Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

461 - Fonds de Ry

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Ruisseau de Matignolles / Ry de Matignolles
Communes :Viroinval
Cantonnements DNF :Viroinval
Surface :16.01 ha
Coordonnées :X Lambert : 170499 - Y Lambert : 87183
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Provenant du plateau de la Calestienne, le ruisseau des Fonds de Ry est l'un des rares affluents de la rive gauche du Viroin, avec lequel il conflue près de l'ancien moulin de Treignes, actuellement transformé en gîte rural. Il a creusé une petite vallée sauvage, d'une grande beauté, bordée par endroits de falaises calcaires abruptes et longée par une forêt-galerie d'aulnes et de frênes. Si l'on n'y prend garde, on peut se perdre facilement dans le sous-bois exubérant de la frênaie alluviale, l'une des plus remarquables de la région. Le site renferme aussi d'anciennes prairies de fauche, de vieux vergers extrêmement intéressants d'un point de vue entomologique, des terrasses de tuf calcaire (travertin) et même une tourbière fossile, d'une grande valeur scientifique. Cette vallée s'inscrit dans un ensemble exceptionnel constitué par le bois de Matignolles et les coteaux des Rivelottes et du Mwène à Vaucelle.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • K1 - Calestienne occidentale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Treignes14.02 haVIROINVALNAMUR
Vierves-sur-Viroin1.99 haVIROINVALNAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Viroinval16.01 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Classé comme site le 24 avril 1988.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNonplusieurs terriers1998J.-Y. Baugnée et al.
Muscardinus avellanariusOuiNon1 nid1995J.-Y. Baugnée
Neomys fodiensOuiNonprésenceJ.-Y. Baugnée
Putorius putoriusNonNontraces1998J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNon1 coupleJ.-Y. Baugnée
Bonasa bonasiaOuiOui1 ex.1995J.-Y. Baugnée
Cinclus cinclusOuiNon1 couple1996J.-Y. Baugnée
Dendrocopos minorOuiNon1 couple1996J.-Y. Baugnée
Motacilla cinereaOuiNon1-3 couples1999J.-Y. Baugnée
Phoenicurus phoenicurusOuiNon1 couple1999J.-Y. Baugnée
Serinus serinusOuiOui1-2 couples1999J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon1999J.-Y. Baugnée
Ichthyosaura alpestrisOuiNon1999J.-Y. Baugnée
Rana temporariaOuiNon1999J.-Y. Baugnée
Salamandra salamandraOuiNon1999J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon1994-99J.-Y. Baugnée
Natrix natrixOuiOui1-2 ex.1998J.-Y. Baugnée
Zootoca viviparaOuiNon2001J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Poissons
Cottus gobio s.l.OuiOui
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon1996J.-Y. Baugnée
Nymphalis polychlorosNonNon1-2 ex.1995J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria1998J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Libellules
Calopteryx virgoNonNonG.T. Gomphus
Cordulegaster boltoniiNonNonG.T. Gomphus
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Cetonia aurata5-6 ex.1996J.-Y. Baugnée
Gnorimus nobilis1-2 ex.1996J.-Y. Baugnée
Sinodendron cylindricumreproduction (verger)2000J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Cérambycidés
Xylotrechus arvicola1998J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Coccinelles
Calvia quindecimguttata1 ex.1999AG.T. Coccinula (obs. G. San Martin)
Invertébrés - Insectes - Diptères
Arctophila superbiens1995J.-Y. Baugnée
Volucella inflata1999J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hémiptères
Cicadetta montana1-5 chanteurs<BR>(verger)1992-99J.-Y. Baugnée
Plantes - Plantes supérieures
Actaea spicata1-5 pieds1999J.-Y. Baugnée
Ajuga pyramidalis1986B. Clesse
Anemone ranunculoidesJ.-Y. Baugnée
Asplenium scolopendriumJ.-Y. Baugnée
Cephalanthera damasonium
Gagea luteaJ.-Y. Baugnée
Lathraea squamaria150-200 pieds1998CJ.-Y. Baugnée
Orchis mascula
Thlaspi montanum(Roche aux chevaux)1998AJ.-Y. Baugnée
Vincetoxicum hirundinaria

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 1

Commentaires sur la faune

Avifaune nicheuse : Alcedo atthis, Cinclus cinclus, Motacilla cinerea, Dendrocopos minor, Phoenicurus phoenicurus, Serinus serinus, Strix aluco.

Mammifères : Meles meles, Mustela putorius, Muscardinus avellanarius, Neomys fodiens.

Herpétofaune : Anguis fragilis, Natrix natrix, Salamandra salamandra.

