Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

900 - La Roche qui Tourne

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Tienne de Jemeppe
Communes :Sambreville
Cantonnements DNF :Namur
Surface :7.41 ha
Coordonnées :X Lambert : 168962 - Y Lambert : 130162
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le site de la "Pierre qui Tourne" est localisé aux confins de la Hesbaye occidentale, sur le plateau agricole s'étendant entre le village de Velaine et la vallée de l'Orneau. Il s'agit d'un bois feuillu comprenant un ensemble d'anciennes excavations en fosse où l'on a extrait du grès. Profondes en général de 5 à 6 mètres, ces dépressions sont très riches en fougères dont le dryoptéris dilaté (Dryopteris dilatata), la fougère mâle (Dryopteris filix-mas), la fougère femelle (Athyrium filix-femina), mais aussi le dryoptéris écailleux (Dryopteris affinis subsp. borreri), une espèce rare en Wallonie formant ici une population de plusieurs dizaines d'individus. La faune est mal connue. La présence de terriers de blaireau (Meles meles) y est constatée depuis quelques années. Le bois est classé depuis 1980: à sa lisière se dresse en effet le menhir de Velaine aussi appelé "Pierre qui Tourne".

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • D1 - Hesbaye occidentale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Velaine-sur-Sambre7.41 haSAMBREVILLE (partim ???)NAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Namur7.41 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Mégalithe et polissoir, au lieu-dit 'Tienne de Jemeppe' et alentours.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Biotopes

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNonterriers2011J.-Y. Baugnée, J.-M. Couvreur
Plantes - Plantes supérieures
Dryopteris affinis subsp.borreri2004BA. Remacle

Commentaires sur la faune

Avifaune forestière, incluant Columba oenas.

Commentaires sur la flore

Phanérogames: belle population de la fougère Dryopteris affinis subsp. borreri, rare dans le district brabançon.

Bryophytes (données A.et O. Sotiaux et J.-M. Couvreur 2011): Amblystegium serpens, Atrichum undulatum, Brachytheciastrum velutinum, Brachythecium rutabulum, Bryum capillare, Dicranella heteromalla, Fissidens bryoides, Frullania dilatata, Homalia trichomanoides, Homalothecium sericeum, Hypnum cupressiforme, Isothecium alopecuroides, Kindbergia praelonga, Mnium hornum, Oxyrrhynchium pumilum, Plagiothecium succulentum, Rhynchostegium confertum, Syntrichia ruralis.

Espèces exotiques

Alnus incana, Juncus tenuis, Prunus serotina, Robinia pseudoacacia.

Conservation

Objectifs de conservation

Le site présente un intérêt archéologique et est classé.

Menaces

Aucune actuellement.

Recommandations

(Mise en place d'un nouveau panneau explicatif à côté du mégalithe de façon à sensibiliser davantage le public à son intérêt et à son respect).

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

Ce site boisé, à la topographie irrégulière, est localisé à environ 2 km au nord-est de Velaine, sur le versant est d'un ruisseau affluent du Ri de Grande Vau qui se jette dans la Ligne à Balâtre. La partie supérieure du bois, où est situé le mégalithe, se trouve sur le plateau.

On y a exploité il y a très longtemps du grès du Bruxellien pour la production de pierres de construction, comme dans d'autres carrières voisines (Na/471/01, 02, 14, 15 et 22).

Le bois comprend un ensemble d'anciennes excavations en fosse (au moins 7), profondes au maximum de 5-6 m, parfois de 8 m. Au niveau des talus éboulés, la roche en place affleure çà et là, très rarement sous forme de petits pans subverticaux (parfois sable apparent). Des tas de pierres sont présents dans les excavations et en bordure de celles-ci et des lambeaux d'anciens murets de pierres sèches sont encore visibles au niveau d'une excavation au moins, de même qu'une poudrière. Des blocs gréseux affleurent un peu partout dans les environs, y compris dans les prés voisins.

A la lisière du bois se dresse le menhir appelé "Pierre qui Tourne", accessible par le sud. Un sentier parcourt le bois d'ouest en est à partir de la route Velaine-Balâtre (rue de Balâtre).

Le site préhistorique est fléché à partir de la route Onoz-Velaine (rue des Quatre Vents): le chemin longe l'ancienne carrière Le Saiwet (Na/471/02). Des graffitis sont visibles sur la pierre dressée, mais l'état général du site semble s'être amélioré par rapport à la description faite par VAN SCHEPDAEL (1968).

