Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

903 - Carrières d'Asty-Moulin

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Carrières de Saint-Servais
Communes :Namur
Cantonnements DNF :Namur
Surface :18.29 ha
Coordonnées :X Lambert : 184412 - Y Lambert : 129603
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Aux portes de la ville de Namur, en venant du nord, de vastes carrières ont été ouvertes vers 1850 d'où l'on a retiré du calcaire pour la fabrication de chaux et des graviers, et ce pendant près d'un siècle. A l'abandon depuis lors, ces carrières furent lentement recolonisées par une végétation spontanée et ont constitué au fil des ans un lieu de promenade apprécié. Hormis le remblayage de petites zones, quelques plantations d'arbustes et la présence de dépôts de déchets inertes, le site demeure pratiquement intact. Renfermant des éboulis, des pentes rocheuses bien exposées et des pelouses ouvertes à la flore intéressante, il constitue un refuge pour un cortège faunistique diversifié, comprenant plusieurs espèces thermophiles rares à l'échelle régionale, dont le lézard des murailles (Podarcis muralis) ainsi que plusieurs papillons comme le némusien (Lasiommata maera). Outre leur intérêt historique, les fours à chaux représentent aussi un habitat intéressant puisqu'on y observe l'hibernation de nombreuses pipistrelles (Pipistrellus pipistrellus).

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • E6 - Versant du Plateau limoneux

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Saint-Servais14.92 haNAMURNAMUR
Vedrin3.37 haNAMURNAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Namur18.29 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune de Namur.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Echevinat de l'Environnement, Esplanade de l'Hôtel de Ville, 1, 5000 Namur (Tél.: 081/246.972 - Fax: 081/246.979 - E-mail: alain.detry@ville.namur.be).

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Pipistrellus pipistrellusOuiOuiHibernation (fours à chaux)2009Th. Kervyn, G. San Martin
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Bubo buboOuiOuiNicheur probable2008G. San Martin
Falco tinnunculusOuiNonNidification2009A. Remacle, E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon1 ex.2009E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNonPopulation importante2012A. Remacle, E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Podarcis muralisOuiNonPopulation importante2012A. Remacle, G. San Martin, E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Issoria lathoniaOuiNon1997A. Remacle
Lasiommata maeraNonOuimax. 5 ex.2009BG. San Martin, E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Leptidea sinapisNonNonmax. 20 ex.2012A. Remacle, G. San Martin, E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Melanargia galatheaNonNon2012A. Remacle, J.-Y. Baugnée
Satyrium pruniNonNonmax. 6 ex.2009BG. San Martin, E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Oedipoda caerulescens1 larve en 2009, 2 larves en 20122012J.-Y. Baugnée
Tetrix tenuicornis> 5 ex.2012E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Anthidium oblongatum1997A. Remacle
Osmia bicolor1997A. Remacle
Plantes - Plantes supérieures
Anthyllis vulneraria1987Ph. Martin
Buxus sempervirensIndigénat à vérifier (rochers tranchée RAVeL)2010J.-Y. Baugnée
Catapodium rigidumPetite plage2009A. Remacle, E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Cerastium pumilum1987Ph. Martin
Epipactis helleborine2012E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Listera ovata> 100 pieds2012E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Ononis repens2012A. Remacle, E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Ophrys apifera3 pieds2012
Rhamnus cathartica2012E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Scabiosa columbaria2012A. Remacle, E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Teucrium botrysStation en progression depuis 19972012A. Remacle, E. Bisteau, J.-Y. Baugnée

Commentaires sur la faune

Oiseaux: Nidification de Falco tinnunculus, Phoenicurus ochruros, Corvus corone, Emberiza citrinella (partie supérieure),Aegithalos caudatus, Carduelis chloris, C. cannabina, Columbia oenas, C. livia domestica (abondant, niche dans les fours à chaux notamment),...

Reptiles: Population très importante de Podarcis muralis: présent partout, y compris dans la partie éboulée de la falaise et la partie supérieure. Reproduction probable d'Anguis fragilis..

