Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

75 - Pré des Forges

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Saint-Hubert, Tellin
Cantonnements DNF :Saint-Hubert
Surface :24.31 ha
Coordonnées :X Lambert : 213486 - Y Lambert : 83301
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le Pré des Forges s'étend sur les communes de Saint-Hubert et de Tellin, sur une superficie d'un peu plus de 23 ha, dans la plaine alluviale de la Lhomme. La végétation se compose actuellement d'un ensemble d'associations : la mégaphorbiaie à reine des prés, la prairie à bistorte et houlque molle, la prairie à joncs épars et molinie et la prairie acide à fétuque rouge. Des bosquets d'arbustes divers colonisent la plaine alluviale. L'aulnaie-saulaie est présente sur les rives de la Lhomme (GIREA, 1992).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L0 - Ardenne
  • L3 - Ardenne centrale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Bure3.63 haTELLINLUXEMBOURG
Mirwart20.68 haSAINT-HUBERTLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Saint-Hubert24.31 haNeufchâteau

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Le château de Mirwart, situé au sud-est de la réserve, est classé depuis le 27-12-1978. Il est présentement dans un grand état de délabrement. Le classement s'étend aussi au Moulin des Forges et à leur environnement immédiat. Le Pré des Forges lui-même n'est pas classé.

Propriétaire(s)

Province de Luxembourg.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Oui

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Libin, 48B, rue du Commerce, 6890 Libin (Tél. : 061/65.00.90 - Fax : 061/65.00.99).
Commission Consultative de Gestion des Réserves Naturelles Domaniales de l'Ardenne centrale.

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6007Pré des Forges24,31 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Accipiter gentilisOuiNon
Accipiter nisusOuiNon
Acrocephalus palustrisOuiNon
Alcedo atthisOuiNon
Athene noctuaOuiNon
Buteo buteoOuiNon
Cinclus cinclusOuiNon
Dendrocopos minorOuiNon
Hippolais icterinaOuiNon
Lanius collurioOuiNon
Motacilla cinereaOuiNon
Picus viridisOuiNon
Sylvia communisOuiNon
Sylvia currucaOuiNon
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Aporia crataegiNonNonPh. Goffart, M. Baguette
Argynnis paphiaNonNon1992M. Baguette
Boloria eunomiaOuiOuiPh. Goffart, M. Baguette
Boloria seleneNonNonPh. Goffart, M. Baguette
Brenthis inoNonNonPh. Goffart, M. Baguette
Erebia medusaOuiOuiPh. Goffart, M. Baguette
Lycaena helleOuiOuiPh. Goffart, M. Baguette
Melitaea diaminaNonNon1992M. Baguette
Plantes - Plantes supérieures
Cardamine bulbifera2005AE. Branquart
Carex acuta
Carex curta
Colchicum autumnale
Dactylorhiza maculata
Menyanthes trifoliata
Narcissus pseudonarcissus
Platanthera chlorantha
Viola palustris

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 2

Commentaires sur la faune

Un inventaire détaillé des Carabidés dans les divers milieux indique quelques espèces significatives : Licinus hoffmannseggi est à la limite de dispersion de son aire et une préférentielle des chênaies ; Leistus piceus est confinée au massif ardennais; Bradycellus sharpii est une espèce des jonçaies et prairies subhumides; Agonum livens, espèce rare et de statut précaire, préférentielle des saulaies. On signale aussi des espèces liées aux mégaphorbiées et en diminution en Belgique : Chlaenius nigricornis, Notiophilus palustris, Oodes helipioides, Pterostichus vernalis et P. cupreus, Agonum sexpunctatum.

L'inventaire des Lépidoptères a recensé 24 espèces dont 8 sont vulnérables : Aporia crataegi, Argynis paphia, Brenthis ino, Clossiana selene, Erabia medusa, Lycaena helle, Melitatea diamina et Proclossiana eunomia.

L'avifaune est riche grâce à la diversité du paysage. AERTS, 1977 signale les espèces suivantes :
- des espèces liées aux prairies humides comme Hippolais icterina, Anas platyrhynchos;
- des espèces liées aux haies vives comme Lanius collurio, Sylvia curruca, S. communis;
- des espèces forestières ou de lisière forestière comme Prunella modularis, Sylvia borin, S. atricapilla etc.;
- des oiseaux liés aux rives comme Alcedo atthis, Cinclus cinclus, Motacilla cinerea, Gallinula chloropus, Acrocephalus palustris;
- des oiseaux qui nichent dans les arbres morts comme Athena noctua, Picus viridis, Dencrocopos major, D. minor,...;
- divers oiseaux passants provenant des bois de conifères ou de feuillus avoisinants, du village ou des champs. Quelques rapaces y chassent : Buteo buteo, Accipiter nisus, A. gentilis.

