Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

7 - Colanhan

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Lierneux, Vielsalm
Cantonnements DNF :Vielsalm
Surface :55.32 ha
Coordonnées :X Lambert : 252928 - Y Lambert : 107092
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Le Colanhan est une imposante colline qui domine la vallée de la Lienne, au sud du village de Verleumont, en bordure du Plateau des Tailles. Le site présente de nombreux intérêts, en particulier des points de vue géologique, géomorphologique, historique et paysager. La roche mère est formée de phyllades très durs qui ont été exploités comme ardoises pendant des siècles. Cette exploitation, le plus souvent artisanale et de type familiale, eut lieu sur le sommet, où les fosses d'extraction et les tas de déblais sont toujours visibles actuellement, donnant au site un relief accidenté. Ces tas de déblais et les éboulis de roches sont colonisés par des lambeaux de landes à callune (Calluna vulgaris) et myrilles (Vaccinium myrtillus) et par des pelouses silicoles riches en mousses et lichens terricoles et saxicoles (Polytrichum piliferum, Cladonia div.sp...). Cela explique aussi pourquoi la colline est morcelée en une infinité de petites parcelles. Les excavations présentent des parois rocheuses aux expositions diverses, qui portent des groupements cryptogamiques très contrastés avec des éléments héliophiles, sciaphiles, xérophiles ou hygrophiles. C'est sur les replats ombragés de ces excavations qu'ont été signalées deux plantes très rares : le lycopode sélagine (Huperzia selago) en voie d'extinction dans notre pays, et le lycopode en massue (Lycopodium clavatum), en très forte régression suite à la disparition des landes. Les versants du Colanhan sont couverts par des taillis de chênes et de bouleaux, souvents tortueux et riches en lichens épiphytes prouvant la bonne qualité de l'air à cet endroit. Les sous-bois sont constitués principalement de canche flexueuse (Deschampsia flexuosa) et de myrtille (Vaccinium myrtillus), avec ça et là, quelques myrtilles de loup (Vaccinium uliginosum) dont la présence originale dans ce milieu est probablement à mettre en relation avec l'hygrométrie importante sur cette proéminence culminant à 565 m d'altitude. A signaler aussi sur le site, la présence de l'alouchier (Sorbus aria) et, parmi la faune encore peu connue, du blaireau (Meles meles), du lézard vivipare (Zootoca vivipara), de divers oiseaux comme le grimpereau des bois (Certhia familiaris) et le pipit des arbres (Anthus trivialis).

Carto

Régions naturelles

  • L4 - Plateau des Tailles

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
BihainVIELSALMLUXEMBOURG
LierneuxLIERNEUX (partim ???)LIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Vielsalm55.32 haMarche-en-Famenne

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Ardenne et Gaume a.s.b.l. (siège social : Maison J.Duvigneau - 9 rue de la Chapelle - B-5670 Vierves-sur-Viroin - tél: 0498/93.75.61).

