Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

59 - Étang des Éplatis

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Étang des Éplattis / Domaine des Épioux
Communes :Florenville
Cantonnements DNF :Florenville
Surface :7.86 ha
Coordonnées :X Lambert : 217695 - Y Lambert : 50397
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

L'étang des Éplatis fait partie du domaine des Épioux situé en Ardenne méridionale, à quelques kilomètres au nord de Florenville. Inclus dans l'un des plus vastes massifs forestiers du pays, cet ancien étang de pisciculture est alimenté par le ruisseau des Éplatis, un minuscule affluent du ruisseau des Épioux qui se jette lui-même dans la Semois non loin du village de Lacuisine. Il se caractérise par ses eaux battantes d'une grande pureté et subit une mise en assec périodique. Ce régime favorise l'apparition de vasières qui sont alors colonisées par une végétation très intéressante dominée par la littorelle (Littorella uniflora) et le scirpe ovale (Eleocharis ovata), deux plantes naines rarissimes en Belgique, constituant ici des gazons étendus. La partie septentrionale de l'étang est bordée par une belle zone humide abritant notamment le trèfle d'eau (Menyanthes trifoliata) et la violette de marais (Viola palustris). Le site est fréquenté par une avifaune variée. L'entomofaune locale est également digne d'intérêt par la présence, notamment, du criquet Euthystira brachyptera dont c'est la seule station ardennaise connue.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L0 - Ardenne
  • L5 - Ardenne méridionale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Lacuisine7.86 haFLORENVILLELUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Florenville7.86 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

C.P.A.S. de la Ville de Mons.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Oui

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Florenville, rue de Neufchâteau 1, 6820 Florenville (Tél. : 061/32.52.80 - Fax: 061/32.52.99).
Commission Consultative de Gestion des Réserves Naturelles Domaniales de Lorraine et d'Ardenne méridionale.

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6063Etangs des Épioux7,86 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Felis silvestrisOuiNon
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNon
Cinclus cinclusOuiNon
Pandion haliaetusOuiNonPassage régulier
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Salamandra salamandraOuiNon
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon
Zootoca viviparaOuiNon
Animaux - Vertébrés - Poissons
Lampetra planeriOuiOui
Phoxinus phoxinusNonNon
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Boloria seleneNonNon2004GT Gomphus (P. Goffart)
Melitaea diaminaNonNon2004GT Gomphus (P. Goffart)
Invertébrés - Insectes - Libellules
Coenagrion hastulatumOuiOui3 ex.1994AGT Gomphus (A. Anselin)
Coenagrion lunulatumOuiOuimax. 50 ex.1994AGT Gomphus (A. Anselin)
Cordulegaster boltoniiNonNonGT Gomphus (P. Goffart)
Gomphus pulchellusNonNonGT Gomphus (P. Goffart)
Orthetrum coerulescensOuiOuimax. 1 ex.2003GT Gomphus (V. Fichefet, N. Titeux)
Sympetrum fonscolombiiNonNonmax. 1 ex.2003GT Gomphus (V. Fichefet, N. Titeux)
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Euthystira brachypteralande en amont de l'étang1990P. Goffart
Plantes - Plantes supérieures
Arnica montanaEteintDétruit par un incendie
Calamagrostis canescensmolinietum en amont de l'étang1998P. Martin
Carex paniculatamolinietum en amont de l'étang1998P. Martin
Carex vesicaria1998P. Martin
Comarum palustremolinietum en amont de l'étang1998P. Martin
Elatine hexandra1998P. Martin
Eleocharis ovata1998AP. Martin
Hydrocotyle vulgaris1998P. Martin
Littorella uniflora1998P. Martin
Lythrum portula1998P. Martin
Viola palustrismolinietum en amont de l'étang1998P. Martin
Plantes - Mousses
Sphagnum auriculatummolinietum en amont de l'étang1998P. Martin
Sphagnum palustremolinietum en amont de l'étang1998P. Martin

Commentaires sur la faune

Mammifères :
Le domaine des Épioux héberge une importante population de Cervidés (Capreolus capreolus, Cervus elaphus) ainsi qu'une population acclimatée de mouflons (Ovis amon). Sont également signalésVulpes vulpes et Felis sylvestris.

