Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

826 - Carrière Caroret

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Florennes
Cantonnements DNF :Philippeville
Surface :10.12 ha
Coordonnées :X Lambert : 166934 - Y Lambert : 108485
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Située dans le Condroz de l'Entre-Sambre-et-Meuse, cette carrière de sable dont l'exploitation a pris fin au milieu des années 1990 est actuellement fortement recolonisée par la végétation ligneuse (saules, aulne glutineux, etc.). Le fond de l'excavation est occupé par une assez vaste pièce d'eau dont le niveau fluctue fortement; de nombreux jeunes ligneux (Salix et Alnus glutinosa), quelques massifs de Typha latifolia et une jonchaie s'y sont développés. La partie orientale, encore exploitée en 1995, présente encore des surfaces de sables découvertes, ainsi que la rive sud-ouest de l'étang. Outre divers Odonates et plusieurs espèces d'amphibiens, le site héberge aussi des insectes sabulicoles, comme Cicindela hybrida et l'abeille Andrena nycthemera, très rare en Wallonie.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F0 - Condroz
  • F3 - Condroz occidental

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Oret10.12 haMETTET (partim ???)NAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Philippeville10.12 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNonPrésence2008J.-Y. Baugnée, F. Laviolette
Myotis mystacinus/brandtii1 ex. (sous écorce)2006J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNonNicheur possible2006J.-Y. Baugnée, J.-M. Couvreur, J.-P. Duvivier
Emberiza citrinellaOuiNonNicheur1995A. Remacle
Emberiza schoeniclusOuiNon2006J.-Y. Baugnée, J.-M. Couvreur, J.-P. Duvivier
Gallinula chloropusOuiNonNicheur1995A. Remacle
Picus viridisOuiNonNicheur2008J.-Y. Baugnée, J.-M. Couvreur, J.-P. Duvivier
Riparia ripariaOuiNonNicheur éteint (1996)1996A. Remacle
Streptopelia turturOuiOuiNicheur1995A. Remacle
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon2008J.-Y. Baugnée
Lissotriton helveticusOuiNon1 juv.2008J.-Y. Baugnée
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2006A. Remacle
Rana temporariaOuiNon2008J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Zootoca viviparaOuiNon2006J.-Y. Baugnée, J.-M. Couvreur, J.-P. Duvivier
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Cicindela hybrida> 500 ex.2008J.-Y. Baugnée, J.-M. Couvreur, J.-P. Duvivier
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Coccinelles
Anisosticta novemdecimpunctata2006J.-Y. Baugnée, J.-M. Couvreur, J.-P. Duvivier
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena nycthemera1995A. Remacle
Andrena vaga1995A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Carex paniculata2006J.-P. Duvivier
Carex pseudocyperusPlusieurs touffes2006J.-Y. Baugnée, J.-M. Couvreur, J.-P. Duvivier
Centaurium erythraea2006A. Remacle
Epipactis helleborine> 10 pieds2008J.-Y. Baugnée, J.-M. Couvreur, J.-P. Duvivier
Mycètes - Lichens
Cladonia caespiticia2008J.-P. Duvivier
Cladonia coniocraea2008J.-P. Duvivier
Cladonia fimbriata2008J.-P. Duvivier
Cladonia furcata subsp.furcata2008J.-P. Duvivier
Cladonia humilis2008J.-P. Duvivier
Cladonia ramulosa2008J.-P. Duvivier
Cladonia scabriuscula2008J.-P. Duvivier
Cladonia subulata2008J.-P. Duvivier
Epiphloea byssina2008J.-P. Duvivier
Leptogium subtile2008J.-P. Duvivier
Peltigera didactyla2008J.-P. Duvivier
Vezdaea acicularis2008J.-P. Duvivier

Commentaires sur la faune

Oiseaux
Riparia riparia: ancien site de colonie, inoccupé de 1992 à 1996.
Nicheurs: e.a. Gallinula chloropus, Picus viridis, Streptopelia turtur, Emberiza citrinella..

Batraciens
Au moins Rana esculenta. La présence d'Alytes obstetricans est probable.