Orthoptères: présence de 5 espèces très communes: Pholidoptera griseoaptera, Tettigonia viridissima, Chorthippus brunneus, C. biguttulus et C. parallelus. Chrysochraon dispar est vraisemblablement présent.

Lépidoptères Rhopalocères: une espèce menacée: Issoria lathonia; deux espèces sujettes à un faible risque: Melanargia galathea et Leptidea sinapis; une espèce à la limite d'être menacée: Papilio machaon; diverses espèces non menacées: Maniola jurtina, Lasiommata megera, Pyronia tithonus, Araschnia levana, Polyommatus icarus; deux espèces migratrices: Colias crocea et Vanessa cardui. Cupido minimus, espèce vulnérable présente dans la carrière voisine de Rîle (StS/015), devrait être recherché en même temps que sa plante nourricière Anthyllis vulneraria, signalée dans le site en 1987.

Hyménoptères Aculéates: espèces recensées: les Apoïdes Osmia bicolor (Osmie hélicicole), O. cornuta, Anthophora plumipes, Anthidium oblongatum (Mégachilide rare), A. manicatum (sur Ononis repens), Megachile ericetorum (sur Ononis repens), Chelostoma fuliginosum, Andrena flavipes, A. fulva, A. nigroaenea.

Commentaires sur la flore

Teucrium botrys.

Espèces exotiques

Aster novi-belgii, Buddleja davidii, Centranthus ruber, Conyza canadensis, Cotoneaster horizontalis, Cotoneaster salicifolius, Fallopia japonica, Juncus tenuis, Lathyrus latifolius, Ligustrum ovalifolium, Lycium barbarum, Oenothera biennis, Oenothera deflexa, Senecio inaequidens, Symphoricarpos albus, Veronica peregrina, Viburnum rhytidophyllum.

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation de milieux rocheux et thermophiles remarquables pour la région namuroise hébergeant le hibou grand-duc, une population importante de lézard des murailles ainsi que plusieurs plantes rares (e.a. Teucrium botrys).

Menaces

Embroussaillement déjà très accentué des abords supérieurs de l'excavation et d'une partie de la pente rocheuse.

Problèmes liés à la libre fréquentation: e.a. dépôts sauvages de déchets.

Réduction de la quiétude du site par suite de sa fréquentation importante.

Piétinement hors chemins et sentiers (promeneurs, VTT) pouvant altérer les pelouses pionnières.

Problèmes de vandalisme affectant les aménagements.

Urbanisation possible vers la rue.

Recommandations

- Laisser la plus grande partie du site en l'état.
- Exclure les plantations d'arbustes exotiques.
- Débroussailler partiellement la partie supérieure.
- Contrôle de l'accès au niveau des parties biologiquement intéressantes (pentes et replats annexes).

Plan de gestion

Le site a fait l'objet de plusieurs mesures de gestion par la Société 'La Calestienne' (débroussaillement d'un remblais crayeux, ...).

Accès du public

L'accès au site est libre: promenades, pistes de VTT sur le plateau de chaux. Des véhicules rentrent occasionnellement dans le site, le parking ('privé') installé à l'ouest n'étant pas complètement entouré de blocs de pierre.

L'école Saint-Joseph voisine de la carrière est depuis 1996 en train d'aménager les carrières en site pédagogique: kiosque sur la butte Berlacomine, promenade verte, mare.

Détails

Description physique

A. REMACLE (2003): Le site est formé de deux anciennes carrières de calcaire contiguës creusées à flanc de coteau contre la ville de Namur. La Sambre passe à environ 650 m au sud du site et la gare de Namur se trouve à moins de 1.000 m. On y a exploité du calcaire viséen (pour la production de chaux).