Avifaune :
Ardea cinerea, Anas platyrhynchos, Tringa hypoleucos, Alcedo atthis, Pandion haliaëtus, etc.

Herpétofaune :
Anguis fragilis, Lacerta vivipara, Salamandra salamandra.

Poissons :
Lors de la vidange du 03/12/1997, les espèces suivantes ont été notées : truites fario, gardons,
tanches, vairons et goujons (source : Cantonnement de Florenville). La petite lamproie Lampetra planeri est signalé dans les ruisseaux alentours.

Orthoptères (P. Goffart) :
Chrysochraon dispar, Euthystira brachyptera (une des seules localités ardennaises connue !), Omocestus viridulus.

Libellules (P. Goffart) :
Anas imperator, Calopteryx splendens, Coenagrion puella, Cordulegaster boltonii, Enallagma cyathigerum, Erythromma najas, Gomphus pulchellus, Ischnura elegans, Lestes sponsa, Libellula quadrimaculata, Libellula depressa, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Sympetrum sanguineum.

Papillons de jour (P. Goffart) :
Clossiana selene, Melitaea diamina.

Commentaires sur la flore

Espèces intéressantes : Calamagrostis canescens, Carex acuta, Carex paniculata, Carex vesicaria, Comarum palustre, Elatine hexandra, Eleocharis ovata, Hydrocotyle vulgaris, Littorella uniflora , Lythrum portula, Viola palustris.
Bryophytes remarquables : Riccia huebenriana, R. canaliculata, Fossombronia foveolata, Pohlia bulbifera, P. camptotrachela, Ephemerum serratum, Pseudephemerum nitidum, Sphagnum auriculatum, Sphagnum palustre.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un étang oligotrophe et de sa remarquable zonation de végétations paludicoles et amphibies et des vases exondées.

Menaces

'Le statut de réserve naturelle domaniale ne repose que sur un bail emphytéotique entre la Région wallonne et le propriétaire du site qui ne s'est pas engagé dans la conservation de ses ressources naturelles. La protection n'est donc pas définitive !

La refection de la digue, déclarée récemment par les autorités provinciales comme 'ouvrage dangereux', risque d'entrainer des modifications conséquentes sur l'écologie de l'étang et sa flore.'

Recommandations

Il conviendrait d'assurer une protection définitive à cet étang remarquable et de maintenir les fluctuations du niveau d'eau ainsi que le régime de mise en assec qui le caractérise.

Plan de gestion

Plan de gestion disponible.

Accès du public

Accès interdit. Des visites guidées sont organisées occasionnellement sur demande.

Détails

Description physique

Cet étang a été crée pour la pisciculture et la pèche mais la date de création est inconnue (la première mention au cadastre ne date que de 1992 !). Il est alimenté par le ruisseau des Éplatis, un affluent du Tamijean (ou ruisseau des Épioux) qui se jette dans la Semois en aval de Lacuisine.
Orienté NE-SO, l'étang atteint une surface maximale d'environ 3 ha, auxquels s'ajoute la zone humide située en amont de part et d'autre du ruisseau. Le bassin versant couvre une surface de près de 260 ha et est entièrement inclus dans un très vaste massif forestier.
Les terrains sont constitués de roches du Dévonien inférieur (Siegenien) caractérisées par la présence de phyllades, quartzo-phyllades, grauwackes et grès de Houffalize. Le domaine des Épioux dans son ensemble est situé à l'est de l'anticlinal de Givonne, à la limite sud du synclinorium de Neufchâteau-Eifel et au nord des terrains jurassiques du bassin parisien.
D'un point de vue hydrologique, l'étang des Éplatis offre, comme le rappelle MARTIN (1998), 'une particularité fondamentale : la fluctuation naturelle du plan d'eau, qui peut produire un battement de cinq à six mètres'. Plusieurs facteurs interviennent dans ce régime hydrique :
- une alimentation en eau extrêmement variable par le ruisseau des Éplatis;
- la situation topographique dans une cuvette relativement plane à pentes douces;
- une digue empierrée érigée sur une couche d'humus n'assurant guère son étanchéité;
- la présence à proximité de la faille d'Herbeumont, qui provoque des pertes par percolation.
Les eaux de l'étang sont d'une très grande pureté, comme l'ont démontré de nombreuses analyses (par ex. BOUGARD, 1988; CHARDEZ et al., 1989; HENRION, 1980; OVERAL, 1980). Elles sont caractérisées par une nette acidité qui est dûe, d'une part à la nature même du substrat géologique et, d'autre part, à la présence de pessières aux abords de l'étang. La minéralisation est extrêmement faible, avec une conductivité moyenne inférieure à 45 µS.cm-1. Les limons nivéo-éoliens et les graviers détritiques, pauvres en matières organiques, ne sont guère favorables aux protozoaires Thecamoebiens, qui compte parmi les éléments de base de la chaîne trophique (CHARDEZ et al., 1989). Les eaux présentent en outre un taux de nitrates bas avec des moyennes comprises autour de 0,05 à 10 mg/l. La concentration en oxygène dépasse régulièrement le niveau de saturation (texte d'après MARTIN, 1998).

