyanthes trifoliata, Molinia caerulea, Narthecium ossifragum, Oxalis acetosella, Picea abies, Polygonatum verticillatum, Quercus robur, Salix aurita, Salix caprea, Scirpus sylvaticus, Solidago virgaurea, Sorbus aucuparia, Succisa pratensis, Teucrium scorodonia, Trientalis europaea, Vaccinium myrtillus, Vaccinium oxycoccos, Vaccinium uliginosum, Vaccinium vitis-idaea, Viburnum opulus, Viola palustris.

Bryophytes (données D. Parkinson, A. Sotiaux, J.-M. Couvreur et al. 2014-2016): Amblystegium serpens, Anastrophyllum minutum, Archidium alternifolium, Aulacomnium palustre, Barbilophozia attenuata, Barbilophozia barbata, Bazzania trilobata, Brachythecium salebrosum, Bryoerythrophyllum ferruginascens, Bryum sp., Calliergonella cuspidata, Calypogeia muelleriana, Campylopus flexuosus, Campylopus subulatus, Cephalozia bicuspidata, Cephalozia connivens, Cephaloziella cf. divaricata, Ceratodon purpureus, Cynodontium sp., Dicranella heteromalla, Dicranella rufescens, Dicranodontium denudatum, Douinia ovata, Eurhynchium striatum, Hylocomium splendens, Hyocomium armoricum, Hypnum andoi, Hypnum cupressiforme, Hypnum pallescens, Isothecium myosuroides, Jamesoniella autumnalis, Jungermannia gracillima, Lepidozia reptans, Leptodontium flexifolium, Loeskeobryum brevirostre, Lophocolea bidentata, Lophocolea heterophylla, Lophozia sudetica, Lophozia ventricosa, Marsupella emarginata, Metzgeria furcata, Mnium hornum, Nowellia curvifolia, Odontoschisma sphagni, Oligotrichum hercynicum, Pellia epiphylla, Plagiochila asplenioides, Plagiothecium laetum, Plagiothecium undulatum, Pleurozium schreberi, Pogonatum urnigerum, Polytrichum piliferum, Pseudotaxiphyllum elegans, Ptilidium ciliare, Ptilidium pulcherrimum, Racomitrium aciculare, Racomitrium heterostichum, Racomitrium lanuginosum, Radula complanata, Rhytidiadelphus loreus, Rhytidiadelphus squarrosus, Sanionia uncinata, Scapania irrigua, Scapania nemorea, Scapania undulata, Sciuro-hypnum populeum, Sphagnum angustifolium, Sphagnum auriculatum, Sphagnum capillifolium, Sphagnum fallax, Sphagnum fimbriatum, Sphagnum flexuosum, Sphagnum girgensohnii, Sphagnum magellanicum, Sphagnum palustre, Sphagnum papillosum, Sphagnum quinquefarium, Sphagnum rubellum, Sphagnum russowii, Tetraphis pellucida, Thuidium delicatulum, Thuidium tamariscinum, Tritomaria exsectiformis.

Espèces exotiques

Plantes: Picea abies.

Animaux: Procyon lotor.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection : Sauvegarde des biotopes de l'Eau Rouge.

Recommandations

Classement des parcelles les plus intéressantes comme réserve naturelle.

Détails

Description physique

Le site comprend la vallée de l'Eau Rouge, en amont depuis les lieux-dits Les Cothais, Targnon et Tchôdire (y compris donc la vallée du ruisseau de Targnon), en aval jusqu'à la route N62C Francorchamps-Burnenville, peu avant la confluence avec le Hockai (bassin de l'Amblève).

Les sources de l'Eau Rouge se situent à 600 m d'altitude, près de la Croix Dehottay, à l'est de Hockai. Le cours d'eau a une trajectoire sinueuse et ne croise aucun village ni industrie pratiquement jusqu'à sa confluence (soit près de 10 km), à environ 380 m d'altitude. La vallée a cependant été largement enrésinée dès la fin du 19ème siècle et elle est en outre franchie par l'autoroute A27-E42, au niveau du Bois de la Hé, et plus à l'est par deux lignes à haute tension issues de la centrale de Bevercé. Le site comprend plusieurs sources, dont le Pouhon de Bernister.