L'excavation ouest comprend:

+ les anciens fours à chaux et un vaste terre-plein dammé vers la rue de l'Industrie;

+ un terril de chaux dont la partie supérieure plane est encore assez peu colonisée par la végétation; cette zone qui se signale par sa couleur blanche, est accessible par un chemin aboutissant au replat intermédiaire nord;

+ un replat intermédiaire qui se prolongeait vers l'est, mais actuellement le passage est devenu impossible (amas de blocs de pierre à l'extrémité).

+ le fond de carrière plat et dammé (après remblayage), couvert d'une friche et sillonné (jusqu'au début des années 2000) de pistes de motos. Un chemin permet d'atteindre le palier intermédiaire.

+ des falaises, limitant l'excavation au nord et à l'ouest. Ces falaises, partiellement éboulées, atteignent une hauteur de 40 m. Dans la partie orientale de la falaise nord, un pan de falaise a été aménagé dans le but de limiter les éboulements.


La carrière orientale, plus altérée et plus refermée que l'excavation ouest, comprend:

+ des falaises hautes de 30-40 m, subverticales à éboulées selon les endroits;

+ les anciens fours à chaux;

+ un petit terrain de football vers la rue des Carrières;

+ des zones couvertes de friches;

+ un replat à végétation discontinue le long de la falaise nord où se trouve un petit abri sous roche.

Cette carrière a été altérée par d'anciens dépôts de déchets que la voisine. La partie la plus basse du fond, jadis occupée par une pièce d'eau, a été en partie remblayée. Un sentier traverse le site du sud au nord pour atteindre l'angle nord-ouest et le petit replat précité. La partie supérieure, au-dessus des falaises, est au moins partiellement clôturée (peu prospectée).

La partie dominant la falaise nord est parcourue par un sentier menant vers l'ouest, par une sorte de crête (butte Berlacomine), à un belvédère récemment édifié sur l'initiative d'un instituteur de l'école Saint-Joseph toute proche des carrières. Vers l'est, le sentier longe des fourrés avec des zones herbeuses résiduelles, puis des champs.

La pente située entre les deux excavations est parcourue par un sentier qui rejoint le chemin supérieur et est couverte d'une fruticée discontinue entrecoupée de petites zones ouvertes.

Fréquentation du site: vu la proximité du centre urbain et d'un quartier résidentiel sur le plateau, cette carrière est très fréquentée par les promeneurs (nombreux chiens), enfants, cyclistes,... Point de vue sur la ville de Namur à partir du nouveau kiosque construit sur la butte Berlacomine.

Environnement du site: vers le sud, quartier densément bâti (rue de l'Industrie); vers le nord, terrains agricoles (en zone d'habitat) et proximité d'un quartier récent sur le Haut de Bômel. Passage à l'ouest de l'ancienne voie ferrée Namur-Louvain, transformée aujourd'hui en piste cyclable (RAVeL) et présence d'une pente boisée (petite zone forestière).

Description biologique

A. REMACLE (2003):

La grande excavation ouest est globalement peu colonisée par les ligneux. Il s'agit surtout d'arbustes et de jeunes arbres qui poussent sur les secteurs éboulés des falaises, la zone dominant la falaise nord et certaines parties du fond: nombreux Crataegus monogyna, Rosa gr. canina, Prunus spinosa, Buddleja davidii, Sambucus nigra, Cornus sanguinea, Cornus mas (obs. Ph. Martin, 1987), Ligustrum vulgare, Cotoneaster horizontalis, Cotoneaster salicifolius, Fraxinus excelsior, Salix caprea, Betula pendula, Prunus avium, Rubus sp., Clematis vitalba (abondante), ...

Des plantations arbustives ont été réalisées en plusieurs endroits: e.a. Viburnum opulus, Viburnum rhytidophyllum, Buxus sempervirens (bas du terril), Corylus avellana,... Effectuées sur sol très pierreux, elles se développent mal.

