Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

552 - Bois de La Louvière

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Flobecq
Cantonnements DNF :Mons
Surface :136.95 ha
Coordonnées :X Lambert : 105999 - Y Lambert : 162116
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Situé aux confins de la frontière linguistique, à quelques kilomètres au nord de Flobecq, le bois de la Louvière est constitué essentiellement d'une magnifique hêtraie à jacinthes. Il s'agit d'un massif de grand intérêt paysager et biologique, au même titre que les bois du Pottelberg et du Mont de Rode tout proches.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • B0 - Région limoneuse hennuyère
  • B2 - Collines hennuyères

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Flobecq131.4 haFLOBECQHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Mons135.55 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Oui  Autres publics Non

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
C2Eaux courantes
G3.FPlantations de conifères

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Asio otusOuiNon
Athene noctuaOuiNon
Buteo buteoOuiNon
Coccothraustes coccothraustesOuiNon
Dendrocopos minor
Emberiza citrinellaOuiNon
Falco tinnunculusOuiNon
Motacilla flavaOuiNon
Parus montanusOuiNon
Parus palustrisOuiNon
Pernis apivorusOuiNon
Phylloscopus sibilatrixOuiNon
Pyrrhula pyrrhulaOuiNon
Strix alucoOuiNon
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon
Lissotriton helveticusOuiNon
Salamandra salamandraOuiNonPrésence à vérifier !
Plantes - Plantes supérieures
Hyacinthoides non-scripta
Ornithopus perpusillus
Ulex europaeus

Commentaires sur la faune

Aucun relevé précis n'exite pour le site n°2 en particulier, toutefois quelques auteurs ont décrit la faune de la régions des collines de manière générale et les espèces qu'ils citent et qui sont reprises ci-après sont vraisemblablement toutes présentes sur le site.

*Avifaune :
Comme espèces sylvicoles assez peu communes, P. Bastien (1984) signale la Sitelle torchepot (Sitta europaea), le Pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix), le Pic épeichette (Dendrocopos minor), les Mésanges nonnette (Parus palustris), boréale (P. montanus) et à longue queue (Aegithalos caudatus), le Bouvreuil (Pyrrhula pyrrhula), le Gros-bec (Coccothraustes coccothraustes) et le Roitelet huppé (Regulus rugulus). Comme partout ailleurs en Belgique, les pulvérisations ont malheureusement éclairci les rangs de l'avifaunes des champs, Alouette (Alauda arvensis) et les Bergeronnettes printanières (Motacilla flava) notamment.
Toutefois, au printemps, le chant caractéristique du Bruant proyer (Emberiza calandra), et celui du Bruant jaune (Emberiza citrinella) s'entendent encore partout.
Les rapaces ont évidemment bénéficié de la protection intégrale que la loi leur accorde aujourd'hui et l'étendue de nos bois est particulièrement favorable à nos deux grands oiseaux de proies, la Buse (Buteo buteo), et la Bondrée apivore (Pernis apivorus), et dans la campagne, il n'est pas rare de pouvoir observer le vol sur place du Faucon crécerelle (Falco tinnunculus). Parmi les rapaces nocturnes, P. Bastien (1984), signale la Chouette chevêche (Athena noctua), présente partout, le Hibou moyen-duc (Asio otus) et la Chouette hulotte (Strix aluco) qui trouvent dans les bouquets de conifères présents dans tous nos bois, leurs repaires diurnes préférés.

*Herpétofaune :
Dans la région des collines, G Geenens (1984) signale la présence de la Salamandre terrestre (Salamandra salamandra), du Triton alpestre (Triturus alpestris), du Triton palmé (Triturus helveticus) et du Triton crêté (Triturus cristatus).

*Mammifères :
Les mammifères présents dans la région des collines sont tous susceptibles d'être observés dans les bois du Pottelberg, du Mont de Rode et du Brakelbos. G. Geenens (1984) cite le Renard (Meles meles), la Belette (Mustella nivalis), l'Hermine (Mustella erminea), Putois (Putorius putorius), la Musaraigne carrelet (Sorex eraneus), le Campagnol roussâtre (Clethrionomys glareolus), le Campagnol agreste (Microtus agrestis) et le Mulot sylvestre (Apodemus sylvaticus).

*Entomofaune :
Les données reprises ici ne reflètent pas le résultat d'études sur le terrain. Ce sont des données présumées d'après l'analyse de données à la Faculté de Zoologie de Gembloux. Les insectes récemment observés (càd observés après 1980) dans la région sont repris ici.

Commentaires sur la flore

Un inventaire sélectif réalisé en 1975 (J-P Yernault) révèle la présence des plantes suivantes :
a) Intéressantes pour la région : Betula pubescens, Calluna vulgaris, Vaccinium myrtillus, Lysimachia vulgaris, Veronica officinalis, Juncus conglomeratus, Digitalis purpurea, Carex pendula, Chrysosplenium oppositifolium, Cardamine amara, Rosa arvensis, Allium ursinum.
b) Très intéressantes pour la région : Blechnum spicant, Prunus serotina, Salix purpurea, Ulex europaeus, Ornithopus perpusillus.

Espèces exotiques

Prunus serotina,

Conservation

Objectifs de conservation

Sauvegarde d'une superbe hêtraie à jacinthe d'un grand intérêt paysager et biologique.

Menaces

A compléter

Recommandations

Il conviendrait de réaliser une étude des zones humides du massif (ruisseaux et sources) et d'actualiser les inventaires floristiques et faunistiques.

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

Accès extrêmement limité.

Détails

Description physique

La lisière sud du bois domine la région de Flobecq. Il comporte un plateau en pente vers le Nord, les ruisseaux qui y prennent leur source coulent dans cette direction. A hauteur de la zone culminante, on rencontre des sables et grés ferrugineux, diestiens, puis successivement les étages Asschien, Lédien, Laekenien et Paniselien.

Description biologique

Le bois est constitué en majeure partie d'une très belle hêtraie atlantique au tapis herbacé très dense comportant notamment Hyacinthoides non-scripta, Hedera helix, Athyruim filix-femina, Pteridium aquilinium.

Au point culminant, une ancienne carrière a été partiellement plantée de mélèzes (Larix sp.).

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Massif boisé remarquable figurant sur la carte de Ferraris.

C'est dans ces bois que passe la frontière entre les parlers franc et roman, correspondant vraisemblablement à une plus forte densité d'occupation au nord qu'au sud. La densité de cette forêt fut telle qu'au milieu du 16ème siècle, les gueux des bois y trouvèrent refuge et en descendirent par deux fois pour occuper Audenaarde pendant plusieurs mois (CARTON et al., 1984).

Divers

Sources

CRASSEN

Répondants de l'information

CRASEN (1982).