Privé(s) Non  ONG Oui  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Responsable sur place (conservateur) : Joseph Clesse, rue des Chars à Boeufs, 27, B-6690 Vielsalm (tél. 080/21.59.04).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6624Colanhan10,13 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNonPrésence2002B. Clesse et al.
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNonNicheur possible1989B. Clesse et al.
Anthus trivialisOuiNonNicheur2019Ph. Collas
Certhia familiarisOuiNonNicheur probable2018J. Preud'homme
Circus cyaneusOuiOuiHivernantB. Clesse et S. Rouxhet
Corvus coraxOuiOuiRégulier2019Divers obs.
Dendrocopos minorOuiNonNicheur probable2019J. Coulée
Lanius collurioOuiNon1991S. Rouxhet
Lanius excubitorOuiOui1999S. Rouxhet
Loxia curvirostraOuiNonNicheur possible2018Q. Smits
Milvus milvusOuiOuiPrésence régulière2018Divers obs.
Phylloscopus sibilatrixOuiNonNicheur2018J. Preud'homme
Saxicola rubicolaOuiNonNicheur possible1996S. Rouxhet
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2002B. Clesse et S. Rouxhet
Lissotriton helveticusOuiNon2019B. Clesse, S. Rouxhet, J. Preud'homme
Rana temporariaOuiNon2019B. Clesse, S. Rouxhet, J. Preud'homme
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2007P. Goffart, E. Graitson
Zootoca viviparaOuiNon2007P. Goffart, E. Graitson
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon2002P. Goffart
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Myrmeleotettix maculatus2002P. Goffart
Nemobius sylvestris2002P. Goffart
Plantes - Plantes supérieures
Calamagrostis arundinacea2019Divers obs.
Calamagrostis canescens2019Divers obs.
Callitriche platycarpa2012I. Jacobs
Crepis paludosa2013La Trientale
Dryopteris affinis2012I. Jacobs
Eriophorum angustifolium2002Divers obs.
Galeopsis segetum2012A.-L. Janssen
Genista anglica2002Divers obs.
Huperzia selagoDisparu ?2007S. Rouxhet
Lycopodium clavatumA confirmer ???
Ornithopus perpusillus2012I. Jacobs
Sorbus aria2019Divers obs.
Vaccinium uliginosum2018Divers obs.
Vaccinium vitis-idaea2019Divers obs.
Plantes - Mousses
Leucobryum glaucum2002Divers obs.
Sphagnum fimbriatum2019J.-P. Duvivier
Sphagnum flexuosum2019J.-P. Duvivier
Sphagnum subnitens2019J.-P. Duvivier
Mycètes - Lichens
Cladonia humilis2019Divers obs.
Cladonia portentosa2019Divers obs.
Cladonia uncialis2019Divers obs.
Rhizocarpon geographicum2019Divers obs.
Schaereria cinereorufaE. Sérusiaux
Scoliciosporum sarothamni1990E. Sérusiaux
Tuckermanopsis sepincola2019Divers obs.
Usnea filipendula2019J.-P. Duvivier
Usnea subfloridana2019Divers obs.

Commentaires sur la faune

Mammifères: Capreolus capreolus, Cervus elaphus, Meles meles, Vulpes vulpes.

Oiseaux: Accipiter nisus, Acrocephalus palustris, Anas platyrhynchos, Anthus pratensis, Anthus trivialis, Buteo buteo, Certhia brachydactyla, Certhia familiaris, Cinclus cinclus, Circus cyaneus (hiv.), Coccothraustes coccothraustes, Columba palumbus, Corvus corax, Corvus corone, Dendrocopos major, Dendrocopos minor, Emberiza citrinella, Erithacus rubecula, Fringilla coelebs, Garrulus glandarius, Lanius collurio, Lanius excubitor, Loxia curvirostra, Milvus milvus, Motacilla alba, Motacilla cinerea, Parus ater, Parus caeruleus, Parus cristatus, Parus major, Parus montanus, Parus palustris, Phylloscopus collybita, Phylloscopus sibilatrix, Phylloscopus trochilus, Prunella modularis, Regulus ignicapilla, Regulus regulus, Saxicola rubicola, Scolopax rusticola, Sitta europaea, Sylvia atricapilla, Sylvia borin, Sylvia communis, Troglodytes troglodytes, Turdus merula, Turdus philomelos, Turdus pilaris, Turdus viscivorus.

Reptiles: Anguis fragilis, Coronella austriaca (?), Zootoca vivipara.

Amphibiens: Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Rana temporaria.

Lépidoptères: Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Apatura iris, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Isturgia limbaria, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Neozephyrus quercus, Pararge aegeria, Vanessa atalanta,

Orthoptères: Myrmeleotettix maculatus, Nemobius sylvestris.