Commentaires sur la flore

Espèces intéressantes : Equisetum fluviatile, Narcissus pseudonarcissus, Colchicum autumnale.
La présence de Carex umbrosa serait à confirmer.

Espèces exotiques

Plantes: Mimulus guttatus.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un des plus beaux complexes de prairies alluviales connus dans le Luxembourg belge.

Menaces

La principale menace est l'embrousaillement à partir des formations buissonneuses qui encadrent la réserve vers l'amont et l'aval.
Toutefois, la gestion actuelle (ouverture trop forte du milieu) n'est pas favorable à la vipère. Une diminution des effectifs est noté depuis les années 1980. Cette espèce devrait être absolument prise en compte dans la gestion future du site.

Recommandations

Il faut maintenir la diversité actuelle des prairies alluviales entre la Lomme et le fossé principal et intervenir modérément dans les pelouses plus sèches : ne les faucher qu'en cas d'évolution défavorable, cette végétation étant assez stable et apparemment seulement menacée par le développement des brins ligneux. Pollution de la Lomme.

Plan de gestion

Un plan de gestion est établi par le G.I.R.E.A.

Accès du public

Accès du public sur les chemins et aux endroits dûment signalés (zone B).

Détails

Description physique

Le site prend place dans la plaine alluviale de la Lomme, entre la courbe du chemin de fer et la rivière; en outre une parcelle de prairie amendée mais abandonnée depuis quelques années, est située à l'est de la Lomme, en aval du site du moulin.

La plaine alluviale s'élargit dans cette courbe sur environ 400m et est longée par la Lomme sur une longueur d'environ 750m. Celle-ci forme une île et des îlots en aval. En amont, la Lomme reçoit un affluent de droite, le ruisseau de Marsau, qui actionnait le moulin. En aval, elle reçoit le ruisseau de Revaus, son affluent de gauche. Un ancien fossé, jalonné par quelques aunes arborescents, a été établi sur toute la longueur de la plaine alluviale et marque la limite de crues majeures de la Lomme. Des fossés, en partie comblés, ont été tracés au-delà de cet ancien fossé; ils étaient sans doute destinés au drainage de la dépression qui s'amorce au-delà de la levée alluviale plus sèche. Ce réseau de drains a été interprété par d'aucuns comme un système d'abîssage, mais une visite attentive des lieux ne permet pas de confirmer cette hypothèse.

Substrat géologique de base : pour la partie nord, Siegenien moyen (S2) : quartzophyllades, schistes et grès légèrement calcarifères; pour la partie sud, Siegenien inférieur (S1) : alternance de schistes bleus et de quartzites gris clair.

Toutefois, la totalité de la vallée est couverte d'alluvions hétérogènes, limono-caillouteuses, très fortement gleyifiées entre la Lomme et le fossé principal et nourries d'apports périodiques d'alluvions de crue. Des fragments de charbon de bois et de scories, résidus de l'ancienne activité des forges, s'y rencontrent dans les profils (RUWET 1974).
Le bourrelet alluvial, large d'environ 200m au-delà du fossé est relativement plus sec mais compact et gleyifié en profondeur. Au-delà du bourrelet alluvial s'amorce au pied du versant boisé, une dépression longitudinale plus humide. Cette disposition ne se traduit que par des différences très ténues du relief, mais en revanche par des végétations contrastées.

Une station climatique permettant d'étudier le microclimat local fut installée dans le site durant les années 1970 (voir par ex. VANSEVEREN, 1975).