Description biologique

La vallée de l'Eau Rouge s'étale sur près de 10 km et comprend un ensemble d'habitats typiques de la haute Ardenne: boulaies tourbeuses, aulnaies marécageuses, prairies à molinie, bas-marais acides, suintements à narthécie, tourbières à canneberge, landes à éricacées, etc. On y trouve également quelques affleurements rocheux (en particulier au lieu-dit Le Fagnoux).

Les boulaies tourbeuses sont constituées du bouleau pubescent (Betula pubescens), du bouleau verruqueux (Betula pendula) et du chêne pédonculé (Quercus robur), sur un taillis de sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia), bourdaine (Frangula alnus) et saule à oreillettes (Salix aurita). La strate herbacée est dominée par la molinie bleue (Molinia caerulea) (Vaccinio uliginosi-Betuletum pubescentis).

Les suintements acides sont envahis par de belles populations de narthécie (Narthecium ossifragum), présentes à plusieurs endroits de la vallée.

On observe aussi localement de petites zones tourbeuses à bruyère quaternée (Erica tetralix), canneberge (Vaccinium oxycoccos), sphaignes (Sphagnum div. sp.) linaigrette à feuilles étroites (Eriophorum angustifolium) et linaigrette vaginée (Eriophorum vaginatum).

Des jonchaies acutiflores s'étendent dans la plaine alluviale de la rivière. On y rencontre, aux côtés du jonc acutiflore (Juncus acutiflorus): la violette des marais (Viola palustris), la laîche à bec (Carex rostrata), la laîche étoilée (Carex echinata), la laîche blanchâtre (Carex canescens), la laîche noire (Carex nigra) et des plages plus ou moins étendues de sphaignes (Sphagnum div. sp.).

Des fragments de landes occupent les bases des arbres ou encore les buttes plus sèches. Elles sont formées de myrtille de loup (Vaccinium uliginosum), de myrtille commune (Vaccinium myrtillus), d'airelle (Vaccinium vitis-idaea), de callune (Calluna vulgaris), de fougère des chartreux (Dryopteris carthusiana), etc.

Des fourrés de bourdaine (Frangula alnus), sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia), bouleau pubescent (Betula pubescens), souvent mêlés de jeunes épicéas (Picea abies), ainsi que des fourrés de saule à oreillettes (Salix aurita) dans les endroits les plus humides, se développent en maints endroits et annoncent la recolonisation forestière des zones ouvertes et des coupes forestières.

Des vestiges de pessières plus ou moins mal venantes et en partie renversées par les tempêtes de 1990 existent encore çà et là.

Le bourrelet alluvial est occupé par de nombreuses espèces pour la plupart forestières ou de lisières parmi lesquelles le solidage verge d'or (Solidago virgaurea), la succise des prés (Succisa pratensis), la germandrée scorodoine (Teucrium scorodonia), le muguet (Convallaria majalis), le maianthème à deux feuilles (Maianthemum bifolium), la trientale (Trientalis europaea), le genêt à balais (Cytisus scoparius), ...

La chênaie pédonculée à bouleaux et molinie est représentée à différents endroits de la vallée.

Les bords de l'Eau Rouge sont colonisés par des peuplements de glycérie flottante (Glyceria fluitans).

L'intérêt bryologique de la vallée, et en particulier de sa partie aval, a été documenté récemment suite à des prospections menées successivement en 2014-2015 par plusieurs personnes (D. Parkinson, J.-M. Couvreur, A. Sotiaux et coll.).

Cette partie comprend les lits mineur et majeur de la rivière ainsi qu'une partie des versants de la vallée. Le cours d'eau y est sinueux et apparemment non rectifié, à fond caillouteux et parsemés de nombreux blocs qui créent autant de petites cascades. Le lit majeur est constitué par des forêts naturelles marécageuses (aulnaies acidophiles et boulaies tourbeuses) relativement bien préservées ou par de vieilles plantations d'épicéas, dont certaines ont été récemment mises à blanc. Les versants sont parsemés de nombreux suintements et écoulements de surface, favorables au développement d'habitats naturels tourbeux (boulaies tourbeuses, bas-marais et landes tourbeuses relictuelles). Les plantations d'épicéas y prédominent, mais certaines ont été exploitées il y a moins de dix ans. Dans les ouvertures s'installent des groupements intéressants (e.a. bas-marais acides, landes tourbeuses et sèches). Un très bel affleurement rocheux (schistes ou phyllades) existe également au lieu-dit «Le Fagneux»: orienté au sud-est, sa base est constituée d'un éboulis boisé et ombragé et forme une transition avec une vieille forêt alluviale marécageuse.