Description biologique

D'après OVERAL (1980) et plus récemment MARTIN (1998), un transect NE-SO montre classiquement la séquence suivante :
- une frange à Phalaris arundinacea sur la lisière forestière, renfermant aussi Scutellaria galericulata, Lycopus europaeus, Achillea ptarmica, Mentha arvensis, etc.;
- une ceinture constituée de magnocariçaie à Carex acuta et de cariçaie à Carex vesicaria, renfermant notamment Hydrocotyle vulgaris, Comarum palustre et Ranunculus flammula ;
- une formation à Eleocharis palustris, mélangé à Hydrocotyle vulgaris, en particulier en bordure des cariçaies et des gouttelles ;
- une frange gazonnante à Littorella uniflora occupant la vase des zones de battement de l'eau, où prend place aussi Juncus bulbosus ainsi que la rare Elatine hexandra ;
- une frange dominée par Eleocharis ovata avec Gnaphalium uliginosum, Lythrum portula et Isolepis setacea ;
- les vases dénudées colonisées par une communauté d'hépatiques tels que Riccia huebeneriana, R. canaliculata, Fossombronia, etc. ;
- une formation du Bidention avec Persicaria minor, Chenopodium polyspermum, Bidens tripartita, Alopecurus aequalis, Rorippa palustris, etc. ;
- un ourlet arbustif à Salix x multinervis, Frangula alnus.
L'étang héberge en outre quelques herbiers aquatiques peu étendus constitués essentiellement de Ranunculus subg. Batrachium, Potamogeton natans et Callitriche hamulata.
Enfin, en amont s'étend une belle zone humide comprenant une moliniae avec le cortège floristique typique. On y note aussi quelques plages de Calamagrostis canescens et de petites aires tourbeuses à Sphagnum palustre, S. denticulatum, Viola palustris, Comarum palustre, etc. Plus en amont encore se trouve un suintement à Chrysosplenium oppositifolium où se développent quelques touradons de Carex paniculata et un beau peuplement d'Equisetum sylvaticum.

Monument naturel

Étang.

Monument historique

Château et domaine des Épioux.

Histoire du site

D'après la carte de Ferraris, le domaine des Épioux était occupé au 18ème siècle par des prairies marécageuses. L'arrivée des maîtres de forges à cette époque va provoquer la disparition de la forêt. La futaie de hêtre et de chêne sera en effet surexploitée pour la fabrication de charbon de bois et va progressivement être remplacée par des taillis. En 1608 déjà, une première forge est installée au confluent du ruisseau du Bronsu et du Tamijean qui conduit à l'aménagement de l'étang des Oursons, en aval des Épioux. Cette activité est ruinée par la guerre de Trente Ans. En 1613 une forge est construite aux Épioux-haut. Cette forge cessera ses activités en 1841 et la futaie avoisinante sera progressivement restaurée. En ce qui concerne l'Étang des Éplatis, on ignore sa date de création (il n'appararaît au cadastre qu'en 1992 !). Le domaine des Épioux passera par divers propriétaires et deviendra finalement propriété du C.P.A.S. de Mons en 1921. En 1970, les Facultés des Sciences agronomiques de Gembloux y installent une station scientifique où de nombreux étudiants et chercheurs se succèdent. Cette occupation a mené à la création, en 1981, d'une réserve naturelle gérée en partie par les RNOB pour une période de 9 ans. Ces activités scientifiques prirent fin tragiquement suite à l'explosition survenue au château en mai 1984.
Depuis janvier 1991, une partie du domaine des Épioux (incluant l'étang des Éplatis) est érigé en réserve naturelle domaniale par bail emphytéotique conclu entre la Région wallonne et le propriétaire des lieux, pour une durée de 50 ans.