Description biologique

La Lomme est une rivière à cours rapide et débit fortement influencé par la fonte des neiges et des grosses précipitations; elle déborde périodiquement en hiver dans sa plaine alluviale, jusqu'au fossé marqué par un alignement d'aulnes, qui servait à évacuer les eaux de crue. La rivière comporte des herbiers de Ranunculus penicillatus en divers endroits; par contre, la végétation ripicole est peu développée et se limite à quelques colonies de Petasites hybridus (Filipendulo-Petasition), Phalaris arundinacea, Carex acuta, C. acutiformis ou encore Equisetum fluviatile.
L'aulnaie riveraine est localisée en bordure de la Lomme et couvre ses îles et îlots. Elle forme de beaux peuplements d'Alnus glutinosa, constitués d'arbres élancés et de belle grosseur (âgés de 60 ans et de 26,50 m de hauteur dominante), avec des pieds isolés d'Acer pseudoplatanus et de Fraxinus excelsior. Strate arbustive discontinue de Salix cinerea et ici et là, un saule osier, Viburnum opulus ou Ribes rubrum (Stellario-Alnetum).
Strate herbacée dominée par Phalaris arundinacea, Urtica dioica, Filipendula ulmaria, Epilobium hirsutum, etc.
Strate inférieure à Persicaria bistorta, Stellaria nemorum, Anemone nemorosa, Ranunculus ficaria, Adoxa moschatellina, Impatiens noli tangere, Galeopsis tetrahit, Poa nemoralis. Substrat d'alluvions limono- ou sablo-caillouteuses à profil juvénile, à humus du type mull et sans traces apparentes d'hydromorphie dans l'horizon A. Celui-ci repose sur un horizon de cailloutis ou sur un limon compact et marmorisé.
La mégaphorbiaie à Filipendula ulmaria est contiguë à l'aulnaie, dont elle dérive par déboisement. Strate vernale à Anemone nemorosa, Ranunculus ficaria et çà et là quelques touffes de Narcissus pseudonarcissus. Strate intermédiaire à Stellaria nemorum, Poa palustris, Persicaria bistorta, Crepis paludosa et Scirpus sylvaticus. Strate de hautes herbes à Phalaris arundinacea, Filipendula ulmaria, Urtica dioica, Lysimachia vulgaris, Heracleum sphondylium, Festuca gigantea, Epilobium hirsutum, Scutellaria galericulata et de temps à autres, Cirsium palustre, Alopecurus pratensis, Deschampsia cespitosa ou Arrhenatherum elatius. C'était jadis une prairie alluviale de fauche plus riche en graminées, mais aujourd'hui abandonnée et formant des faciès saisonniers par des floraisons successives de la bistorte et de la reine des prés et une faune entomologique qui leur est inféodée.
Les groupements des fossés comportent tantôt des peuplements de Phalaris arundinacea et Phragmites australis, Scirpus sylvaticus, Lycopus europaeus, Lysimachia vulgaris, Iris pseudacorus, Caltha palustris et Juncus effusus, J. conglomeratus, tantôt une flore des bas-marais acides à Carex vesicaria, Carex nigra, Carex ovalis, Carex canescens, Carex rostrata, Carex echinata, Carex demissa, Agrostis canina, Juncus acutiflorus, Ranunculus flammula, Viola palustris, Comarum palustre et Menyanthes trifoliata (bas-marais acides; jonchaies). Ces fossés sont localement colonisés par des fourrés de Salix cinerea et S. aurita.
Les pelouses plus sèches du Nardo-Galion (Nardo-Galion) sont caractérisées par Festuca rubra, F. filiformis, Lathyrus linifolius var. montanus, Luzula campestris, L. multiflora, Hypericum maculatum, Succisa pratensis, Carex pilulifera, C. pallescens, Galium saxatile, Nardus stricta plutôt rare, de même que Danthonia decumbens, Anthoxanthum odoratum, Potentilla erecta. Cette prairie 'maigre' héberge de belles plages de Narcissus pseudonarcissus, et en automne quelques Colchicum autumnale. Cette pelouse est envahie en plusieurs endroits par de jeunes Prunus spinosa, Crataegus monogyna, Quercus robur, et parfois Viburnum opulus.
La prairie abandonnée qui jouxte le site du moulin est une ancienne prairie temporaire à Lolium perenne et Poa trivialis avec des groupes ou plages de Urtica dioica, Cruciata laevipes, G. mollugo, Alopecurus pratensis, Tanacetum vulgare, etc.
Une prairie (?) à Molinia caerulea, Juncus effusus, J. conglomeratus, Carex pallescens, C. ovalis, Succisa pratensis, Selinum carvifolia, Scorzonera humilis, Dactylorhiza maculata (Junco-Molinietum) a été signalée par TANGHE en 1974; elle pourrait être liée aux sols subhumides, au voisinage des drains (Junco-Molinion).
Nous n'avons pas non plus retrouvé au cours de notre prospection rapide le 'Mesobrometum' cité par TANGHE en 1974 et caractérisé par Cirsium acaule, Pimpinella saxifraga, Carex caryophyllea, Platanthera chlorantha et Brachypodium pinnatum, dont la présence sur les alluvions ardennaises est assez insolite.
La chênaie-charmaie à Luzula luzuloides, Anemone nemorosa, Milium effusum, Lamium galeobdolon et Senecio ovatus (Stellario-Carpinetum luzuletosum) est liée à l'étroite bande de colluvions des bas de versants. Elle est relayée plus haut par la chênaie sessiliflore à luzule, elle-même dérivée du Luzulo-Fagetum).