L'affleurement rocheux et les éboulis présentent une bryoflore particulièrement remarquable comprenant plusieurs espèces rares en Wallonie (R). On y observe les hépatiques Anastrophyllum minutum (R), Barbilophozia attenuata, Barbilophozia barbata, Bazzania trilobata (R), Cephaloziella cf. divaricata, Jamesoniella autumnalis (R), Lepidozia reptans, Lophocolea bidentata, Lophocolea heterophylla, Lophozia ventricosa, Lophozia sudetica (R), Metzgeria furcata, Nowellia curvifolia, Ptilidium ciliare (R), Ptilidium pulcherrimum, Scapania nemorea, et les mousses Campylopus flexuosus, Cynodontium sp., Dicranella heteromalla, Hypnum andoi, Hypnum cupressiforme, Pseudotaxiphyllum elegans, Leptodontium flexifolium (R), Plagiothecium laetum, Pleurozium schreberi, Racomitrium heterostichum, Racomitrium lanuginosum, Rhytidiadelphus squarrosus, Sphagnum quinquefarium, Tetraphis pellucida et Thuidium delicatulum.

On notera que c'est sur ce site rocheux que l'hépatique rarissime Bazzania flaccida fut observé en 1997 pour la première fois en Belgique (VAN MELICK, 1998) mais jamais retrouvé depuis lors (voir SOTIAUX et VANDERPOORTEN, 2015). L'espèce fut notamment l'objet d'une recherche ciblée le 5/02/2016 mais sans succès. De même, Douinia ovata a aussi été signalée de cet affleurement, mais n'y a pas été revu malgré des recherches ciblées et répétées. Quelques brins ont néanmoins été observés sur bois pourri le 21/11/2014 (D. Parkinson) dans la forêt tourbeuse alluviale située plus en amont.

Les berges de l'Eau Rouge comporte peu d'espèces, tout au plus quelques hépatiques comme Marsupella emarginata, Pellia epiphylla, Scapania nemorea, Scapania undulata, et des mousses dont Mnium hornum, Racomitrium aciculare et le rare que Hyocomium armoricum.

Le peuplement de la forêt alluviale marécageuse est très riche et comporte plusieurs espèces patrimoniale de grand intérêt: pas moins de 17 hépatiques ont été notées dont Barbilophozia attenuata, Calypogeia muelleriana, Cephalozia connivens, Douinia ovata, Jamesoniella autumnalis, Lophocolea bidentata, Lophozia ventricosa, Nowellia curvifolia, Odontoschisma sphagni, Plagiochila asplenioides, Ptilidium pulcherrimum, Tritomaria exsectiformis, auxquelles s'ajoutent une trentaine de mousses et de sphaignes: Aulacomnium palustre, Sciuro-hypnum populeum, Brachythecium salebrosum, Ceratodon purpureus, Dicranella rufescens, Dicranodontium denudatum, Hylocomium splendens, Hypnum andoi, Hypnum pallescens (RR), Loeskeobryum brevirostre, Oligotrichum hercynicum, Rhytidiadelphus loreus, Sanionia uncinata, Sphagnum angustifolium (R), Sphagnum fallax, Sphagnum fimbriatum, Sphagnum flexuosum, Sphagnum girgensohnii, Sphagnum magellanicum (R), Sphagnum palustre, Sphagnum russowii, Sphagnum rubellum, Tetraphis pellucida, Thuidium delicatulum etc.

Dans les parties tourbeuses et humides des coupes à blanc de versant apparaissent Sphagnum auriculatum, Sphagnum capillifolium, Sphagnum fallax, Sphagnum fimbriatum, Sphagnum girgensohnii, Sphagnum magellanicum (R), Sphagnum palustre, Sphagnum papillosum (R), Calypogeia muelleriana, Lepidozia reptans, Lophozia ventricosa, Odontoschisma sphagni (R), ...

Enfin, sur un chemin forestier humide et peu fréquenté, poussent Jungermannia gracillima, Scapania irrigua, Archidium alternifolium, Bryoerythrophyllum ferruginascens, Bryum sp., Calliergonella cuspidata, Campylopus subulatus, Hypnum cupressiforme, Pogonatum urnigerum, Polytrichum piliferum.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Pas de données disponibles.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994)

Date de la dernière modification de la fiche

2016-04-25