Biblio

, 1977, Perspectives sur la faune des forêts d'Ardenne et plus particulièrement sur celle du domaine des Epioux., Annales de Gembloux, 83 : 43-47.
, 1978, Guide du sentier écologique des Épioux., Edition de la Faculté des Sciences agronomiques de l'état, Gembloux, 73 pp.
, 1977, II. La faune piscicole du domaine des Epioux. In Perspectives sur la faune des forêts d'Ardenne et plus particulièrement sur celle du domaine des Epioux., Annales de Gembloux, 83 : 43-47.
, 1988, Approche écologique des macroinvertébrés dans trois étangs des Épioux., Travail de fin d'études, Faculté des Sciences agronomiques de l'État, Gembloux, 75 pp.
, 1977, La végétation de la réserve naturelle domaniale des étangs de Luchy., Ministère de l'Agriculture, Administration des Eaux et Forêts, Service de la Conservation de la Nature, Travaux n° 8, 63 pp.
, 1970, Observations sur les modifications de la flore d'un étang de basse Ardenne soumis à l'assec hivernal., Bulletin de Recherches Agronomiques de Gembloux, 5 : 65-75.
, 1989, Les thécamoebiens du sapropèle des étangs du domaine des Épioux (Protozoa Rhizopoda Testacea)., Biologische Jaarboek Dodonea, 57 : 51-61.
, 1982, Biométrie et morphologie comparées des principaux Thécamoebiens des étangs du domaine des Épioux (Lacuisine-Luxembourg)., Bulletin de Recherches Agronomiques de Gembloux, 17 : 237-250.
, 1984, Nouveaux Thécamoebiens aquatiques du domaine des Epioux (Ardenne, Belgique)., Biologische Jaarboek Dodonea, 52 : 57-63.
, 1976, Thécamoebiens aquatiques du domaine des Epioux (Ardenne, Belgique) (Protozoa Rhizopoda Testacea)., Biologische Jaarboek Dodonea, 44 : 86-100.
, 1980, Etang des Eplatis. Lacuisine, réserves naturelles., RNOB, 28.
, 1986, Les plus belles réserves naturelles de Belgique., Reader's Digest, Bruxelles, 304 pp.
, 1975, Contribution à la connaissance du mouflon dans le domaine des Epioux (Belgique)., TFE, FSAGx, 129 pages.
, 1973, Etude écologique et aménagement de la série sud des Épioux., Travail de fin d'études, Faculté des Sciences agronomiques de l'État, Gembloux.
, 1990, Réserve naturelle domaniale des étangs de Luchy. Exemple d'intervention : les travaux de réfection de la digue (1988)., Actes du colloque "Gérer la Nature ?", Ministère de la Région Wallonne, Service de la Conservation de la Nature, Travaux n° 15 : 697-702.
, 1983, Les traces de la végétation amphibie en Ardenne belge., Parcs nationaux, 38 : 191-197.
, 1983, Les végétations aquatiques et ripicoles des étangs de la moyenne Ardenne centrale et méridionale (Ardenne belge)., Colloques phytosociologiques X. Les végétations aquatiques et amphibies, Lille, 1981, pp. 183-211.
, 1985, La colonisation végétale des lacs de l'Eau d'Heure (Entre-Sambre-et-Meuse, Belgique)., Natura Mosana, 38 : 4-10.
, 1972, La flore et la végétation des rives d'étangs dans la partie occidentale de l'Entre-Sambre-et-Meuse., Les Naturalistes belges, 52 : 2-18.
, 1990, La gestion des étangs. Importance de l'écosystème "étang mis en assec"., Actes du colloque "Gérer la Nature ?", Ministère de la Région Wallonne, Service de la Conservation de la Nature, Travaux n° 15 : 647-656.
, 1986, La gestion écologique et traditionnelle de nos étangs. Pour la coexistence des deux écosystèmes "étang" et "étang mis en assec"., Les Naturalistes belges, 67 : 65-94.
, 1971, L'association à Littorella uniflora et Eleocharis acicularis dans l'Entre-Sambre-et-Meuse., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 104 : 235-252.
, 1982, Recherches sur l'écosystème forêt: effet d'une fertilisation en forêt sur les populations de lombrics., Annales Soc. Roy. Zool. Belg., 112 : 45-48.
