Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

570 - Bois à Choques

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Ath, Frasnes-lez-Anvaing
Cantonnements DNF :Mons
Surface :11.51 ha
Coordonnées :X Lambert : 101344 - Y Lambert : 150689
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

A compléter

Carto

Régions naturelles

  • B0 - Région limoneuse hennuyère
  • B2 - Collines hennuyères

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Buissenal0.88 haFRASNES-LEZ-ANVAINGHAINAUT
Mainvault10.64 haATHHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Mons11.51 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Biotopes

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Accipiter nisusOuiNon
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon
Lissotriton helveticusOuiNon
Lissotriton vulgarisOuiNon
Rana temporariaOuiNon
Salamandra salamandraOuiNon
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon
Plantes - Plantes supérieures
Hyacinthoides non-scripta

Commentaires sur la faune

Le site se trouvant dans la continuité des bois de la chaîne des Collines, la plupart des espèces composant l'avifaune sylvicole régionale peuvent y trouver refuge (cfr. site 9). Un couple d'éperviers (Accipiter nisus) a été repéré dans le massif de mélèzes surplombant la 'fosse Margot'.

Le site est également favorable (chemins humides, vallons humides) à la reproduction des amphibiens régionaux : Rana temporaria, Salamandra salamandra, Triturus alpestris, Triturus helveticus, Triturus cristatus, Triturus vulgaris. Quant à l'orvet fragile (Anguis fragilis), hôte de la région, il devrait trouver territoire dans les nombreux éboulis de pente qui parsèment le site...

Parmi les mammifères, citons : le chevreuil (Capreolus capreolus), l'hermine (Mustela erminea), la belette (Mustela nivalis), le putois (Putorius putorius), le lièvre (Lepus canensis), le renard (Vulpes vulpes)...

Commentaires sur la flore

Très intéressant au niveau régional : Viola reichenbachiana - Chrysosplenium oppositifolium.

Espèces exotiques

Prunus serotina,

Conservation

Objectifs de conservation

A compléter

Menaces

A compléter

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

Les bois d'Assômont et à Choques font partie du vaste ensemble boisé de la région des Collines. Ils occupent, au Sud-Est de Frasnes, le sommet (110-135 m) de la pointe Sud-Est de la chaîne des Collines, ainsi que ses versants exposés à l'Ouest. Disposé en plateau vers le sommet, le relief chute brusquement sur les versants - la dénivellation chute de 135 m à 70 m - dévoilant la succession des couches géologiques. Juste au Sud du lieu-dit 'Haut-Breuc', le sommet est couvert de dépôts locaux de sable du Laekenien (Eocène moyen).

Un peu plus bas, sur le plateau et le haut des pentes, apparaît l'étage panisélien constitué d'argilite, glauconifère ou non, avec psammites. Vers le milieu et le bas des pentes, c'est la place des sables fins de l'Yprésien , où s'observent des éboulis de pente, et ensuite les argiles sableuses de l'Yprésien supérieur. Ce sous-sol stratifié et ces fortes pentes sont propices à la genèse et à l'écoulement de sources qui découpent le relief en plusieurs vallons. Celles-ci alimentent le rieu de la Warloche, appartenant au bassin de l'Escaut.

Description biologique

La diversité du relief et du sous-sol confère au site une variété de biotopes forestiers. Sur les sables du sommet s'épanouit une chênaie-hêtraie acidophile (association du Fago-Quercetum) : la futaie de hêtres (Fagus sylvatica) est mélangée de chênes (Quercus robur) et de quelques espèces secondaires : le bouleau verruqueux (Betula pendula), le sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia) ainsi que deux espèces introduites, le cerisier tardif (Prunus serotina) et le châtaigner (Castanea sativa). La fougère-aigle (Pteridium aquilinum) et les ronces (Rubus sp.) se disputent le sous-bois. le chèvrefeuille (Lonicera periclymenum) déploye ses lianes dans les taillis. La germandrée (Teucrium scorodonia) est caractéristique de ce biotope. Sur les versants domine une végétation plus neutrocline : mélange d'hêtraie et de chênaie-charmaie avec ou sans sous-bois de jacinthes des bois (Hyacinthoides non-scripta), avec leur cortège d'espèces ligneuses accompagnatrices : le noisetier (Corylus avellana), l'érable sycomore (Acer pseudoplatanus), le frêne (Fraxinus excelsior), la viorne obier (Viburnum opulus), l'aubépine (Crataegus monogyna), le sureau noir (Sambucus nigra)... La scrophulaire noueuse (Scrophularia nodosa), le lamier maculé (Lamium maculatum), la circée de Paris (Circaea lutetiana), le sceau de Salomon (Polygonatum multiflorum) composent la flore. Parmi les vallons, l'un d'eux a retenu particulièrement notre attention, celui du rieu de la Warloche nommé 'fosse Margot'. La végétation du bord de ruisseau compose une aulnaie-frênaie de ruisseaux encore bien préservée. Outre divers laîches (Carex sp.), le tapis herbacé est très diversifié : le gouet tacheté (Arum maculatum), la violette des bois (Viola reichenbachiana), le sceau de Salomon (Polygonatum multiflorum), la circée de Paris (Circaea lutetiana), la dorine à feuilles opposées (Chrysosplenium oppositifolium), la lysimaque nummulaire (Lysimachia nummularia), la surelle (Oxalis acetosella), la fougère femelle (Athyrium filix-femina)...

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Selon ferraris, le site était à l'époque encore intégré à un ensemble boisé de haute futaie beaucoup plus vaste, recouvrant toutes les collines de la région.

Divers

Sources

CRASSEN

Répondants de l'information

CRASEN (1982).