Coléoptères: Anatis ocellata, Aphidecta obliterata, Calvia decemguttata, Calvia quatuordecimguttata, Coccinella septempunctata, Dytiscus marginalis, Propylea quatuordecimpunctata, Psyllobora vigitinduopunctata, Pterostichus madidus,

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données divers obs. 2000-2019): Achillea millefolium, Aegopodium podagraria, Agrostis capillaris, Anthriscus sylvestris, Athyrium filix-femina, Bellis perennis, Betula pendula, Betula pubescens, Bromus hordeaceus, Calamagrostis arundinacea, Calamagrostis canescens, Callitriche platycarpa, Callitriche sp., Calluna vulgaris, Caltha palustris, Capsella bursa-pastoris, Carex nigra, Carex pilulifera, Carex rostrata, Cerastium fontanum, Chelidonium majus, Chrysosplenium oppositifolium, Cirsium arvense, Cirsium palustre, Cirsium vulgare, Corylus avellana, Crepis capillaris, Crepis paludosa, Cytisus scoparius, Deschampsia flexuosa, Digitalis purpurea, Dryopteris affinis, Dryopteris dilatata, Dryopteris filix-mas, Elytrigia repens, Epilobium angustifolium, Epilobium hirsutum, Epilobium montanum, Epilobium parviflorum, Eriophorum angustifolium, Filipendula ulmaria, Fumaria officinalis, Galeopsis segetum, Galium saxatile, Genista anglica, Geranium molle, Geranium robertianum, Glyceria fluitans, Glyceria sp., Gnaphalium uliginosum, Heracleum sphondylium, Huperzia selago, Hypericum humifusum, Hypericum perforatum, Hypericum pulchrum, Juncus acutiflorus, Juncus bufonius, Juncus effusus, Juncus tenuis, Lamium album, Lapsana communis, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Lolium multiflorum, Lotus pedunculatus, Luzula multiflora, Lycopodium clavatum, Matricaria chamomilla, Matricaria discoidea, Medicago lupulina, Moehringia trinervia, Molinia caerulea, Myosotis arvensis, Ornithopus perpusillus, Persicaria hydropiper, Persicaria maculosa, Phleum pratense subsp. pratense, Picea abies, Pimpinella saxifraga, Pinus sylvestris, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa annua, Polygonum aviculare, Quercus robur, Rosa canina s.l., Rubus idaeus, Rumex acetosa, Rumex acetosella, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Sambucus racemosa, Scrophularia nodosa, Senecio nemorensis, Senecio silvaticus, Sonchus oleraceus, Sorbus aria, Sorbus aucuparia, Spergularia rubra, Stellaria alsine, Stellaria holostea, Stellaria media, Teucrium scorodonia, Trifolium pratense, Urtica dioica, Vaccinium myrtillus, Vaccinium uliginosum, Vaccinium vitis-idaea, Veronica serpyllifolia, Vicia cracca, Vicia sepium, Viola tricolor.

Bryophytes (données divers obs. 2000-2019): Atrichum undulatum, Brachythecium rivulare, Brachythecium rutabulum, Campylopus flexuosus, Campylopus introflexus, Campylopus pyriformis, Cephaloziella divaricata, Ceratodon purpureus, Dicranella heteromalla, Dicranoweisia cirrata, Dicranum montanum, Dicranum scoparium, Diplophyllum albicans, Eurhynchium striatum, Fontinalis antipyretica, Fontinalis squamosa, Frullania dilatata, Hylocomium splendens, Hypnum cupressiforme (incl. var. filiforme), Hypnum jutlandicum, Kindbergia praelonga, Lepidozia reptans, Leucobryum glaucum, Lophocolea bidentata, Lophocolea heterophylla, Mnium hornum, Nowellia curvifolia, Oligotrichum hercynicum, Orthodontium lineare, Orthotrichum affine, Orthotrichum pulchellum, Plagiomnium undulatum, Plagiothecium denticulatum, Plagiothecium undulatum, Plathypnidium riparioides, Pleurozium schreberi, Pogonatum aloides, Pogonatum nanum, Polytrichastrum formosum, Polytrichum juniperinum, Polytrichum piliferum, Pseudephemerum nitidum, Pseudoscleropodium purum, Pseudotaxiphyllum elegans, Ptilidium ciliare, Racomitrium lanuginosum, Rhytidiadelphus squarrosus, Rhytidiadelphus triquetrus, Rhytidialdelphus loreus, Sphagnum fimbriatum, Sphagnum flexuosum, Sphagnum subnitens, Ulota crispa.

