Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

6794 - Sous Saint-Roch

Site protégé : LCN-RNA

Communes :Viroinval
Cantonnements DNF :Viroinval
Surface SIG :3.7768 ha
Surface cadastrale :3.8222 ha
Coordonnées :X Lambert :163210 - Y Lambert : 85830
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique

Intro

Brève description

La réserve naturelle Sous Saint-Roch est localisée en Calestienne, au nord du village de Nismes, en bordure de l'Eau Blanche. D'une surface de près de 4 ha, cette zone humide trouve son origine en 1975 lorsque, en vue de l'aménagement d'un terrain de football, il a fallu prélever des terres de remblais afin de surélever l'espace prévu dans ce secteur soumis aux crues annuelles de la rivière. Ces travaux ont engendré la formation d'une fosse d'un hectare ainsi qu'une série de dépressions rétentives en eau, en particulier durant l'hiver. Après son abandon, le site fut laissé à son évolution spontanée. Une végétation pionnière s'y installa les premières années à laquelle succéda rapidement une mégaphorbiaie puis une saussaie marécageuse qui occupait pratiquement toute la cuvette centrale durant les années 1990, époque à laquelle le site fut pris en charge par des naturalistes locaux qui ont vite compris son intérêt pour l'avifaune. Après son achat par la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux et la mise à disposition d'un ancien méandre par la commune de Viroinval, une réserve naturelle privée est alors créée et progressivement aménagée en faveur de la biodiversité. Des haies et un verger hautes tiges sont plantés, une mare est creusée, des prés de fauche oligotrophes sont restaurés, la surface de la saussaie est réduite au profit de végétations herbacées hygrophiles, etc. Le bilan actuel est très positif et les mesures de gestion appliquées depuis trois décennies n'ont cessé d'augmenter les potentialités d'accueil pour la faune et la flore. La valeur de cette réserve naturelle se traduit en premier lieu par la présence d'une avifaune particulièrement riche et originale, comptant plus de quarante espèces nicheuses, chiffre remarquable au regard de la faible superficie du site. L'hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta), la locustelle tachetée (Locustella naevia), le rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos), le tarier pâtre (Saxicola rubicola) et le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) en sont quelques-uns des éléments caractéristiques. En outre, nombre d'oiseaux migrateurs y font halte tandis que certaines espèces peu communes y séjournent durant la période hivernale. La flore est également digne d'intérêt et comporte notamment des plantes typiques des prés oligotrophes sur argiles comme le colchique d'automne (Colchicum autumnale), la laîche tomenteuse (Carex tomentosa), l'alchémille vêtue (Alchemilla filicaulis subsp. vestita), ainsi que diverses espèces des prairies humides, des mégaphorbiaies, des roselières ou encore de grèves humides incluant le rarissime scirpe à une écaille (Eleocharis uniglumis), la rare laîche des renards (Carex vulpina), la véronique à écus (Veronica scutellata), l'érythrée élégante (Centaurium pulchellum), etc. En avril 2019, cette riche biodiversité est enfin officiellement reconnue grâce à l'agrément de la réserve naturelle de Sous Saint-Roch par les autorités wallonnes, couronnant ainsi le travail collaboratif des acteurs locaux qui ont œuvré à sa protection.

Carto

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Nismes3.7768 haVIROINVALNAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Viroinval3.7768 haNamur

Protection

Propriétaire(s) :

L.R.B.P.O.

Commune de Viroinval (ancien méandre = 0.2625 ha)

Type de site protégé :LCN-RNA
Année de création :2019
Type de contrat :

L'essentiel de la réserve est propriété propre de la L.R.B.P.O. Pour l'ancien méandre, une convention a signée en mars 1999 avec la commune de Viroinval.

Historique de création :

Les parcelles composant la réserve ont été achetées en septembre 1998. L'ancien méandre appartient à la commune de Viroinval et est intégré à la réserve grâce à une convention signée en mars 1999.

Conservation

Conservateur

Bernard CLESSE, Centre Marie-Victorin, 21 Rue des Ecoles, 5670 Vierves-sur-Viroin (tél. 060/39.98.78).

Objectifs de conservation

Conservation d'une zone humide de grand intérêt biologique notamment comme site de nidification, d'hivernage et de halte migratoire pour l'avifaune.

Menaces

Envahissement des cariçaies par les saules.

Recommandations

Compléter l'inventaire faunistique, et plus particulièrement entomologique.

Plan de gestion

La réserve naturelle L.R.B.P.O. de Sous Saint-Roch est gérée depuis le début par l'équipe du Centre Marie-Victorin de Vierves-sur-Viroin avec l'aide de diverses associations locales et de nombreux bénévoles.

La première journée de gestion sur le site a eu lieu le 24 octobre 1998: elle a consisté en la coupe de nombreux saules afin de favoriser le développement des végétations hygrophiles et en particulier des cariçaies. La coupe s'effectuait au départ au sécateur et à la débroussailleuse, ensuite au gyrobroyeur. Cette opération a été renouvelée plusieurs années consécutives, pour arriver à une stabilisation de la saussaie vers 2007. L'objectif est de laisser vieillir ce peuplement au profit de la fonge et des bryophytes.

L'année 1998 a également vu la plantation de 380 arbres et arbustes offerts par la Région wallonne à l'occasion de la Semaine de l'Arbre. Ceux-ci ont permis de créer une haie libre le long de la bordure sud de ce qui allait devenir le pré-verger. Ils se répartissaient en 50 aulnes glutineux, 50 bouleau verruqueux, 25 cornouillers sanguins, 20 noisetiers, 25 aubépines à un style, 10 fusains d'Europe, 50 bourdaines, 50 cerisiers à grappes, 10 prunelliers, 25 sureaux noirs, 75 viornes obiers, 10 sorbiers des oiseleurs. Un alignement de saules taillés en têtard est également installé.