Insectes
- Odonates (relevé fort incomplet): Lestes sponsa, Calopteryx sp., Orthetrum cancellatum.
- Orthoptères: non recensés.
- Lépidoptères (relevé incomplet): Seules des espèces non menacées ont été observées: e.a. Maniola jurtina, Aphantopus hyperantus, Thymelicus sp.
- Cicindèles: Petite population de Cicindela hybrida concentrée dans les zones de sable meuble peu compact. Aucun exemplaire de C. campestris n'a été observé, mais sa présence n'est pas à exclure.
- Hyménoptères Aculéates: Le site héberge diverses espèces sabulicoles dont seulement une petite proportion a pu être recensée. Les nids sont surtout concentrés dans la partie occidentale du site, dans les zones de sable sec, en particulier en bordure du chemin sableux et sur l'étroit replat situé entre ce chemin et le talus donnant sur la pièce d'eau (nombre de nids supérieur à 500 à cet endroit en 1994).
Espèces observées: les Apoïdes Andrena barbilabris*, A. flavipes, A. nigroaenea*, A. nycthemera* (espèce rarissime en Wallonie), A. ruficrus*, A. vaga*, Nomada div. sp., Sphecodes div. sp., Halictides; le Pompilide Anoplius viaticus*; les Sphécides Ammophila sabulosa* et Crabro scutellatus*.

