Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

7 - Colanhan

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Lierneux, Vielsalm
Cantonnements DNF :Vielsalm
Surface :55.32 ha
Coordonnées :X Lambert : 252928 - Y Lambert : 107092
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

"Colanhan" est une imposante colline qui domine la vallée de la Lienne, au sud du village de Verleumont. Le site présente de nombreux intérêts, en particulier des points de vue géologique, géomorphologique, historique et paysager. La roche mère est formée de phyllades très durs qui ont été exploités comme ardoises pendant des siècles. Cette exploitation, le plus souvent artisanale et de type familiale, eut lieu sur le sommet, où les fosses d'extraction et les tas de déblais sont toujours visibles actuellement, donnant au site un relief accidenté. Ces tas de déblais et les éboulis de roches sont colonisés par des lambeaux de landes à callune (Calluna vulgaris) et myrilles (Vaccinium myrtillus) et par des pelouses silicoles riches en mousses et lichens terricoles et saxicoles (Plytrichum piliferum, Cladonia div.sp...).

Cela explique aussi pourquoi la colline est morcelée en une infinité de petites parcelles. Les excavations présentent des parois rocheuses aux expositions diverses, qui portent des groupements cryptogamiques très contrastés avec des éléments héliophiles, sciaphiles, xérophiles ou hygrophiles. C'est sur les replats ombragés de ces excavations que se développent deux plantes très rares : le lycopode sélagine (Huperzia selago) en voie d'extinction dans notre pays, et le lycopode en massue (Lycopodium clavatum), en très forte régression suite à la disparition des landes. Les versants du Colanhan sont couverts par des taillis de chênes et de bouleaux, souvents tortueux et riches en lichens épiphytes prouvant la bonne qualité de l'air à cet endroit (ex. Usnea sp.).

Les sous-bois sont constitués principalement de canche flexueuse (Deschampsia flexuosa) et de myrtille (Vaccinium myrtillus), avec ça et là, quelques myrtilles de loup (Vaccinium uliginosum) dont la présence originale dans ce milieu est probablement à mettre en relation avec l'hygrométrie importante sur ce haut somment.

A signaler aussi sur le site, la présence de l'alouchier (Sorbus aria) et du blaireau (Meles meles)

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Bihain1.72 haVIELSALMLUXEMBOURG
Lierneux53.6 haLIERNEUX (partim ???)LIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Vielsalm55.32 haMarche-en-Famenne

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Ardenne et Gaume a.s.b.l. (siège social : Maison J.Duvigneau - 9 rue de la Chapelle - B-5670 Vierves-sur-Viroin - tél: 0498/93.75.61).

Privé(s) Non  ONG Oui  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Responsable sur place (conservateur) : Joseph Clesse, rue des Chars à Boeufs, 27, B-6690 Vielsalm (tél. 080/21.59.04).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6624Colanhan10,13 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNonPrésence2002B. Clesse et al.
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNonNicheur possible1989B. Clesse et al.
Certhia familiarisOuiNon1994B. Clesse et al.
Circus cyaneusOuiOuiHivernantB. Clesse et S. Rouxhet
Lanius collurioOuiNon1991S. Rouxhet
Lanius excubitorOuiOui1999S. Rouxhet
Saxicola torquatusOuiNonNicheur possible1996S. Rouxhet
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2002B. Clesse et S. Rouxhet
Lissotriton helveticusOuiNon2002B. Clesse et S. Rouxhet
Rana temporariaOuiNon2002B. Clesse et S. Rouxhet
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2007P. Goffart, E. Graitson
Zootoca viviparaOuiNon2007P. Goffart, E. Graitson
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon2002G.T. Lépidoptères (obs. P. Goffart)
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Myrmeleotettix maculatus2002P. Goffart
Nemobius sylvestris2002P. Goffart
Plantes - Plantes supérieures
Eriophorum angustifolium2002Divers observateurs
Genista anglica2002Divers observateurs
Huperzia selago2002ADivers observateurs
Lycopodium clavatum2002BDivers observateurs
Vaccinium vitis-idaea2002Divers observateurs
Plantes - Mousses
Leucobryum glaucum2002Divers observateurs
Sphagnum spp.2002Divers observateurs

Commentaires sur la faune

Le site n'a pas encore fait l' objet d'observations zoologiques systématiques. On peut néanmoins déjà signaler les espèces suivantes :

Mammifères :
Vulpes vulpes, Meles meles.