En décembre 1998, intervient la pose d'une clôture de 800 m de long en vue de protéger les plantations et de parcelliser le site en vue d'une gestion en rotation (fauchage et pâturage). S'y ajoute la pose d'une barrière en bois à l'entrée du chemin afin de limiter l'accès tout en laissant le passage aux engins agricoles (servitude). Cette clôture a aussi l'avantage de créer une bande refuge de 6 m de large sur tout le périmètre de la réserve, favorable aux reptiles, à l'entomofaune, aux micromammifères et aux oiseaux nichant au sol.

En mars 1999 a lieu la plantation d'un verger de vingt hautes tiges (anciennes variétés traditionnelles de pommes et de prunes). Ces travaux ont été réalisés avec l'aide de l'Institut pour personnes handicapées adultes "L'Albatros" (Petite-Chapelle). Le choix des variétés est basé sur le résultat de l'inventaire régional organisé par le CRA de Gembloux (M. Lateur). Plus tard d'autres plantations sont encore été effectuées dont une quatrième ligne de 575 arbustes, tandis que le verger est complété par 12 pommiers.

En 2000, 150 arbustes supplémentaires sont installés dans la réserve.

En 2002, ont lieu la fauche tardive de la prairie, l'entretien des fruitiers, la coupe des rejets de saules et divers relevés faunistiques et botaniques. On évacue également les dépôts d'ordures clandestins.

A partir de 2004, une convention d'occupation à titre précaire et gratuit est signée entre la LR.B.P.O., les C.N.B. et un agriculteur local en vue de la fauche tardive des prés.

De nouvelles plantations d'arbres fruitiers sont réalisées en 2005, de même que la pose de quatre panneaux directionnels financés par le PCDN de Viroinval.

En outre, une mare a été creusée sur le site au début des années 2000 et recreusée en 2005 par l'INASEP dans le cadre d'une compensation écologique. Ces travaux ont eu pour but de garantir la présence constate d'une masse d'eau durant toute l'année.

Couronnant le travail collaboratif de plusieurs associations pour la protection de la nature, l'agrément de la réserve est devenue enfin effective depuis la signature de l'Arrêté du Gouvernement wallon le 25 avril 2019.

Le plan de gestion est détaillé dans le dossier de demande d'agrément rédigé sous l'égide de la L.R.B.P.O. En résumé, il vise principalement à:

- laisser vieillir la saussaie, au profit des champignons, bryophytes et lichens, ainsi que comme zone refuge pour l'avifaune

- l'entretien périodique des vergers et des haies plantées, notamment pour éviter un ombrage trop important des zones ouvertes voisines, avec aménagement de tas de branchages et de bois mort à leur pied, pour servir d'abris à la petite faune

- la taille annuelle au ras du tronc des saules têtards et un étêtage tous les 6-10 ans

- la conservation du cordon boisé rivulaire de l'ancien méandre, dans l'idée d'un ilot de vieillissement favorable à l'avifaune des ripisylves et à l'entomofaune saproxylique

- la conservation des fourrés de prunelliers et d'aubépines dans leur état existant, tout en prévoyant un rajeunissement périodique de la périphérie

- le gyrobroyage annuel en automne-hiver de la cariçaie, des zones de vasières et des lambeaux de prés de Fagne (cette méthode est appliquée avec succès depuis plusieurs années, avec un résultat très positif du point de vue botanique). Quelques arbustes isolés sont préservés au sein de cette zone comme poste de chant pour les passereaux nicheurs.

- la fauche annuelle tardive (après le 1er août) avec exportation du foin de la prairie semi-naturelle, assurée par un agriculteur local. Cette fauche ne fait appel à aucune fumure ni engrais et est suivie d'un pâturage de regain en septembre-octobre et en février-avril par des moutons de race Mergelland

- la fauche tardive du pré-verger, selon les mêmes modalités que la prairie semi-naturelle

- le maintien du caractère ouvert de la mare existante et plus particulièrement de sa bordure sud afin d'assurer son ensoleillement. Des tas de foin et autres végétaux en décomposition seront laissés aux abords pour servir de lieu de ponte pour la couleuvre à collier

- le creusement d'autres mares et mardelles afin de créer un réseau de petits points d'eau dans le site à différents stades de colonisation végétale.

- le suivi scientifique des actions menées dans la réserve afin de pouvoir adapter le plan de gestion le cas échéant.

Accès du public

Compte tenu de la nature du site (absence de sentier) et la sensibilité des espèces l'accès de la réserve naturelle par le public ne peut être actuellement envisagé que dans le cadre de visites guidées ainsi que lors des journées de gestion organisées par le conservateur.

Les recherches et études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Les véhicules motorisés, les motos et les vélos ne sont pas admis dans les limites de la réserve, à l'exception des engins destinés à la mise en œuvre des mesures prévues au plan de gestion.

Les membres de la commission de gestion ont accès en tout temps à l'ensemble du territoire de la réserve naturelle.

SGIB associés

Code SGIBNom SGIBSurface
1373Sous Saint-Roch4 ha

Détails

Cadastres

Commune de Viroinval, 7è division Nismes, section B, parcelles 169 e, 171 a, 172, 173 b, 176 d, 177 c, 178 a, 180 c, 181 b, 184 s, 185 n, 188 p, 188 s, 200 b, 264 a6, 264 f/4, 308 w/3.

Surveillance

Cantonnement DNF de Viroinval.

Tolérance d'utilisation

A compléter

Divers

Date de mise à jour / relecture de la fiche

2020-04-10

Date de la dernière modification de la fiche

2020-04-10