Lichens (données E. Sérusiaux, 1990 + divers obs. 2000-2019): Caloplaca aurantia (RR en Ardenne), Chaenotheca ferruginea, Cladonia diversa, Cladonia humilis, Cladonia portentosa, Cladonia uncialis, Evernia prunastri, Fellhanera subtilis, Flavoparmelia caperata, Hypogymnia physodes, Lecanora chlarothera, Lecanora conizaeoides, Lepraria incana, Micarea denigrata, Micarea nitschkeana, Micarea peliocarpa, Parmelia saxatilis, Parmelia sulcata, Peltigera sp., Physcia aipolia, Placynthiella (= Saccomorpha) icmalea, Platismatia glauca, Pseudevernia furfuracea, Psilolechia lucida, Rhizocarpon geographicum, Rhizocarpon lecanorinum, Schaereria cinereorufa, Tuckermanopsis (= Cetraria) sepincola, Usnea subfloridana, Xanthoparmelia (= Neofuscelia) verruculifera.

Espèces exotiques

Plantes: Campylopus introflexus, Juncus tenuis, Matricaria discoidea, Picea abies.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un site de très grande valeur paysagère, scientifique et géomorphologique. Conservation d'une population de Huperzia selago et de Lycopodium clavatum, deux lycopodes en très forte regréssion en Wallonie.

Menaces

Aucune menace particulière ne pèse sur la réserve.

Recommandations

Procéder à des inventaires faunistiques détaillés.

Plan de gestion

Un plan de gestion détaillé existe.
a) On peut envisager une reprise de l'activité extractrice d'ardoises ou de moëllons dans les carrières pour autant que ces extractions soient de faible ampleur et se fassent par des méthodes douces et qu'elles donnent lieu à des accumulations de déblais frais.
A ces endroits, des versages de détritus divers se font occasionnellement. Il y a lieu d'enlever ces détritus et d'enlever par râclage le sol en-dessous et autour des tas de déchets de façon à enlever la terre enrichie et les plantes nitrophiles.
On déboisera les alentours des parois rocheuses subverticales des excavations.
b) On reboisera les dépressions imperméables où se sont formées des mares permanentes ou semi-permanentes.
c) Les pelouses à lichens et mousses (stades pionniers) seront maintenues partiellement en remuant les tas de pierres qu'elles colonisent. On évitera le reboisement des landes et plus tard, éventuellement, on fauchera les landes chaméphytiques. Les landes herbeuses seront étrépées. On y conservera, quand ils existent, quelques vieux arbres remarquables.
d) Dans les anciennes landes reboisées par des taillis rabougris de Quercus robur, on maintiendra ceux-ci et on enlèvera si nécessaire les résineux. On maintiendra les forêts feuillues spontanées dans lesquelles on laissera quelques-uns des très beaux pins sylvestres qui y existent.
e) Sur les versants, on maintiendra la chênaie sessiliflore à bouleau et sorbier des oiseleurs. On enlèvera progressivement les parties enrésinées dans lesquelles on laissera revenir la chênaie spontanée.
f) Les prairies du fond de la vallée n'ont pas beaucoup de valeur actuellement. On laissera revenir progressivement la forêt alluviale (aulnaie ou frênaie).
La cueillette des myrtilles sera tolérée pour les gens du crû..
Dès que possible, l'accès du Colanhan sera limité aux seuls piétons circulant sur les chemins. Afin d'éviter le versage et la circulation de véhicules, on établira des clôtures là où cela s'avère nécessaire.