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Une forge et une platinerie existaient déjà au XVIe siècle, sous le château de Mirwart. Elle fonctionnait encore au XVIIIe siècle. A plusieurs endroits, en amont du Pré des Forges, des tas de charbon de bois et de scories ont été accumulés et, au XIXe siècle, les hauts fourneaux de Marcinelle auraient extrait dans le Bois du Fourneau, au Crahay et dans le Pré des Forges plusieurs milliers de mètres cubes de scories, donnant deux tiers de leur poids de fer (Tandel). Lors des crues, le charbon de bois et les scories sont emportés par l'eau et sont venus se déposer sur le pré des Forges.
Ancien Moulin, Château de Mirwart, classé, pratiquement en ruine.

Histoire du site

D'après la carte de FERRARIS, il y avait au 18ème siècle des prairies humides et des landes.
Au 19ème siècle, il y avait un pré de fauche. Son utilisation régulière aurait pris fin vers 1920, pour cesser totalement après 1947.

Biblio

, 1977, Faune avicole du Pré des Forges à Mirwart., Duculot, Gembloux, pages 413-426.
, ARCHIVES DE L'ETAT à Saint-Hubert, Mirwart, registre aux oeuvres de loi 1639-1648, f.9.
, Mirwart, fiche provisoire n°717., ARCHIVES DE L'ETAT à Saint-Hubert, Fonds du Château de Mirwart.
, 1971, Carte des sols de la Belgique + livret explicatif, planchette du Grupont 195W., Gembloux, 141 pages.
, 2015, Le projet LIFE Lomme contribue au développement des populations de libellules en Haute-Lesse et Haute-Lomme, Les Naturalistes belges, 96 (3-4) : 37-56.
, 1977, Cycles biogéochimiques dans le Bistorto-Filipenduletum alluvial du Pré des Forges à Mirwart., In "Productivité biologique en Belgique", pages 405-412.
, 1977, Le site de Mirwart. Paysage écologique: écosystèmes et biogéocénoses dans un site de Moyenne Ardenne., In "Productivité biologique en Belgique", pages 25-36.
, 1977, L'écosystème prairie alluviale à Mirwart (Pré des Forges)., In "Productivité biologique en Belgique", pages 352-362.
, 1977, Le projet Mirwart., In "Productivité biologique en Belgique", pages 19-21.
, 1977, Biomasse et productivité d'un pré alluvial humide à Filipendules et Bistortes à Mirwart (Pré des Forges)., In "Productivité biologique en Belgique", pages 367-404."
, 1991, Plans de gestion des Réserves Naturelles domaniales d'Ardenne Centrale., Rapport intermédiaire, 97 pp.
, 2001, Gestion des milieux semi-naturels et restauration des populations menacées de papillons de jour., Ministère de la Région Wallonne, Direction générale des Ressources naturelles et de l'Environnement, Travaux n° 25, 125 pp.
, 1972, Mirwart : minéralisation azotée des prairies., Bulletin de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, 48 : 1-14.
, 1973, Contribution à l'étude phytosociologique et écologique des écosystèmes herbeux semi-naturels des vallées ardennaises. Le Pré des Forges à Mirwart (vallée de la Lomme)., Mémoire du Labo. Bot. Systémat. et Ecologie, U.L.B., inédit, 102 pages.
, 1974, Contribution à l'étude phytosociologique et écologique du Pré des Forges à Mirwart., Mémoire de Licence, U.C.L., inédit, 120 pages.
, 1980, L'étonnante vitalité d'Epilobium angustifolium L. au Pré des Forges à Mirwart (Province de Luxembourg)., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 112 : 166-170.
, 1977, Contribution à l'étude écologique d'une rivière ardennaise: La Lomme à Mirwart., In ""Productivité biologique en Belgique", pages 453-463.
, 1959, Texte explicatif de la planchette de Grupont 195W., Carte de la végétation de la Belgique, IRSIA, 82 pages.
, 1974, Etude d'un transect topographique au travers du Pré des Forges à Mirwart., Notes techniques du Laboratoire de Botanique systématique et de Physiologie, Université Libre de Bruxelles, n° 9, 30 pp.
, 1977, Action du fauchage sur l'évolution du couvert végétal au Pré des Forges à Mirwart., Duculot, Gembloux, pages 363-366.
, 1975, Comité national belge du programme biologique international. Sections PT & PF. Projet Mirwart (province de Luxembourg). Contribution n° 21. Etude comparative du microclimat dans une hêtraie, une pessière et une prairie., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 108: 243-259.
, 1977, Ecosystème à Mirwart, le climatope., In "Productivité biologique en Belgique", pp. 45-54.

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994).