Commentaires sur la flore

Phanérogames (données JY Baugnée, septembre 2008):
Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Achillea ptarmica, Agrostis capillaris, Agrostis stolonifera, Ajuga reptans, Alnus cordata, Alnus glutinosa, Alnus incana, Anagallis arvensis, Angelica sylvestris, Arenaria serpyllifolia, Artemisia vulgaris, Athyrium filix-femina, Bellis perennis, Betula pendula, Betula pubescens, Cardamine hirsuta, Carex hirta, Centaurium erythraea, Cerastium fontanum subsp. vulgare, Chenopodium album, Chenopodium polyspermum, Circaea lutetiana, Cirsium arvense, Cirsium palustre, Cirsium vulgare, Conyza canadensis, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Cruciata laevipes, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Daucus carota, Dryopteris filix-mas, Epilobium angustifolium, Epilobium montanum, Epilobium parviflorum, Epipactis helleborine, Equisetum arvense, Euphorbia helioscopa, Euphrasia nemorosa, Fagus sylvatica, Festuca arundinacea, Fragaria vesca, Fraxinus excelsior, Galeopsis bifida, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Gnaphalium uliginosum, Heracleum sphondylium, Hieracium sabaudum, Holcus lanatus, Hypericum perforatum, Hypericum tetrapterum, Juncus articulatus, Juncus bufonius, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus tenuis, Lapsana communis, Lathyrus sylvestris, Leontodon autumnalis, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Lotus pedunculatus, Lycopus europaeus, Lysimachia nummularia, Matricaria maritima subsp. inodora, Medicago lupulina, Melilotus albus, Myosotis arvensis, Odontites vernus subsp. serotinus, Oenothera deflexa, Papaver rhoeas, Persicaria maculosa, Persicaria mitis, Picea abies, Picris hieracioides, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa annua, Polygonum aviculare, Populus tremula, Populus x canadensis, Potentilla anserina, Prunella vulgaris, Prunus avium, Prunus spinosa, Quercus robur, Ranunculus repens, Rorippa palustris, Rubus idaeus, Rubus spp., Rumex obtusifolius, Salix alba, Salix caprea, Salix cinerea, Salix purpurea, Salix viminalis, Sambucus nigra, Scrophularia nodosa, Senecio inaequidens, Senecio jacobaea, Senecio vulgaris, Silene dioica, Solanum dulcamara, Solanum nigrum, Sonchus arvensis, Sonchus asper, Sonchus oleraceus, Stachys palustris, Stachys sylvatica, Symphytum officinale, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Teucrium scorodonia, Torilis japonica, Trifolium pratense, Trifolium repens, Tussilago farfara, Urtica dioica, Valeriana repens, Verbascum thapsus, Veronica persica.
Bryophytes (données A. Sotiaux et J.-P. Duvivier, 2008):
Aloina ambigua, Aneura pinguis, Atrichum undulatum, Aulacomnium androgynum, Barbula convoluta, Barbula unguiculata, Brachythecium albicans, Brachythecium rutabulum, Brachythecium salebrosum, Bryoerythrophyllum recurvirostrum, Bryum argenteum, Bryum capillare, Bryum dichotomum, Calliergonella cuspidata, Campylopus flexuosus, Campylopus introflexus, Campylopus pyriformis, Cephaloziella divaricata, Ceratodon purpureus, Chiloscyphus polyanthos, Cirriphyllum piliferum, Cratoneuron filicinum, Cryphaea heteromalla, Dicranella heteromalla, Dicranella schreberiana, Dicranella varia, Dicranoweisia cirrata, Dicranum montanum, Dicranum scoparium, Dicranum tauricum, Didymodon fallax, Eurhynchium striatum, Fissidens bryoides, Fissidens taxifolius, Frullania dilatata, Grimmia pulvinata, Homalia trichomanoides, Homalothecium sericeum, Hypnum cupressiforme, Hypnum jutlandicum, Isothecium myosuroides, Jungermannia gracillima, Kindbergia praelonga, Leptodictyum riparium, Lophocolea bidentata, Lophocolea heterophylla, Lophozia excisa, Metzgeria furcata, Mnium hornum, Orthotrichum affine, Orthotrichum diaphanum, Orthotrichum lyellii, Orthotrichum obtusifolium, Orthotrichum tenellum, Oxyrrhynchium hians, Plagiomnium undulatum, Plagiothecium succulentum, Pogonatum urnigerum, Pohlia melanodon, Pohlia wahlenbergii, Polytrichastrum formosum, Pseudocrossidium hornschuchianum, Pseudoscleropodium purum, Radula complanata, Rhizomnium punctatum, Rhynchostegium confertum, Rhytidiadelphus squarrosus, Riccardia chamedryfolia, Schistidium apocarpum, Syntrichia papillosa, Syntrichia ruralis, Tetraphis pellucida, Tortula muralis, Ulota bruchii, Ulota crispa, Zygodon viridissimus.
Lichens (données JP Duvivier et D. Ertz, 2003 et JP Duvivier, 2008):
Anisomeridium polypori, Bacidia adastra, Buellia punctata, Caloplaca citrina, Caloplaca flavocitrina, Caloplaca lithophila, Caloplaca saxicola, Candelariella aurella, Candelariella reflexa, Cladonia caespiticia, Cladonia coniocraea, Cladonia fimbriata, Cladonia furcata subsp. furcata, Cladonia humilis, Cladonia ramulosa, Cladonia scabriuscula, Cladonia subulata, Coenogonium pineti, Diploschistes scruposus, Epiphloea byssina (= Leptogium byssinum), Evernia prunastri, Fuscidea lightfootii, Gyalideopsis anastomosans, Hypogymnia physodes, Hypotrachyna revoluta, Lecania rabenhorstii, Lecanora albescens, Lecanora carpinea, Lecanora compallens, Lecanora dispersa, Lecanora expallens, Lecanora muralis, Lecanora symmicta, Lecidella elaeochroma, Lecidella stigmatea, Lepraria incana, Leptogium subtile, Marchandiomyces aurantiacus, Melanelia glabratula, Micarea prasina, Opegrapha rufescens, Parmelia saxatilis, Parmelia sulcata, Parmotrema chinense, Peltigera didactyla, Peltigera hymenina, Phaeophyscia orbicularis, Phlyctis argena, Physcia caesia, Physcia tenella, Porina aenea, Porpidia crustulata, Protoblastenia rupestris, Punctelia subrudecta, Ramalina farinacea, Rinodina bischoffii, Sarcogyne regularis, Trapelia coarctata, Trapeliopsis flexuosa, Trapeliopsis granulosa, Verrucaria macrostoma, Verrucaria muralis, Verrucaria viridula, Vezdaea acicularis, Xanthoria elegans, Xanthoria parietina, Xanthoria polycarpa, Xanthoriicola physciae.