Poissons : Salmo trutta fario, Cottus gobio.

Entomofaune variée.

Commentaires sur la flore

Espèces protégées : Actaea spicata, Cephalanthera damasonium, Orchis mascula.
Espèces intéressantes : Ajuga pyramidalis, Anemone ranunculoides, Asplenium scolopendrium, Gagea lutea, Lathraea squamaria, Thlaspi montanum.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'une petite vallée de grand intérêt paysager et scientifique.

Menaces

- Pollution de la rivière par les eaux usées du camping et du hameau de Matignolles.
- Construction éventuelle de nouveaux châlets dans le fond de la vallée.
- Abattage de pommiers.

Recommandations

Création d'une réserve naturelle en incluant le site dans le périmètre des Rivelottes (et du bois de Matignolles).

Plan de gestion

Aucun plan de gestion n'existe.

Accès du public

Accès libre sauf sur les terrains privés. Il existe une promenade didactique permettant de découvrir les différents aspects de cette pittoresque vallée (cf. Fondation Roi Baudouin, 1990). Des visites guidées sont organisées par l'asbl D.I.R.E. basée à l'ancienne ferme-château de Treignes. Il existe en outre un sentier permettant de remonter le cours du ruisseau jusqu'au hameau de Matignolles.

Détails

Description physique

Le ruisseau des Fonds de Ry (ou Ri de Matignolle) est l'un des rares affluents de la rive gauche du Viroin et se forme, peu après le camping de Matignolle, par la réunion de trois ruisselets qui prennent leur source sur le plateau de la Calestienne, à une altitude de 220 à 230 m. Leur physionomie a été décrite par Martin (1984).
Le ruisseau de Saint-Hilaire, l'affluent principal, se développe sur une longueur maximale de 1750 m avec un cours permanent de 1150 m. Sa vitesse est généralement très lente et le débit faible mais variable (de l'ordre de 3 l/s en été et de 23 l/s en fin d'hiver). Sa largeur à l'embouchure ne dépasse pas 90 cm pour une profondeur moyenne de 9,5 cm. La pente est d'environ 16 %
Le ruisseau de la Fontaine du Bouc est plus long que le précédent: 2350 m, mais sa partie permanente est seulement de 740 m. Sa physionomie est semblable au ruisseau de Saint-Hilaire mais il est moins large (26 cm près de son embouchure) et moins profond (6 cm en moyenne).
Le ruisseau de la Fontaine du Roy a une longueur totale de 1200 m mais n'est permanent qu'à partir du camping (soit 380 m). La physionomie n'est guère différente des autres affluents sauf la pente qui est plus importante (27 % en moyenne).
Au nord du hameau de Matignolle, ces trois ruisselets traversent les schistes frasniens pour franchir ensuite les calcaires givetien et couvinien.
Le ruisseau des Fonds de Ry a une longueur de 3450 m avec une pente moyenne de 20 %. Il conflue avec le Viroin à Treignes, à côté de l'ancien moulin banal. Il coule d'abord dans un large vallon formé de schistes frasniens, puis il s'enfonce profondément dans les assises calcaires du Givétien et du Couvinien et forme une vallée encaissée limitée par des falaises calcaires. Aux abords de Treignes, le vallon s'évase progressivement jusqu'au confluent.
A partir du bois de Matignolle, des formations de tuf calcaire apparaissent dans le ruisseau en y formant de minuscules barrages. Ce tuf est également bien visible sur les pierres, les débris de bois, les racines des arbres... Cette précipitation favorisée par la dureté de l'eau est provoquée par l'action conjuguée de l'algue Phormidium incrustatum et de la mousse Fissidens crassipes.
Un très important tuf fossile formé à l'Holocène comble en partie le fond de la vallée sous forme de trois replats successifs dans lesquels le ruisseau des Fonds de Ry a creusé son cours. D'après MULLENDERS et al. (1963), on peut distinguer les niveaux suivants :
a) le premier replat, à la sortie du bois de Matignolle, forme une terrasse longue de plus de 300 m, à l'altitude 160-170 m, sur la rive gauche du ruisseau qu'il domine de 4 m.
b) Le deuxième commence aux environs du gué et se termine un peu en aval de l'ancien moulin en ruine (moulin de Ry); avec une altitude moyenne de 150 m, ce deuxième replat, long de près de 600 m, domine parfois le ruisseau de plus de 6 m.
c) Le troisième, de plus faible superficie, se trouve au confluent du Viroin et du ruisseau de Matignolle; il est surtout visible sur la rive gauche du ruisseau, en face de l'ancien moulin banal de Treignes.
Le très grand intérêt de ces formations est encore augmenté par la présence d'intercalations de tourbe qui ont permis de dater les dépôts avec précision.