Oiseaux :
Acrocephalus palustris, Certhia familiaris, Circus cyaneus (hivernant régulier), Lanius collurio, Lanius excubitor, Saxicola torquata.

Herpétofaune :
Rana temporaria, Triturus alpestris, Triturus helveticus, Lacerta vivipara.
On a signalé en outre Coronella austriaca mais sa présence demande confirmation (E. Graitson, com. pers.).

Entomofaune :
- Lépidoptères : Apatura iris.
- Orthoptères : Myrmeleotettix maculatus, Nemobius sylvestris.

Commentaires sur la flore

Espèces protégées : Huperzia selago, Lycopodium clavatum, Leucobryum glaucum, Sphagnum spp.
Espèces intéressantes : Eriophorum polystachion, Genista anglica, Vaccinium vitis-idaea.
Des lichens très rares ont été observés : Scoliciosporum sarothamni sur des brindilles de Calluna, Vaccinium et Tuckermannopsis sepinola.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un site de très grande valeur paysagère, scientifique et géomorphologique. Conservation d'une population de Huperzia selago et de Lycopodium clavatum, deux lycopodes en très forte regréssion en Wallonie.

Menaces

Aucune menace particulière ne pèse sur la réserve.

Recommandations

Procéder à des inventaires faunistiques détaillés.

Plan de gestion

Un plan de gestion détaillé existe.
a) On peut envisager une reprise de l'activité extractrice d'ardoises ou de moëllons dans les carrières pour autant que ces extractions soient de faible ampleur et se fassent par des méthodes douces et qu'elles donnent lieu à des accumulations de déblais frais.
A ces endroits, des versages de détritus divers se font occasionnellement. Il y a lieu d'enlever ces détritus et d'enlever par râclage le sol en-dessous et autour des tas de déchets de façon à enlever la terre enrichie et les plantes nitrophiles.
On déboisera les alentours des parois rocheuses subverticales des excavations.
b) On reboisera les dépressions imperméables où se sont formées des mares permanentes ou semi-permanentes.
c) Les pelouses à lichens et mousses (stades pionniers) seront maintenues partiellement en remuant les tas de pierres qu'elles colonisent. On évitera le reboisement des landes et plus tard, éventuellement, on fauchera les landes chaméphytiques. Les landes herbeuses seront étrépées. On y conservera, quand ils existent, quelques vieux arbres remarquables.
d) Dans les anciennes landes reboisées par des taillis rabougris de Quercus robur, on maintiendra ceux-ci et on enlèvera si nécessaire les résineux. On maintiendra les forêts feuillues spontanées dans lesquelles on laissera quelques-uns des très beaux pins sylvestres qui y existent.
e) Sur les versants, on maintiendra la chênaie sessiliflore à bouleau et sorbier des oiseleurs. On enlèvera progressivement les parties enrésinées dans lesquelles on laissera revenir la chênaie spontanée.
f) Les prairies du fond de la vallée n'ont pas beaucoup de valeur actuellement. On laissera revenir progressivement la forêt alluviale (aulnaie ou frênaie).
La cueillette des myrtilles sera tolérée pour les gens du crû..
Dès que possible, l'accès du Colanhan sera limité aux seuls piétons circulant sur les chemins. Afin d'éviter le versage et la circulation de véhicules, on établira des clôtures là où cela s'avère nécessaire.