Espèces exotiques

Alnus cordata, Alnus incana, Buddleja davidii, Conyza canadensis, Melilotus albus, Oenothera deflexa, Populus x canadensis, Senecio inaequidens,

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'un site sableux et de son entomofaune associée, ainsi qu'un plan d'eau, un bois varié et une zone humide à laîche paniculée.

Menaces

Le site est sous la menace d'un remblaiement complet !
Dépôts de déchets inertes.

Recommandations

Réaffectation après exploitation compatible avec le maintien et l'accroissement de l'intérêt biologique du site: conservation de zones sableuses attractives à l'égard des espèces spécialisées.

Plan de gestion

Site abandonné depuis plusieurs années. Localement traces récentes d'exploitation ou de nivellement

Accès du public

Site privé.

Détails

Description physique

Le site est localisé à 1,5 km au SSW d'Oret et au NE de Morialmé, au sud de la route N932 Annevoie-Fraire. L'excavation a été creusée en fosse dans le plateau comprenant Oret, Mettet, Stave, Graux et Bioul. Le Tiria passe à environ 1 km au sud de la carrière et un petit ruisseau longe le site à l'est et au nord.

Cette carrière était encore en partie exploitée en 1995 (kaolin); l'activité y semblait achevée en 1996. Le site est accessible par le sud près des hangars.

L'aspect du site est très différent selon le niveau d'eau dans le fond de la cavité principale: pièce d'eau occupant une grande partie du fond en mai 1994 mais une surface très limitée en avril 1995.

La plus grande partie de la carrière semblait désaffectée en 1994-95; elle est par endroits colonisée par de nombreux ligneux, parfois assez âgés sur certaines pentes. Les talus sont éboulés et arborés. La partie de l'excavation encore exploitée en 1995, où arrive le chemin, est dénudée et assez humide; elle est délimitée vers le nord par une falaise de couleur blanche de 8-10 m de haut et comprend une fosse sous eau dépourvue de végétation.

La fréquentation du site est probablement assez faible. Toutefois, la baignade dans la fosse à kaolin a été constatée en été 1995. En dehors des abords des hangars, peu de déchêts ont été observés.

Le site est environnés de terrains agricoles. Vers l'ouest, un bois est implanté sur d'anciens sites d'extraction. Au sud du périmètre, le long du chemin forestier, est présente une petite mare riche en végétation (hors site). Le château d'Oret-Mont est situé à environ 500 m au sud-ouest.

Description biologique

La flore phanérogamique a été inventoriée par A. Remacle (1996). Les ligneux sont abondants sur les anciens talus et sont assez âgés vers l'entrée. Les espèces présentes dans ce site relativement humide sont principalement Salix div. sp., Alnus glutinosa, Betula pendula et Betula pubescens. Dans le fond, nombreux jeunes arbres (Alnus glutinosa et Salix div. sp.). Des ronciers poussent en plusieurs points.

La strate herbacé, généralement discontinue, comprend, outre des bryophytes et des poacées: Spergularia rubra, Scleranthus annuus, Hypericum perforatum, Fragaria vesca, Potentilla anserina, Lotus corniculatus, Trifolium campestre, Centaurium erythraea (abondante par endroits), Echium vulgare, Glechoma hederacea, Prunella vulgaris, Veronica officinalis, Euphrasia sp., Cruciata laevipes, Cirsium arvense, Hypochoeris radicata, Leontodon saxatilis, Hieracium lachenalii, Luzula campestris, Juncus bufonius, J. articulatus,...

Au sein du peuplement dense de jeunes Alnus glutinosa et Salix occupant une partie du fond, se trouve une zone d'environ 2 ares couverte d'une jonchaie à Juncus effusus avec Typha latifolia. Cette dernière espèce croît aussi à d'autres endroits dans la zone humide sous forme de petits massifs.

Des observations plus récentes ont été réalisées par J.-Y. Baugnée (SPW-CRNFB) lors d'une visite en septembre 2008 au sein d'une zone concernée par un projet de remblaiement (plan d'eau et alentours).