Description biologique

Le ruisseau des Fonds de Ry est le siège d'une activité turfigène contemporaine qui est due, en particulier, à l'algue Phormidium incrustatum et à différents Bryophytes (Cratoneuron filicinum, Marchantia polymorpha, Pellia endiviifolia, Brachythecium rivulare, Fissidens minutulus,...). Il en résulte la formation de petits barrages de tuf calcaire engendrant une succession de cascatelles et de zones plus calmes. Il existe en outre un dépôt fossile consistant en trois terrasses qui correspondent en fait à des barrages de tuf calcaire inactifs. Ce dépôt, daté de l'époque Holocène, renferme également de l'argile, de la tourbe et du limon (cf. JANSSEN & SWENNEN, 1999).
Le vallon creusé par ce ruisseau, entre le camping de Matignolle et le village de Treignes, est en grande partie boisé.
Les plateaux sont occupés par des cultures, des prairies pâturées, et, en amont du camping, par une chênaie-charmaie, un fragment de hêtraie calcicole (bois de Matignolle) ainsi que par des pinèdes à Pinus nigra plus ou moins agées.
Les versants sont souvent abrupts et barrés d'éperons rocheux. Des érablières de ravin à Asplenium scolopendrium et Actaea spicata se développent aux expositions ombragées. Sur les flancs bien exposés évolue une forêt thermophile avec notamment Acer campestre, Cornus mas, Fraxinus excelsior, Sorbus torminalis. Les affleurements calcaires, en particulier ceux situés sur la bordure occidentale du bois de Matignolle, portent des pelouses ouvertes à Cardaminopsis arenosa subsp. borbasii, Allium sphaerocephalon, Arabidopsis thaliana, Hippocrepis comosa, Melica ciliata, Sesleria caerulea, etc. Dans l'ourlet prennent place Vincetoxicum hirundinaria, Rosa spinosissima, Polygonatum odoratum, etc.
La Roche aux Chevaux est coiffée, quand à elle, d'une magnifique population de Thlaspi montanum melée de Narcissus pseudonarcissus et de Polypodium interjectum.
Le fond de la vallée est occupé par une très belle forêt riveraine au sous-bois souvent exubérant. La strate arborescente est dominée par Fraxinus excelsior, Alnus glutinosa et Acer pseudoplatanus. Hedera helix y forme de vastes nappes grimpant très haut dans les arbres. La végétation au sol est constituée entre autre d'Anemone ranunculoides, Allium ursinum, Ajuga reptans, Urtica dioica, Ribes sp., Filipendula ulmaria, ainsi que par une abondante régénération d'A. pseudoplatanus.
Dans ses sections les plus calmes, le ruisseau héberge quelques peuplements de Berula erecta et de Nasturtium officinale. Un rideau d'Alnus glutinosa souligne le tracé du cours d'eau dans les prairies de fauche et les pâtures. En amont de la Roche aux Chevaux, la banquette alluviale est colonisée par de vastes peuplements d'Allium ursinum dans lesquels se dissimule discrètement Lathraea squamaria qui parasite abondamment Corylus avellana.
Plus aval, le ruisseau des Fonds de Ry est bordé de prairies pâturées et de vieux vergers de pommiers d'une grande valeur patrimoniale. Les arbres sont envahis par Viscum album et la strate herbacée est plus ou moins richement composée, en fonction de la situation et de l'exposition. Ainsi, le verger situé au pied des Rivelottes occupe une banquette de tuf fossile dont le versant exposé au sud porte une végétation calcicole (Brachypodium pinnatum, Centaurea scabiosa, Cirsium acaule, etc.) alors que le plateau accueille une prairie plus banale pâturée par des chevaux.
La vallée des Fonds de Ry s'inscrit dans un ensemble extrêmement intéressant, comprenant aussi :
- le bois de Matignolle, hêtraie et chênaie-charmaie calcicoles riches en orchidées.
- les coteaux des Rivelottes et du Mwène à Vaucelle, abritant les pelouses xériques parmi les plus intéressantes de la vallée du Viroin de même que des fragments de chênaie pubescente.

Monument naturel

Tuf calcaire actif et fossile. Tourbière fossile. Falaises.

Monument historique

Anciens moulins. Ancien lavoir.