Accès du public

Accès autorisé sur les chemins.

Détails

Description physique

Le Colanhan est une grande colline allongée d'est en ouest sur près de 2 km, au sud du village de Verleumont. Son sommet atteint 565 m d'altitude. Au sud s'étend le complexe des sources de la Lienne.
Le socle est formé de phyllades salmiens très métamorphisés, disposés en bancs redressés presqu'à la verticale et présentant une schistosité très marquée. Ces phyllades très durs ont mieux résisté à l'érosion que les roches des alentours si bien que, par érosion différentielle, la Montagne du Colanhan émerge des plaines herbagères voisines et se termine à l'est par un abrupt spectaculaire plongeant jusqu'à la Lienne.
C'est ce que les géomorphologues appellent un synclinal perché, structure très rare chez nous, - on n'en connaît que quatre autre cas (Chefosse, Erlinchamps, Borzeux, Vielsalm) - et réalisée de la façon la plus typique en cet endroit.
Le paysage du sommet et des rebords est tout en bosses et en fosses, avec d'immenses monticules de déblais et des excavations profondes, aux parois rocheuses verticales ou en surplomb.
L'eau stagne en permanence au fond de quelques-uns de ces trous.
Le sommet du Colanhan offre encore d'admirables vues sur les plaines herbagères et les villages de la haute vallée de la Lienne, affluent de la rive gauche de l'Amblève.

Description biologique

La végétation du Colanhan a été étudiée à plusieurs reprises (De Sloover et al., 1975; Dumont, 1975; etc.).
Les excavations présentent des parois rocheuses aux diverses expositions; certaines sont sèches, d'autres humides. Les groupements cryptogamiques de ces parois regroupent donc en conséquence des éléments héliophiles ou sciaphiles, xérophiles ou hygrophiles.
C'est sur les replats ombragés de ces excavations que se développent deux lycopodes: Huperzia selago, en voie d'extinction dans notre pays, et Lycopodium clavatum, en forte régression.
Les eaux stagnant dans le creux de certaines fosses donnent lieu à la formation de microtourbières ou de micromarécages dans lesquels on observe Carex nigra, C. rostrata, Juncus acutiflorus, Eriophorum angustifolium, ... et Sphagnum spp. (Caricetalia fuscae).
Les cônes de déblais, très filtrants, ont été, au cours du temps, colonisés par des mousses et des lichens d'abord, ensuite par une lande à Calluna vulgaris, Vaccinium myrtillus, (avec plus rarement Vaccinium vitis-idaea et Genista anglica) et Deschampsia flexuosa (Calluno-Vaccinietum).
Les endroits un peu plus terreux, en périphérie des monticules de déblais, ou le long de l'ancien chemin, ou sur le début de la pente, portent des bosquets clairs de chênes pédonculés (Quercus robur) rabougris et bas-branchus, souvent en peuplements purs mais parfois accompagnés de quelques bouleaux verruqueux (Betula pendula) ou sorbiers des oiseleurs (Sorbus aucuparia).
Les flancs proprements dits étaient jadis couverts uniformément de taillis de chênes et bouleaux verruqueux à sous-bois de canche flexueuse et myrtille, avec, aux expositions sèches, des coussinets de la mousse Leucobryum glaucum. Plusieurs de ces anciens taillis ont été remplacés par des pessières (Picea abies). Mais ces dernières - mal venantes sur des sols aussi superficiels que ceux du Colanhan - présentent des clairières, des trouées dans lesquelles le taillis de chêne et de bouleaux se regénère à merveille. C'est pourquoi Ardenne et Gaume a formé le projet d'acquérir toute la colline, y compris les versants, qui, progressivement, après élimination des épicéas, retrouveront leur physionomie de forêt feuillue (Querco-Betuletum).
Des lichens très rares ont été observés : Scoliciosporum sarothamni sur des brindilles de Calluna et Vaccinium, ainsi que Tuckermannopsis sepinola.
La faune n'a semble-t-il fait l'objet d'aucun recensement systématique. L'herpétofaune est représentée par le lézard vivipare (Zootoca vivipara) et l'orvet (Anguis fragilis) (GRAITSON, 2008).