Le caractère sableux était encore visible dans la partie nord-est du site, ainsi que le long des berges ouest et sud-ouest du plan d'eau où des travaux de terrassement ont eu lieu récemment. Ces zones sableuses sont colonisées par une végétation herbacée clairsemée comprenant l'agrostis capillaire (Agrostis capillaris), l'agrostis stolonifère (Agrostis stolonifera), le tussilage (Tussilago farfara), le plantain à larges feuilles (Plantago major), le pâturin annuel (Poa annua), la sabline à feuilles de serpolet (Arenaria serpyllifolia), le millepertuis perforé (Hypericum perforatum), l'érythrée petite centaurée (Centaurium erythraea), le mouron rouge (Anagallis arvensis), le myosotis des champs (Myosotis arvensis), l'onagre à petites fleurs (Oenothera deflexa), le séneçon sud-africain (Senecio inaequidens), la luzerne lupuline (Medicago lupulina), le potentille ansérine (Potentilla anserina), etc.

Des zones de remblais sableux, présents surtout au nord des hangars, portent une flore rudérale dont le mélilot blanc (Melilotus albus), la morelle noire (Solanum nigrum), la linaire commune (Linaria vulgaris), la renouée des oiseaux (Polygonum aviculare), la renouée persicaire (Persicaria maculosa), la tanaisie (Tanacetum vulgare), le chénopode blanc (Chenopodium album), le chénopode polysperme (Chenopodium polyspermum), la vergerette du Canada (Conyza canadensis), le laiteron maraîcher (Sonchus oleraceus), le grand coquelicot (Papaver rhoeas), le laiteron épineux (Sonchus asper), le dactyle aggloméré (Dactylis glomerata), etc.

Dans les zones ouvertes, sur sol plus lourd, se développe une friche herbeuse plus ou moins dense, assez variée en espèces: houlque velue (Holcus lanatus), lotier des fanges (Lotus pedunculatus), épilobe à petites fleurs (Epilobium parviflorum), cabaret des oiseaux (Dipsacus fullonum), armoise commune (Artemisia vulgaris), la renoncule rampante (Ranunculus repens), plantain lancéolé (Plantago lanceolata), cirse des champs (Cirsium arvense), cirse des marais (Cirsium palustre), trèfle des prés (Trifolium pratense), brunelle commune (Prunella vulgaris), grande ortie (Urtica dioica), épiaire des marais (Stachys palustris), scrofulaire noueuse (Scrophularia nodosa), laiteron des champs (Sonchus arvensis), grande marguerite (Leucanthemum vulgare), jonc épars (Juncus effusus), épilobe des montagnes (Epilobium montanum), fraisier sauvage (Fragaria vesca), galéopsis bifide (Galeopsis bifida), géranium herbe à robert (Geranium robertianum), consoude officinale (Symphytum officinale), achillée sternutatoire (Achillea ptarmica), etc.

A cette friche succèdent localement des massifs arbustifs avec notamment le genêt à balai (Cytisus scoparius), l'aubépine à un style (Crataegus monogyna), le bouleau pubescent (Betula pubescens).

Les versants et les sommets de l'excavation principale comprenant le plan d'eau sont couverts par un boisement à base d'aulne glutineux (Alnus glutinosa), saule marsault (Salix caprea), bouleau verruqueux (Betula pendula), bouleau pubescent (Betula pubescens), saule blanc (Salix alba), érable sycomore (Acer pseudoplatanus), chêne pédonculé (Quercus robur), sureau noir (Sambucus nigra), hêtre commun (Fagus sylvatica), peuplier tremble (Populus tremula), frêne élevé (Fraxinus excelsior), mérisier (Prunus avium), etc. En sous-bois évoluent le framboisier (Rubus idaeus), la fougère femelle (Athyrium filix-femina), la grande ortie (Urtica dioica), la benoîte commune (Geum urbanum), la germandrée scorodoine (Teucrium scorodonia), …

Sur le chemin ombragé longeant le sud-ouest de l'excavation, on note la gnaphale des marais (Gnaphalium uliginosum), le bugle rampant (Ajuga reptans), l'epipactis à larges feuilles (Epipactis helleborine), la renouée douce (Persicaria mitis), le circée de Paris (Circaea lutetiana), la pâquerette (Bellis perennis), le millepertuis à quatre angles (Hypericum tetrapterum), le lierre terrestre (Glechoma hederacea), le jonc grêle (Juncus tenuis), …