Présence de déchets: Petit versage clandestin (divers, matelas,... - 1995) dans une minuscule excavation embroussaillée, située en bordure de la route Velaine-Balâtre passant à l'extrémité ouest du bois.

Le site est entourés de terrains agricoles (cultures et prairies). Au sud-ouest s'étend un autre bosquet où l'on a aussi extrait du grès (Na/471/14: deux petites excavations en fosse ressemblant à celles du présent site).

Description biologique

A. REMACLE (2004): Le bois consiste en une chênaie mêlée de bouleaux ainsi que de Sorbus aucuparia, Aesculus hippocastanum, Prunus avium, Alnus incana,...; en sous-bois, Corylus avellana, Sambucus nigra, Mespilus germanica, Lonicera periclymenum et, en lisière, Euonymus europaeus. Pteridium aquilinum couvre une surface importante. Au niveau des excavations colonisées surtout par des bouleaux, abondent les bryophytes et ptéridophytes autres que Pteridium aquilinum: Dryopteris dilatata (nombreuses touffes dans certaines fosses), D. filix-mas, D. carthusiana, D. affinis subsp. borreri (bien représentée dans au moins une des dépressions: plusieurs dizaines d'individus) et Athyrium filix-femina. Hormis les fougères et les bryophytes, la végétation herbacée est peu développée (e.a. Teucrium scorodonia et Moehringia trinervia).

E. BISTEAU et J.-Y. BAUGNEE (2007): Le bois est une chênaie acidiphile à Quercus robur et Q. petraea, mélangée de diverses autres essences spontanées ou plantées: Betula pendula, Sorbus aucuparia, Aesculus hippocastanum, Prunus avium, Prunus serotina, Acer pseudoplatanus, Castanea sativa, Sambucus nigra (très abondant dans la partie nord), Robinia pseudoacacia, Corylus avellana, Mespilus germanica (rare), etc.
Dans le sous-bois la strate herbacée est assez pauvre et dominée par Pteridium aquilinum ainsi que, dans les excavations, par Dryopteris dilatata, Dryopteris filix-mas, Athyrium filix-femina, ... On note aussi localement le développement de ronciers (Rubus sp.). Certaines ornières de chemin accueillent Persicaria hydropiper, Stellaria media, Juncus tenuis, Gnaphalium uliginosum, Aphanes arvensis, ...

La lisière du bois renferme Populus tremula, Prunus spinosa, Cytisus scoparius, Crataegus monogyna, Salix caprea, ...

Le bois est entouré de cultures, de prairies de fauche à Heracleum sphondylium ainsi que de zones de friche et de fourrés à Prunus spinosa.

Un rapide inventaire de la bryoflore a été réalisé en novembre 2011 par A. et O. SOTIAUX et J.-M. COUVREUR. Ils ont noté le cortège suivant, dominé par les acidophiles: Atrichum undulatum, Frullania dilatata, Plagiothecium succulentum, Dicranella heteromalla, Rhynchostegium confertum, Amblystegium serpens, Mnium hornum, Oxyrrhynchium pumilum, Hypnum cupressiforme, Brachythecium rutabulum, Syntrichia ruralis, Bryum capillare, Homalothecium sericeum, Isothecium alopecuroides, Homalia trichomanoides, Fissidens bryoides, Brachytheciastrum velutinum, Kindbergia praelonga.

La présence d'Anthoceros agrestis a été notée en août 2007 dans une éteule en lisière du bois (obs. J.-Y. Baugnée et E. Bisteau). Cette espèce en forte raréfaction n'a pas été retrouvée en 2011.

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

Le site abrite, à la lisière du bois, le menhir de Velaine, encore appelé 'Pierre qui Tourne' (Van Schepdael, 1968; Fichefet, 1973) ou menhir du Bois Rougi. Présence d'un polissoir à proximité.

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle:
Occupation du site avant exploitation:
Ancien exploitant:
Matériau(x) extrait(s): grès.
Référence DPPGSS: -
Fiches ULB (1996): 4710604 et 05.
Déroulement de l'exploitation:
Autorisation:
Fin: antérieure à 1913.
Réaffectation prévue (dans autorisation):
Réaffectation effective: site boisé.

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)
J.-P. JACOB (AVES)