Accès du public

Accès autorisé sur les chemins.

Détails

Description physique

Le Colanhan est une imposante colline s'étendant en Haute Ardenne, en bordure du Plateau des Tailles, au sud du village de Verleumont. Allongée dans un axe est-ouest sur près de 2 km, son sommet atteint 565 m d'altitude. Le promontoire domine au sud le complexe des sources de la Lienne.

Le socle du Colanhan est formé de phyllades salmiens très métamorphisés, disposés en bancs redressés presqu'à la verticale et présentant une schistosité très marquée. Ces phyllades très durs ont mieux résisté à l'érosion que les roches des alentours si bien que, par érosion différentielle, la «montagne» du Colanhan émerge des plaines herbagères voisines et se termine à l'est par un abrupt spectaculaire plongeant jusqu'à la Lienne.

C'est ce que les géomorphologues appellent un synclinal perché, structure très rare chez nous - on n'en connaît que quatre autre cas (Chefosse, Erlinchamps, Borzeux, Vielsalm) - et réalisée de la façon la plus typique en cet endroit.

Le paysage du sommet et des rebords est tout en bosses et en fosses, avec d'immenses monticules de déblais et des excavations profondes, aux parois rocheuses verticales ou en surplomb.

L'eau stagne en permanence au fond de quelques-uns de ces trous.

Le sommet du Colanhan offre encore d'admirables vues sur les plaines herbagères et les villages de la haute vallée de la Lienne, affluent de la rive gauche de l'Amblève.

Du point phytogéographique, le Colanhan se situe dans le district ardennais.

Description biologique

La flore et la végétation du Colanhan ont été étudiées à plusieurs reprises (e.a. DE SLOOVER et al., 1975; DUMONT, 1975).

Les excavations présentent des parois rocheuses aux diverses expositions; certaines sont sèches, d'autres humides. Les groupements cryptogamiques de ces parois regroupent donc en conséquence des éléments héliophiles ou sciaphiles, xérophiles ou hygrophiles. C'est sur les replats ombragés de ces excavations que se développent deux lycopodes: le lycopode sélagine (Huperzia selago), en voie d'extinction dans notre pays, et le lycopode en massue (Lycopodium clavatum), en forte régression.

Les eaux stagnant dans le creux de certaines fosses donnent lieu à la formation de micro-tourbières ou de petits bas-marais acides à laîche noire (Carex nigra), laiche à bec (Carex rostrata), jonc à tépales aigues (Juncus acutiflorus), linaigrette à feuilles étroites (Eriophorum angustifolium), sphaignes (Sphagnum spp.) (Caricetalia fuscae).

Les cônes de déblais, très filtrants, ont été, au cours du temps, colonisés par des mousses et des lichens d'abord, ensuite par une lande à callune (Calluna vulgaris), myrtille (Vaccinium myrtillus), airelle (Vaccinium vitis-idaea), genêt d'Angleterre (Genista anglica) et canche flexueuse (Deschampsia flexuosa) (Calluno-Vaccinietum).

Les endroits un peu plus terreux, en périphérie des monticules de déblais, ou le long de l'ancien chemin, ou sur le début de la pente, portent des bosquets clairs de chênes pédonculés (Quercus robur) rabougris et bas-branchus, souvent en peuplements purs mais parfois accompagnés de quelques bouleaux verruqueux (Betula pendula) ou sorbiers des oiseleurs (Sorbus aucuparia).

Les flancs proprement dits étaient jadis couverts uniformément de taillis de chênes et bouleaux verruqueux à sous-bois de canche flexueuse et myrtille, avec, aux expositions sèches, des coussinets de la mousse Leucobryum glaucum. Plusieurs de ces anciens taillis ont été remplacés par des plantations d'épicéa commun (Picea abies). Mais ces dernières - mal venantes sur des sols aussi superficiels que ceux du Colanhan - présentent des clairières, des trouées dans lesquelles le taillis de chêne et de bouleaux se régénère à merveille (Querco-Betuletum).