Monument naturel

Synclinal perché (structure géologique rarissime en Belgique).

Monument historique

Carrières d'ardoises.

Histoire du site

Les phyllades, très durs et à schistosité marquée (clivage ardoisier), ont été exploités comme ardoises pendant des siècles. Toutes les exploitations, artisanales et familiales, eurent lieu sur le sommet, par creusement de fosses et accumulation de déblais en gros tas, tous encore visibles actuellement. Le caractère familial de cet artisanat local fait que la colline est morcelée en une infinité de petites parcelles.

Biblio

, 1988, Demande de subvention 1987 pour la réserve naturelle de Colanhan., Ardenne et Gaume, Dossier n° 2, 61 pp.
, 1991, Demande de subvention 1991 pour la réserve naturelle de Colanhan., Ardenne et Gaume, Dossier n° 1, 29 pp.
, 1975, Les landes à callune et airelle du Plateau des Tailles (Haute Ardenne belge)., Colloques phytosociologiques, 2 : 1-12.
, 1975, L'homme et la végétation au Plateau des Tailles., Thèse de Doctorat, Laboratoire d'Ecologie Végétale, Louvain-la-Neuve, 281 pp.
, 1988, Distribution et écologie des Desmidiées et de leurs peuplements en Haute-Ardenne., Thèse de Doctorat, Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 234 pp.
, 1988, La lande à callune et airelle, la lande à callune et canche flexueuse et leur dynamique forestière dans la région du Plateau des Tailles (Haute-Ardenne belge)., Mémoire de Licence, Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 60 pp.
, 2008, L'intérêt herpétologique des milieux rocheux de l'Ardenne centro-orientale (province de Liège et Luxembourg, Belgique)., Bulletin de la Société des Naturalistes luxembourgeois, 109: 83-91.
, 1965, Excursion des 29 et 30 mai 1965 à la Baraque de Fraiture, Grand-Halleux et Vielsalm., Natura Mosana, 18 : 88-92.
, 1986, L'association à Pogonatum aloides au Plateau des Tailles., Dumortiera, 35 : 49-52.
, 1982, La végétation bryophytique des chemins empierrés au Plateau des Tailles (Haute-Ardenne belge)., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 115 : 161-176.
, 1983, Les groupements terricoles à Calypogeia du Plateau des Tailles (Haute-Ardenne belge)., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 116 : 167-177.
, 1991, Demande d'agrément 1990 pour la réserve naturelle du Colanhan., Ardenne et Gaume, Dossier n° 1, 76 pp.
, 1997, Les réserves naturelles d'Ardenne et Gaume., Ardenne et Gaume, Monographie n° 16, 64 pp.
, 1974, Une remarquable station du lycopode Huperzia selago (L.) Bernh. ex. Schrank et Mart. dans la réserve naturelle domaniale des Hautes Fagnes et les stations actuelles de cette espèce en Belgique., Les Naturalistes belges, 55: 151-158.
, 1990, Liste préliminaire des lichens et champignons lichénicoles des rochers et éboulis des affleurements du Salmien (Belgique, région de Vielsalm)., Mémoire de la Société royale de Botanique de Belgique, 12 : 135-147.
, 1951, Note sur les Desmidiées de quatre fanges du plateau de la Baraque Fraiture., Lejeunia, N.S., 15 : 95-110.

Divers

Liens

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

S. ROUXHET et E. GRAITSON (aCREA, Conseil et Recherche en Ecologie appliquée, Université de Liège, Sart-Tilman, 4000 Liège).

B. et J. CLESSE.

Date de la dernière modification de la fiche

2012-03-15