Histoire du site

Plusieurs études ont été consacrées aux dépôts de travertin du ruisseau des Fonds de Ry.
D'après DUVIGNEAUD (1966), on peut dire que c'est durant le Boréal, l'Atlantique et le début du Subboréal, donc entre 6500 et 1200 avant J.-C., que ces dépôts de tourbe et de tuf ont eu lieu. Ils ont cessé lorsque la déforestation des plateaux et des versants de la vallée, due à l'activité des premiers défricheurs, a provoqué l'accumulation de sédiments limoneux dans le fond de la vallée.
D'après la carte du comte de Ferraris, le site était occupé au 18e siècle par des bois, landes, rochers, cultures et quelques rares prairies.

Biblio

, 1991, Etude préliminaire de deux pelouses calcaires de Treignes (Viroinval) en vue de leur conservation: floristique, faunistique, gestion. Le Moessia et les Rivelottes., Rapport final, Centre Paul Brien, U.L.B., Treignes, 45 pp.
, 2001, Aanvullende gegevens over Belgische miriden (Heteroptera, Miridae)., Bulletin de la Société royale belge d'Entomologie, 137 : 69-90.
, 2000, Hétéroptères nouveaux ou remarquables pour la faune de Belgique., Bulletin de la Société royale belge d'Entomologie, 136 : 124-143.
, 2002, Additions et corrections à la faune des Hétéroptères de Belgique (Hemiptera Heteroptera)., Bulletin de la Société royale belge d'Entomologie, 138 : 52-58.
, 2008, Les érablières de ravin (Acerion pseudoplatani)., Silva Belgica, 115: 32-33.
, 1981, Une excursion printanière dans la vallée du Viroin à Olloy, Dourbes, Vierves et Treignes. Comparaison entre la Calestienne et l'Ardenne., Natura Mosana, 34 : 23-35.
, 1983, Aperçu bryosociologique des tufs calcaires actifs de moyenne et de haute Belgique., Colloques phytosociologiques X. Les végétations aquatiques et amphibies, Lille, 1981, pp. 279-293.
, 1966, Echos de l'excursion du 19 avril 1964. Les dépôts de tuf fossile dans les régions de Treignes et de Dourbes., Les Naturalistes belges, 47 : 407-408.
, 1998, Les différents types de pelouses calcicoles en Belgique et leur gestion., In : Actes du Colloque international "La gestion des pelouses calcicoles" organisé à Vierves-sur-Viroin du 28 au 31 mai 1996, Cercles des Naturalistes de Belgique, pp. 11-18.
, 1961, La végétation de l'Entre-Sambre-et-Meuse : la hêtraie des sols calcaires., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 93 : 161-174.
, 1990, Des pierres pour le dire. Autour de Treignes., Crédit Communal, 62 pp.
, 1976, Genèse et stratigraphie des travertins de fond de vallée en Belgique., Acta geographica Lovaniensa, 16 : 4-87.
, 1972, Age et formation de dépôts de tuf calcaire holocène en Belgique., Symposium international de Géomorphologie, Congrès et Colloques de l'Université de Liège, vol. 67 : 113-135.
, 1999, Excursion sur les tufs calcaires de Belgique, samedi 23 octobre 1999., Katholieke Universiteit Leuven, Geologica Belgica, 24 pp.
, 1997, Petrography and geochemistry of the travertine deposit at Treignes (S. Belgium)., Bulletin de la Société belge de Géologie, 106 : 97-115.
, 1984, Diagnostic écologique de la population de truites (Salmo trutta fario L.) du Ruisseau de Matignolle (Treignes, Viroinval)., Mémoire de licence, Université Libre de Bruxelles, 117 pp.
, 1983, Analyse pollinique de dépôts de tuf calcaire et de tourbe à Treignes (Belgique)., Grana Palynologica, 4 : 434-448.
, 1963, Une tourbière en pays calcaire. Présence à Treignes de dépôts importants de tuf calcaire et de tourbe., Bulletin de l'Association nationionale des Professeurs de Biologie de Belgique, 9 : 198-209.
, 1984, Une nouvelle localité de Limodorum abortivum dans le parc naturel Viroin-Hermeton., Natura Mosana, 37 : 77-84.
, 1962, Essai de cartographie géomorphologique détaillée. La région du Viroin., Mémoire de Licence, Université de Louvain, 130 pp.
, 1987, Compte rendu de l'excusion du 11 avril 1987 à Dourbes et Matignolles (Viroinval, province de Namur)., I.F.B.L., Feuille de contact trimestrielle 5/3 : 43-46.
, 1951, Aperçu sur la végétation des tufs calcaires de la Belgique, Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 83: 329-352.

Divers

Sources

ZHIB

Répondants de l'information

J.-Y. BAUGNEE (SPW/DGARNE/DEMNA/DNE/OFFH, Avenue Maréchal Juin, 23, B-5030 Gembloux).