La richesse et l'intérêt du peuplement lichénologique du Colanhan est remarquable à plus d'un titre. En particulier, deux lichens rarissimes ont été signalés pour la première fois du territoire wallon par SERUSIAUX (1990): le premier, Scoliciosporum sarothamni, se développe spécifiquement sur des brindilles de callune et de myrtille, en compagnie d'autres taxons comme Fellhanera subtilis, Micarea denigrata, Micarea nitschkeana, etc., et n'est connu que d'une seule autre localité de Belgique, à Habay-la-Neuve; le second, Schaereria cinereorufa, observé en abondance sur les débris de phyllades, n'est connu que dans une seule autre station ardennaise.

On mentionnera aussi Tuckermannopsis sepinola, rare et confiné à l'Ardenne à la Lorraine, occupant un microbiotope spécifique, à savoir les branchettes de bouleaux dans une atmosphère humide et ombragée.

L'intérêt faunistique du Colanhan n'a été que très partiellement documenté et aucun inventaire systématique n'y a été mené à ce jour.

La colline, en partie boisée, en partie occupée par des espaces ouverts ou plus ou moins embroussaillées, est, par son calme et son relatif isolement, un refuge pour les oiseaux dont plus de 50 espèces sont régulièrement contactées en période de nidification ou en halte durant la mauvaise saison. Citons entre autre le pipit des arbres (Anthus trivialis), le bruant jaune (Emberiza citrinella), le grimpereau des bois (Certhia familiaris), le pouillot siffleur (Phylloscopus sibilatrix), le pouillot fitis (Phylloscopus trochilus), le bec-croisé des sapins (Loxia curvirostra), la bécasse des bois (Scolopax rusticola), le grand corbeau (Corvus corax), le milan royal (Milvus milvus), etc. La pie-grièche grise (Lanius excubitor) est parfois observée en hiver, mais ses apparitions sont de plus en plus sporadique en lien avec son déclin généralisé en Europe occidentale. De même la pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), au statut plus favorable, a déjà été vue mais sa reproduction locale reste incertaine.

L'herpétofaune est représentée par le lézard vivipare (Zootoca vivipara) et l'orvet (Anguis fragilis) (GRAITSON, 2008) ainsi que par au moins trois espèces d'amphibiens: grenouille rousse (Rana temporaria), triton palmé (Lissotriton helveticus) et triton alpestre (Ichthyosaura alpestris). La présence de la coronelle (Coronella austriaca), signalée occasionnellement, demande à être confirmée.

Parmi les insectes, on y a signalé quelques espèces de papillons de jour comme le grand mars changeant (Apatura iris), des orthoptères tels que le gomphocère tacheté (Myrmeleotettix maculatus) et le grillon des bois (Nemobius sylvestris), quelques coléoptères.

Une quinzaine d'organismes cécidogènes ont été observés lors d'une sortie de la section CNB La Trientale en juillet 2013 (voir TEFNIN, 2013).

Monument naturel

Synclinal perché (structure géologique rarissime en Belgique).

Monument historique

Carrières d'ardoises.

Histoire du site

Le nom de la colline pourrait venir de «Colonhan», colon signifiant pigeon en wallon. Le chemin qui mène vers le Colanhan est déjà cité en 1647 et apparaît sur la carte de Ferraris datant de 1779 sous le toponyme «Montagne de Colanhan».