Les berges du plan d'eau, dont le niveau est très variable, sont pauvres en espèces végétales en dehors de la colonisation ligneuse par les bouleaux (Betula spp.), l'aulne glutineux (Alnus glutinosa) et les saules (Salix spp.). On observe ponctuellement le lycope d'Europe (Lycopus europaeus), le rorippe à petites fleurs (Rorippa palustris), le jonc épars (Juncus effusus), le jonc des crapauds (Juncus bufonius), etc. En 2006, existait encore une zone humide à jonc épars (Juncus effusus) et massette à larges feuilles (Typha latifolia); en outre, plusieurs touffes de la laîche faux-souchet (Carex pseudocyperus), plante rare dans le district mosan, y étaient présentes.

Aucune herbier aquatique n'a été observé dans l'étang, hormis des algues filamenteuses. La présence d'hydrophytes n'est toutefois pas exclue mais des recherches complémentaires sont nécessaires.

La présence de nombreux arbres morts sur pied dans cet étang est remarquable. Ceux-ci procurent à la petite faune de nombreux abris et un support pour certains oiseaux, les pics en particulier (c'est sous l'écorce d'un de ces arbres que nous avons découvert un vespertilion à moustache, en 2006).

La flore lichénologique a été décrite par ERTZ et DUVIVIER (2004), complétée par des observations plus récentes et spécifiques de J.-P. Duvivier (inédit, septembre 2008). Plusieurs éléments remarquables sont signalés par ces auteurs.

Vezdaea acicularis est peu commun et croît dans les mousses des sols acides, sableux à schisteux. Peltigera didactyla, Cladonia scabriuscula, Cl. humilis viennent sur le sable, tandis que Cladonia caespiticia, Cladonia subulata, Cladonia ramulosa et Peltigera hymenina évoluent plutôt sur les replats argilo-sableux. Epiphloea byssina (= Leptogium byssinum), sans doute l'espèce la plus particulière du site, retrouvée à Oret près de 150 ans après la première observation belge dans une localité du district maritime; colonise les sols acides et découverts. Marchandiomyces aurantiacus, très rare dans le district mosan, a été trouvé en parasite de Physcia tenella sur troncs de peupliers, sur lesquels on trouve aussi Hypotrachyna revoluta et Micarea prasina.

Dans la saulaie entourant la magnocariçaie à Carex paniculata se développent deux lichens épiphytes intéressants: Fuscidea lighfootii et Gyalideopsis anastomosans.

La bryoflore a été étudiée récemment par A. SOTIAUX et J.-P. DUVIVIER (inédit, septembre 2008). Près de 80 espèces ont été recensées dans les différents biotopes de la carrières:

1- les sables acides sont colonisés par quelques espèces pionnières marquantes: Lophozia excisa, Riccardia chamedryfolia, Cephaloziella divaricata, Pogonatum urnigerum…

2- les sables argileux, calcarifères, présentent: Aneura pinguis, Aloina ambigua, Didymodon fallax, Dicranella varia, Bryoerythrophyllum recurvirostrum, Cratoneuron filicinum, Pohlia melanodon, Barbula convoluta, Barbula unguiculata. Calliergonella cuspidata est omniprésent.

3- l'épiphytisme est peu développé, seuls les peupliers et les sureaux ont une bryoflore assez variée: Cryphaea heteromalla, Orthotrichum obtusifolium, O. tenellum, Syntrichia papillosa, Zygodon viridissimus, Dicranoweisia cirrata, Metzgeria furcata, Frullania dilatata, Radula complanata…

4- Dans une saulaie humide bordant une mare en assec (ouest du site), nous avons relevé Chiloscyphus polyanthos, Leptodictyum riparium, Rhizomnium punctatum, Aulacomnium androgynum, Tetraphis pellucida, Campylopus pyriformis…

5- Sur des maçonneries, se rencontre le cortège des espèces banales typiques de ce biotope: Grimmia pulvinata, Schistidium apocarpum, Tortula muralis, Syntrichia ruralis, Orthotrichum diaphanum…

Intérêt faunistique de la Carrière Caroret (J.-Y. Baugnée, 2008)

Durant les années 1990, peu de données faunistiques étaient disponibles pour la carrière Caroret. A. Remacle y avait seulement recensé quelques oiseaux, une espèce d'amphibien et divers insectes, pour la plupart banals. La présence de l'abeille solitaire Andrena nycthemera, rarissime en Région wallonne, était cependant soulignée. Par la suite, quelques données supplémentaires ont été obtenues à l'occasion de visites ponctuelles.