La végétation herbacée est relativement clairsemée, sauf dans la friche occupant une partie du fond du secteur oriental et dans l'une ou l'autre zone périphérique. Elle comprend:

- de nombreuses espèces pionnières des milieux anthropiques ou perturbés (dans la friche et un peu partout ailleurs): e.a. Fallopia japonica, Rumex crispus, Reseda lutea, Potentilla anserina, Melilotus albus, Melilotus officinalis, Oenothera biennis, Geranium pyrenaicum, Malva sylvestris, Verbena officinalis, Verbascum thapsus, Veronica hederifolia, Echium vulgare, Galium aparine, Dipsacus fullonum, Tussilago farfara, Carduus crispus, Cirsium arvense, Artemisia vulgaris, Tanacetum vulgare, Juncus inflexus, Vulpia myuros, ...

- des espèces de prairies: Daucus carota, Pastinaca sativa (abondant), Galium mollugo, Plantago lanceolata, Knautia arvensis, Centaurea jacea s.l., Achillea millefolium, Leucanthemum vulgare, Tragopogon pratensis, Taraxacum sp., Crepis biennis, Dactylis glomerata, Arrhenatherum elatius, ...

- des plantes forestières ou de lisières: Geranium robertianum, Origanum vulgare, Teucrium scorodonia, Hieracium lachenalii, Hieracium murorum, Solidago virgaurea, Inula conyzae, Lapsana communis, ...

- des espèces de pelouses sèches et xérophiles: Arenaria serpyllifolia, Cerastium semidecandrum, Erophila verna, Arabis hirsuta, Sedum acre, Sedum album, Saxifraga tridactylites, Sanguisorba minor, Potentilla neumanniana, Lotus corniculatus, Vicia sativa, Erodium cicutarium, Pimpinella saxifraga, Teucrium botrys (> 100 pieds sur le palier intermédiaire), Euphrasia stricta, Veronica arvensis, Plantago media, Scabiosa columbaria, Leontodon hispidus (obs. Ph. MARTIN - AEF), Hieracium pilosella, Carlina vulgaris, Picris hieracioides, Poa compressa, Allium sp. (falaise nord), ...

- des plantes poussant dans les fentes des rochers et les éboulis: Asplenium ruta-muraria, Asplenium trichomanes, Centranthus ruber, Rumex scutatus, Erysimum cheirii.

L'extrémité du palier intermédiaire du secteur ouest (vers le centre de l'excavation) est le seul endroit, d'après nos prospections, qui présente un groupement proche d'un Alysso-Sedion avec e.a. Teucrium botrys, Arenaria serpyllifolia, Erophila verna, Saxifraga tridactylites, Cerastium div. sp., Sedum album, ...

L'excavation orientale, globalement plus refermée, comprend plusieurs zones occupées par des friches riches en plantes pionnières des milieux anthropiques, telles que Fallopia japonica, Echium vulgare, Malva sylvestris, Campanula rapunculus, Ballota nigra, Dipsacus fullonum, Tanacetum vulgare, Carduus crispus, Cirsium arvense, Artemisia vulgaris, Arctium sp., Pastinaca sativa, Leucanthemum vulgare et diverses poacées. L'ancien versage est couvert d'une friche à Urtica dioica (dans le fond), ainsi que de nombreux Buddleja davidii, accompagnés de Salix caprea, Sambucus nigra, Clematis vitalba, Cotoneaster salicifolia, Ligustrum ovalifolium, ...

Sur la falaise poussent Sedum album, Sedum acre, Sedum rupestre, Potentilla neumanniana, Rumex scutatus, Asplenium ruta-muraria, Polypodium vulgare (ombre), ...

Le petit replat au pied de la falaise nord est colonisé par une végétation rase discontinue proche d'un Alysso-Sedion: Arenaria serpyllifolia, Erophila verna, Saxifraga tridactylites, Cerastium sp., Sedum album, Sedum acre, Erodium cicutarium (absence de Teucrium botrys), avec aussi Potentilla neumanniana, Sanguisorba minor, Lotus corniculatus, Carlina vulgaris, Hieracium pilosella, Viola hirta, Echium vulgare, Origanum vulgare, Hypericum perforatum, ... On y observe la présence de plusieurs Cotoneaster horizontalis et d'un Pyracantha coccinea.

