Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

2243 - Trou des Deux Copines

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Dison
Cantonnements DNF :Verviers
Surface :0.32 ha
Coordonnées :X Lambert : 258518 - Y Lambert : 144910
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Situé dans le massif karstique des Croisiers au bord de la Vesdre, le trou des Deux Copines est caractérisé par un réseau essentiellement horizontal. Cette cavité a probablement fonctionné comme recoupement de méandre souterrain de la rivière à une époque où la Vesdre coulait à une altitude plus élevée (dossier CSIS, CWEPSS).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F6 - Entre-Vesdre-et-Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Andrimont0.32 haDISONLIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Verviers0.32 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6845Trou des Deux Copines0,32 ha

Biotopes

Biotopes Corine

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
65.Grottes

Espèces

Commentaires sur la faune

Données à compléter.

Commentaires sur la flore

Données à compléter.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un site d'intérêt paléontologique, minéralogique, archéologique et chiroptérologique.

Intérêt biologique & paléontologique : la grotte est constituée d'un réseau labyrinthique d'étroites galeries et de fractures favorables au développement de la microfaune souterraine des fissures. Des ossements de macro mammifères ont également été retrouvés dans la cavité, démontrant que celle-ci devait disposer d'une entrée beaucoup plus vaste qui est aujourd'hui éboulée.

Intérêt minéralogique : la grotte présentait des concrétions d'une grande variété, qui étaient très abondantes offrant de grandes diversités de coloris.

Intérêt archéologique : découvertes d'outils et d'artefacts en silex dans la cavité qui à dû servir de halte temporaire à des groupes de chasseurs du Tardiglaciaire (12.000 BP).

Menaces

Fréquentation clandestine.
Fouilles sauvages.

Recommandations

Restauration du système de fermeture des accès.
Surveillance accrue.

Plan de gestion

Restauration du système de fermeture des accès.

Accès du public

La cavité fait l'objet d'une protection par une porte en fer. Son accès est strictement limité à la seule étude scientifique.

Détails

Description physique

L'entrée dans la cavité se fait par une étroite diaclase; une entrée de dimension beaucoup plus importante devait exister par le passé vu que la grotte a été occupée par les hommes ainsi que par des ours il y a plus de 10.000 ans. Cette entrée principale s'est effondrée et est probablement aujourd'hui complètement colmatée par les nombreux sédiments que l'on observe dans les parties basses des réseaux.Les réseaux de la cavité présentent une morphologie assez compliquée. Dans sa partie centrale la grotte a une structure labyrinthique, aux endroits où la forte densité de fractures et de diaclases ont permis une dissolution et une érosion plus importante, plusieurs 'salles' concrétionnées se sont formées (dossier CSIS, CWEPSS)

Description biologique

La grotte a servi de gîte à l'ours des cavernes (les femelles semblaient y mettre bas comme en atteste le grand nombre de fœtus et d'oursons), ainsi qu'à une horde de hyènes d'après les nombreux ossements striés de dents trouvés dans le fond de la grotte; l'endroit où elles déféquaient a pu être déterminé par la présence de nombreux coprolithes (dossier CSIS, CWEPSS)

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Cette cavité n'a été découverte que récemment (1984).
Il en résulte que dans les premières années qui ont suivi la découverte, la cavité a été régulièrement fouillées par des 'chercheurs de trésors' qui ont fortement perturbé les gisements, pillés une partie des pièces les plus intéressantes et cassé certaines des concrétions à proximité de l'entrée.(dossier CSIS, CWEPSS)

Biblio

Divers

Sources

Convention A&G

Répondants de l'information

S. LAMOTTE (SPW/DGARNE/DNF/DN B-5000 Namur).