Parmi les mammifères, le lapin de garenne (Oryctolagus cunniculus) est abondant et des indices signalent la fréquentation du site par le blaireau (Meles meles).

En 2006, le vespertilion à moustache ou de Brandt (Myotis mystacinus/brandti) a été observé au bord du plan d'eau. Difficilement discernables, ces deux espèces jumelles ont des écologies voisines mais M. brandti est plus rare et plus forestier, tandis que M. mystacinus affectionne surtout les paysages vallonnés où alternent les zones boisées et les milieux ouverts. La présence d'arbres morts présentant des écorces déhiscentes est importante pour le gîte de ces chauves-souris en période estivale.

Si l'avifaune locale ne semble pas avoir été recensée récemment, la présence de deux espèces strictement protégées en Région wallonne mérite toutefois d'être relevée. L'hirondelle de rivage (Riparia riparia) occupait la carrière jusque 1996. Suite à la fermeture du milieu, cet oiseau menacé ne semble plus y nicher. L'espèce est cependant encore présente dans certaines sablières des environs et son retour n'est pas exclu moyennant certains aménagements (rajeunissement de parois sableuses, par ex.). Le martin-pêcheur (Alcedo atthis) a été vu en 2006. Le site est particulièrement favorable pour cette espèce dont la nidification est possible, mais non encore prouvée.

L'herpétofaune n'a fait l'objet d'aucun inventaire approfondi jusqu'à présent. Le seul amphibien noté précédemment était la grenouille verte (Pelophylax kl. esculentus), tandis que le lézard vivipare (Zootoca vivipara) fut observé en 2006. Lors de notre récente visite, trois autres espèces ont été observées: le crapaud commun (Bufo bufo), la grenouille rousse (Rana temporaria) et le triton palmé (Lissotriton helveticus). En raison de ses eaux visiblement très peu poissonneuses et d'assez bonne qualité, le plan d'eau constitue sans doute une zone de reproduction importante pour ces animaux au sein d'une région d'agriculture intensive où les biotopes favorables sont de plus en plus isolés et fragmentés. A noter que, selon A. Remacle, l'occurrence de l'alyte accoucheur (Alytes obstetricans) est probable et que, par ailleurs, rien ne prouve l'absence d'autres espèces intéressantes telles que le triton crêté (Triturus cristatus) ou la couleuvre à collier (Natrix natrix).

Sur le plan entomologique, il faut mentionner la persistance d'une population de cicindèle hybride (Cicindela hybrida), coléoptère sabulicole de plus en plus localisé en Wallonie en raison de la disparition progressive de ses habitats. Un autre coléoptère a été observé sur la rive du plan d'eau, en 2006: c'est la coccinelle des roseaux (Anisosticta novemdecimpunctata). Légalement protégée en Région wallonne, cette espèce a une distribution localisée et affectionne les ceintures de végétations rivulaires (typhaies et phragmitaies surtout).

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle: probablement bois (peut-être aussi terrains de culture).
Occupation du site avant exploitation:
Exploitant actuel: S.P.R.L. Caroret (Carrières d'Oret). Rue de Mettet, 183. 5620 Florennes.
Matériau(x) extrait(s): argile plastique (d'après l'exploitant, kaolin, sable blanc et anciennement lignite).
Déroulement de l'exploitation
Autorisation: 1967, 1968, 1981.
Fin: 1996?
Réaffectation prévue (dans autorisation):
Réaffectation effective: laissé en l'état. Hangars réutilisés à des fins agricoles (1996).

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)
J.-P. JACOB (AVES)