Le relief chahuté du sommet provient de l'exploitation, pendant des siècles, des phyllades, roches très dures à schistosité marquée. Toutes les exploitations, artisanales et familiales, eurent lieu par creusement de fosses et accumulation de déblais en gros tas. Le caractère familial de cet artisanat local fait que la colline est morcelée en une infinité de petites parcelles. Les anciennes fosses d'extraction sont toujours visibles, ainsi que les déblais alentours. Les phyllades violacés ont été exploités dès la fin du 17è siècle sous forme d'ardoises, cherbains, croix, encadrements de portes et fenêtres, abreuvoirs, etc.

Biblio

, 1988, Demande de subvention 1987 pour la réserve naturelle de Colanhan., Ardenne et Gaume, Dossier n° 2, 61 pp.
, 1991, Demande de subvention 1991 pour la réserve naturelle de Colanhan., Ardenne et Gaume, Dossier n° 1, 29 pp.
, 1975, Les landes à callune et airelle du Plateau des Tailles (Haute Ardenne belge)., Colloques phytosociologiques, 2 : 1-12.
, 1990, L'intérêt bryologique des anciennes exploitations de phyllades ardoisiers à Vielsalm, Parcs Nationaux, 45 : 1-6.
, 1975, L'homme et la végétation au Plateau des Tailles., Thèse de Doctorat, Laboratoire d'Ecologie Végétale, Louvain-la-Neuve, 281 pp.
, 1988, Distribution et écologie des Desmidiées et de leurs peuplements en Haute-Ardenne., Thèse de Doctorat, Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 234 pp.
, 1988, La lande à callune et airelle, la lande à callune et canche flexueuse et leur dynamique forestière dans la région du Plateau des Tailles (Haute-Ardenne belge)., Mémoire de Licence, Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 60 pp.
, 2017, Itinéraire de la pierre dans la région de Vielsalm, Les Barbouillons n° 296 : 14-20.
, 2008, L'intérêt herpétologique des milieux rocheux de l'Ardenne centro-orientale (province de Liège et Luxembourg, Belgique)., Bulletin de la Société des Naturalistes luxembourgeois, 109: 83-91.
, 1965, Excursion des 29 et 30 mai 1965 à la Baraque de Fraiture, Grand-Halleux et Vielsalm., Natura Mosana, 18 : 88-92.
, 1986, L'association à Pogonatum aloides au Plateau des Tailles., Dumortiera, 35 : 49-52.
, 1982, La végétation bryophytique des chemins empierrés au Plateau des Tailles (Haute-Ardenne belge)., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 115 : 161-176.
, 1983, Les groupements terricoles à Calypogeia du Plateau des Tailles (Haute-Ardenne belge)., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 116 : 167-177.
, 1991, Demande d'agrément 1990 pour la réserve naturelle du Colanhan., Ardenne et Gaume, Dossier n° 1, 76 pp.
, 1997, Les réserves naturelles d'Ardenne et Gaume, Ardenne et Gaume, Monographie n° 16, 64 pp.
, 1974, Une remarquable station du lycopode Huperzia selago (L.) Bernh. ex. Schrank et Mart. dans la réserve naturelle domaniale des Hautes Fagnes et les stations actuelles de cette espèce en Belgique., Les Naturalistes belges, 55: 151-158.
, 1990, Liste préliminaire des lichens et champignons lichénicoles des rochers et éboulis des affleurements du Salmien (Belgique, région de Vielsalm), Mémoire de la Société royale de Botanique de Belgique, 12 : 135-147.
, 1951, Note sur les Desmidiées de quatre fanges du plateau de la Baraque Fraiture., Lejeunia, N.S., 15 : 95-110.
, 2013, Entre Hébronval et Verleumont. Dimanche 14 juillet 2013. Guides : Geneviève et Eric Lebrun-Moreas, Le Cahier, 9 (3) : 6-9.

Divers

Liens

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

S. ROUXHET et E. GRAITSON (aCREA, Conseil et Recherche en Ecologie appliquée, Université de Liège, Sart-Tilman, 4000 Liège).

B. et J. CLESSE.

Date de la dernière modification de la fiche

2019-05-22