, 1981, Recherches sur l'écosystème forêt: les lombriciens des sols forestiers ardennais., Annales de la Société royale zoologique de Belgique, 3 : 57-63.
, Guide du sentier écologique des Épioux., Faculté des Sciences agronomiques de l' État à Gembloux et Centre de Découverte de la Nature en Luxembourg, 51 pp.
, 1997, Vidange de l'étang des Éplatis (Domaine des Epioux), le 3 décembre 1997., Rapport non publié, Station Scientifique de Gembloux, 1 p.
, 1990, Compte-rendu de l'excursion du 30 juin 1990 dans la région d'Herbeumont., Gomphus, 6 (3) : 4-5.
, 1958, Les Épioux., Imprimerie Benard & Centrale Réunies, Liège, 111 pp.
, 1980, Caractéristique d'une séquence d'humus à l'étang des Éplatis., Travail de fin d'études, Université Catholique de Louvain, Faculté des Sciences agronomiques, 84 pp.
, 1981, Contribution à l'étude des coléoptères coprophages forestiers du domaine des Épioux et des coactones régissant la recherche de leur nourriture., Mémoire de fin d'études, Faculté des Sciences agronomiques de l'Etat, Gembloux.
, 1983, Recherches sur l'écosystème forêt : influences stationnelles sur l'entomofaune forestière (1)., Annales de la Société royale zoologique de Belgique, 113 : 125-138.
, 1973, Écologie et alimentation naturelle du cerf dans le domaine des Epioux., Mémoire de fin d'études, Faculté des Sciences agronomiques de l'état, Gembloux, 189 pp.
, 1977, Contribution à la connaissance de l'éthologie et la biologie de Trypodendron lineatum (Oliv.) en milieu naturel. Relation avec l'épicéa commun (Picea excelsa Link)., Thèse de doctorat, Faculté des Sciences agronomiques de l'Etat, Gembloux, 2 volumes, 340 pp.
, 1981, Les ennemis naturels du scolyte Trypodendron lineatum (Olivier 1795) (Coleoptera scolytidae) dans la forêt de Hazeilles et des Epioux., Annales de la Société royale zoologique de Belgique, 3 : 89-95.
, 1998, Eleocharis ovata à l'étang des Eplatis (domaine des Epioux, province de Luxembourg, Belgique)., Natura Mosana, 51 : 87-106.
, 1980, La synécologie et la dynamique des végétations dans les biotopes humides, en vue d'une gestion écologique des paysages., Thèse de Doctorat, Fondation Universitaire Luxembourgeoise, Arlon, 3 tomes, 470 pp.
, 1973, Le domaine des Épioux face aux touristes et au gibier., Mémoire de fin d'études, Faculté des Sciences agronomiques de l'Etat, Gembloux.
, 1973, Littorelletea. A study of the vegetation of some amphiphytic communities of Western Europe., Studentpers, Nijmegen, 216 pp.
, 1981, Une nouvelle réserve naturelle en Ardenne méridionale: l'Etang des Eplatis., RNOB, 1981.
, 1978, Coléoptères piégés dans 4 biotopes forestiers du domaine des Épioux en 1978., Mémoire de fin d'études, Faculté des Sciences agronomiques de l'état, Gembloux.
, 1984, Écologie du Vairon européen (Phoxinus phoxinus L.) et ses possibilités de reproduction artificielle., Mémoire de fin d'étude, Faculte des Sciences agronomiques de l'Etat, Gembloux, 111 pp.
, 1974, L'association à Eleocharis soloniensis à Conques (Sainte-Cécile, Luxembourg belge)., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 107 : 285-290.
, 1957, Les eaux douces de l'Ardenne et des régions voisines : les milieux et leur végétation algale., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 89 : 112-314.
, Importance et rôle de l'entomofaune du domaine des Epioux. In: Perspectives sur la faune des forêts d'Ardenne et plus particulièrement sur celle du domaine des Epioux., Annales de Gembloux, 83 : 51-55.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

J. SAINTENOY-SIMON / P. Gérard / T. Demol / Ph. GOFFART / P. MARTIN