La pente à l'ouest est en partie couverte d'un fourré arbustif en progression (Crataegus monogyna, Prunus spinosa, Rosa canina, Ligustrum vulgare,...), au détriment de petites zones plus ou moins herbeuses où l'on observe Ononis repens en plusieurs endroits, Lotus corniculatus, Veronica officinalis, Hieracium pilosella, ainsi que Agrimonia eupatoria, Campanula rapunculus, Knautia arvensis, Tanacetum vulgare, Arrhenatherum elatius, Holcus lanatus, ... Ont aussi été observés Symphytum officinale, Eupatorium cannabinum, Lathyrus latifolius. Les poacées Sesleria caerulea et Melica ciliata n'ont pas été recensées.

Pour l'ensemble du site, Ph. MARTIN (AEF - 1987) mentionne notamment Cerastium pumilum, Silene vulgaris, Anthyllis vulneraria, Helianthemum nummularium et Thymus pulegioides.

Une liste de 187 espèces végétales recensées de 1997 à 2001 figure dans la brochure publiée conjointement par le Comité scientifique de la Conservation de la Nature et de la Protection des Eaux asbl. et de la Ville de Namur.

La faune a été l'objet de recensements partiels jusqu'à présent. Parmi les vertébrés, il faut souligner la présence d'une remarquable population de lézard des murailles (Podarcis muralis) et d'orvet (Anguis fragilis).

Le site est fréquenté par un oiseau emblématique: le hibou grand-duc (Bubo bubo). Les fourrés sont favorables à divers sylvidés comme la fauvette babillarde (Sylvia curruca).

Les invertébrés sont représentés par de nombreuses espèces dont plusieurs sont d'un grand intérêt régional. Parmi les lépidoptères rhopalocères (ou papillons de jour), il faut citer plus particulièrement:

* le thécla du prunier (Satyrium pruni), espèce très rare au nord du sillon sambro-mosan, liée aux haies et fourrés de prunellier;

* le némusien (Lasiommata maera), papillon lié aux espaces rocheux découverts, inconnu à ce jour au nord de ce même sillon (mais déjà signalé aussi aux rochers des Grands Malades) et classé comme vulnérable dans la liste rouge des papillons menacés de Wallonie (FICHEFET et a., 2008).

Ces deux espèces ont été observées sur le site en 2009 (J.-Y. BAUGNEE, G. SAN MARTIN et al.).

Un microlépidoptère très rare, le Pyralidae Ancylosis cinnamomella, est présent sur les pelouses ouvertes à orpins. Ces pelouses ouvertes sont également fréquentées par un petit criquet géophile et thermophile, Tetrix tenuicornis.

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

Anciens fours à chaux datant de 1919.

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle:
Occupation du site avant exploitation:
Ancien exploitant:
Matériau(x) extrait(s): calcaire.
Référence DPPGSS: Saint-Servais n° 1 (partie ouest).
Déroulement de l'exploitation:
Autorisation:
Fin:
Réaffectation prévue (dans autorisation):
Réaffectation effective: Le fond a été en partie remblayé. Actuellement, le site est laissé en l'état; des plantations d'arbustes indigènes et ornementaux ont toutefois été effectuées récemment à plusieurs endroits, notamment sur le terril de chaux près des anciens fours (Buxus sempervirens).
La partie SE de l'excavation orientale, proche de la rue des Carrières, est utilisée comme terrain de football. La partie la plus basse ('le trou') a servi de versage. Le reste du site a été laissé en l'état; des plantations d'arbustes indigènes et ornementaux ont toutefois été effectuées récemment à plusieurs endroits.

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx) et J.-P. JACOB (AVES). - E. BISTEAU & J.-Y. BAUGNEE (SPW/DGARNE/DEMNA/DNE/OFFH, Avenue Maréchal Juin, 23, B-5030 Gembloux).